Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Révolution française

No description
by

hugues scheurer

on 2 August 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Révolution française

Révolution française
causes
Déroulement
Etats généraux
Révolution politique
Révolution populaire
Révolution sociale
personnages
Louis XVI
Robespierre
Danton
Necker
Caricatures
La composition
sociale

crise budgétaire
crise
économique
évolution des mentalités
sans culotte
Lieux
La Bastille
Versailles
Tuileries
Exécution de Louis XVI
Assassinat de Marat
Documentaire
Cours
La crise frumentaire entraîne une forte hausse du prix du pain et un important chômage chez les artisans. Il en résulte une dramatique détresse sociale.
Les philosophes des lumières remettent en question les piliers de l'Ancien Régime:
- en politique, régime de l'absolutisme de droit divin;
- dans la société, régime de l'inégalité des droits et des devoirs;
- en matière religieuse, régime de l'intolérance;
- en matière économique, régime de la réglementation et du protectionnisme
Louis XVI convoque les Etats généraux pour qu'ils lui consentent de nouveaux impôts. Toutefois, les députés du Tiers-Etat désirent donner à la France une constitution et abolir les ordres privilégiés.
Le Tiers-Etat se proclame Assemblée nationale. Les deux autres ordres acceptent de rejoindre les députés du Tiers-Etat. Les Etats généraux se proclament Assemblée constituante. En droit, la révolution est faite: la souveraineté passe des mains du roi à celles de la nation.
Le roi se prépare à une contre-révolution. Il concentre des soldats autour de Paris et renvoie Necker. Pour sauver l'Assemblée constituante, une milice bourgeoise se constitue et cherche à s'armer. Le 14 juillet 1789, elle s'empare de la Bastille. Le roi, qui refuse de faire couler le sang, retire ses troupes et rappelle Necker.
La campagne à son tour se soulève. Les paysans s'arment et brûlent les papiers féodaux. Pour calmer les esprits, des concessions doivent être faites. Dans la nuit du 4 août, les représentants des ordres privilégiés montent à la tribune pour faire le sacrifice de leurs privilèges.
La Constituante
Réunis selon leurs affinités et non plus par ordres, les députés rédigent une constitution (1791). Elle débute par la Déclaration des droits de l'Homme. La France devient une monarchie constitutionnelle. Le principe de séparation des pouvoirs est mis en place: le roi a le pouvoir exécutif. Une assemblée législative, élue au suffrage censitaire, est créée. Des tribunaux de districts, de départements et un tribunal de cassation sont mis en place.
L'administration est unifiée et simplifiée. La France est divisée en 83 départements.
L'Assemblée législative
et la guerre
La Convention
Le Directoire
La fuite du roi
De la guerre à la chute du roi
La dictature de la Commune de Paris
La Convention
1792-1795
Le procès du roi
La proclamation de la République
La Terreur
La levée en masse
Les mesures sociales
La chute de Robespierre
Louis XVI avait prêté serment de respecter la constitution. En fait, il ne consentait pas à ce que ses pouvoirs soient limités. Il chercha à fuir Paris pour rejoindre son armée. Sa fuite échoua. Il fut arrêté à Varennes. Cette fuite discrédita le roi et le mouvement républicain prit de l'importance.
A l'Assemblée législative, on trouve à droite les partisans de la monarchie constitutionnelle et à gauche les partisans (girondins et jacobins) de la République. Paris est agité par les jacobins. De plus, le pain manque et le mécontentement est de plus en plus grand. Le roi, au lieu de s'appuyer sur la droite de l'Assemblée mène la politique du pire, espérant ainsi restaurer sa monarchie absolue. Le roi et la gauche souhaitent mener la guerre, le premier pour être délivré par les princes étrangers; les seconds pour exporter les idées révolutionnaires.
Le manifeste du Duc de Brunswick laisse penser qu'il existe une entente entre Louis XVI et les ennemis de la France. Une commune insurrectionnelle, dirigée par les jacobins, prend le contrôle de l'Hôtel de ville. Le 10 août, les gardes suisses sont massacrés et le roi parvint à se réfugier à l'Assemblée législative. Celle-ci, n'osant tenir tête à l'émeute, arrête le roi. La constitution de 1791 n'est donc plus applicable. Une Convention nationale, élue au suffrage universelle doit rédiger une nouvelle constitution.
Pour remplacer le roi, l'Assemblée législative élit un conseil exécutif provisoire. En fait la Commune de Paris exerce une véritable dictature (Robespierre).
La Convention compte peu de monarchistes avoués.
A droite, alors qu'ils étaient avant placés à gauche, les girondins sont fédéralistes et s'opposent aux solutions violentes.
A gauche, les jacobins s'appuient sur le petit peuple de Paris. Ils veulent une France centralisée et estiment que le recours à la terreur est nécessaire pour éliminer les ennemis de la république.
La Convention proclame la République.
Elle décide de juger le roi pour trahison. Les Girondins s'opposent à la condamnation à mort mais une majorité de députés, soumis à de très fortes pressions, votent pour l'exécution. Louis XVI est guillotiné le 21 janvier 1793. La mort du roi provoque:
- l'accroissement des antagonismes entre girondins et jacobins;
- une alliance des monarchies contre la France régicide;
- un soulèvement des régions restées royalistes (Vendée).
La République a des ennemis à l'intérieur et aux frontières. Cette double menace conduit les Jacobins à prendre des mesures brutales:
- les députés girondins sont arrêtés et exécutés;
- Robespierre instaure une véritable dictature;
- des exécutions en masse ont lieu à Paris et en province.
La Terreur conduit à l'exécution de plus de 50'000 personnes. Quant à la guerre civile en Vendée, elle provoque la mort de 150'000 personnes.
Pour faire face à la coalition des princes étrangers, la Convention impose la levée en masse (un million d'hommes), ce qui assure à la France la supériorité numérique. Après avoir subi de graves revers, les armées françaises remportent des victoires. La Convention peut signer des traités de paix avantageux pour la France.
Pour faire face à la misère, la Convention prend des mesures économiques et sociales:
- les droits féodaux sont abolis,
- elle impose un contrôle des prix et des salaires et punit de mort les accapareurs de denrées alimentaires,
- les biens des suspects sont saisis,
- un emprunt forcé est levé
La Constitution de l'an I (1793) établie par la Convention prévoit le suffrage universel, le vote des lois par le peuple et des mesures sociales. Elle ne sera jamais appliquée en raison de la chute de Robespierre.
Pour voir le cours, cliquer sur l'adresse suivante:
https://drive.google.com/file/d/0B9yg7k9R8pdraEpBOThwT0JhdGg2Qll3ZjZFZ0dRM2syc1Bn/view?usp=sharing
Histoire du compositeur de la Marseillaise, Claude Joseph Rouget de Lisle par Stefan Zweig
Quelques
citations célèbres

« Les Français ont fait en 1789 le plus grand effort auquel se soit jamais livré aucun peuple, afin de couper pour ainsi dire en deux leur destinée, et de séparer par un abîme ce qu’ils avaient été jusque-là de ce qu’ils voulaient être désormais. »
Alexis de Tocqueville (1805-1859)

« Toutes les révolutions civiles et politiques ont eu une patrie et s’y sont renfermées. La Révolution française n’a pas eu de territoire propre ; bien plus, son effet a été d’effacer en quelque sorte de la carte toutes les anciennes frontières. »
Alexis de Tocqueville (1805-1859)

« Prenons-y garde, nous aurons peut-être un jour à nous reprocher un peu trop d’indulgence pour les philosophes et pour leurs opinions… La philosophie trop audacieuse du siècle a une arrière-pensée… »
Louis XVI (1754-1793)

« Sire, si l’on voit où les bonnes têtes ont mené la France, il ne serait pas inutile d’essayer les mauvaises. »
Honoré-Gabriel Mirabeau (1749-1791)

« Allez dire à votre maître que nous sommes ici par la volonté du peuple et qu’on ne nous en arrachera que par la puissance des baïonnettes. »
Honoré-Gabriel Mirabeau (1749-1791)

« La royauté est anéantie, la noblesse et le clergé ont disparu, le règne de l’égalité commence. »
Maximilien de Robespierre (1758-1794)

« La Révolution française est le plus puissant pas du genre humain depuis l’avènement du Christ. »
Victor Hugo (1802-1885)

« S’ils n’ont pas de pain, qu’ils mangent de la brioche ! »
Attribué à Marie-Antoinette (1755-1793)
Robespierre prend des nouvelles mesures (loi de prairial, 1794) pour renforcer la dictature. Pourtant, la situation militaire et politique s'était améliorée et ne justifiait plus la continuation de la terreur. Utilisant la lassitude de la population et craignant pour leur vie, des députés de la Montagne (Jacobins) et de la Plaine fomentèrent un coup d'Etat contre Robespierre. Le 9 Thermidor (27 juillet 1794), Robespierre est guillotiné. Le club des Jacobins est dissous. Les Thermidoriens tiennent tête à des émeutes parisiennes. La Convention peut enfin délibérer librement. Elle se sépare après avoir donné une nouvelle constitution à la République: celle de l'an III.
La constitutionde l'an III
On renonce au suffrage universel.
Deux assemblées législatives sont créées:
- Le Conseil des cinq cents prépare les lois,
- Le Conseil des anciens les adopte ou les rejette.
Le pouvoir exécutif est confié à un collège de cinq membres: le Directoire.
Cette dilution du pouvoir témoigne de la volonté d'éviter la dictature d'un seul homme ou d'une seule assemblée.

Complots et
coups d'Etat
Le Directoire doit mener la lutte sur deux fronts: les Jacobins et les royalistes. Il doit réprimer plusieurs tentatives de coups d'Etat.
Impérialisme républicain
Le Directoire poursuit la guerre contre:
- L'Autriche en Italie
- La Grande-Bretagne en Egypte
- Les cantons suisses. La Confédération devient une république vassale de celle de la France: la République helvétique
Coup d'Etat du 18 Brumaire
(9 novembre 1799)
Le gouvernement ne maintient l'ordre qu'avec peine. On craint autant le retour des Jacobins que celui de la noblesse.
Pour consolider l'autorité du gouvernement, on cherche un homme fort: un général.
A l'instigation du Directeur Sieyès, un complot s'ourdit en faveur de Bonaparte. C'est le coup d'Etat du 18 Brumaire. Les cinq Directeurs sont remplacés par trois consuls (Bonaparte Sieyès et Duclos). Très vite, Bonaparte est maître de la France.
La Carmagnole
Extrait de l'ouvrage de Michel Winock,
1789, l'année sans pareille

On ne doit pas s'y tromper, néanmoins. Car l'expression même des aspirations populaires témoigne d'une autre réalité, que ne doit pas masquer la conjoncture: celle d'une société qui s'est, inégalement certes, mais globalement, enrichie. Cette misère constatée, dénoncée, elle était plus cruelle et plus répandue sous le Roi-Soleil. Précisément, c'est en sortant de la nécessité que les peuples, apprenant à mieux vivre, ne supportent plus le retour du malheur. "Ce n'est pas toujours en allant de mal en pis que l'on tombe en révolution, écrit Tocqueville avant Marx. Il arrive le plus souvent qu'un peuple qui avait supporté sans se plaindre, et comme s'il ne les sentait pas, les lois les plus accablantes, les rejette violemment dès que le poids s'en allège. Le régime qu'une révolution détruit vaut presque toujours mieux que celui qui l'avait immédiatement précédé..."
La prospérité et la pénurie ont ainsi conjoint leurs effets. L'une avait porté les Français à espérer, et l'autre, à s'insurger. Les révoltes de jadis retombaient comme des fièvres; cette fois elles étaient en train de devenir révolution.
https://drive.google.com/file/d/0B9yg7k9R8pdrY21hbHZHc0JyOGM/view?usp=sharing
Michel Winock,
conclusion sur l'année 1789
https://drive.google.com/file/d/0B9yg7k9R8pdra1RkWVo3N1c4T1k/view?usp=sharing
Full transcript