Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Copy of AQA A2 French: L'Occupation

This Prezi looks at the influence of Vichy France on the post-war period.
by

Ros McKee

on 24 February 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Copy of AQA A2 French: L'Occupation

‘‘L’histoire est importante pour les leçons qu’en peut en tirer" - Analysez les leçons les plus importantes que nous pouvons tirer de la période que vous avez étudiée
Les Trente Glorieuses
Vaincre, punir, reconstruire. La dialectique de la transition démocratique
Les années sombre - la France de Vichy
Après un début difficile, les vingt-huit ans qui séparent la fin de la Seconde Guerre mondiale, en 1945, du choc pétrolier de 1973 se caractérisent par :
la reconstruction économique de pays largement dévastés par la guerre ; le retour vers une situation de plein emploi dans la grande majorité des pays ; une croissance forte de la production industrielle (un accroissement annuel moyen de la production d'environ 5 %) ; une expansion démographique importante (le baby boom) dans certains pays européens et nord-américains – particulièrement en France, en Allemagne de l'Ouest, aux États-Unis et au Canada.
La forte croissance est facilitée par :
un accès encore aisé aux énergies fossiles ; un rattrapage technologique vis-à-vis des États-Unis, par des pays dont le capital humain (niveau d’éducation et d’expérience des travailleurs) reste important.
La deuxième Épuration 1968 - 1985
Les travaux des historiens permettent une réévaluation de la période. Les historiens américains comme Peter Novick dont l'ouvrage L'Epuration française paru en 1968 est traduit seulement en 1985 nuancé ont dit que la justice
d'épuration a certes été inégale. Elle n'a pu éviter des moments de vengeance pure. Elle a été parfois aveugle. Elle a
indéniablement occulté la politique antisémite de Vichy.
La vie en France sous l'Occupation allemande se caractérise par la pénurie et par la dictature. L'Occupation allemande de la France commence avec l'armistice du 22 juin 1940 et s'achève avec la Libération du territoire en août 1944. La France, d'abord divisée en deux zones, la zone occupée au Nord et la zone dite « libre » au Sud, qui est sous l'autorité du régime collaborationniste de Vichy, se trouve de fait inféodée à l'Allemagne nazie durant cette période. Comme tous les pays occupés, la France a fait l'objet d'un pillage économique, humain, financier ainsi que territorial de la part des Allemands. Le Régime de Vichy mène de manière autonome la persécution des Juifs.
Les Années Oubliées avant la PrémièreGuerre Mondiale:
-Peur du communisme
-la popularité du facisme et de l’antisémitisme en Europe
-L’affaire Dreyfus
1914 – 1918 La Prémière Guerre Mondiale
-la défaite de l’Allemagne
- En 1919 l'Allemagne est devenue La République Weimar
La Troisième République est le régime républicain en vigueur en France, de 1870 à 1940.
Les années sombres - la France de Vichy
La Quatrième République est le régime républicain en vigueur en France d'octobre 1946 à octobre 1958. Elle est instituée après la libération de la France de l'occupation nazie (1944-1945).
L’après-guerre
La Cinquième République, ou Ve République, est l'actuelle forme du régime républicain en vigueur en France. Elle succède, depuis le 4 octobre 1958, à la Quatrième République, instaurée en 1946
Les trente glorieuses - Au cours de la période 1945-1975, la France s'est transformée plus qu'elle ne l'avait fait en un siècle.
Vers la légalité républicaine
Dès sa constitution à Alger, le CFLN (le Comité français de Libération
nationale, présidé par de Gaulle) prépare activement l'après libération en élaborant des projets de loi, en nommant ses
cadres. Un préalable s'impose : déclarer nul et non avenu le régime de Vichy. Au-delà de son illégalité formelle, le crime
majeur est pour de Gaulle, l'armistice. A ses yeux, il n'a aucune validité. Le gouvernement qui en résulte est un «
gouvernement de fait ». C'est cette thèse que René Cassin va articuler : les actes constitutionnels de Pétain violent la
constitution. Institué sous la contrainte, l'Etat français est donc illégal et anticonstitutionnel. En conséquence, seule
l'Assemblée nationale pouvait réviser la Constitution sans pouvoir déléguer ce droit.
Forts de cette doctrine, les pouvoirs publics de la France Libre s'organisent pour reconstruire l'arc de la légalité.
L’Épuration légal:
Les règlements de compte
- la collaboration horizontale: tonte des femmes
- les procès et les exécutions des collaborateurs
et des miliciens
- le besoin de pardonner/oublier pour maintenir la cohésion sociale
« Il nous est resté la haine. Il nous en est resté ce mouvement qui l'autre
jour, à Dijon, jetait un enfant de quatorze ans sur un collaborateur lynché
pour lui crever le visage. Il nous en est resté cette fureur qui nous brûle
l'âme au souvenir de certaines des images et de certains visages. A la
haine des bourreaux a répondu la haine des victimes... Eh bien, c'est de
cela que nous devons triompher d'abord. Il faut guérir ces coeurs
empoisonnés. Et demain la plus difficile victoire que nous ayons à
remporter, c'est en nous même qu'elle doit se livrer, avec cet effort
supérieur qui transformera notre appétit de haine en désir de justice. »
Albert Camus, « Défense de l'intelligence », 15 mars 1945.
http://memorial-vercors.fr/fr_FR/le-memorial-2824.html
La France veut oublier, nier l’occupation et la collaboration mais les héros de la Résistance et de la victoire sont commémorés:
Mais depuis les années 1970-1980 l'ignorance, après la guerre, du rôle de Vichy dans la Shoah
apparaît rétrospectivement scandaleuse. On a le sentiment d'une justice qui a frappé en laissant passer les grands
coupables, notamment les auteurs des crimes liés à la politique antisémite. La polémique qu'a suscité le livre de Pierre Péan,
Mitterrand une jeunesse française (1994) suivie du film de Serge Moati, montre l'ambiguïté des parcours de collaborateurs
de Vichy devenus authentiques résistants, les « vichysso-résistants ». Elle conforte l'idée d'une justice complaisante à
l'égard de ceux qui, tel René Bousquet, secrétaire général de la police de Vichy, un des responsables de la rafle du Vel'd'Hiv,
fut pourtant acquitté en Haute Cour. Décorations restituées, il poursuivit une longue carrière par la suite.
L'Affaire Papon
Maurice Papon, né en 1910, est entré au Ministère de l'Intérieur en 1935, après des études de Droit et à Sciences Po. A partir de mai 1942 et jusqu'en 1944, il est secrétaire général de la préfecture de la Gironde. Parmi ses attributions figuraient les transports et le "Bureau des questions juives".
Au moment de la Libération, il parvient à se faire reconnaître comme résistant et est nommé préfet des Landes. De 1947 à 49 il est préfet de Corse, puis en Algérie. Il va être préfet de police de Paris pendant 9 ans ; il était responsable des forces de l'ordre à Paris lors des ratonnades d'octobre 1961, ainsi que lors du drame du métro Charonne (9 morts). Il est ensuite élu député RPR, avant de devenir ministre du Budget de Giscard d'Estaing, de 1978 à 1981.
L' "affaire Papon" éclate le 6 mai 1981, quand le Canard enchaîné révèle que Maurice Papon avait joué un rôle dans la déportation des Juifs de Bordeaux. Il fallut 16 ans de procédure pour que Maurice Papon, inculpé en 1983 puis, après annulation de la procédure, à nouveau en 1988 et en 1992, comparaisse devant la justice le 8 octobre 1997. Il lui est reproché d'avoir participé à la déportation de 1690 Juifs, dont 200 enfants, de Bordeaux vers Auschwitz
Le 2 avril 1998, au terme du procès le plus long de l'histoire de la justice française, et après un délibéré de 19 heures, la cour d'assises de la Gironde le condamnait à 10 ans de réclusion criminelle et à la privation de ses droits civiques pour complicité de crimes contre l'humanité.
Bousquet et Mitterand
C'est à partir de la fin de l'été ou à l'automne 1943 que François Mitterrand passe à la clandestinité, traqué par la Gestapo, le Sicherheitsdienst et la Milice. Le Sicherheitsdienst (SD) perquisitionne à son domicile, en son absence. Deux de ses amis sont arrêtés, déportés ; l'un ne revient pas du camp de concentration. Peu après, il est sauvé par la femme du colonel Pfister, dirigeant de l'Organisation de résistance de l'armée, d'une arrestation par la Gestapo. Il est établi que René Bousquet, Secrétaire général de la Police, sentant le vent tourner, a fait prévenir Mitterrand, par l'intermédiaire de l'un de ses collaborateurs, Jean-Paul Martin, des risques d'arrestation qui pesaient sur lui.
• D'après un témoignage attribué à Alain Peyrefitte, Charles de Gaulle aurait dit en privé, en 1965, concernant son adversaire principal à l'élection présidentielle : « Mitterrand et Bousquet, ce sont les fantômes qui reviennent : le fantôme de l'antigaullisme surgi du plus profond de la collaboration32. »
• Selon Georges-Marc Benamou33, François Mitterrand aurait tenu les propos suivants à propos de René Bousquet, ancien secrétaire général de la police du régime de Vichy : « Une carrière ainsi brisée à trente-cinq ans, ce n’est pas supportable... Bousquet en souffrait cruellement. Imaginez cette cassure, cette carrière foudroyée ... »
• En 1974, René Bousquet soutenait et apportait son concours financier au candidat François Mitterrand contre Valéry Giscard d'Estaing. Une photographie de l'époque témoigne de ces contacts entre les deux hommes, réunis autour d'une tablée familiale dans la maison de Latche. En défense, François Mitterrand déclarait que « René Bousquet avait participé au financement de tous les principaux hommes politiques de gauche, des années 1950 au début des années 1970, Pierre Mendès France compris »34.
• En 1981, après la victoire de François Mitterrand à l’élection présidentielle, Bousquet sera reçu au palais de l'Élysée « pour parler politique »35.
• En 1986, quand les accusations portées contre René Bousquet prennent de la consistance, le président aurait cessé de le voir.
• En 1994, ses liens avec Bousquet sont rendus publics à l'occasion de la sortie du livre de Pierre Péan. Il s'en explique également au long d'une interview télévisée avec Jean-Pierre Elkabbach le 12 septembre 199436.
• En 1995, il déclare à Jean d'Ormesson à propos de l'affaire Bousquet : « Vous constatez là l'influence puissante et nocive du lobby juif en France »37.
Le devoir de mémoire désigne un devoir moral attribué à des États d'entretenir le souvenir des souffrances subies dans le passé par certaines catégories de la population, surtout s'ils en portent la responsabilité
Vocabulaire:

non avenu - null and void
sous la contrainte - under duress
deleguer - to assign, delegate
se livrer - to engage in
remporter une victoire - to carry off a victory
un rattrapage - catching up
vis-a-vis - beside, next to
les ratonnades -
inculpe - charged
la procedure - proceedings
comparaitre - to appear
la cour d'assises - Crown court
la polemique - argument, controversy
le parcours - route, journey
complaisant - lenient
constater - to note, to state a fact
prendre de la consistance - to thicken
Full transcript