Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Population et peuplement

No description
by

David Marin

on 22 November 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Population et peuplement

Population et peuplement
v. -30 000 - v. -15 000

Premiers Occupants
Régime britannique
1760-1867

1867 à aujourd'hui
Sources
Les premiers occupants du continent américain arrivèrent vers -35 000 en provenance d'Asie par le de détroit de Béring,, une étroite bande de terre entre l'Alaska et la Sibérie recouverte de glace à ce moment de l'histoire S’étendant vers le sud, puis vers l’est, c’est vers -12 000 que les premiers Amérindiens s’installèrent sur le territoire québécois, suivi par les Inuits vers -8 000.Les premiers occupants se classent en trois catégories selon leur famille linguistique.
Les Algonquiens
(À ne pas confondre avec les Algonquins).Les Algonquiens, qui comprends entre autres les Algonquins, les Micmacs, les Innus, les Outaouais et les Cris se sont installés dans les forêts pleines de gibiers du Bouclier canadien et des Appalaches. Nomades, ceux-ci se déplacent de campements en campement selon les saisons de chasses, de pêche ou de cueillette. Ils habitent des Wigwams, ces tentes faites de peaux d’animaux et d’écorces. Possédant peu de biens matériels et culturels, ils se déplacent en petit nombre, les familles patriarcales élargies, dont le chef est le meilleur chasseur.
Les Iroquoiens
Les Iroquoïens, comme les Iroquois, les Hurons, Pétuns (exterminés en 1650) et Neutres se sont installés dans la vallée fertile du Saint-Laurent et des Grands Lacs où ils pratiquent l’agriculture. Le maïs, la courge, les haricots, le tabac font partie de leur alimentation tout comme la chasse, la pêche et la cueillette. Vivant dans des maisons longues regroupant les familles descendantes d’une même ancêtre maternelle, ils habitent des villages entourés d’une palissade, et l’organisation sociale est plus élaborée. En effet, c’est un conseil de clan qui choisis 2 chefs: un militaire (le meilleur guerrier) et un autre politique (le plus sage).
Maison longue
Les 3 soeurs
Les Inuits
Les Inuits, pour leur part, sont aussi nomades et se déplacent constamment à la recherche de gibier ou de poissons. Ils habitent l’hiver dans des igloos et l’été dans des tentes de peaux. Vivant en très petits groupes familiaux, le chef étant le père et le meilleur chasseur.

Les Inuits ne connaissent pas la métallurgie, leur outils et armes de chasses sont fabriqués à partir de bois ou de pierre. Ils sont animistes et démontrent un grand respect de la nature avec laquelle ils vivent en harmonie en évitant de gaspiller ses ressources.
Wigwam
Igloos
Régime français 1608-1760
Dès l’an 1000 après Jésus-Christ, les Vikings sont venus visiter la côte de Terre-Neuve. Les pêcheurs basques, attirés par les bancs de morues de l’Atlantique, ont déjà eu des contacts avec les Amérindiens, comme c’est le cas de Jacques Cartier lors de ses 3 voyages. Mais c’est surtout par le biais des compagnies à monopole venues exploiter les fourrures de grande qualité du Canada que les Européens entrèrent véritablement en relation avec les Hurons.

Les premières habitations, comme celle de Tadoussac, 1600, de Québec, 1608, ou de Trois-Rivières, 1634, ont pour objectif le commerce des fourrures avec les Amérindiens. Ces fourrures de tr`s bonne qualité sont en demande en Europe où elles sont transformées en accessoires de mode, notamment des chapeaux. La chasse à grande échelle forcera les Amérindiens et les explorateurs canadiens à chasser de plus en plus loin vers l’ouest les inestimables fourrures, étirant la Nouvelle-France à la limite des Rocheuses, au sud jusqu’à la Louisiane et à la frontière des 13 colonies anglaises.

L’aspect religieux est aussi déterminant dans l'immigration de la Nouvelle-France. L’évangélisation des Amérindiens par les confréries de religieux missionnaires entraînera ainsi que par des laïques zélés entraînera la fondation de Ville-Marie en 1642. Les relations avec les Européens et leurs maladies inconnues de même que les rivalités entre les nations amérindiennes causer par la traite des fourrures limiteront vigoureusement la population des Amérindiens.

Il faudra patienter l’implantation du Gouvernement royal, en 1663, et la venue de Jean Talon deux ans plus tard pour que la population de la Nouvelle-France acrîotre réellement. L’intendant fera venir des Filles du Roy, des engagés, paiera les voyages à des familles pauvres et dictera différentes contravations pour tenter de faire augmenter la population de la colonie avec un succès plus que moyen.

Les terres fertiles de la vallée du Saint-Laurent seront réparties en seigneuries, gigantesques territoires appartenant au seigneur. Les seigneuries seront redivisées en courtes bandes de terres perpendiculaires au fleuve et aux cours d’eau affluents: les censives. Les paysans qui les exploitent les censitaires, doivent liquider une redevance au seigneur pour l’utilisation de ses terres: le cens. Les censitaires devront aussi collaborer aux travails, à la milice et payer la dîme à l’église de la paroisse. Le censitaire paie le cens au seigneur pour sa censive, ça du sens! :) De façon générale, la vie dans la nouvelle colonie est plus rose pour la population que celle dans la métropole.

Les Canadiens-français s'habitueront à leur mode de vie, leur habillement, leur transport et même leur alimentation à la vie dans la Nouvelle-France. Petits fruits, maïs, sirop d’érable, raquette, toboggan, canot d’écorce, manteau de fourrures, mitaines, châle, maison de pierres à toit en pente et pipe à tabac feront désormais partie entièrement de la vie des colons.
La France et la Grande-Bretagne, rivales en Europe depuis des siècles, transposeront leur aire de bataille en Amérique lors de la Guerre de la Conquête de 1754 à 1760. Défaite, la Nouvelle-France attendra l’issus de la guerre européenne 3 ans plus tard. La Proclamation royale de 1763 a pour but d’assimiler les Canadiens français. Les Britanniques infligeront leur lois civiles, leur lois criminelles (il faut dire qu’elles étaient plus favorables que le lois françaises), ainsi que le serment du test afin de convertir les catholiques. Ils minimeront aussi énormément le territoire en le réduisant à la vallée du Saint-Laurent. En plus de faire l’anglais comme langue officielle de la Province of Québec, la nouvelle métropole anglaise favorise la migration anglophone. Les Montrealers, des vendeurs de New York et de Boston, seront les premiers a substituer l’élite marchande française.
Le mouvement des 13 colonies aura des impacts majeurs sur la Province of Québec. En premier lieu, les 13 colonies vont essayer d’entraîner la Province of Québec dans leur révolte puis l’attaqueront mais sans succès. Pour garantir la loyauté de la Province of Québec, la Grande-Bretagne présentera une nouvelle convention à sa colonie : l’acte de Québec en 1774. Le serment du Test sera succédé par un serment de fidélité à la couronne britannique, mais surtout le territoire s'amplifiera jusqu’aux Grands Lacs et à la vallée de l’Ohio déclanchant la rancœur des Américains. Après 1783, plusieurs Loyalistes, des colons américains restés dévoués à l’Angleterre pendant la Guerre d’indépendance américaine, viendront s’installer dans la Province of Québec, surtout dans la partie du bas Canada aujourd'hui devenu l'Ontario .
C’est à partir de 1815 que les populations de la Province of Québec sera bouleversé en raison de la venue de plusieurs immigrants en provenance des îles britanniques : Angleterre, Irlande, Écosse. L’acroissement de l’immigration en plus de la croissance naturelle de la population de la colonie engendra l’ouverture de nouvelles régions de colonisation (comme le Sagueneay-Lac-St-Jean, la Mauricie ou les Laurentides) ainsi qu’un mouvemant massif de la population, un exode, vers les États-Unis. Les nouveaux arrivants amèneront avec eux l'affreuse épidémie de choléra qui forcera les autorités coloniales à instituer des mesures d’hygiènes, quelques fois abusifs comme la quarantaine à Grosse-Île. La décennie de 1830 verra de multiples récoltes dévasté et des famines qui forceront les paysans à abandonner leur campagne surpeuplée pour aller chercher du travail dans les manufactures des États-Unis. L’église tentera tant bien que mal d’enrayer ce flot migratoire en ouvrant de nouvelles paroisses en régions éloignées. De plus, paysans et immigrants se retrouvent maintenant en ville, agrandissant les rangs de la classe ouvrière.
village de Kuujjak
https://www.google.ca/url?
Arrivé d'un bateau au port de New York
Jean Talon 1626-1694
Dans la première moitié du XXe siècle, des immigrants venus d’Europe, espérant améliorer leur sort, fuient persécutions, conflits nationaux et guerres, tandis que d’autres sont motivés par des préoccupations d’ordre économique. Les années qui suivent la Seconde Guerre mondiale connaissent le baby boom et une importante vague d’immigration issue principalement d’Europe. Depuis, le Québec a accueilli des immigrants provenant de toutes les régions du monde. Aujourd'hui, avec un faible taux de natalité, la population du Québec s’accroît surtout grâce à l’immigration.


Canot d'écorce
petits fruits
Toboggan
Sirop d'érable
Arrivée de Samuel de Champlain en 1608
Tout le territoire qui appartient encore à la Grande-Bretagne en Amérique du Nord, après l’indépendance des États-Unis, est appelé l’Amérique du Nord britannique. Ce territoire était composé de différentes colonies, dont la province du Canada (ainsi nommée après l’union du Haut-Canada et du Bas-Canada, en 1840).
Ces différentes colonies font face à plusieurs problèmes et, pour les résoudre, ils en viennent à une solution : se regrouper pour former un pays, le Canada. Par exemple, les colonies pensent qu’elles pourront mieux se protéger si elles sont unies, que l’économie va aller mieux et que les problèmes politiques seront moins difficiles.
Le 1er juillet 1867, l’Acte de l’Amérique du Nord britannique entre en vigueur. C’est la naissance d’un pays : le Canada. Mais le Canada de 1867 est différent d’aujourd’hui : il est alors formé de quatre provinces seulement : le Québec et l’Ontario, qui formaient la province du Canada, ainsi que le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse. Dans les quelques années suivantes, trois autres provinces s’ajouteront : le Manitoba (1870), la Colombie-Britannique (1871), l’Île-du-Prince-Édouard (1873) et un territoire : les Territoires du Nord-Ouest (1869).

Le Canada a trouvé un compromis afin d’unir les provinces, tout en leur permettant de garder une certaine autonomie sur différentes questions : le fédéralisme. Il s’agit d’un système avec deux niveaux de gouvernement : un gouvernement fédéral pour les questions qui touchent toutes les provinces et des gouvernements provinciaux pour s’occuper de certains domaines, comme l’éducation et la santé. Le Canada fonctionne toujours de cette façon aujourd’hui. Le gouvernement fédéral siège à Ottawa et le gouvernement du Québec, dans la ville de Québec.
La crise agricole
En 1812, une guere
entre les États-unis et
la Grande-Bretagne
éclata. Cela a eu
comme conséquence une crise agricole et perturba la production des grains.
En 1837, ont déclaraient des cas de famine dans le Bas-Canada. Mais comme les États-Unis étaient un pays
débordant d'emploi, il y a u entre 1860 et 1920 environ 616 000 immigrés provenant du Canada. Ces immigrants fuyaient la crise agricole. On appelle cette période La gande hémorragie. Cependant, au lieu d'immigrer, d'autres personnes décident tout simplement de se rendre en ville. Malheureusement, il n'y a pas beaucoup de bon emplois et la plupart du temps c'est toute la famille doit travailler dans les usines là où les conditions de travails sont négligés.

La colonisation
Bien que plusieurs Canadiens-Français émigrent aux États-Unis au dans les centres urbains, d'autre se tournent plutôt vers la colonisation.
Les Laurentides et les Appalaches sont les endroits touchés par cette colonisation.
Préoccupe par l'émigration aux États-unis qui est un pays protestant et vers les villes, le gouvernement travail pour favoriser cette colonisation du Québec. Ainsi, des régions comme Hébertville, Lac-Saint-Jean, Saguenay du nord de Joliette, Laurentides et même du Témiscamingue voient le jour.
Malheureusement, le climat froid peu favorable à l'agriculture, le sol rocailleux et l'isolement des centres urbains ont un impact crucial sur cette colonisation. De plus, ces mouvements de colonisation ont eu un effet néfaste pour les premières nation.
Toutefois, le bois est une bonne source d'exploitation.
Les bûcherons adopteront un nouveau monde de vie :
cultivateur pendant l'été et bûcheron l'hiver.

Les nouvelles communautés
De 1880 à 1930, le Québec accueille notamment des Allemands. des Polonais, des Irlandais, des Hongrois et des Ukrainiens. De nombreux Juifs et des Italiens s'installent aussi sur le territoire québécois au cours de cette période. Après la Seconde Guerre mondiale, les groupes les plus importants sont les Italiens, les Britanniques, les Grecs et les Portugais. Au début des années 1960, l'immigration, encore majoritairement européenne, se diversifiera avec des communautés provenant de l'Asie.


Avec les années 1970, le Québec accueille des personnes immigrantes provenant surtout de l'Europe, de l'Asie, des Caraïbes et des Bermudes. Les immigrants provenant de l'Asie sont les groupes les plus populeux à partir des années 1980. Les années 1990 confirment cette tendance : l'immigration provient majoritairement de l'Asie, suivie par celle venant d'Europe, des Amériques et de l'Afrique. En 2001, les trois premiers pays de naissance des immigrants sont la Chine, le Maroc et la France
En optant pour une politique d'immigration permanente, le gouvernement québécois s'est doté de critères de sélection des immigrants basés notamment sur la connaissance du français et de l'anglais, la scolarité, l'âge et l'expérience professionnelle. Le Québec a énormément bénéficié de la longue tradition de l'immigration. Grâce à ses apports, l'immigration contribue à faire de la société québécoise une collectivité diversifiée et ouverte sur le monde.

Baby-Boom
La Seconde Guerre mondiale se conclue en 1945 par une victoire des Alliés, soit notamment l'U.R.S.S, le Canada, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni. Si elle laisse un grand vide dans l'économie et la démographie de la plupart des pays d'Europe, l'Amérique du Nord bénéficie pour sa part d'un renouveau économique et d'une explosion démographique: le Baby-Boom. Il atteint 24,3 en 1945, monte à 27,2 l’année suivante et varie entre 27 et 28,5 pour 1 000 habitants jusqu'en 1959, avant de redescendre petit à petit. À partir de 1965, cependant, les gens commencent à se marier plus tard et attendent plus longtemps avant de faire des enfants, parce qu'un plus grand nombre de femmes sont actives sur le marché du travail.
Les conséquences du Baby-Boom ont été le vieillissement de la population. En 2012, les premiers baby-boomers étaient âgés de 65 ans, qui est l'âge de la retraite.
Cette situation va engendrer de nouveaux défis, particulièrement sur les plans de la santé et du travail. En vieillissant, le besoin d'obtenir des soins de santé va en augmentant. Le vieillissement des baby-boomers va donc provoquer une pression sur le système de santé qui devra gérer une augmentation considérable de la demande de soins. Ce contexte occasionner également un accroissement des coûts pour l'État et les contribuables.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Am%C3%A9rindiens_au_Canada visité le 21 octobre
http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(2e-cycle-du-secondaire)/les-premiers-occupants-(vers-1500).aspx visité le 21 octobre
http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(2e-cycle-du-secondaire)/les-premiers-occupants-(vers-1500)/algonquiens.aspx visité le 21 octobre
http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(2e-cycle-du-secondaire)/les-premiers-occupants-(vers-1500)/iroquoiens.aspx visité le 21 octobre
http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(2e-cycle-du-secondaire)/les-premiers-occupants-(vers-1500)/inuits.aspx visité le 21 octobre
http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(2e-cycle-du-secondaire)/l'emergence-d'une-societe-en-nouvelle-France-(1534-1760).aspx visité le 5 novembre
http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9gime_seigneurial_de_la_Nouvelle-France visité le 5 novembre
http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/HISTfrQC_s1_Nlle-France.htm visité le 5 novembre
http://bv.alloprof.qc.ca/histoire/histoire-et-education-a-la-citoyennete-(2e-cycle-du-secondaire)/le-changement-d'empire-(1760-1791).aspx visité le 11 novembre
http://www.axl.cefan.ulaval.ca/francophonie/HISTfrQC_s3_Union.htm visité le 15 novembre
Présences, manuel de l'élève 2è année, 2è cycle du du secondaire vol. 1
Full transcript