Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Pourquoi tu tapes ?

No description
by

Amélie Grégoire

on 28 March 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Pourquoi tu tapes ?

"Pourquoi tu tapes ? " Lili est une jeune fille très réservée. Elle a un groupe de "copines" mais à cause de son physique, elle est souvent mise à l' écart. Lili est en surpoids depuis qu'elle est toute petite. Elle ne le supporte pas. Elle a fait des régimes qui échouaient à chaque fois. Elle voulait rentrer dans le moule de la fille parfaite, et être enfin acceptée. Elle en souffre beaucoup. Lili se replie donc de plus en plus sur elle, elle n'a aucune confiance en elle. Un jour Lili prend conscience de la situation. Elle ne s'accepte pas ainsi et décide de changer les choses une bonne fois pour toutes... De nouvelles habitudes Du jour au lendemain elle décide alors de ne plus manger. Lili s' interdit tout, elle ne déjeune plus, ne mange plus à la cantine, le soir elle ne partage plus de repas avec ses parents, elle n' accepte plus les invitations de ses amies et loupe le plus de repas possible. Elle mentait à tout le monde. Elle avait décidé de se punir elle même. L'histoire de Lili... L'Anorexie Lili
15 ans
Lycéenne
Plutôt bonne élève
Timide et réservée Remise en question Le résultat Lili commence alors à perdre 1, 2, 3 kilos... elle ne s'arrête plus. Les premiers mois, Lili se sent mieux, elle est satisfaite d'elle et de son image. Lili pèse alors 33 kilos pour 160 cm. Elle n' éprouve plus aucun désir à manger. Ses joues se creusent,ses os apparaissent, elle nage dans tous ses vêtements, elle est fatiguée, elle n'a plus de force. Le fait qu'elle ait maigrit ne la rend même pas heureuse, elle souffre toujours autant. Mais... Ses parents finissent par s' inquiéter. Sa mère décide de l' emmener chez le médecin contre son gré. Il constate que Lili est anorexique. Il décide donc de la faire hospitaliser dans un hôpital conçut pour les adolescents souffrant de comportements alimentaires. Lili est alors coupé du monde pendant plusieurs mois. Lili a désormais 17 ans. Elle est rentrée chez elle, elle a un poids normal et elle va beaucoup mieux. Elle arrive à se nourrir normalement. Elle s'est également refait un groupe d' amies avec qui elle se sent à l' aise et elle reprend confiance en elle petit à petit. Aujourd'hui Un amaigrissement excessif aboutit à une dénutrition, avec perte de masse musculaire. Cela peut retentir sur le fonctionnement cardiaque (le coeur est un muscle), avec des troubles du rythme et une hypotension artérielle. Les personnes anorexiques sont en hypothermie, toujours très frileuses. Sur le plan digestif, l’évacuation des aliments de l’estomac et le transit intestinal se ralentissent, ce qui renforce le manque d’appétit. Les défenses immunitaires s’amoindrissent, avec un risque accru d’infection. Lorsque l’indice de masse corporelle descend en dessous de 13, la dénutrition est très grave, en dessous de 11, le pronostic vital est en jeu. Au moins un tiers des anorexiques s’en sortent bien, retrouvant un poids normal et indemnes de troubles psychologiques. Un second tiers conserve des anomalies du comportement alimentaire, encore trop de restrictions ou des accès boulimiques, avec un mal-être persistant, une vie affective difficile. Le dernier tiers évolue mal, vers une dénutrition grave et une dépression chronique. Au-delà de 10 ans d’évolution, de 5 à 15 % des malades décèderaient, 20 % après 20 ans. Inquiétants ces chiffres ? Pourtant, depuis les années 1980, les troubles du comportement alimentaires sont de mieux en mieux connus et traités par les soignants, psychiatres, généralistes, et diététiciens. A chacun donc d’être vigilants vis-à-vis de son entourage : plus la prise en charge est précoce, plus elle est efficace ! Plus une anorexie est prise en charge tardivement plus les chances d'une guérison sans séquelle physique ou psychologique sont faibles.

La prise en charge thérapeutique passe obligatoirement par une hospitalisation dans des structures spécialisées où interviennent collégialement psychiatres et nutritionnistes.

Les thérapies varient sensiblement d'un centre spécialisé à l'autre, d'un psychiatre à l'autre : psychothérapie individuelle ou familiale, psychanalyse, thérapie cognitivo-comportementale (TCC), médicaments psychotropes de la classe des antidépresseurs sérotoninergiques (la sérotonine est en effet impliquée dans les comportements de restriction alimentaire)...

Quelle que soit la stratégie déployée, l'accompagnement thérapeutique est long, semé de rechutes et toujours incertain quant à l'issue de la maladie. Traitement Conséquences Peut on guérir de l'anorexie ? Les causes Les causes sont encore mal identifiées, elles semblent complexes. Certains avancent des facteurs d’ordre métabolique ou génétique. D’autres pensent que les causes psychologiques et relationnelles sont déterminantes. Le point de départ peut être un simple régime amaigrissant, une remarque désobligeante, un deuil ou un problème scolaire.

Le manque de repères, des relations familiales difficiles, la crise d’adolescence, les changements physiques dus à la puberté sont souvent cités comme favorisant l’apparition de l’anorexie. L’adolescente chercherait, par des privations alimentaires, à atteindre son autonomie : elle tenterait ainsi de transférer sa dépendance vis-à-vis de ses proches (parents, amis…) vers la nourriture. L’abstinence serait alors une marque d’autonomie.

L’anorexie, par sa nature autodestructrice, permettrait à l’adolescente de prouver le contrôle qu’elle a de son corps. Cette pathologie peut, de plus, masquer un manque de confiance en soi ou une tendance à la dévalorisation.
Full transcript