Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

6-H1

No description
by

aurelie rodes

on 24 September 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of 6-H1

Découverte en 1881 à Girsu, capitale de Lagash, donnée au British Museum, puis au musée du Louvre. Il s'agit de fragments retrouvés en fouilles reconstitués.
Localisation
Datation
Le nom du roi indiqué sur l'inscription a permis de la dater de vers -2450 ans (IIIe millénaire). Cette stèle a donc 4450 ans.
La stèle des vautours est gravée sur les deux faces,
ce qui laisse supposer une circulation autour de la stèle.
L'orient ancien (IIIe millénaire)
Pourquoi cette stèle s'appelle-t-elle la "stèle des vautours ?
Des vautours planent au-dessus du combat ou dévorent les cadavres des vaincus.
Un texte rédigé en écriture cunéiforme.
Que dit le texte ?
Il est composé de 800 lignes : 335 intactes et 130 incomplètes.
Il est très répétitif car c’est un serment fait aux six divinités pour sortir du conflit.
C’est un discours à la première personne, dont l’auteur est Eannatum (le prince de Lagash vers -2450).
Il loue les qualités du roi et de son action.
=> Le texte raconte un conflit de frontière entre les cités de Lagash et d’Umma, à propos d’un territoire qui donnait accès à l’eau.
Pour comptabiliser les échanges de marchandises, traduire les sentiments et les pensées, les hommes élaborent l’écriture à partir de -3300 : les hiéroglyphes en Égypte et les pictogrammes puis l’écriture cunéiforme en Mésopotamie.
L’apparition des premières écritures
Carte © Musée du Louvre
Les premiers décomptes d’animaux et de grains sont effectués en pictogramme sur des tablettes d’argile.
Les tablettes d’argile présentant des comptes d’animaux sont ensuite écrites en écriture cunéiforme.
L’écriture est aussi utilisée plus pour transcrire des récits.
L’agriculture s’est développée le long des fleuves (le Nil, l’Euphrate et le Tigre) dont l’eau a été canalisée afin d’irriguer les riches terres, c’est l’irrigation.
Dans cet espace, appelé croissant fertile, les surplus alimentaires (grains, dattes) ont permis de nourrir la population et d’enrichir les royaumes.
Le développement de l’agriculture irriguée
Le développement des cités
La sédentarisation et la richesse ont permis le développement de puissantes cités comme Ur, ou Lagash, même si les nomades sont encore nombreux.
En Mésopotamie, des villes se développent avec à leur tête des rois qui s’affrontent, on parle de cités-États. Tandis que le royaume d’Égypte s’unifie vers -3000.
La longue barbe et l’objet tenu dans la main droite permettent d’identifier un dieu.
Les ennemis vaincus sont enfermés dans un grand filet, sous la surveillance du dieu.
L’aigle à tête de lion emblème, du dieu Ningirsu.
http://home.nordnet.fr/~caparisot/dico/anciennemesop.html
Il existe de nombreux autres textes liés à des conflits entre cités.
Le texte relate un problème de frontière entre Lagash et d’Umma.
Les gens d’Umma n’ayant jamais respecté le traité, un fossé a été construit .
« le talus frontière est à moi » ; « Mesalim le mesura à la corde d’arpentage et y érigea une stèle »
Le kaunakès, une jupe longue, faite d'une peau de mouton ou de chèvre ou encore d'un tissu imitant l'animal par ses longues mèches.
Il est porté par les personnes importantes, le roi, les fonctionnaires.
Deux registres, le roi est représenté plus grand que les autres personnages.
Cérémonies de fondation et d'inauguration d'un sanctuaire par le roi Ur-Nanshe (fondateur de la première dynastie de Lagash).
=> rôle religieux du souverain
Relief perforé du roi Ur-Nanshe, daté de 2600-2330 av. J.-C., provenant de Girsu. (Calcaire : H. : 39 cm. ; l. : 46,5 cm. ; Ép. : 6,5 cm.)
Des soldats, protégés par des boucliers et armés de lances sont organisés en phalange. Ce n’est pas une photographie réaliste, le nombre de pieds, de mains et de têtes ne correspond pas ; c’est une expression de la puissance.
Les corps nus (signe de soumission) pour montrer que la domination est totale).
Un personnage portant un manteau spécial, le kaunakès et coiffé du casque à chignon, réservé au roi
=>le roi Eannatum conduisant ses fantassins.
Le roi, armé d'une longue pique et d'une arme courbe, est debout sur un char, tiré par des chevaux. Il se tient devant les soldats en position symbolique
Le corps des ennemis entassés sont recouverts de terre.
Préparation du sacrifice d’un taureau.
Le souverain vainqueur accomplit les rites.
Les cérémonies funéraires et religieuses concluent les batailles.
Cône d’Entemena, prince de Lagash, neveu D’Eannatum,( -2400 Tello, ancienne Girsu). Musée du Louvre
Sceaux-cylindriques du IIIe millénaire, présentant des scènes de combat Mari, -2600, musée du Louvre.
Full transcript