Loading presentation...
Prezi is an interactive zooming presentation

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

TPE

Les feux d'artifices
by

justine zaragoza

on 20 March 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of TPE

Les composants Le tir et la propulsion Lorsqu'un matériel pyrotechnique est lancé, sa trajectoire effectuée est semblable à une parabole (dans la vidéo d'une fusée de garde-côte il faut prendre en compte les facteurs de vent qui modifient la trajectoire). Cette parabole est justifiée par la vitesse et la puissance à laquelle la bombe a été propulsée dans le ciel et par l'attraction gravitationnelle. Cette équation est sous la forme de ax²+bx+c avec a<0, nous pouvons donc dire que c'est une parabole:

Y= -g(x²)/(v²*cos² a))/2 + tan(a) x
y= ((-g) / (v²cos²a)) / 2 * x² + tan(a)x
y= ( (-g) / (v²cos²a) ) * 0.5 * x² + tan(a) x
y= (-g) / (2(v²cos²a)) * x² + tan(a)x

Y = hauteur de la bombe (en m)
X = abscisse de la bombe (en m)
g = constante de gravitation (g= 9.81 m/s² sur la Terre)
v = vitesse de la bombe (en m/s)
a = angle de départ de la Bombe (en radians)
A noter : les forces de frottement de l'air sont négligées dans cette formule. Principe de base > Voir maquette Le déclenchement Expériences sur la formation de différentes couleurs ou effets. Première réaction: - Allumage de la mèche
- Inflammation de la chasse
- Allumage de l'espolette
- Propulsion Deuxième réaction: - Consomption de l'espolette
- Inflammation de la partie explosive
- Libération des étoiles en fusion dans le ciel Les formes Exemples de différentes utilisations Invention if the first firecracker, (which will then be developed into fireworks) , in China which were made out of bamboo. When heated the air inside the reeds expands and bursts, creating the explosion and for so the firework. Scientific advancements in the field of chemistry enabled pyrotechnicians to create reds, greens, blues, and yellows by adding both a metallic salt and a chlorinated powder to the firework composition. Les couleurs Quels sont les éléments qui constituent un artifice? Effets sur l'environnement Son Le bruit de l’explosion d’un feu d’artifice, généralement très apprécié par les jeunes enfants, est en fait du à la réaction à la base même du feu d’artifice : l’oxydoréduction. L’oreille humaine perçoit une détonation puissante quand le feu d’artifice explose, qui peut être soit une explosion, soit un sifflement.
Le son est dû à la réaction d’oxydoréduction. Ce sont deux réactions, l’oxydation et la réduction qui se produisent simultanément. L’oxydation peut se résumer à la perte d’électrons, tandis que la réduction est un gain d’électrons Deux composés sont nécessaires pour l’émission d’un son :
1. un composé oxydant, qui subit la réduction, mais surtout va faire oxyder un autre corps et ainsi gagner des électrons. Par exemple, l'oxygène : 1/2O2 (g) + 2e --> O2- (aq)
Dans la poudre noire contenue dans la chasse ou le coffre, le salpêtre est le composé oxydant (KNO3).
2. un composé réducteur, qui lui va subir l’oxydation à cause du composé oxydant, et va ainsi lui céder des électrons. On peut prendre l’exemple du magnésium : Mg(s) -->→ Mg2+(aq) + 2e- Certains composés oxydants libèrent de l’oxygène.C’est le cas des nitrates, des chlorates et des perchlorates, qui sont composés d’un ion métallique et d’un radical oxydant. Les clathrates libèrent seulement le tiers d’atomes d’oxygène qu’ils possèdent, tandis que les chlorates et les perchlorates libèrent tout l’oxygène, (les perchlorates en ayant plus que les chlorates). C’est la libération de l’oxygène qui produit l’énergie, donc la chaleur mais surtout le son.
Généralement, ces deux composés (oxydant et réducteur) sont sous forme de poudre. Lorsqu’ils entrent en contact, la réaction d’oxydoréduction se produit, la poudre explose. Si la réaction se fait rapidement, on entendra une explosion. Si au contraire elle se fait plus lentement, c’est un sifflement continu que nous percevrons. L’image d’un feu d’artifice nous parvient toujours avant le son de l’explosion. Ce décalage est dû à la grande différence entre la vitesse de la lumière (300 000 km/s) et la vitesse du son, bien inférieur (340 m/s). Donc si on est à 400 m du point d’explosion, nous voyons la lumière quasiment instantanément mais le son met plus d’un seconde à parvenir à nos oreilles. . Les feux d'artificse ont lieux la nuit car la faible luminosité permet de profiter pleinement du charme du spectacle. Les couleurs d’un feu d’artifice proviennent essentiellement des atomes et molécules vaporisées par les flammes, tandis que la lumière elle-même vient de l’incandescence du corps chauffé.



La lumière émise par les différentes pièces dépend de trois phénomènes :
1) L’incandescence : cela correspond au rayonnement d’un corps chauffé. Une faible augmentation de la température entraîne une augmentation considérable de l’émission lumineuse. Ainsi, un corps métallique chauffé à 3000° C émettra une lumière blanche éblouissante. Un corps qui restera chaud plus longtemps permettra de voir des gerbes de longues étincelles dans le ciel, tandis qu’un corps qui se refroidit très vite ne laissera entrevoir qu’un éclair de lumière.
2) L’émission atomique : cela permet d’avoir des couleurs vives. L’émission atomique consiste en la chaleur procurée lorsque les électrons passent de leur état d’énergie fondamental à un état excité supérieur, ils absorbent ainsi des photons. Lorsqu’ils retournent à leur état fondamental, ils libèrent le photon absorbé, et émettent ainsi de la lumière. Suivant les éléments chimiques utilisés, les photons absorbés et libérés n’auront pas la même longueur d’onde, et ne produiront donc pas la même couleur.
3) L’émission moléculaire : elle est semblable à l’émission atomique, mais concerne comme son nom l’indique, les molécules. L’émission moléculaire résulte d’une transition entre deux états d’énergie. Cela se produit lorsque les molécules sont chauffées suffisamment pour permettre la transition. Cependant, si on chauffe trop ces molécules, elles risquent de se décomposer et de ne plus émettre aucune lumière.



Maintenant que nous savons d’où provient la lumière et les couleurs des feux d’artifices, nous allons voir comment choisir et prévoir quelle couleur sera émise, et comment donner plusieurs couleurs successive à un même feu d’artifice.

Grâce à Newton, nous savons que la lumière blanche se décompose en une multitude d’autres couleurs, dont les couleurs de l’arc-en-ciel, soit violet, indigo, bleu, vert, jaune, orange et rouge.
Heinrich Hertz, grand savant bien connu du XIXe siècle qui donna son nom à la mesure des fréquences, démontra que la lumière est un rayonnement magnétique émis à une certaine fréquence. Nos yeux ne sont capable d’en capter qu’une infime partie : le domaine du visible, qui s’étend de 380 à 780 nm de longueur d’onde. Au delà se trouve l’ultraviolet d’un côté et les infrarouges de l’autre.
Grâce aux longueurs d’ondes des photons absorbés puis libérés on peut définir les couleurs qui seront produites. Ainsi, les couleurs sont liées à la nature des éléments utilisés. Voici une petite liste des éléments chimiques de base utilisés et la couleurs qu’ils produisent.
Pour que les couleurs changent au cours du feu, il suffit d’empiler les couches de poudre d’éléments chimique. Ainsi, elles se consument l’une après l’autre cela émet donc les couleurs les unes après les autres. Par exemple : du strontium puis de l’aluminium et enfin du cuivre. Quand la bombe explosera, la couche de cuivre va se consumer et faire la couleur bleu, puis la couche d’aluminium qui donnera la couleur blanche et enfin la couche de strontium pour le rouge. - Mèche d'allumage: Pour enclencher l'explosion de la bombe il est nécessaire de l'allumer par une source de chaleur. La mèche permet d'allumer la bombe avec un retardement de l'explosion. En effet, le temps que la mèche se consume la personne l'ayant allumé peut se permettre de s'éloigner pour des mesures de sécurité. Plus la mêche est longue, plus l'enclenchement de l'explosion de la bombe sera retardée, c'est appelé le retard de transmission d'allumage. La mèche est tenue par un anneau de portage.

- Coffre : Sphère rigide qui contient les effets pyrotechniques (=étoiles et charge d'éclatement) et la mèche de retard.

- Charge propulsive ou "chasse" : Charge propulsive présente dans le mortier qui propulse l'effet pyrotechnoque dans l'air. Elle est constituée de poudre noire qui est allumée grâce a la mèche d'allumage. Cette charge a également pour fonction d'allumer l'espolette.

- Espolette ou mèche-retard : Mèche interne à la bombe permettant de retarder l’ouverture de la pièce pyrotechnique pendant la montée de l'artifice. Elle se consume lors de la montée de la bombe dans l'air sur une durée de 1 à 5.

- Charge d'éclatement : Charge explosive permettant l'allumage et la dispersion des étoiles une fois que la bombe est dans le ciel. Celle-ci est enclenchée par une deuxième mèche d'allumage présente à l'intérieur de la bombe et reliée à la première. La charge d'éclatement est présente au coeur de la bombe.

- Etoiles : Petite sphère ou cylindre composée de poudre noire et d’un ou de plusieurs sels métalliques qui lorsqu’ils brûlent émettent une couleur prédéterminée selon la sorte de sel métallique ajoutée dans la composition (ex : sel de cuivre = bleu, sel de strontium = rouge).

- Poudre noire : Elle permet la propulsion de l'artifice, mais aussi l'explosion de la partie pyrotechnique. Elle est composée de 15% de charbon, de 10% de soufre et de 75% de salpêtre (parfois remplacé par du nitrate de potassium).

> Partie pyrotechnique: charge d'éclatement et étoiles
> Partie propulsive : charge propulsive Une fois la mêche allumée et consumée, est allume la charge propulsive, la première poudre. Cette charge va libérer des gaz qui vont entraîner la propulsion dans le ciel de la bombe, elle va également allumer l'espolette. L'espolette se consume lors de la montée dans le ciel de la bombe. Arrivée à son apogée, l'espolette entraîne l'explosion de la poudr noire présente au milieux de la bombe qui elle-même enflamme les étoiles. C'est à ce moment qu'a lieu le moment tant attendu par tous les spectateurs, l'explosion de couleurs et de formes dans le ciel. Conclusion Le son émi lors de l'émission Décalage son-image Plusieurs sortes de pièces pyrotechniques existent, leur composition et leur structure déterminent l'effet produit. Que ce soit des cascades, des fontaines, des soleils, des serpentins, des bombes, des comètes, tous les feux d’artifices sont constitués à partir du même principe. Le but est d’emmagasiner un maximum d’énergie dans un minimum d’espace.
En fonction du type d’artifice et de la disposition des pièces d’artifices sur la zone de tir on peut obtenir une multitude de formes : c’est là qu’intervient le savoir faire de l’artificier.
Dans les bombes, bombettes et comètes la disposition des étoiles, aussi appelées « billes », définissent la forme finale du feu. Il faut donc disposer de manière précise les billes de matière pyrotechnique à l’intérieur de la charge. Si on veut un rond, on disposera les billes en forme de cercle, si on veut un carré, on disposera les billes en forme de carré, etc. En pratique, à l’intérieur de la charge, les billes sont maintenues par des écorces de liège ou des grains de riz. La disposition est ainsi maintenue jusqu’à l’explosion de la bombe dans le ciel.
Quand la bombe explose, les billes sont expulsées et partent à la même vitesse. Ainsi, on verra dans le ciel se dessiner un rond, un palmier, une étoile ou encore, un oiseau…. Une multitude de formes existent et les artificiers ne cessent jamais d'en inventer. - Autres pièces à l'intérieur de la bome
La chandelle : Les effets de la chandelle sont assez rapprochés de ceux de la bombe. L’allumage du premier étage (celui qui se trouve au sommet du tube) provoque les allumages successifs des étages inférieurs d’une manière synchronisée et automatique. Le nombre de pièces d’artifice présentes dans le tube peut varier en fonction du diamètre et de la hauteur du tube.
Le compact : Le compact est un assemblage de tubes (sorte d’assemblage mortiers) d’un diamètre variant de 15mm à 150mm. Le compact peut posséder la forme d’un losange, d’un carré ou d’un rectangle. Il peut comporter jusqu’à plusieurs centaines de tubes, chacun ne comportant qu’un coup. Ces tubes partent automatiquement et d’une manière synchronisée après l’allumage du premier. Au fond de chaque tube a été disposé de la poudre qui sert de chasse et au-dessus une bombette, des comètes ou encore des bombes. Les compacts peuvent être droits ou éventaillés en fonction de l’effet que l’on cherche à produire.
Fusée d’artifice : il a été conçu pour le divertissement. Elle est auto propulsée, à ne pas confondre avec une bombe qui est tirée grâce à un mortier. Une fois dans les airs, les éléments se dispersent et la réaction produit un effet visuel et sonore. Lors de son ascension vers le ciel, la fusée est propulsée grâce à une petite réserve de poudre noire qui se consume. La trajectoire est stabilisée par une fine baguette de bois fixée sur le reste de la fusée. Cependant, ces fusées sont rarement utilisées par les professionnels a cause de leur sensibilité au vent dans les airs et de la retombée des baguettes.
Les comètes : Artifice de divertissement tiré à l’aide d’un mortier qui laisse sur sa trajectoire une traînée lumineuse, qui persiste plus ou moins lors de l’ascension. Suivant l’effet voulu, on distingue plusieurs types de comètes :-couleur : combustion et traînée colorée;-fragmentation : combustion et traînée colorée suivie d’un éclatement;-fleurie :combustion et traînée colorée suivie d’une gerbe de petites étoiles;-nautique : tirée à partir d’un mortier posé sur l’eau.


Afin que le spectacle soit de meilleure qualité plusieurs mécanismes ont été créés. En voici quelques-uns :
- Les Soleils : C’est un mécanisme rotatif avec un point fixe, composé d’un cadre sur lequel sont disposées de petites fusées fixes appelées jets. L’inflammation des jets provoque la rotation de l’ensemble et une gerbe de feu en forme de soleil.
- La cascade : C’est un assemblage de jets disposés tête en bas qui donne l’impression d’une cascade d’étincelles tombantes.
- Le pot-au-feu : Celui-ci ressemble fortement à la bombe. La chasse enflamme directement le composé pyrotechnique destiné aux effets. Le pot à feu sort du mortier déjà en combustion, ce qui provoque une gerbe de lumière à la manière de la lave des volcans en éruption.
- La fontaine : Une fontaine est une pièce pyrotechnique dont le rôle est de projeter une pluie d’étincelles brillantes verticalement ou selon un angle.
- Les bouquets : Tableau final d’un feu d’artifice plus complets par rapport au reste du spectacle et qui clôture cet évènement. A la base, on trouve généralement une chandelle : composée le plus souvent de cartons où sont concentrés les effets les uns sur les autres séparée des niveaux contenant de la poudre noire reliée à des mèches lentes ou rapides calculées selon ce qu’on souhaite avoir dans le ciel et à quel instant. Le nombre de pièces d’artifices présents dans le tube peut fortement varier en fonction du diamètre et de la hauteur du tube. C’est souvent la pièce la plus attendue et la plus spectaculaire de l’évènement.
- La soucoupe volante : Artifice de divertissement qui comporte plusieurs jets qui, au fonctionnement, l’animent d’un mouvement rotatif et ascensionnel. Les formes des feux d’artifice dans le ciel sont un attrait très important. Il en existe une très grande variété. - La bombe
La pièce la plus populaire est la bombe. Cet artifice de divertissement est un projectile aérien propulsé à l’aide d’un mortier qui permet la dispersion et l’allumage en altitude. La bombe chargée repose au fond du mortier de tir, l’extrémité de la mèche débordant à l’extérieur. C’est ce mortier qui donne la trajectoire du feu d’artifice.
Il existe deux types de bombe :
1) Les européennes : Elles sont remplies de poudre noire*, d’un dispositif d’allumage à retardement et d’une trentaine de petits sachets remplis d’une mixture pyrotechnique ; les étoiles. La disposition de celles ci à l’intérieur du produit déterminera la forme que le feu d’artifice aura. On pourra ainsi obtenir des pivoines, des palmiers, des marrons d’air et même des saules pleureurs.
2) Les japonaises : aussi appelée «chrysanthème», sont également lancées à partir de la poudre noire entassée au fond d’un mortier, mais la disposition des étoiles à l’intérieur de la bombe fait en sorte que les étincelles colorées sont réparties de façon symétrique.
Les bombes ne peuvent pas être vendues à des particuliers pour des raisons de sécurité. Différents types de feux d'artifice Quand la magie agresse la planète ... Un feu d’artifice, c'est 15 minutes de féerie, pour 50 à 70 bombes. …Réaliser un tel spectacle nécessite une préparation extrêmement précise et rigoureuse car une simple petite erreur peut être mortelle pour un artificier ou un spectateur. Le feu d’artifice : un cocktail de produits chimiques En explosant, la bombe libère des millions de particules métalliques de poussières très fines et du gaz pouvant se rabattre sur les spectateurs majoritairement à cause du vent ou encore, elles peuvent se maintenir dans l’atmosphère quelques jours pour finalement se déposer dans l’environnement et sur la biodiversité.
"Cinq fois plus polluantes que le smog de Mexico": annonce une étude dirigée par la ville de Montréal. Les particules issues de l’explosion d’un feu d’artifice sont contenues dans un mortier. La bombe est propulsée dans l’air libérant, lors de sa combustion, de nombreux gaz. Les artifices font rêver les petits et les grands, mais aussi et surtout font souffrir les écosystèmes. Depuis quelques années, à Cannes notamment , les artificiers ont fait des progrès appréciés pour réduire les déchets rejetés lors des tirs des feux d'artifice au cours de l'année. Dorénavant, les produits utilisés sont, pour la plupart, biodégradables (papiers ou cartons).

De plus, aucun produit chimiques toxique entrent en contact avec l’eau lors de la retomber des produits. Ils sont détruits directement lors de l’explosion. Seuls les plus gros objets (coque contenant la poudre, obus de mortiers…) retombent dans la baie de Cannes. Les artificiers en progrès Effets sur la santé Bruit et accidents. A la distance habituelle à laquelle se tiennent les spectateurs de feux d’artifice, les niveaux acoustiques de pointe mesurés récemment doivent être considéré́s comme présentant un risque pour l’ouïe car ils dépassent la limite fixée par la CNA.
Un problème à ne pas né́gliger est l’incommodation causée par le bruit des feux d’artifice. Car chez les groupes de personnes sensibles, le bruit peut provoquer des réactions de peur et de stress. On n’a toutefois connaissance d’aucune é́tude sur le sujet. Actuellement, il n’est pas possible non plus d’évaluer dans quelle mesure les animaux (animaux domestiques, animaux de rente, animaux sauvages) sont touchés. Cette étude estime à quelque 1450 tonnes le nombre d’articles de pyrotechnie brûlés chaque année en Suisse, soit environ 1000 tonnes de matériaux tels qu’habillages, éléments de construction et emballages (carton, bois, plas- tique) et 360 tonnes d’éléments pyrotechniques à proprement parler, dont deux tiers de poudre noire et un tiers de mélanges chimiques qui créent les effets sonores et visuels. Ces derniers contiennent des composés métalliques pouvant avoir un impact sur la santé et l’environnement. La combustion de feux d’artifice contenant du cuivre peut dégager des dioxines. Des études étrangères font aussi état d’une atteinte respiratoire chez les personnes souffrant de maladies chroniques des voies respiratoires, mais il est vrai que ces études portent sur un niveau de polluants plus élevé. Il convient aussi, dans l’é́valuation du problème des feux d’artifice, de tenir compte des risques d’incendies et d’accidents. En Suisse, les feux d’artifice provoquent chaque anneée des incendies. Les dommages matériels qui en ré́sultent s’élèvent à environ deux millions de francs (1998), soit 0,6% de la somme annuelle totale des dégâts dus au feu. Des études menées é l’étranger ré́vèlent que le taux annuel d’accidents survenant lors de la combustion des feux d’artifice se situe entre 4 et 13 accidents avec lésions corporelles pour 100 000 habitants, les dé́cès constituant fort heureusement l’exception. Parmi les blessés, on dénombre en grande majorité́ des mineurs. Ce groupe est donc exposé́ à un risque
élevé́. Déclencher une avalanche Signalisation de détresse côtière Nous avons eu la chance de pouvoir interviewer un garde-côtes, Officer in charge Kyron O'Gorman de Dun Laoghaire Coast Guard. Celui-ci nous a présenté les différentes fusées utilisées dans son métier. Il a y a celles destinées à signaliser une situation de détresse, celle pour éclairer une côte la nuit afin de pouvoir rechercher un individu, puis celle destinée a orienter un hélicoptère lors de son atterrissage. Vidéo d'une fusée lancée par les garde-côtes Introduction Qui n'a jamais été confronté à un enfant, captivé devant un feu d'artifice, les yeux pleins d'étoiles, bombardant de questions sur les formes et les couleurs? On a voulu résoudre cet énigme et faire éclater, cette fois ci au grand jour, nos découvertes.
Originairement les feux d'artifices servirent d'armement en Chine, mais leur usage a été détournée en divertissement. De nos jours, une grande diversité de couleurs et de formes sont possibles a réaliser. La lumière, le son et la fumée produits lors d'une explosion grâce au procédé pyrotechnique constituent un spectacle. Nous avons cherché à comprendre ces phénomènes et de découvrir le monde de la pyrotechnie dans toutes ces formes et couleurs.
En quoi l'explosion d'un feu d'artifice engendre-t-elle des couleurs et des formes différentes? Aux alentours du 1er août, avant les fêtes nocturnes organisées au bord des lacs et à chaque Nouvel An, l’OFEFP reçoit des demandes et des revendications concernant la restriction de l’utilisation d’articles de pyrotechnie. Pour dépassionner le débat sur la nocivité de ce spectacle détonant et coloré, l’Office a commandé une étude sur ses effets sur la santé et l’environnement. Les résultats de l'étude Les effets indirectes sur l'Homme L'émission de lumière Les couleurs Cette formule permet donc de déterminer la hauteur et la distance où va atterrir la bombe. Elle reste surtout importante car elle est aussi utilisée dans la détermination de la zone de sécurité. En effet, après certains calculs et une petite marge ajoutée, on sait d'ores et déjà à quel endroit tombe la bombe si certains facteurs environnementaux, notamment, sont absents (tels que la présence de vent...). Conclusion Schéma représentant l'intérieur d'une bombe et de ses composants Photo d'une coupe d'un coffre où l'on peut voir les étoiles L'interview avec une pisteuse Interview avec un garde-cotes Vidéo d'un tire
d'avalanche Habitant en station de ski, une pisteuse a accepté de me donner une interview afin d'expliquer comment est ce qu'ils manipulent les dynamites au services des skieures. Nous souhaitons donc remercier le service des pistes de Tignes. De 3200m d'altitude sur les plus hauts sommets des Alpes où encore à 0m en bord de plage Dublinoise, les dynamites servent bien plus qu'à éblouir les petits comme les grands. Schéma représentant la propulsion de la bombe à cause de la pression. Paraboles de trajectoires possibles d'un artifice Expérience En quoi l’explosion d’un feu d’artifice est-elle le résultat de différents principes physiques et chimiques produisant des couleurs et des formes différentes ? Nous avons réussi à percer le secret de la magie des feux d'artifice. Des couleurs, aux formes, jusqu'aux impacts sur la vie, la pyrotechnie nous en a fait voir de toutes les couleurs!
Premièrement associée à la guerre, la pryotechnie a évolué afin d'être un élément démontrant la richesse des rois, pour ensuite être le coeur d'un spectacle célébrant des fêtes nationales et internationales.
La poudre noire est l'élément clé qui permet premièrement la propulsion dans le ciel, puis l'explosion du coffre principal et donc l'explosion de couleurs qui émerveillent les regards. Les avancées scientifiques ont permi de développer le côté artistique des artifices. En effet, selon les éléments chimiques présents dans les étoiles, différentes couleurs sont produites. De plus, selon la disposition de ces étoiles on peut obtenir de nombreuses différentes formes. En approfondissant leurs connaissances, les spécialistes peuvent maintenant manipuler les artifices afin de créer ce qu'ils souhaitent.
Pour les spectateurs, le feu d'artifice est le symbol de la célébration, cependant rien n'est parfait. Dans l'histoire de l'homme, la pyrotechnie était une arme de guerre et de nos jours elle impose une inquiétude quant aux dangers environnementaux et aux dangers pour la santé de l'homme qu'elle engendre.
De la plage aux montagnes le procédé pyrotechnique est utilisé comme un divertissement mais aussi dans des milieux professionnels pour sécuriser l'autrui ou encore pour signaliser une situation de détresse. Ouverture Pouvons-nous espérer avoir une utilisation plus responsable des feux d'artifice dans les vingt prochaines années ? Sources Article tiré du site web du ministère de l'écologie, du développement durable et l'énergie: http://www.aria.developpement-durable.gouv.fr/Artifices-le-divertissement-n-exclut-pas-le-risque--6482.html ± 200 BC Timeline of the history of fireworks ±600-900
A.D. 1200 A.D. Innovation of the firecracker, with a variation, the "ground rat". It consisted of a lightweight paper firecracker that was open on one end. Like the fire lance, the burning gas inside shot out of the opening and propelled the "rat" randomly around the ground. Later, the charge was replaced by an explosive charge, making the first aerial fireworks. 1400-1500 During the renaissance Italians became interested in the aerial foreworks and began viewing the concept as a work of art. They added powered metals and charcoal in order to create bursts of gold and silver sparks. If rocket engines were attached to a wooden wheel framework, it would spin around rapidly and give off sparks in a circular pattern. As the art developed, the idea of controlling fire became fascinating to all and was rapidly used in Europe by the Kings to show their wealth through fireworks. 1830s First pyrotechnic composition and the first firecracker were born, as alchimists discovered accidently the existence of a mixture of composants who make a large, bright and hot flame. It was soon discovered that if this mixture is put inside bamboo tubes and thrown in the fire to be ignited, the gases produced by the burning powder would blast the tube apart with a much louder and more powerful bang than just green bamboo . Il faut agir avant que ça soit trop tard! Justine ZARAGOZA &
Adèle VERRÉ 1800s Sitographie http://videos.tf1.fr/jt-we/a-annecy-le-plus-grand-feu-d-artifice-d-europe-6031887.html http://www.futura-sciences.com/fr/question-reponse/t/matiere-5/d/les-feux-dartifice-sont-ils-polluants_793/ http://apprentiartificier.free.fr/couleurs.htm Le grand livre des feux d'artifice Bibliographie: A la bibliothèque de l'Alliance Francaise Des articles de différents journaux, et livres http://chemistry.about.com/od/fireworkspyrotechnics/a/fireworkcolors.htm http://en.wikipedia.org/wiki/Fireworks http://www.fireworkstheory.net/color.html http://pubs.acs.org/cen/whatstuff/stuff/7927sci3.html Le soufre et le charbon sont les réducteurs dans la poudre noire.
2 KNO3 + 3 C + S --> K2S + 3 CO2 + N2 Dans l'exemple pris ci dessus, le nitrate oxyde le magnésium tandis que le magnésium réduit le nitrate. Il y a donc un transfert d’électrons des atomes de magnésium vers ceux de nitrate Nouveaux mécanismes Si vous voulez visionner cette vidéo il ne faut pas appuyer sur la touche "play" au centre de l'écran, mais sur celle en bas à gauhe.
Full transcript