Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Les 12 compétences professionnelles

Développement et compréhension des 12 compétences à travers mon parcours universitaire.
by

Marilie Bergeron

on 16 April 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Les 12 compétences professionnelles

Les 12 compétences professionnelles Résumé, interprétation et artéfacts en lien avec les 12 compétences professionnelles. Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d'objets de savoirs ou de culture dans l'exercice de ses fonctions. Compétence 1 Adapter ses interventions aux besoins et aux caractéristiques des élèves présentant des difficultés d'apprentissage, d'adaptation ou un handicap. Compétence 7 Compétence 4 Coopérer avec l'équipe école, les parents, les différents partenaires sociaux et les élèves en vue de l'atteinte des objectifs éducatifs de l'école. Compétence 9 L'enseignant doit avoir la connaissance de la matière qu'il enseigne, mais il doit également avoir des connaissances sur le monde et la culture en général. Il doit démontrer sa curiosité aux élèves à l'égard des nouvelles connaissances, et ce, sur divers sujets pour les inciter à découvrir le monde qui les entoure. À mon avis, les moyens pour y parvenir sont simples, variés et très efficaces. Il faut s'intéresser à divers sujets, aller à la recherche de ces connaissances et les partager.Il faut lire des quotidiens, des revues scientifiques, des livres sur divers sujets, etc. Nous pouvons également nous rendre à divers colloques et conférences puis participer à des discussions. Il faut simplement être curieux et chercher à apprendre, et ce, tout au long de notre vie. Il ne faut pas oublier que nous sommes des modèles, la passion et la curiosité se transmettent aisément aux élèves quand ils sentent que c'est authentique et que cela leur sera grandement bénéfique. L'ouverture sur la culture québécoise est importante certes, mais l'ouverture sur les autres cultures l'est tout autant. Pour cette compétence, je pourrais mentionner que je m’intéresse à une multitude de sujets dans la vie. L’économie, la politique, l’environnement, la géographie, la musique, les arts, le cinéma, la société, la cuisine, les sports, etc. J’ai toujours un mot à dire, une opinion et ça m’intéresse énormément d’apprendre plus chaque jour. J'aime entretenir des débats, des conversations puisqu'au final, c'est un atout et un plus pour moi. Afin d'apprendre chaque jour, je lis certains quotidiens comme La Presse et le Devoir lorsque je me lève le matin. J’essaie de lire des revues spécialisées lorsque c’est possible. J’aime écouter des émissions télévisées telles que Découverte, les Grands Reportages, Tout le monde en parle, etc. Lors de rencontres je m'intéresse aux discussions et je prends part à celles-ci. Je n'hésite pas à poser des questions lorsque nécessaire et je suis intéressée par ce que les gens ont à dire. Lorsque j’enseignerai,je tenterai de donner cette curiosité à mes élèves et je ferai des choix variés dans les sujets que j’aborderai en classe. J’aimerais pouvoir instaurer une routine de lecture quotidienne avec mes élèves. Il est important qu’ils s'ouvrent sur le monde et sur la diversité des sujets qui s’offrent à eux afin de se créer une opinion et une personnalité. Il est important que je parle de la culture québécoise,mais je veux également aborder les autres cultures et que nous apprenions ensemble les apports de chaque culture et les ressemblances qui nous touchent tous en tant qu'humanité. Artéfact 1`: La culture s'acquiert de diverses manières. Pour ma part je vais la chercher de diverses manières par exemple, grâce à la lecture et aux discussions. Ensuite, je peux la transmettre à mes élèves. Compétence 2 Communiquer clairement et correctement dans la langue d'enseignement, àl'oral et à l'écrit, dans les divers contextes liés à la profession enseignante. L'enseignant se doit de maîtriser le code et l'usage de la langue, et ce, aussi bien dans la communication orale qu'écrite. L'enseignant est un modèle et sera imité par ses élèves d'où l'importance de bien s'exprimer en français. De plus, il s'agit de notre matière d'enseignement, nous devons être irréprochables quant à l'utilisation que nous faisons de la langue. Il y a divers moyens de parfaire notre langue. Nous devons toujours utiliser les manuels de référence qui sont disponibles en cas de doutes (dictionnaires, dictionnaires des synonymes, Bescherelle, grammaires d'usage, nouvelles orthographes, etc.) Nous devons également nous tenir informés des nouveaux changements en lien langue française. Il y a divers colloques qui nous sont offerts, il n'en tient qu'à nous d'y être intéressés, actifs et d'y participer. L'enseignant doit également être conscient des divers registres de langues et savoir quand les utiliser. Il doit également connaître les expressions québécoises puisqu'elles font partie de la culture québécoise. Toutefois, il doit garder à l'esprit dont les apprenants doivent apprendre un français de qualité tout en étant capable de fonctionner à l'extérieur de la salle de classe. Compétence 3 Concevoir des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visés dans le programme de formation. Piloter des situations d’enseignement-apprentissage pour les contenus à faire apprendre, et ce, en fonction des élèves concernés et du développement des compétences visés dans le programme de formation. Concevoir sur papiers des situations d’enseignement et d’apprentissage n’est pas tout. Il faut que l’enseignant trouve les moyens de les présenter et de les faire vivre aux élèves. Il doit être capable de mettre en oeuvre et orchestrer les situations d’enseignement et d’apprentissage. Il se doit d’avoir le contrôle sur sa classe afin de faire progresser les élèves à travers les contenus d'apprentissage visés dans le programme de formation. L’enseignant doit placer les élèves dans les conditions optimales d’apprentissages, par exemple, un bon climat de classe, confiance, entraide, etc. tout en mettant à leur disposition une foule de ressources éducatives pertinentes. L’enseignant doit également miser sur le travail en coopération lorsque cela est possible. L’enseignant joue non seulement un rôle de guide, mais il doit encadrer les élèves, détecter les forces et les faiblesses et ce qui pourrait poser problème lors de certains travaux, autrement dit de prévoir les moments critiques lors de ses leçons. De cette manière, l’enseignant demeure critique envers son travail et peut s’ajuster et aider les élèves si des difficultés se présentent. Compétence 6 Planifier, organiser et superviser le mode de fonctionnement du groupe-classe en vue de favoriser l’apprentissage et la socialisation des élèves. L’enseignant doit avoir plein contrôle sur sa classe tout en étant flexible. Je crois que les élèves doivent avoir une certaine autonomie tout en respectant les normes et consignes de classes qui sont données par l’enseignant en début d’année. L’enseignant peut même demander aux élèves de participer à l’élaboration du guide de conduite en classe. Tout cela, dans le but d’avoir un climat propice à l’apprentissage. L’enseignant doit s’assurer de connaître sa classe, de connaître les groupes qui pourraient se créer. Nous avions vu lors d’un cours que nous retrouvons souvent dans une classe, un chef et ses amis, et que d’autres élèves peuvent se retrouver plus isolés. L’enseignant se doit de repérer cela et d'intégrer chaque élève dans la classe afin qu'ils soient tous sur le même pied d’égalité pour éviter la création d’injustices. Si des problèmes de comportements se produisent l’enseignant doit réagir et expliquer aux élèves ce qui est mal ou inacceptable dans la situation. Les réprimander sans leur expliquer la raison ne mène à rien. L'accent est mis sur les conséquences logiques que je trouve tout à fait pertinentes et appropriées. Compétence 8 Intégrer les technologies de l'information et des communications aux fins de préparation et de pilotage d'activités d'enseignement-apprentissage et de gestion de l'enseignement et de développement professionnel. Il est important de savoir utiliser les diverses technologies qui s'offrent à nous. Cela peut aider à la planification, à la création, à l'organisation des notions à enseigner. Les élèves doivent apprendre à utiliser les TIC. L'enseignant doit être agile avec les TIC pour pouvoir éviter les cas de plagiat par exemple. L'informatique n'est pas un domaine qui plaît à tout le monde et ce n'est pas tous les gens qui sont à l'aise avec son utilisation. Cependant, il y a des bases qui sont nécessaires et les enseignants doivent être soucieux de développer des aptitudes en utilisation des TIC. ll y a des formations qui sont données, des cours, des ateliers, etc. L'enseignant doit être curieux, attentif et débrouillard pour pouvoir utiliser les TIC de façon adéquate. De plus, l’utilisation des TIC peut être positive pour les élèves par exemple, écrire un texte à l’ordinateur à la place de manuscrit. Nous avons vu dans notre cours de didactique de l’écriture, plusieurs avantages à l’utilisation des TIC dans le processus d’écriture. Nous avons également vu une panoplie de ressources technologiques dans le cours de didactique de la lecture. On retrouve des livres en ligne, des jeux éducatifs, des plateformes créatives, des forums, des sites remplis de ressources éducatives, etc. L’enseignant se doit d'utiliser les ressources technologiques qui sont mises à sa disposition, car il s'agit d'une aide précieuse et pertinente Compétence 11 S'engager dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel. Aucun enseignant ne peut croire qu'il a atteint un niveau maximal dans son développement professionnel. Les changements dans le domaine de l'enseignement sont trop présents pour ne pas autoévaluer sa pratique pour ensuite s’autoréguler dans le but de s’améliorer. Il faut réfléchir sur sa pratique et établir les points positifs et négatifs ainsi que les points à améliorer.Cela peut également se résumer en effectuant une pratique réflexive sur soi-même.

Puis, le travail d'enseignant inclu un travail de coopération avec les autres actants du milieu. L'élaboration de nouveau matériel, les discussions sur de nouvelles stratégies d'enseignement ou de nouvelles approches permettent aux enseignants de mettre la main à la pâte ensemble pour se développer et être de plus en plus efficaces dans leur pratique.

Ensemble, nous devons devenir de jour en jour de meilleurs enseignants et modèles pour les générations futures. Je crois que les enseignants doivent être actifs au sein de la société, donner l'exemple, aider les autres. C'est une des raisons qui nous poussent à devenir enseignants non? La réputation des enseignants est souvent mise à rude épreuve. Le moindre faux pas est passible de réprimande. Il est du devoir de tout un chacun de travailler de concert afin de conserver une bonne réputation et de prouver que les enseignants sont des professionnels qualifiés toujours à la recherche de moyens pour s'améliorer. Compétence 12 Agir de façon éthique et responsable dans l'exercice de ses fonctions L'enseignant se doit d'être toujours juste et équitable. Il doit éviter les inégalités et la discrimination sous toute forme que ce soit dans la salle de classe, avec les parents ou les collègues. Il doit toujours agir avec éthique et respecter un bon code moral. Il y a des comportements qui ne peuvent être faits tout comme des paroles qui ne peuvent être dites en classe et dans le cadre scolaire. L'enseignant est tenu responsable de ses actes et de ses paroles et doit toujours pouvoir justifier ceux-ci. Il doit également transmettre des bonnes valeurs éthiques et démocratiques à ses élèves. Les moyens pour atteindre cette compétence ne sont pas nécessairement faciles à écrire. Chaque personne possède son propre code moral, qu'est-ce qui est vraiment bien ou mal? Je crois par contre que nous devons travailler à éliminer nos jugements de valeur, à considérer chaque élève comme unique et sur le même pied d'égalité quelque soit la situation de l'élève. Il faut garder les yeux ouverts, discuter de comportements jugés non éthiques. Il faut tenter de comprendre les raisons de ces manquements afin de ne pas les reproduire. Nous pouvons assurément nous référer à des guides, à un code d'éthique qui régit notre profession. Il faut le connaître et le respecter. Encore une fois, nous sommes des modèles, nous devons montrer l'exemple. Artéfact 2: La culture s'acquiert de diverses manières. Pour ma part je vais la chercher de diverses manières par exemple, grâce aux visites de musées, aux festivals, aux voyages, etc. En tant que future enseignante il est important que je puisse m’intéresse à autre chose que les contenus prescrits par le ministère. Nous sommes très libres dans le choix de thèmes et de sujets que nous pouvons aborder en classe. C’est pourquoi depuis que je suis jeune j’essaie de visiter le plus d’endroits culturels possible. J’apprécie particulièrement visiter les musées d’arts, les musées historiques, les musées naturels, etc. Dans la dernière année, j’ai visité le Musée d’Art Contemporain de Montréal, le Musée des Beaux-Arts de Montréal, Le Musée de la Pointe à Callière, Le Musée Red Path, Le Bîodome, l’Insectarium et le Jardin Botanique. J’ai pris part à plusieurs festivals afin de m’ouvrir sur les diversités culturelles. J’ai participé aux Francofolies, au Festival de Jazz, au Festival Présence Autochtone, j’ai visionné des films sur l’art au Festival des Films sur l’Art etc. J’aimerais être capable de faire découvrir ce genre d’endroit à mes élèves lorsque je serai enseignante. Je suis également une personne qui a une passion pour le voyage, c'est un excellent moyen de s'ouvrir sur le monde. Lors de mes voyages, je mets beaucoup l'accent sur la découverte des modes de vies des gens, sur les coutumes et habitudes de vies. Je suis curieuse et j'apprends énormément de ces voyages. Ce sont des éléments intéressants de mon vécu que je pourrai partager avec les élèves. Artéfact 1: Au cours de nos années universitaires nous devons faire la preuve de notre compétence linguistique. Le Ministère de l'Éducation des Loisirs et du Sports nous demande de réussir un test de certification du français écrit. Voici mes résultats: 82%: Partie linguistique
85%: Partie rédaction Ces résultats démontrent une certaine maîtrise et compétence linguistique en français. Artéfact 2: Tout au long de mon cheminement universitaire j'ai travaillé fort pour améliorer ma compétence linguistique écrite et orale. Certains exemples démontrent bien cette amélioration. Lorsque j'étais au CEGEP, je pouvais obtenir 70% dans mes rédactions écrites, car j'obtenais tous les points accordés au contenu. Toutefois, je perdais la totalité des points pour les fautes de français. À ma première année d'université, ce n'était pas mieux. J'ai été averti par des enseignants à ce sujet. J'ai donc décidé de mettre tout en oeuvre pour pallier mes lacunes. Lors de mon deuxième stage, ma superviseure m'avait mentionné l'amélioration qu'elle avait vu dans mes travaux écrits. Depuis les deux dernières années, je remarque que dans mes travaux je perds rarement ou très peu de points pour les fautes de français. Je m'applique beaucoup plus, j'ai trouvé mes lacunes, j'ai étudié là où j'avais besoin, je lis beaucoup plus qu'avant, ce qui aide l'écriture. Pour ce qui est du volet oral, j'ai suivi un cours d'expression orale où j'ai dû faire preuve de compétence. De plus, en stage, ce n'est aucunement une difficulté pour moi de bien m'exprimer. Je sais adapter mon registre de langue selon les situations de communications. L’enseignant doit user de toute sa créativité pour pouvoir créer des situations d’enseignement et d’apprentissages pour les élèves. Bien que nous soyons tenus d’utiliser les manuels scolaires recommandés par le ministère, l’enseignant se doit de fournir à ses élèves d’autres ressources éducatives. Cela permet de varier les activités. La variété permet à un enseignant d’avoir une panoplie d’activités plus riches les unes que les autres. L’enseignant peut s’inspirer du travail d’autres enseignants, de sites éducatifs, etc. et l'adapter cela à son groupe classe. À mon avis, la créativité est une qualité primordiale pour un enseignant. Il doit pouvoir être capable de concevoir des situations pour aider et rejoindre le maximum de ses élèves, et ce, selon les besoins de ceux-ci. Il n’est pas dit que les manuels suivent exactement le processus des élèves. Ils peuvent nécessiter plus de temps et d’activité sur une telle notion alors que les cahiers n’en prévoyaient pas suffisamment. C'est là que l'enseignant doit intervenir. Artéfact 1: Lors de mes stages, j'ai créé plusieurs activités et matériels que j'ai utilisés avec les élèves. Voici un exemple de ce matériel qui avait été utilisé lors d'une de mes supervisions. Bien qu'il s'agisse d'une création qui date d'environ 2 ans, je trouve qu'elle représente bien le type de création qui peut facilement être réalisée et à qui est à la portée des élèves. Compétence 5 Compétence 10 Travailler de concert avec les membres de l'équipe pédagogique à la réalisation des tâches permettant le développement et l'évaluation des compétences visées dans le programme de formation, et ce, en fonction des élèves concernés. Évaluer la progression des apprentissages et le degré d'acquisition des compétences des élèves pour les contenus à faire apprendre. Libellé des 12 compétences du MELS http://www.mels.gouv.qc.ca/dftps/interieur/pdf/formation_ens.pdf Artéfact 2: Tout dernièrement j'ai eu la chance de réaliser une SAÉ complète avec des élèves de 3e et 4e année. Cette SAÉ avait été créée dans le cadre du cours '' Création de matériel didactique ''. Lors de la réalisation de la SAÉ j'ai pu voir où étaient les forces et les faiblesses de cette création. J'ai effectué quelques modifications au fil du temps pour bien l'adapter à la réalité de ma salle de classe. Artéfact 1: Lors de mon stage 4 j'ai réellement pris en main le fonctionnement de ma classe. J'ai réorganisé l'espace classe à ma manière. J'ai disposé les pupitres en '' U ''. Cette disposition est favorable aux discussions et à la socialisation. De plus, cela me permet de circuler aisément et d'avoir une meilleure vue d'ensemble sur mon groupe. Artéfact 2: Lorsque j'ai débuté mon stage, j'ai tenu à établir quelques règles avec les élèves. Cela s'est fait d'un commun accord avec eux suite à une discussion. J'ai ensuite créé un carton qui rappelait ses règles. Lorsque les élèves dérogeaient de celles-ci, je pointais systématiquement l'affiche. Après quelque temps ce sont même les élèves qui rappelaient aux autres les règles. Pour établir mes règles, je me suis référée à mon cours de gestion de classe. Les règles devaient être simples et concises, positive (éviter le ''ne pas'') et elles devaient être peu nombreuses. Artéfact 1: Lors de mon stage 4 j'ai réalisé un projet qui amenait les élèves à créer un monstre en pâte à modeler et ensuite à écrire un texte faisant la description de leur monstre. Pour cette tâche, étant donné les divers niveaux dans ma classe, j'ai créé deux feuilles de rédaction différente. Les élèves plus forts avaient à formuler des phrases complètes alors que mes élèves plus faibles devaient remplir la feuille à trous. De cette manière, tous les élèves participent selon leurs capacités. Artéfact 1: Lors de mon stage 4 nous avons quelques fois eu la venue de gens de l'extérieur. Par exemple nous avons reçu la mère d'un élève qui est venu nous faire une démonstration et dégustation d'un dessert australien. Cela tombait bien puisqu'en univers social nous parlions du cacao chez les Mayas. Nous avons donc pu établir un lien entre cette activité et le contenu de classe. Artéfact 1: Voici un gabarit de planification que j'ai réalisé au court de mon stage 4. Bien que cela soit une planification, cela démontre bien la manière dont j'enseigne suite à une bonne planification. Le retour réflexif soutient également l'acte d'enseigner qui est à l'honneur dans cette compétence. L'évaluation est une étape importante dans le travail d'un enseignant. Celui-ci se doit de qualifier et quantifier le degré de maîtrise des notions, des comportements, etc. de ses élèves. Je crois que l'enseignant se doit de pouvoir justifier chaque évaluation, chaque point perdu, chaque méthode d'évaluation, etc. Tout ce que nous faisons doit avoir sa raison d'être et nous devons être capables de nous justifier. Je crois également qu'évaluer est une tâche difficile et qu'il faut bien préparer ses élèves pour les évaluations. Ces dernières sont également bien stressantes pour les élèves alors nous devons les mettre en confiance, leur donner les moyens de réussir. Nous avons vu qu'une grille d'évaluation remplie par un enseignant ou un autre lors d'évaluation d'un élève devrait donner les mêmes résultats. Il est assurément difficile d'y arriver, car le jugement de chaque enseignant est différent, mais c'est là où les grilles d'évaluation doivent être le plus possible pertinentes, claires et sans ambiguïté. Artéfact 1: Voici un court texte qui explique ma vision par rapport à l'évaluation. Plus spécifiquement, les étapes menant à l'évaluation. Les évaluations sont des moments assez stressants pour n'importe quel apprenant. J'ai été étudiante pendant plus de 18 ans alors je tente de toujours garder en tête ce que j'ai vécu lors des évaluations. Je crois que l'important est de bien préparer ses élèves. Les tests-surprises ou les examens alors que les élèves ne sont pas prêts n'aident absolument en rien. Premièrement, cela peut nuire à leur motivation ainsi qu'à leur confiance en soi à la suite à un échec. Je crois qu'il est important en tant qu'enseignant de bien saisir le pouls de la classe et de ses élèves.

Par exemple, lors d'enseignement de nouvelles notions, nous pouvons avoir prévu un certain nombre de périodes pour la découverte, l'explication, la pratique du concept, etc. Toutefois, il se peut que ce soit plus ardu que prévu. C'est là que le jugement de l'enseignant entre en jeu. Si l'évaluation était prévue après ce nombre précis de périodes et que l'enseignant jauge mal le degré de maîtrise de ses élèves, cela pourrait se révéler être un échec. Il est donc important qu'au cours du processus d'acquisition de nouvelles notions, l'enseignant prenne le pouls de sa classe. Cela peut effectivement se faire à l'aide d'examen formatif.

Suite à ces examens formatifs, l'enseignant peut voir où sont les lacunes et les difficultés de ses élèves. Des exercices et des explications supplémentaires peuvent alors être donnés. Avec la réalité de l'inclusion, il fera partie de notre quotidien d'avoir dans nos classes des élèves aux besoins particuliers. Je crois qu'il est du devoir de l'enseignant de s'informer le plus possible sur les spécificités touchant ces élèves.

Ensuite, l'enseignant doit adapter ses interventions, selon ce qui est le mieux pour l'élève. Je crois que cela veut simplement dire de prendre l'élève comme il est avec ses troubles et de lui faire réaliser ce dont il est capable. Cela s'appelle de la différenciation!

Les élèves ayant des troubles de comportements ou d'apprentissages ont des raisons qui expliquent cela. Je crois que l'enseignant se doit d'être ouvert, conscient, empathique et doit donner beaucoup d'affection tout en créant une relation de confiance réciproque.

Les élèves sont tous différents et les classes parfaites n'existent malheureusement pas. Il faut demeurer conscient de cela et trouver les moyens les plus efficaces pour aider les élèves dans leur cheminement. Vous trouverez dans la bulle ci-dessous un article des plus pertinent provenant du journal La Presse parlant de cette problématique. http://www.lapresse.ca/actualites/quebec-canada/education/201303/30/01-4636198-une-ecole-adaptee-au-rythme-de-ses-eleves.php Artéfact 2: Je vais tenter d'illustrer par un court texte un exemple que j'ai vécu en classe de stage avec un élève en trouble de comportement et d'apprentissage. Je crois que ma réaction témoigne de ma compréhension de ce concept qu'est l'adaptation de nos interventions selon les besoins des élèves. J'ai eu la chance de connaître un jeune garçon que j'appelais Zack. Ce petit jeune homme était très intelligent, mais dès qu'un événement le dérangeait il se fermait complètement et il ne voulait plus rien entendre ou faire. Il se réfugiait sous son pupitre, aux tables de travail individuel, dans son casier ou autre. Parfois, je n'arrivais même pas à comprendre pourquoi il se fâchait. Toujours est-il que je tentais de lui laisser le plus de place possible. Zack était souvent distrait, jouait avec ses effets personnels, marmonnait, etc. Je le laissais se lever pour aller au tableau de vocabulaire s'il avait besoin. Je n'étais pas toujours sur son dos, car j'ai compris que pour lui, se lever, aller observer, retourner à sa place l'aidait à réaliser la tâche. J'ai compris que si je l'avertissais sans arrêt, il se fermerait. J'ai donc laissé beaucoup d'espace à Zack, jusqu'à un certain point. Lorsque son comportement dérangeait le reste de la classe, je devais intervenir. Pour intervenir pour limiter les dégâts, je prononçais son nom doucement, je le regardais et il comprenait alors qu'il devait cesser le mauvais comportement. Au besoin, je lui parlais seul à seul aux récréations. Lorsqu'il était de bonne humeur, il travaillait vraiment bien. Je devais tout faire pour garder son moral au maximum afin qu'il puisse rester concentrer sur la tâche. Artéfact 1: Ce premier artéfact témoigne de ma collaboration avec une intervenante auprès d'élèves atteints d'autismes qui se trouvaient dans mes classe. Il y avait deux élèves autistes dans une de mes classes. Une dame travaillait de concert avec les enseignants et ceux deux élèves pour qu'ils puissent intégrer les classes. Lors de mon stage, j'ai pu discuter avec elle, en apprendre plus sur l'autisme et sur le comportement de ces deux élèves. Au fil du temps j'ai mieux compris ce dont ils étaient capables de réaliser et ce qui les touchait plus. J'ai donc travaillé avec elle afin que les deux élèves puissent participer aux projets de groupes, aux réalisations individuelles et autres selon leur capacité. Il est vrai que je ne suis pas qualifiée pour prendre en charge ces élèves et le manque d'expérience joue contre moi. J'étais donc des plus heureuse de pouvoir apprendre avec l'aide de la dame et de pouvoir faire en sorte que mes deux élèves travaillent à leur manière selon leurs aptitudes. Ils ont participé aux divers projets comme celui sur les monstres ou encore sur le projet sur les Mayas. Ils ont majoritairement effectué du travail manuel, mais quelques travaux écrits ont également été réalisés. Artéfact 2: Lors de mon stage j'ai également eu la chance de travailler avec la psychologue de l'école. Elle venait quelques fois par mois afin d'établir les profils psychologiques d'élèves qui sont en voient d'être codé ou autre. Durant mon stage, sur 27 élèves j'avais plus de la moitié de mes élèves qui étaient codés en troubles d'apprentissage ou de comportement. Certains étaient en processus de l'être. C'est donc pourquoi j'ai pu assister à quelques rencontres parents-enseignants-psychologue et même donner mes impressions sur les élèves. J'ai pu travailler deux mois complets avec ces derniers et j'ai remarqué quelques éléments qui pouvaient être pertinents alors mon enseignante m'a permis de prendre la parole lors de ces rencontres. J'ai également pu prendre connaissance du processus, qui est très long et ardu, afin de faire reconnaître son enfant comme codé. Les parents travaillent avec l'école, les médecins, les psychologues et parfois même des organismes externes. Il y a deux élèves en particulier avec lesquelles j'ai pu en apprendre davantage sur le processus. C'est terrible de voir qu'ils ont besoin d'aide, mais que les moyens ne sont pas là pour pouvoir les aider efficacement. L'attente est longue et parfois les résultats escomptés n'arrivent jamais. Bref, ce fut enrichissant de travailler de concert avec les parents, la psychologue et autres intervenants du milieu. Tout cela, dans la perspective de trouver la cause des troubles, pour mieux aider les élèves à atteindre les objectifs académiques fixés. Artéfact 1: Ce courriel a été envoyé par mon enseignante associée à Madame Guénette, directrice du baccalauréat en enseignement du français langue seconde. Ce courriel démontre non seulement que mon enseignante était satisfaite de mon travail en salle de classe, mais également que je respecte le code de vie de l'école et tout ce qui touche à l'éthique professionnelle et personnelle. Artéfact 2: Ce court texte sert en quelque sorte à démontrer à travers diverses situations que j'agis éthiquement et selon mes valeurs lorsque je me retrouve dans un contexte scolaire. L'éthique peut peut-être se discuter mais pour moi certains comportements ou paroles ne peuvent être dites ou faites. Lors de mes expériences de stage, il m'est arrivée à plusieurs reprises d'être témoin de conversations qui n'étaient pas éthiques à mon avis. J'ai préféré ne pas prendre part aux discussions afin de ne pas prononcer des mots qui ne doivent pas être prononcés. Par exemple, à la salle des enseignants il est normal de parler de nos élèves dans l'optique de trouver des stratégies d'aide ou discuter de certaines choses qui sont observables et connues de tous. Par contre, juger et dire des commentaires négatifs sur les élèves gratuitement ne devrait pas être toléré. Il y a des moments pour parler, se vider le coeur, entre amis ou collègues, mais pas devant un large public comme les midis à la salle des professeurs. J'ai toujours le coeur brisé lorsque j'entends des enseignants tenir des propos dégradants envers certains élèves.

Aussi, dans le cours de gestion de classe, nous avons étudié plusieurs types de personnalité en gestion de classe. L'intimidation faisait partie d'un type de gestion de classe à éviter. J'ai plusieurs fois été victime de ce type de gestion de classe et il est pour moi inconcevable de l'appliquer en classe. Cela relève également de mon jugement critique, moral et éthique. Artéfact 1: Je présente ici mon ancien portfolio électronique. Lors de la deuxième année de baccalauréat, nous devions réaliser une partie de ce portfolio final. J'avais fait mon portfolio à l'aide du logiciel Powerpoint. Je crois démontrer avec ce présent portfolio (Weebly, Prezi) que j'ai amélioré ma connaissance des TIC en utilisant des logiciels plus complexes et plus variés. Artéfact 3: À la session automne 2012, j'ai suivi le cours de didactique des langues secondes: adultes. Lors de ce cours, nous avions à créer une SAÉ en équipe. Suite à ce travail, notre enseignante nous a demandé la permission de publier notre travail sur le futur site internet du département de didactique des langues secondes de l'UQAM. C'est avec grand plaisir que mon équipe et moi avons accepté. Bonjour à vous tous,

J’espère que vous allez bien et que tout se passe bien si vous êtes en stage. Je vous contacte puisque le Département de didactique des langues aimerait créer un site web pour l’enseignement du FLS/FLE, et y déposer les travaux les plus réussis de nos étudiants. Du coup, j’ai bien sûr pensé à vous et à votre excellent travail final réalisé dans le cadre du cours DDL5400.Si vous êtes d’accord, j’aimerais donc transmettre votre travail à la personne en charge du contenu du site, qui reformatera l’ensemble des travaux selon un modèle unique et qui les déposerait ensuite sur le site web, en version pdf.

Vos noms seraient bien sûr indiqués sur le travail. C’est une belle vitrine pour mettre en valeur votre réalisation didactique!Pour ce faire, j’aurais besoin de votre accord par courriel. Et n’hésitez pas à me contacter si vous avez des questions!

Merci et au plaisir,Valérie
Valérie AmireaultProfesseure, Ph.D.Département de didactique des langues
Faculté des Sciences de l'éducationUniversité du Québec à MontréalC.P. 8888, Succursale Centre-VilleMontréal (Québec) H3C 3P8 Artéfact 2: J'ai eu la chance d'avoir un Smartboard dans mes 3 dernières classe de stage. Je suis généralement assez autodidacte alors j'ai pu apprendre par moi-même le fonctionnement de cet outil. Je l'utilise fréquemment lors de mes enseignements ce qui motivent et soutien l'apprentissage. Je présente ici dans un court texte, diverses activités que j'ai réalisées à l'aide du smartboard. J'utilise le Smartboard pour travailler la grammaire par exemple, en écrivant des phrases qui contiennent des fautes au tableau. Ensuite, je demande aux élèves de venir corriger ces fautes. Ce qui est intéressant c'est que l'on peut aisément bouger les mots, faire plusieurs flèches de couleurs pour bien illustrer les concepts. Il est facile de préparer des textes à trous, des images où les élèves doivent repérer les figures planes par exemple ou encore, mettre les paroles d'une chanson pour travailler divers sons. Les élèves peuvent venir au Smartboard pour remplir les textes, encercler les sons ou les figures planes.J'ai également préparer plusieurs Powerpoint que j'ai pu présenter sur le Smartboard, le visuel est un élément qui aide les élèves à comprendre et faire des liens. J'ai également présenté des documents audio-visuels afin de développer l'écoute et la compréhension orale tout en ayant un support visuel. Pour les plus petits, il y a des ressources pour apprendre à lire l'heure, des horloges où l'on peut bouger les aiguilles, etc. C'est ludique et éducatif à la fois. Les élèves sont plus motivés puisque ça change de la routine et les TIC font partie du quotidien des élèves. L'éducation ne se résume pas à apprendre à l'intérieur de la salle de classe. Il y a diverses ressources extérieures qui peuvent favoriser et diversifier les apprentissages. C'est pour cette raison que tous les enseignants doivent coopérer avec les ressources qui s'offrent à eux afin d'en faire bénéficier les élèves. L'école est une mini-société mais reflète assez bien la réalité de la société actuelle. C'est pourquoi je trouve important d'inclure ces partenaires dans le processus d'apprentissage. La collaboration avec les parents devient extrêmement importante dans la mesure où bien que nous passions beaucoup de temps avec les élèves, la réalité de la maison ne nous est pas toujours connue. Il est important d'entretenir des relations saines et de respect avec les parents dans le but de favoriser le développement intellectuel, émotionnel et social des enfants. Nous pouvons également travailler avec les personnes de la communauté c'est-à-dire les centres pour les plus démunis, collecter des dons pour ces derniers, travailler avec l'éco-quartier pour l'environnement, etc. En tant qu'enseignant nous ne pouvons pas garantir à nous seuls la réussite de tous les élèves. Certains élèves ont des difficultés et des spécificités qui sortent du cadre de nos qualifications, et ce, spécialement en début de carrière. C'est pourquoi il est important de coopérer avec les psychologues, les travailleurs sociaux, les orthopédagogues, les médecins, etc. lorsque certains élèves démontrent des difficultés d'apprentissage ou de comportement. Lorsque l'élève vit des difficultés émotionnelles par exemple, il ne sera pas disposé intellectuellement à réaliser le travail. C'est pourquoi il est important à l'affût de signes qui nous indiquent que les élèves ont des besoins spécifiques. Bien que nous n'ayons pas toujours les ressources nécessaires pour aider les élèves, nos observations sont extrêmement importantes puisque c'est cela qui fera en sorte que les spécialistes pourront à leur tour tenter d'aider les élèves. Artéfact 1 : Je présente ici une pratique réflexive que j'ai réalisé suite à une visite de supervision. Cette compétence se développe je crois en étant critique envers soi-même afin de se prendre connaissance de nos points faibles dans le but de les améliorer.
Full transcript