Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

La communication écrite part 1

No description
by

bir jessica

on 7 December 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La communication écrite part 1

Comment communiquer ?
Qu'est-ce que communiquer ?
Penser sa stratégie
Par quels moyens ?
Objectifs et méthodologie
Définition
La communication culturelle
A vos avis ?
Les spécificités du secteur cuturel
Les questions préalables à la rédaction des supports
La formalisation du message
Les supports de comm écrite
Quand et où ?
La rédaction en
pratique

Communication :
Ensemble des processus physiques et psychologiques par lesquels s'effectue la mise en relation d'un ou plusieurs individus avec un ou plusieurs individus en vue d'atteindre certains objectifs.

Il y a communication dès lors qu'il y a échange de sens, de signification.

La communication peut être verbale ou non-­verbale.

« Il est impossible de ne pas communiquer »

La communication varie selon si l'émetteur du message s'adresse directement à un individu ou s'il s'adresse à un groupe.

* Quels-­sont les enjeux d’une communication dans le secteur culturel ?

* Quels paramètres doivent-­ils être pris en compte ?

* Quelles sont les cibles qu’il faut sensibiliser et autour desquelles la communication devra s’adapter ?

> Le produit sur lequel l’on communique est unique (subjectif et non vérifiable)
> Il ne répond pas aux attentes d’un marché ou à un besoin préexistant
> Il faut générer l’envie souvent autour d'un bien qui n’existe pas encore (à créer)
> S’adresser à des publics diversifiés.

Les enjeux sont nombreux et exigent un travail en profondeur sur l’identité du projet ou des projets et leurs esthétiques.

• Enjeux de la communication :
1 -­ identitaires
2 -­ Territoriaux, politiques et sociétaux
3 -­ Relationnels (besoin de rassurer, faire rire, sortir, rêver)

• Paramètres influant dans la communication culturelle :
1-­ Le territoire et son activité culturelle / réseaux artistiques
2-­ Les partenariats privés et publics
3-­ La structure porteuse

• Les «cibles»:
1-­ Communication interne : concerne la structure (salariés, adhérents, bureau...)
2-­ Communication externe : concerne les publics type spectateurs, presse
3- Communication markéting : partenaires financiers, réseau professionnel



Auprès de quelles cibles ?
A qui s’adresse-­t-­on ? Qui veut-­on toucher ? Les publics (lesquels) ? Les médias qui vont relayer l’information auprès du public ? Les réseaux qui vont la diffuser ? Les institutions ? Les partenaires potentiels ? Les professionnels du réseau professionnel ? Les artistes ?

Bénéficiaires directs et indirects / Nombre ciblés / Qualités (homme, femme, âge, niveau social) / Intérêt pour le sujet : public facile & public à convaincre ?

Leurs freins et motivations ?
Comprendre les cibles, leurs pratiques, leurs attentes & besoins
Etudier les comportements afin d’améliorer l’efficacité de sa communication et adapter ses supports. (enquête...)

A noter que l’identité du lieu ou l’esthétique des projets donnent une symbolique sociale et induisent un public
> Si l’on a la volonté de s’ouvrir : travail de médiation complémentaire à mener

Pour mieux connaître les publics, il faut prendre savoir s’il s’agit de :
public occasionnel – culture : loisir / public averti – culture : plaisir / public impliqué : public fidèle / public responsable : démarche professionnelle.
A chaque public, sa communication... Il faut segmenter son offre afin que la communication joue son rôle et suscite l’envie chez le spectateur.
A qui ? Les cibles ?
« Lorsque l’on communique,
la Forme (comment on le dit) est aussi importante que le Contenu (ce que l’on dit) »

Avec quelle stratégie ? Sous quelle forme ? Par quels moyens ? Avec quel budget ?
Avec quel matériel de documentation ?

Le fonctionnement au coup par coup et sans réflexion préalable trouve vite ses limites. Pour être efficace, il faut une approche organisée, guidée par une stratégie de communication.

Il s’agit notamment de définir le positionnement :
1- Cerner l'identité à partir de laquelle se construira l’image de l’événement
2- Penser l'identité visuelle et le discours textuel

A titre d’exemple, la communication de l’entrepreneur de spectacles peut se faire autour du concept (idée de base) du spectacle : la notoriété d’un artiste, occasion spécifique ou calendaire...

Le principe est de concevoir le message de sorte à montrer la singularité de l’événement et à se distinguer des autres.
Qui ?
Emetteur
Dit quoi ?
Message
A Qui ?
Récepteur
Par quels moyens ?

Canal
Avec quels effets ?
Sens

Rédiger
des supports de communication

attractifs et pertinents

Le modèle de Lasswell
Qui ? L'emetteur ...
Dit quoi ? Le ou les message(s) ?
-­ Nos Objectifs :
développer une stratégie de communication claire liée aux actions de la structure, à ses partenaires et au(x) message(s) de fond

* Entre enjeux et communication :
le projet associatif comme vecteur de sens

* Déterminer les publics ciblés
pour développe une visibilité à bon escient

* Travailler l'identité visuelle

* Décliner un message
ou des messages clairs sur des supports adaptés.
Mieux se positionner
Compagnie, association, lieu de représentation et d’accueil du public, festival ou événement culturel, institution, scène nationale, lieu municipal, artiste ?

Autant d’opérateurs culturels que d’enjeux variés de communication.

Les influences liées aux projets :
Identité, esthétique, disciplines artistiques, objectifs & démarches singulières.

Cette question du «Qui » induit évidemment :
une tonalité, une identité graphique, un réseau de diffusion, des références , des cibles...
Ainsi, la structure ou le projet artistique se positionne comme.... (objectifs de fonds, valeurs...)

Il faut donc en tout premier lieu bien cerner le porteur du ou des projets, le communiquant et son rôle à jouer sur la diffusion du message.

Pour mieux me définir...

> Qu'est-ce-qui fait ma singularité ?

> Quelles sont mes préoccupations, mes attentes, mes objectifs, mes intentions ?

> Quel pouvoir et quelle emprise , ai-je sur mes cibles ?

L’image, un patrimoine à construire et à valoriser
L’identité est ce que l’on est.
L’image est ce qui est perçu de soi.
L’image = attractivité, rayonnement > développement.

- Une image positive
- Un dynamisme

(lié à la qualité du projet artistique, à la résonnance reconnue du public, à l’innovation, attraction territoriale, lien social...)
- Une stratégie de communication d’image
pour contribuer à modeler l’image et «vendre » un projet... Approche markéting

le message...


La communication commence par la définition claire du «produit» ou du service, et de ses caractéristiques (exemple : live acoustique, récital, duo inédit...).

2 degrés de communication :
-­ Information de fond (idéologie, organisation interne, sensibilisation au projet associatif et identité)
-­ Actualité (actions, projets, dates d’événements, campagnes ciblées..)

On ne peut communiquer sur tous les plans.
> Il faut définir ses priorités sur lesquelles axer sa communication.
> Bâtir une campagne de communication nécessite un vrai travail de réflexion.

On ne s'aventure pas à communiquer sans bien connaître ses besoins, sans définir les objectifs visés.
Définir son sujet
Est-­ce le bon moment pour communiquer ?
N’est-­ce pas trop tôt ou trop tard ?
Quelle ampleur de communication donner à mon message ?

- Il est nécessaire de
planifier
les actions et d’établir un
rétro planning

annuel de communication, afin de connaître les temps forts, de donner des priorités à votre communication et d’orienter un message de fond.

>
Tout acte de communication est lié à son contexte

- Certains jours de la semaine sont plus favorables que d’autres, tels que le mardi ou jeudi matin. (meilleurs jours d’ouverture des mails pro par exemple) ou les post Facebook vers 18h00.

- Pour bien planifier ses actions, il faut avant tout connaître le temps que les missions prennent afin de pouvoir tenir ses délais.
La communication dépend du support matériel utilisé.
Ce support matériel possède une signification sociale et détermine chez l'autre une représentation de la finalité de la situation.
> Exemple : la différence entre un tract et un carton d'invitation.

Chaque support a sa propre fonction et touche un public différent, mais aussi complémentaire.

Plus le message sera vu, plus il trouvera écho et fera effet boule de neige. Pour cela, il faut qu'il y ait une
cohérence graphique

entre les différents supports. A chaque événement ou information, ses supports de communication.


Articles courts, moyenne en générale de 2000 signes max.

> Titraille : Titres/ Sous-titres / Lettrines / Intertitres (relancer l’intérêt du lecteur et attirer l’attention, légendes, phrase en exergue, La rubrique
> Créer des blocs d’informations
> Utiliser les 3 types de typo gras, italique & capitale (sans en abuser)

Les fausses bonnes idées pour mettre en avant des contenus :
- Article trop long
- Multiplier les couleurs
- Multiplier les polices
- Multiplier le nombre de photos

Il faut trouver un équilibre entre les informations et le graphisme.
Le graphisme ne doit pas prendre le dessus par rapport au contenu sinon, on ne verra que la forme et le lecteur n’aura pas envie de rentrer dans le fond.
Pourquoi ?
Rédiger des supports de communication attractifs
Le plan
Il annonce tous les points qui seront à traiter.
Avant de rédiger son texte :
Rédiger un plan de texte
> articulations logiques du textes (passage d’une idée à une autre)

- Déterminer les idées principales et secondaires du texte
- Faire des liens entre les idées pour qu’elles s’enchaînent
- Esquisser les conclusions qui s’en dégagent
Le lead / attaque
Le lead (chapeau doit suivre la lancée du titre)
petit texte de 4/5 lignes entouré du titre et sous-titres.

80% de l’information doit se trouver dans l’attaque.

- Citation
- Point qui surprend, intrigue et capte l’attention du lecteur (contraste, paradoxe)
- Détourne une citation, un vers, un proverbe célèbre
- Commencer par une anecdote (mise en situation directe)
- Interpeller le lecteur par le « Vous »

il doit répondre aux 5W : qui où quoi quand comment ?

Mettre en relation le projet artistique avec le public.

Traiter les messages sur :
- Proximité (notamment géographique)
- Nouveauté
- Significatif
- Insolite
- Info pratique

Trier ses idées : La pyramide inversée
Faire la liste du + important au moins important pour vous
Refaire cette liste avec le point de vue du lecteur.

Par exemple : Manifestation :
- Quand et où ? Description / Qui l’organise
- Palmarès de l’asso

La promotion d’un projet se traduit par l’image & s’appuie sur :
- valorisation de la richesse du projet artistique,
- la cohésion d’une programmation,
- le sens de la démarche,
- les valeurs...
> sentiment de fierté d’appartenance des cibles.
Le titre
Concis, précis, verbes expressifs & structure simple
Attention à ne pas sur ou sous vendre l’information

7 commandements du bon titre :
- Ne dois exclure aucun public
- Eveiller l’intérêt personnel du lecteur
- Caractère d’actualité
- Etre court de préférence
- Pas de négation, que de l’informatif
- Etre en lien avec le contenu de l’information présente dans l’article
- Utiliser les fonctions du langage

Les fonctions du langage
- Fonction conative :
vers le public, le lecteur (utilisation du tu ou du vous)

- Fonction référentielle :
utilisation pour des titres informatifs

- Fonction poétique :
jeux de mots…


2 tons pour le titre :
- Titre incitatif (intriguer sans donner toutes les informations)
- Titre informatif (indiquer)


- Donner envie de lire un article en jouant sur les paradoxes et mettre en avant les nouveaux détails
- Ne pas entrechoquer les titres dans le sens

- Que doit retenir le lecteur ?
- Quelle loi de proximité faire jouer ?
La chute
Soigner la chute.

Selon le type de texte, elle doit être plus ou moins attendue. Elle peut aussi ouvrir vers des perspectives.

LES OUTILS
EN COMMUNICATION
Les supports papier
Logiciels pour la création graphique :

-­ Photoshop (payant) ou GIMP (gratuit) pour la retouche d'images

-­ Illustrator (payant ) ou Inkscape (gratuit) pour la création vectorielle

- In design (payant) ou Scribus (gratuit) pour les maquettes

Les outils web
Logiciel d'envoi de mails groupés au format html :
• Thunderbird / gmail • ymlp, mailchimp, sendinblue...
• Sarbacane, Email pro

> Site internet : web acapella, e-monsite, wix, spip, joomla, wordpress...

> Réseaux sociaux : FB, Tweeter...


La communication post événement
* Selon vous, qu'est-ce qu’une mémoire commune ?

* Existe-­t-­il un ou des dispositif(s) de construction d’une histoire commune ?

* Quels sont selon vous les outils d’archivage ?
Développer une mémoire commune
Votre projet ou structure s’appuie et gagne en crédibilité au fil du temps. Son histoire est la base en laquelle votre public et partenaires vont se reconnaître.

Affirmer une identité / Donner des références communes

L’enjeu de l’histoire est double :
- C’est un capital d’expériences, de relations ; et le nombre de participants aux projets encourage à continuer de fédérer.

Cette transmission revêt de l’importance à l’accueil de nouvelles personnes et concourent à
valoriser
le dynamisme de votre structure face aux autres, afin de s'inscrire comme « structure de référence », à la
crédibiliser
.
L’histoire ne s’invente pas, elle se vérifie.

Cette mémoire vivante :
-­ Mémoire de travail pour ceux qui ont œuvré à la mise en place des projets -­ Mémoire affective remplie de souvenirs , qui font l’originalité du projet et contribue à l’esprit de groupe
Les outils pour valoriser un événement
- REPORTAGE PHOTO :
Autour de chaque événement, il ne faut pas hésiter à faire appel à un professionnel. Ces images constitueront une base commune à diffuser

- REPORTAGE VIDÉO

- REVUE DE PRESSE :

C’est un document qui réunit tous les articles de presse parus sur la structure et sur les projets qu'elle porte ou qu'elle a pu soutenir. Elle doit être présentée de manière rigoureuse : sommaire, pagination, origine et date de l’article. Elle est rangée par périodicité et par type de presse.
Scanner les articles (en garder un enregistrement .pdf) / Les imprimer / Noter sur ceNe page le nom du journal, la date, l'emplacement de l'article (n° page et position).
-­ Récupérer les passages en radio et en TV
-­ Impression des articles web...
-­ Établir un compte-­rendu promo : Nombre de médias contactés, résultats obtenus, RV... // Diffusion du message via newsletter, réseaux sociaux, site net, presse & editions imprimées, dossiers avec bilans moral...
> Formulations dites métadiscursives

L'objectif :
guider le lecteur, l'amener en douceur au contenu.

> Introduire, présenter, annoncer (Dans un premier temps...)
> Définir (Le projet qui est ici présenté a pour objectif...)
> Délimiter (A destination du jeune public, la création...)
> Illustrer (Riche d'un univers coloré ...)
> Mettre en valeur, souligner
> Reprendre
> Commenter
> Argumenter, discuter
> Interroger
> Concrétiser
> Conclure
> Comment prendre le lecteur par la main ?
La note d’intention d’un projet
Texte court envoyé aux potentiels partenaires financiers ou aux opérateurs culturels partenaires.
- Son objectif :
convaincre de l'intérêt majeur d’un événement ou d’une création, à partir du simple exposé du projet.

Dans le cas où il s’agit d’une note d’intention d’un projet artistique, doivent être évoqués les points suivants :
- La mise en scène, les acteurs du projet, les sujets abordés, le genre, le ton, ainsi que la justification de l’histoire, le choix du ou des sujets abordés.

- Sa forme :
un « exercice » d'écriture entre l'argumentaire technique et financier et l'argumentaire artistique et esthétique.

Le paradoxe de l'exercice :
toucher à la fois l'esprit, le cœur et le portefeuille... Etre froide et chaude en même temps...

Rédiger son projet

1.Quel est mon projet ?

► Qui sommes-nous?
► Vers quoi voulons - nous aller ?
► Comment voulons - nous y aller?

2. Pourquoi écrire son projet ?
► Donner du sens à ses actions en formalisant la raison d’agir au sein de l’association.
►Faire le point sur la struture.
►Avoir une ligne directrice commune à l’ensemble des acteurs (bénévoles, salariés, bénéficiaires...).
►Présenter et communiquer sur la structure.

3. Quelles étapes?
1- Décrire le "Qui sommes-nous ?"
►Quelles sont les valeurs qui nous rassemblent ?
►Que faisons-nous ensemble ? ►Que représentons-nous aujourd’hui ?
►Quels sont nos points forts et nos points faibles ?
2- Choisir des orientations "Vers quoi voulons-nous aller ?"
►A quel(s) besoin(s) souhaitons-nous essayer de répondre ?
►A quelle(s) amélioration(s) souhaiterions-nous participer ?
►Que visons-nous pour notre association ?
3- Définir la mise en oeuvre des actions "Comment voulons-nous y aller ?"
►Quelle(s) action(s) allons-nous mettre en place face à nos orientations ?


> Qu'ai-je à communiquer ? Qu’ai-­je à dire ? À vendre ? A proposer ?

Quel est le message à faire passer ? Quelle est mon actualité ?

> Ai-­je toutes les informations et éléments pour communiquer ?

> Quelles sont mes intentions et attentes ?

> Qu’est-ce qui peut être intéressant pour le lecteur ?
Lister du + au –

> Qu’est-ce que la cible connaît déjà ?

Technique markéting
- démontrer que
votre proposition correspond à ses attentes
(fonctionnelles, rationnelles ou psychologiques). Il s’agit donc de proposer juste.

Par la découverte et la connaissance de ses cibles ,
l’émetteur pourra sélectionner ses « arguments ».

Découverte technique de la cible :
Déterminer et valider le cahier des charges, découvrir les besoins/problèmes liés à la situation actuelle ou future > Quelles sont ses insatisfactions par rapport à sa situation actuelle ?
> Quoi lui proposer ?

Découverte psychologique :
Repérer ses principales motivations.
Découvrir la typologie, mentalité de vos lecteurs.
> Comment lui proposer ?

Apporter notre solution (technique, financière, commerciale…)
Synthèse & reformulation

Pour séduire et convaincre le lecteur cible et obtenir un accord, vous devez :
Valoriser vos écrits
Le programme / fly ou tract / carton d’invitation / Plaquette de présentation / Sticker / Affiche / Carte de visite / Carte de vœux / Bulletin d’information / Outils de signalétique / PLV / Banderole / Site internet / Newsletter...
Avant de rédiger vos supports, précisez bien quelles sont vos intentions :

présenter, informer, séduire, convaincre, amuser, crédibiliser, étonner, intriguer, raconter, préciser, inciter à…

Ainsi vous pourrez vous fixer des objectifs et déterminer la tonalité de vos écrits.
> Observation de la Une
de 2 journaux
gratuits & payants

- Hiérarchisation de l’information
- Comment mettent-ils en avant plusieurs sujets ?
- Organisation de la page
- Longueur des articles principaux
- Compter le nombre d’entrée de lecture



> Votre lecteur a peu de temps.
- Rendez vivantes vos idées principales / Laissez de côté tout ce qui est superflu !

> Votre lecteur est moins bien informé que vous sur la question traitée.
- Soyez explicite, ne faites pas de suppositions implicites.

> Votre lecteur ne partage pas nécessairement vos vues et opinions;
- Si vous voulez le convaincre, il faudra lui présenter un raisonnement solide, une démonstration cohérente .
Pas d'affirmations censées etre acceptées comme allant de soi
.

> Votre lecteur veut être intéressé.
- Dites-lui sans honte ni crainte ce que vous avez à lui proposer. Soulignez le caractère particulier de votre travail.

> Votre lecteur apprécie l’humilité et la modestie.
Evitez de paraître pédant, évitez la redondance, les termes sophistiqués quand vous pouvez dire simple.

> Votre lecteur apprécie une langue claire.

> Votre lecteur veut comprendre comment vous procédez
.
Il attend que l’auteur le prenne par la main. Expliquez ce que vous faites, ce que vous pensez, ce que vous découvrez, ce que vous vous demandez. Exposez votre démarche et ce que vous voulez atteindre avec votre texte.

> Votre lecteur veut savoir où vous voulez le mener
– et que vous l’y meniez par la voie la plus claire, la plus directe.

> Votre lecteur apprécie l’honnêteté.
N’hésitez pas à reconnaître que votre travail peut être incomplet, qu’il comporte des lacunes dont vous êtes conscient.

> Votre lecteur apprécie la transparence.
Il veut savoir de quoi il s’agit et n’aime pas jouer à cache-cache. Il apprécie qu’on lui expose un plan, un fil conducteur, un raisonnement logique et compréhensible.

Qu’attend le lecteur de votre texte ?
?
Méthodologie de rédaction
1- Se poser les questions préalables
2- Lire ce qu’il se fait autour de vous / piochez les idées qui vous plaisent
3- Jeter ses idées et les sujets à aborder
4- Demander un point de vue extérieur pour voir selon sujet les points qui accrochent le public
5- Classifier vos messages / pyramide inversée vision lecteur
6- Rédiger un texte (plusieurs blocs/ plusieurs idées) en prêtant une attention toute particulière aux termes utilisés
7- Donner du volume à l’écrit en reprenant les idées fortes et en les mettant en avant par la titraille + mise en forme graphique
8- Ajouter des photos et légendes

Le contenu
LES TYPES DE PLANS
- Simple
- Chronologique
- Descriptif (situation, causes, conséquences)
- Dialectique (thèse, antithèse, synthèse)
- Mosaïque /inventaire : exemples concrets juxtaposés, fondus entre eux par une idée générale

> Marquer les esprits.
> Présenter de manière synthétique l’ensemble du projet artistique ou culturel (groupe musical, compagnie de théâtre, association…).
> Quelques lignes (4 à 5 phrases) peuvent suffire, certains supports d’informations exigeant systématiquement un texte court (les agendas culturels par exemple).

1- Valoriser le projet, l’inscrire dans un contexte (historique, artistique, esthétique…). Pour cela, il abordera les origines du projet : comment est-il né ? Quelle est son histoire?
2- Evoquer le but du projet: afficher une ambition artistique suscite le respect.
3- Etre original. Le ton, la forme... Poétique, humoristique, subversif… Il vous faut susciter la curiosité du lecteur, lui donner envie d’en savoir plus.
Texte de présentation
Tonalité comique
Provoque l’amusement, le rire. Les formes du comique jouent sur la fantaisie verbale, la caricature, l’effet de surprise ou le raisonnement par l’absurde.

Procédés utilisés :
Jeux de mots, de sonorités, répétitions, énumérations, comparaisons amusantes, noms inventés ou déformés, exagérations, propos absurdes, familiers, oppositions, antiphrases

Pathétique
Elle déclenche un sentiment d’attendrissement ou de compassion. Cherche à émouvoir jusqu’aux larmes.

Procédés utilisés :
Champs lexicaux des larmes, de la douleur, nombreuses exclamations, lamentations, métaphores et comparaisons à forte charge émotive, adoption du point de vue des victimes. Ton inspiré de la pitié face à la peine des autres.

Lyrique
Elle crée entre l’auteur et le lecteur le même état d’âme. Elle évoque de façon exaltée ou méditative des sentiments intimes communs à tous les hommes.

Procédés utilisés :
Champs lexicaux des sentiments (regret, tristesse, joie, passion… Présence du « je / tu / vous », ponctuation expressive, langue soutenue.

Oratoire
> Adhésion du lecteur, le persuade de la validité d’une thèse, d’une analyse et pousse à agir en communiquant une sorte d’enthousiasme. Ce ton se trouve dans les articles de presse, les discours, les textes argumentatifs, les conférences…

Procédés utilisés :
Emploi massif du « je/nous/vous » interrogations et apostrophes, questions oratoires (voir les figures de styles) anaphores, images, phrases amples (longues et complexes) ayant un rythme périodique…

Maîtriser les techniques d'écriture
Tonalité tragique
Elle suscite une émotion née de la conviction qu’il n’y a pas d’issue.
Elle exprime une marche inéluctable d’un destin fatal qui voue l’homme à la mort.

Procédés utilisés :
Antiphrases, juxtapositions, exagérations, atténuations déconcertantes, mots à valeur négative, périphrases et appellations insolites
Tonalité ironique
Elle dénonce au second degré quelque chose d’inacceptable. Elle critique d’une manière indirecte. Une convenance s’établit entre l’auteur et le lecteur. Ce ton se trouve dans les comédies et les textes argumentatifs.

Procédés utilisés :
Antiphrases, juxtapositions, exagérations, atténuations déconcertantes, mots à valeur négative, périphrases et appellations insolites…


Texte descriptif
> Evoque une réalité que le lecteur ne voit pas mais qu’il peut imaginer.
> Renseigne sur un espace, un physique et peut traduire les impressions ressenties par les descripteurs (description subjective).
Exemple : Texte de présentation d'un projet, d'une création / article type reportage
Les différents types de texte
Texte narratif
> Raconte un événement, un fait en situant son déroulement dans le temps et dans l’espace.
Le texte narratif est souvent entrecoupé de passages descriptifs ou argumentatifs. Ex : bilan projet / historique d'une asso
Texte argumentatif
A thèse unique ou à plusieurs thèses
- Vise à convaincre de la justesse d’une idée, d’une pensée, d’un avis en s’appuyant sur des arguments et des exemples qui ont valeur de preuves. L’idée défendue ou combattue est appelée une thèse.
Exemple : Justifier du bien fondé du projet dans dossier subvention
Texte explicatif

Niveau supérieur du texte informatif. > Prépare à l’argumentation
> Cherche à informer, expliquer et à rendre plus clair un sujet que le lecteur ou l’interlocuteur est censé ignoré.
Exemple : Dossier pédagogique
Texte informatif
Objectifs : renseigner, communiquer des connaissances sur un sujet donné.
Exemple : Communiqué de presse, texte de présentation.
Le texte informatif est rarement littéraire sauf secteur culturel.
Texte injonctif
> Pousse à faire appliquer des consignes.
Implique parfois l’ordre ou l’interdiction.
Exemples : règlement intérieur…
Texte expressif
> Exprime des sentiments et des émotions.

Exemple : textes d’analyse psychologique accompagnés d’effusions lyriques, chronique sur CD...
Zoom sur un genre d'écriture
Genre poétique

> La célébration des choses / jeu avec réalité & imaginaire

> L’exploration : recréer le monde.
Redonner leurs pouvoirs aux sensations premières en les éveillant par ses images. (travail sur les 5 sens)

> L’invention : artisan du langage.
Le lieu central de sa création est l’univers des mots. Polysémie, connotations, qualité musicale, accentuation rythmique, jeu sur le langage (règles de la métrique, syntaxe & rhétorique).

Donner une tonalité à vos écrits !
Trouver le bon thon ?
Non.. le bon ton !
Dialectique
Elle veut expliquer et définir le discours du maître qui a pour but d’instruire et d’enseigner. Elle peut la dégager des textes explicatifs, des modes d’emploi, des recettes.

Procédés :
Emploi fréquent des deux points, des explications, des exemples, des citations, des lexiques spécialisés…

Polémique
Elle vise à critiquer agressivement et se dégage surtout des textes argumentaires et peut se lier avec la tonalité oratoire.

Procédés utilisés :
Modalisateurs, antithèses, parallélismes, chiasme…

Les registres de langues
Registre courant
Le registre :

vocabulaire usuel, généralement partagé

Formes verbales :
temps simples de l’indicatif, subjonctif présent

Construction des phrases :
simple ou complexe (mais courte)

Registre familier
Le registre :
vocabulaire réduit, répétitif, nombreux termes d’accroche et onomatopées, expressions imagées, mots incomplets, termes argotiques
Formes verbales :
temps restreints de l’indicatif
Construction des phrases :
nombreuses entorses à la syntaxe, incorrections, rupture de construction, suppression du « ne » lors de la négation


Registre soutenu
Registre :
vocabulaire précis et nuancé, nombreuses références culturelles, refus du « franglais », mots composés
Formes verbales :
tous les temps, tous les modes. Temps simples et composés, usage de la concordance des temps
Construction des phrases :
phrase complexe souvent longue, constructions rigoureuses et recherchées, nombreux déterminants, nombreuses subordonnées

L'écriture
Enrichir ses contenus rédactionnels
Impliquer le lecteur dans le texte :
écrivez son nom souvent mais à bon escient
Attirer son attention:
faîtes appel à son affectivité, utilisez
« pour le première fois », « preuve », « sécurité », « découvrez »..
Diminuer les freins :
« économisez », « facile », « solution »,
« rapide », « gratuit »…
Inciter à l’action :
« découpez », « envoyez », « acceptez »…


Le champ ou réseau lexical
regroupe un ensemble de mots qui désignent des réalités ou des idées appartenant au même thème. Le champ lexical renseigne donc sur le thème du texte. Le réseau élargit aux contextes (amenant notion de sens connoté)

> un objet (table, crayon...), un lieu (école, cour..), une activité (travail, sport...), une perception (la vue, l'odorat...), une sensation (chaleur, froid...), un sentiment (joie, tristesse...) ou une idée(tolérance, respect...).

Les mots d'un même champ lexical peuvent être des noms, des adjectifs qualificatifs ou des verbes.

Les synonymes
exercice :
Trouver des synonymes pour les verbes :

> Dire
> événement
> Proposer
le champ sémantique
Un même mot peut avoir différents sens : on dit alors qu'il est polysémique et on appelle champ sémantique l'ensemble des sens qu'il peut prendre.
• Pour savoir dans quel sens un mot est employé, il faut s'appuyer sur le contexte dans lequel il apparaît.

Exemple
L'adjectif lumineux a quatre sens principaux > son champ sémantique
1. Qui émet ou réfléchit la lumière (ex. : un corps lumineux, le cadran lumineux d'une montre).
2. Radieux, heureux (ex. : un visage lumineux).
3. De la nature de la lumière (ex. : des ondes lumineuses).
4. Qui a beaucoup de clarté, de lucidité (ex. : un raisonnement lumineux).

Les répétitions
Plusieurs techniques pour travailler la phrase :
l’addition / la soustraction / la permutation / la substitution.

> Travail de correction d’un texte : ajouter, enlever, permuter, substituer, transformer les mots, les expressions d’une phrase.

COMMENT ÉVITER LA RÉPÉTITION ET L’EMPLOI EXCESSIF DE CERTAINS MOTS ?

les pronoms, changement la tournure des phrases, les adjectifs démonstratifs, les synonymes.

La clarté

Contrôler :

- La longueur de la phrase (20-25 mots)

- Présence d'un verbe conjugué. ! emploi des temps.

- Le bon emploi des pronoms personnels.

- L'émergence claire de la proposition principale (info principale) parmi les subordonnées (infos secondaires).

- Les enchevêtrements de propositions subordonnées

La précision
Les substantifs utilisés sont-ils précis ? Peut-on en remplacer par d’autres plus précis ? Essayez plusieurs mots avant de choisir celui qui, dans le contexte, conviendra le mieux.

Attention à ce que le terme que vous employez soit le terme propre.
Exemple : ayant fait une impasse, il a une chance sur deux de rater l’examen – ce n’est pas de rater, mais de réussir qu’il a une chance.

Attention aux vocables qui veulent dire tout et rien .
Exemple : se trouver, être, exister, avoir, aller, dire, voir, faire, prendre, etc.


Corriger son style ...
"Caressez longuement votre phrase et elle finira par sourire."
Anatole France


- Ecrire votre texte
- Retravailler le contenu
- Eliminer le superflu,
- Vérifier que les idées y sont

> Rendre le texte attrayant et intéressant, agréable à lire.
- Correction stylistique
- Vérifier l’orthographe, la grammaire et la ponctuation.

Comment procéder?
Relisez votre texte et concentrez-vous sur les points suivants :

La sobriété
SOYEZ ECONOME EN ADJECTIFS ET ADVERBES

- Proscrire les clichés (pure vérité, voie royale…)
- Traquer les tautologies : s’avérer vrai, hurler fort, décès mortel…

- Ne pas seulement dire que quelque chose est important, intéressant, problématique.

> Expliquer en quoi, justement, c'est important, intéressant ou problématique; sinon, vous n’avez rien dit et pouvez donc renoncer au qualifiant.

- Ne pas abuser pas de termes techniques, de sigles et abréviations.
Evaluer ses écrits
Suis-je la bonne
personne qui doit émettre
le message ?
Mes
idées
sont-elle
claires
et bien
structurées
?
Y’a-t-il une bonne
titraille
? Une
accroche
forte ? Un début de
texte attrayant
?
Avez-vous rédigé des
paragraphes courts
?
Les phrases sont-elles bien à chaque fois sur un modèle simple
(sujet, verbe, complément)
Offrez-vous des
garanties
, des certitudes ?
Avez-vous évité toutes les
notions négatives
?
Les
préoccupations du lecteur
sont-elles bien prises en compte ? Vous êtes-vous mis à sa place ?
Le
style
rédactionnel est-il
abordable
pour la
cible
? Est-il bien en
lien avec l'identité
du projet ?
Le
vocabulaire
est-il précis et percutant ?
Avez-vous prévu une
illustration
?
Y-at-il une
légende
accompagnée d’un « concept » ?
Le texte a-t-il un
style affirmé
?
Le document est-il
personnalisé
?
Votre
argumentation
répond-elle un maximum à des motivations
émotionnelles
?
Tous vos arguments sont-ils
forts et convaincants
?
Mes
cibles
sont-elle bien définies ?
Expliquez-vous précisément au lecteur ce que vous
attendez
de lui ?
Avez-vous
fait lire votre texte
à un enfant de 14 ans ?
Les
informations pratiques
sont-elles clairement visibles ?
Le
choix du support
est-il adapté à mes intentions ?
L’
aspect graphique
du message est-il en adéquation avec l’identité de l’émetteur ?
Est-il en adéquation avec les règles du graphisme ?

Les pratiques & supports spéficiques / cible
L'écriture journalistique : source d'idées
> Mettre en avant ce qui est nouveau, original , ce qui vous différencie..

Ex pour une programmation : une nouvelle création, une thématique de programmation singulière, des artistes de renommée spécialement venu pour votre événement, un lieu atypique ouvert au public, un concept de soirée détonnant…

- Mettre en avant ce qui est « hors-normes »
- Mettre en scène et décrire les sensations, les émotions, les influences, les univers, les couleurs ...

Il faut donner à voir et à ressentir…

- Registre de
langue accessible
- Style en quête d’
efficacité
permanente
- Se faire
comprendre en peu de mots
- Eviter les digressions (parenthèses)
- Ecriture de communication
- Description
des effets, des faits
- Ecriture qui appelle à l’intelligence mais davantage à la
sensibilité
- Dégager clairement le
message essentiel
- Aller
droit au but
dès chapeau pour intéresser le lecteur
- Phrases courtes et incisives
- 1 seule idée et
1 info par phrase
- Utilisation du « Vous » d’interpellation chaleureuse et du « Nous » : retour sur soi du lecteur
-
Phrases actives
qui rendent + vivant que passif.

Les différentes formes
La brève
Hiérarchisation des informations
1er sujet doit être d’actualité
ex : c'est le printemps, beau temps, concert en plein air…
> Que puis-je enlever au max pour que l’information soit dynamique et simple.

Pour réussir une brève :
- Bien la titrer
- Mettre une phrase d’accroche
- Chiffre dans le titre

Edito
Prise de position officielle.
Engage la responsabilité de la structure.
Pas de faiblesse de vocabulaire.

2 plans possibles :
- Argumentation : parler de ce qui s’est passé. L’auteur prend position. Argumenter. Conséquence, ce que pense les autres pour finir souvent sur pensée et conclusion du journaliste
- La plaidoirie : Eloquence qui compte pour plaire aux lecteurs. Place de l’avocat.

Le fait divers
Rubrique qui regroupe le récit des choses advenues.

Ce style est très informatif et détaillé.
Il s’appuie sur des
faits hors normes
type accidents, actes héroïques...
Contenu très lisible et factuel
qui s’appuie sur des personnages stéréotypes qui renvoient à des questions de la vie (vie, mort, amour, escroquerie…)

> originalité du choc
> L’indice ? Le déclic ?

Poser une question et y répondre pour relancer le rythme et rendre dynamique l’information.
La chronique
Défrayer la chronique

Construit autour de 3 axes :
- liberté de ton
- liberté de sujet
- Personnalisation (utilisation du « je »)

Le chroniqueur a toujours l’esprit de synthèse.
Pas de conclusion.

Les formes courtes
Les formes plus longues
Le portrait
se baser sur les résultats d’une enquête.
Demander aux autres leurs visions de la personne, de l’événement.

Le but :
cerner au maximum la cible par cercles concentriques.
> Favorables et défavorables
> + anciens et vagues au plus détaillés & récents.

1- croquer la personne ou l’événement,
2- s’appuyer en qq lignes sur la forme,
3- s’orienter vers le « caractère ».

Eviter la banalité,
s’appuyer sur des anecdotes
(au moins une), connaître l’historique de l’événement ou la carrière de l’individu et l’utiliser comme trame de fond.

- Sens de la nuance (pas de portrait manichéen)
- Citation de la personne pertinente et peu abondante
- Repérer une constante, une ligne de vie
- Accumuler les comparaisons & métaphores
- Donner un titre qui représente bien l’individu ou l’événement
- Rédiger un chapeau
- Chute : impression du portrait, jeux de mots ou paradoxes.
L'interview
Questions / réponses
> Relater ce que veux dire la personne au public
> Informer le lecteur et répondre à ses questions.

Les règles d’or :
- Respecter la personne ou événement et ses propos
- Personne ou événement plus importante que le « journaliste »
- Pas de jugement de valeurs
- Titres précis & pertinents
- Penser à l’intérêt du lecteur
- Faire toujours relire la personne qui a été interviewée pour qu’elle vous donne un accord sur le fond (retranscription des propos correcte)
Reportage
Faire voir, entendre, ressentir ce que le journaliste a ressenti lui-même.
Vivre l’événement, la mettre en scène pour la partager avec public.
Rendre l’information vivante et imagée.
Style direct, présent.
Multiplier les anecdotes, les détails.
Mettre les détails forts au début vers les détails plus généraux.
Pas de survol du sujet.
Information fouillée suivant un point de vue précis.

Intro : rappel des faits
Point culminant que l’on développe
Conclusion
> Montrer / Spectacle construit suivant les règles de la dramaturgie

L'enquête

6 formes d’interviews :
- Informatique (personnalités)
- Reportage (témoin > + parole)
- Consultation – entretien (éclairage d’un spécialiste)
- Micro-trottoir
- Imaginé (ton satirique : imagine ce que la personne cache)
- Portait (questionnaire de Proust)

Chapeau de 3 lignes sur la personne interviewée
Conserver ce qui est inédit, les anecdotes insolites…
Garder l’ordre de cohérence et le rythme.
Poser des questions provocatrices.
Jamais de questions fermées ou plurielles.
Les questions courtes / réponses longues.

Ordre pour la rédaction :
- Questions d’actualité
- Questions pointues et provo
- Questions d’opinions
- Questions plus personnelles
- Dernière question doit être la plus brève > Chute aux max originale
Garder le style parlé > émotions
Alterner toujours réponses courtes puis longues.
7 types de reportage :

* Reportage chaud : improvisé, retranscrit rapidement
* Reportage tiède : quelque chose qui dure dans le temps
* Reportage froid : date connu sur l’agenda
* Reportage magasine : Destiné à un article de magasine, mais pas d’actualité
* Reportage intemporel : Vie de tous les jours
* Reportage de suivie : bilan à postériori
* Reportage relocalisé : reportage qui passe de l’international au national > Conséquence sur le plan local.
L’écriture de l’enquête tient en 2 questions :
- Qu’est ce que je crois savoir du sujet
- Quelles sont les preuves que j’ai pu recueillir ?

Démontrer, problème à résoudre
Travail de fond mené autour d’une recherche documentaire fournie, d’auteurs divers.
Thèmes d’actualité
Repose sur la confrontation d’opinions et de faits.
Faire le point des connaissances / Hypothèses sans en écarter aucune, les vérifier, conclure et apporter une réponse.

La relation presse
1 / Objectifs de communication :

- Recherche de public
- Recherche de financements
- Vente d’un spectacle en tournée
- Reconnaissance d’un travail ?
Chaque objectif déterminera des contacts, des médias, des actions & des documents différents.

2/ Déterminer la cible :

Par exemple :
- Recherche de public : travailler sur l’annonce de l’événement
- Recherche de financements : faire diffuser l’annonce dans presse prescripteur
- Vente d’un spectacle en tournée : recherche d’espaces rédactionnels critiques (articles post-événement)

L'écriture Web
Livre, journal d’information, radio, site web, réseau social…
chaque support / des propres codes d’écriture.

Le lecteur ne lit pas de la même façon.
Nombreuses spécificités de la lecture sur le Net

Quelles sont les contraintes à prendre compte pour écrire sur Internet ? Quelles règles respecter ? Quels pièges éviter ?

La rédaction web est un style d'écriture adaptée au fonctionnement des moteurs de recherche et à la logique des internautes.
Les partenaires
Le dossier de présentation :
Plan :
- La structure
(but, domaines d’actions, équipe + Point sur structuration & solidité du projet)
- Les projets
(scinder les actions de la structure par pôle d’actions / illustrer les missions et traiter de l’historique par pôle d’actions)
- Si présentation d’une nouvelle création : Faire un volet dédié à la nouvelle création
(note intention, parler dimension artistique et technique / ouvrir autour sur les thèmes abordés, les actions envisagées autour, les publics ciblés, le rétro-planning, les acteurs du projets et ses partenaires)
- En s’appuyant sur un bilan passé positif, parler des
perspectives de développement
et de vos besoins


Pour votre dossier de demande de subventions :
- adaptez votre argumentaire selon votre cible et ses enjeux/problématiques
Utilisez le jargon ijnstitutionnel et parlez de leurs préoccupations.

Projet fédérateur qui rassemble / Création lien inter-générationnel / richesse des influences /
* Mairie : enjeux locaux, territoire, dynamisme, électeurs, réseaux et mutualisation, mission d’éducation, événement à fort rayonnement…
* Conseil régional : La formation, les lycées, la langue française, la visibilité des acteurs régionaux, la politique locale, la sensibiliation et l’action pédagogique,
* Conseil général ; éducation, collèges…
La communication markéting
Pas d’offres impliquantes,
Privilégier les « accélérateurs » en évitant une offre trop généraliste
Favoriser une offre plus spécifique.

Vous diffusez un spectacle ou recherchez des partenaires :
Face au prospect (cible),
Vous le proposant (votre structure)
Devez bien connaître son « problème » (besoins)
Pour lui faire une promesse de solution (bénéfice prospect)
Grâce à votre produit (spectacle, rencontre, événement).
Il vous dira Prouvez-le (spécificités techniques)
Vous vous appuierez sur les propagandistes (autres utilisateurs)
Il sera convaincu et vous direz quelle est votre proposition (prix & garantie)

PLAN DE DECOUVERTE :

> Mes objectifs :
A remplir
> Informations :
Ce que je veux obtenir
> Concessions :
Ce qu’il va vouloir obtenir
Ce que je peux lui faire

Le communiqué de presse
Le dossier de presse
Les supports de communication
Texte :
• concis et bref qui apporte une information réelle sur le projet, l’événement

• contenu objectif

Information valable aux yeux d’un journaliste pour une information authentique.

- Aucun caractère publicitaire.
- Susciter l’intérêt du journaliste afin d’obtenir des articles plus conséquents.
- Vocabulaire varié / adjectifs appropriés
- Utilisation du présent ou du futur
Document écrit de plusieurs pages qui présente en détail tous les éléments d’une information.

> communique sur une information à venir
> cherche à susciter l’intention des journalistes
> permet d’avoir plusieurs éléments pour les aider dans leur travail de rédaction.

Sa forme :
> Page de couverture :
- Eléments de l’identité visuelle
- Identité de l’événement (visuels)
- Date, lieu
- contacts
> Sommaire avec pagination :
> Détails de l’opération
, thème, programmation, historique, visuels...
> Fiche pratique :
prix d’entrée, réseau de distribution, plan d’accès, numéros de téléphone indispensables, horaires...
> Eventuellement : Extraits de la revue de presse.
> Page de couverture :
sponsors, contacts, visuels.

A noter
Sur journaux, les pages cultures réalisent de plus en plus d’articles courts, de type promotionnels et beaucoup moins d’articles critiques sauf presse spécialisée.

Les intitulés de rubriques donnent le ton…

Rubrique culture
(contenus plus denses et articles plus poussés),

spectacle
(sens de divertissement dans presse populaire ou locale),

loisirs
(consommation pure / système avec des étoiles, des logotypes, des articles très brefs).

> Ses objectifs :
> Informations :
Ce que je peux donner :
Ce que je vais lui demander :
> Concessions :
Celles que je ne peux pas faire :
Celles que je veux faire
Toucher le lecteur
Les angles de vue :

- Proximité *
- Aller au cœur de l’info
- Saisir le + important
- Se baser sur les faits
- Se projeter dans l’avenir
- Insolite & transgression (exclusivité / Scoop)
- Informations pratiques
- Côté vécu : j »j’y étais »
- Le conflit


Donner du rythme :
Pensez aux 5 sens et décrire
Trouver une anecdote
Rythmer le texte : 1 citation + 1 informations
Donner un ton à ses écrits
Phrase courte, vocabulaire simple, citation
1 phrase, une idée / 1 paragraphe, 2 à 3 idées
* La proximité :

- géographique (proche de chez vous)
- affective (information qui nous touche / Thème amour, mort, solidarité…)
- temporaire (quand le fait a des conséquences et donc enchaînement)
- Socio-professionnelle ou culturelle
- policito existencielle (naissance, clonage…)
Humaniser vos supports de communication par :

- un portrait,
- des interviews,
- des photos de personnes,
- des citations, (La citation rend la scène vivante (se mettre à la place du visiteur)
- des éléments de reportages (raconter des bruits, des atmosphères…)
- des témoignages (phrases en exergue
- un édito
Les règles de rédaction
L'écriture web
Les newsletters
Rubriques types > repères
Donner du contenu autant sur l’actualité, que des informations de fond
Ne pas hésiter à trouver un ton singulier.

1. Choisir le format de son contenu (brèves, articles…)
article ne doit pas excéder 2000 signes (caractères avec espace compris), une brève environ 700 signes.

2. Répondre aux « 5 W »
Message essentiel à faire passer dans son article dès les toutes premières lignes.

3. Faciliter la lecture (longueur, rythme, relance…)
Ecrire court (phrases courtes, phrases sans verbe…), / paragraphes / intertitres / puces et/ou des tirets / relief au texte (gras...)

4. Intégrer la contrainte du référencement
Fort contenu texte. Mots-clés récurrents mais pas trop, utilisation du gras, lien vers d’autres pages web…
« Google friendly » et optimisent son référencement. Récemment, Google a modifié ses méthodes de calcul pour référencer les sites, une mise à jour importante (appelée Panda) à prendre en compte quand on publie du contenu sur Internet.
Voir les conseils de Google : https://sites.google.com/site/webmasterhelpforum/informations-supplementaires-concernant-la-creation-de-sites-de-qualite

5. Organiser l’information selon différents niveaux de profondeurs d’écriture
L’information est généralement structurée suivant 3 niveaux : Accroche avec les fameux « 5 W » / corps de l’article / conclusion.

6. Savoir utiliser les liens (internes et externes)
Un lien interne est un lien vers une page d’un même site internet.
Un lien externe amène l’internaute sur un autre site.
Sur Internet, inutile de tout dire dans le même article !

7. Intégrer une photo, une vidéo, un document, un document son, un graphique

Interdits ou fortement déconseillés,
> copier du contenu soumis au droit d’auteur

Google est capable de repérer les textes copiés / collés sur deux supports différents et pénalise les sites qui le pratiquent (risques de déréférencement, encore plus vrais depuis que la norme Panda est entrée en vigueur).

Rédaction professionnelle
- Traduire l’
essence d’un message
avec un
minimum de mots simples
et communs à tous.
- juxtaposition inattendue > la force du message.
> Capter, interpréter et propulser le message et, par les mots choisis, lui insuffler une trajectoire qui séduit et persuade.

Rédaction référencée
- Insérer les mots clés / balises des structures du site et des pages / balises textes dans le corps du contenu.
Principales balises : titre des pages, présence et densité des mots clés dans les textes, qualité des hyperliens et ldescription du site.

Rédaction interactive
-
Focaliser
sur ce qui est important pour l'internaute,
Principes ergonomiques :
faciliter la lecture tout en apportant l'information nécessaire.
- Textes courts, lisibles et allant directement à l'essentiel.
- Eviter les textes trop larges ou les polices en lettres capitales, etc. (pas référencement)

La lecture se fait par couches successives d’information.
Sur la toile, c'est l'utilisateur qui décide.

- Proposer
plusieurs chemins de lecture
qui font converger les bénéfices des produits ou services et les attentes des utilisateurs potentiels à travers un chemin de lecture qui correspond à la logique de l’internaute.

> L’arborescence de persuasion

- Informations fragmentées, hiérarchisées des plus générales aux plus spécifiques et reliées entre elles par des hyperliens typographiques.

Laisser l’internaute choisir les portions d’information auxquelles il accède et au chemin qu’il emprunte pour parvenir à la satisfaction de son désir ou de sa curiosité.

Réseaux sociaux
Exercie journalistique.
Contenu régulier, varié, en line avec les informations des autres membres du réseau.
> brèves, chroniques, rédactionnel fourni...
Full transcript