Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

TPE : L'école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

No description
by

Joris Batailly

on 25 January 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of TPE : L'école peut-elle réduire les inégalités sociales ?

TPE : L'école peut-elle réduire les inégalités sociales ?
III-À L'échelle mondiale :
Pourquoi ce chapitre ?
→afin d'élargir notre point de vue sur les inégalités scolaires
→ s'intéresser aux fonctionnement des autres systèmes et à leur qualités/défauts pour imaginer des améliorations du notre
→ comparer des systèmes et rendre compte d'exemple d’inégalités dans le monde
IV-Réduire les inégalités :
4)Faire évoluer la pédagogie
I-Le terme " inégalité " :
II-Les causes sociales d'inégalités à l'école :
L’inégalité des chances à l’ école est l’un des quelques problèmes qui restent de façon permanente inscrits à l’ordre du jour politique des pays les plus riches.
1)Lien pauvreté, éducation :
Niveau d'éducation : indice non-chiffrable déterminant la qualité générale de l'éducation d'un pays et mesurée par le taux d'alphabétisation et de scolarisation d'un pays.
1)La scolarité primaire :
1)Définition littérale :
Caractère, état de choses ou de personnes inégales entre elles.
Définition d'inégale :
Qui n'est pas identique dans plusieurs choses, chez plusieurs êtres, qui diffère par l'importance, la grandeur...


2)Les différentes inégalités les plus problématiques à ce jour :
l'inégalité entre les catégories socioprofessionnelles :
25 % des enfants de classes populaires arrivent en 6ème sans redoubler pour 2/3 des enfants de cadres.
Dans les grandes écoles on trouve :
62% d'enfants de classes aisées
12% d'enfants d'ouvriers
16% d'enfants de classes moyennes
les inégalités géographiques :
14 % des enfants de 2 ans sont scolarisés en Seine-Saint-Denis alors que 60 % sont scolarisés dans le Morbihan.
Les inégalités entre les sexes :
¼ des élèves dans les classes préparatoires des grandes écoles se trouve être une fille
3) Y a-t-il de plus en plus d'inégalités scolaires ?
Les inégalités à l'école apparaissent sous plusieurs formes aujourd'hui mais ce n'est pas dans l'école qu'elles se sont accrues. On peut noter par exemple qu'à l'école Jules Ferry l'école primaire était complètement gratuite mais pour continuer ses études en école secondaire il fallait payer. De plus les filles n'ont eu accès au baccalauréat qu'à partir de 1924.
Dès la maternelle :
La profession du père de l'enfant explique le mieux les performances de l'enfant.
La fréquentation de la maternelle ne réduit pas ces écarts sociaux, elle les fait légèrement augmentés.
Au fil de la scolarité, les apprentissages scolaires revêtent un caractère cumulatif : ce qu’on a acquis l’année antérieure constitue la meilleure prédiction des acquis manifestés en fin d’année.
Même si les écarts sociaux ne se creusent que discrètement, année après année, à l’école maternelle et à l’école primaire, une logique d’accumulation est bien en place.
2)La scolarité secondaire :
En 6ème, les 10% d’élèves les plus forts réalisent des performances environ trois fois supérieures aux 10% les plus faibles.
Pendant les deux premières années, ce sont les élèves initialement les plus forts qui progressent le plus.
A ces inégalités de réussite, viennent s’ajouter, à partir du collège, des inégalités tenant spécifiquement aux choix scolaires.
Les choix d’orientation participe à l’accroissement des inégalités sociales au collège. En France l’orientation est conçue comme une réponse aux demandes familiales.
En fin de 3ème, avec moins de 9 de moyenne au contrôle continu du Brevet, 66% des familles de cadres, contre 18% des familles ouvrières, demandent une orientation en second cycle long. A l’inverse, on remarque l’uniformité des demandes chez les bons élèves, quel que soit le milieu social.
L’auto-sélection dont font preuve les familles de milieu populaire n’est donc pas corrigée, ou très rarement, et les inégalités sociales incorporées dans les demandes s’en trouvent validées.
3)L'enseignement supérieur :
Ainsi, les classes préparatoires aux grandes écoles, à valeur scolaire identique, sont nettement plus souvent choisies par les jeunes de milieu favorisé.
Les inégalités entre enfants, déjà présentes à l’entrée en maternelle, s’accumulent de manière continue.
L’origine sociale est à la fois de plus en plus importante, mais dans le même temps le déroulement des cursus apparaît de plus en plus méritocratique.
4)Les performances des établissements scolaires :
Les établissements performants sont, en moyenne, ceux qui accueillent un public de milieu aisé.
Dans les collèges à recrutement " populaires ", la discipline est moins assurée, l’exposition aux apprentissages moins intense, la couverture des programmes moins complète.
Dans les établissements " performants ", il y a un climat plus favorable aux apprentissages, la culture et les normes de conduite des élèves sont plus proches des attentes de l’institution.
Ce sont les caractéristiques sociales et scolaires des élèves qui, en interaction avec les enseignants, contribuent à composer un environnement de qualité inégale.
1)S’attaquer aux inégalités scolaires dès le plus jeune âge
2)Revoir la carte scolaire
3)Renforcer les moyens de l’éducation prioritaire
2)Comparaison de deux systèmes éducatifs « opposés »: L'éducation dans les pays scandinaves et dans les pays les plus pauvres :
90 % de la population des pays « riches » est alphabétisée, 96 % dans l'UE/Canada/Russie/Usa/Australie.
Moins de 70 % dans la plupart des pays d’Afrique, jusqu'à -50 % dans les pays d'Afrique noire et en Inde.
Carte représentant le taux d'alphabétisation dans le monde en pourcentage

Ce TPE vous a été présenté par
Rospars Stéven
Batailly Joris
5)Réduire les inégalités face aux devoirs
6)Soutenir le recours au soutien scolaire
Balcon Milo
V-Conclusion
Nous avons précédemment montré que les inégalités à l'école sont présentes sous toutes les formes. Même si l'école cherche à réduire ces inégalités, les moyens mis en œuvres ne sont pas toujours suffisants et les inégalités persistent. Donc malgré leurs efforts ils ne réussissent pas à réduire les inégalités.
Full transcript