Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Accompagner une équipe

No description
by

Benjamin PAUL

on 17 April 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Accompagner une équipe

La Charte

d'accompagnement du GIE 32
Sources

Séminaire GIE 32, Décembre 2013

François MULLER
École la grande Transformation
Le Développement Professionnel
Ce nouveau paradigme du développement professionnel présente plusieurs caractéristiques
1. Il s’intéresse au processus complexe d’apprentissage professionnel et à la construction de la compétence par, avec et pour les enseignants en engageant les personnels dans des tâches concrètes de réflexion et d’analyse, d’évaluation des pratiques, d’observation des situations de classe : Il est d’essence constructiviste, c’est-à-dire en rupture avec un mode transmissif.
2. c’est un processus durable et continu, sur le long terme parce qu’il prend acte du fait que les enseignants ont besoin de temps pour apprendre et pour réinvestir leurs nouvelles connaissances et compétences dans leurs pratiques. L’accompagnement et le suivi sont des ressources essentielles pour opérer des changements en profondeur. Il rompt avec l’émiettement et la taylorisation des dispositifs actuels de formation.
3. Le développement professionnel est « situé » : il est mis en oeuvre dans un contexte spécifique : celui de l’unité éducative, lieu des activités quotidiennes des enseignants et des élèves. Les unités éducatives deviennent « formateurs » en s’organisant en communautés d’apprentissage professionnel privilégiant l’enquête sur leurs pratiques sous la forme de groupes d’études, de construction de portfolios, et de dispositifs de recherche action (cf. infra)

4. Il s’inscrit dans une politique de mise en œuvre des réformes, et de mise en œuvre efficace de l’obligation de rendre compte ; partant, il devient stratégique parce que collectif : il participe à la construction d’une culture professionnelle, à la définition d’un projet collectif. Le changement n’est plus conçu à la mesure de l’individu-isolat, mais à l’aune d’une équipe sur ses propres objets de travail.
5. L’enseignant est considéré comme un « praticien réflexif » à même d’acquérir des connaissances et compétences puis de les traduire en nouvelles théories et pratiques pédagogiques avec et par la contribution des pairs et des ex-pairs.
6. Le développement professionnel repose sur un processus collaboratif à partir d’interactions entre enseignants mais aussi de relations avec d’autres professionnels ou membres de la communauté éducative, au sein de l’unité éducative comme à l’extérieur.

Numéro spécial
GIE 32
L'Innovation
Innover, de quoi parle t-on ?
L'ami Critique

Une pratique innovante, c’est plutôt une action pédagogique caractérisée par l’attention soutenue portée aux élèves, au développement de leur bien-être, et à la qualité des apprentissages En cela, elle promeut et porte les valeurs de la démocratisation scolaire. La démarche sollicite souvent la créativité des personnels et de tous les élèves. L’action est la plupart du temps partagée et gagne à s’étayer à un moment par une méthodologie de conduite du changement ; enfin, l’équipe s’élargit souvent pour devenir partenariale.en prenant appui sur les ressources dans son environnement et à l’ouvrir sur l’extérieur. Chacun de ces points ne suffit pas à lui seul, mais plusieurs combinés font d’une action une pratique innovante dans sa conduite et dans ses effets.

« L’ami critique est une personne de confiance qui pose des questions dérangeantes, propose des données à étudier avec un autre regard et critique le travail déjà réalisé comme un vrai ami. L’ami critique n’est pas neutre, mais il agit pour accompagner l’unité éducative et pour la défendre, en travaillant avec l’encadrement et les enseignants pour les aider à améliorer l’établissement scolaire ou l’école avec la distance nécessaire. C’est une personne extérieure qui n’entretient aucune familiarité avec les membres de l’unité éducative».

Les leçons tirées des expérimentations déjà réalisées montrent que l’ami critique, tout en étant attentif à son rôle, se doit d’adopter une attitude positive vis-à-vis de l’unité éducative, être capable d’encourager et de soutenir la participation et les prises de décision dans le temps, favoriser le plus possible la créativité. En revanche, son action a un effet négatif s’il est trop rapide dans son jugement, trop directif, ou s’il propose des solutions clés en main ou qu’il prend parti pour un camp ou pour un autre. Plus la relation est clairement établie entre les responsables de l’unité éducative et l’ami critique, plus la collaboration est rendue facile sur le long terme. Si l’ami critique adopte une position d’accompagnement et non de pilotage, l’établissement scolaire ou l’école aura davantage de possibilités pour mettre en œuvre son projet. Bien qu’il possède une bonne expertise, l’ami critique est plus généraliste que spécialiste. Il doit pouvoir travailler avec tout le monde, y compris les parents et les élèves. L’impact de l’ami critique sera moindre s’il n’est pas intégré au travail quotidien de l’établissement et s’il n’est pas disponible quand l’établissement a besoin de soutien. L’ami critique exerce moins d’influence quand un inspecteur travaille de manière intensive avec l’unité éducative. Il est alors primordial d’établir de bonnes relations entre l’ami critique et le corps d’inspection.
Accompagner une équipe
Avril-Mai 2014
reste encore un mot « attracteur étrange » dans l’éducation ; à la fois attractif, produisant des effets, mais d’emploi fort différent suivant les milieux et les locuteurs. Paradoxalement, il est pas ou fort peu employé par les enseignants eux-mêmes.
Il désigne un processus dynamique dont il importe d’en préciser les contours.
Le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative, nouvellement installé par les Ministres en avril 2013, a consacré un travail et quelques écrits pour proposer une définition en quelques points de l’innovation

-
Le rendez-vous est pris avant
, en précisant lieu, date et objet
- Les personnes sont informées, cela se fait au gré à gré
-
Un temps suffisant est dégagé
-
Aucun accompagnateur n'a de lien de hiérarchie
avec l'équipe accompagnée
-
Des rôles sont pris ou distribués
dans l’équipe, occasionnellement ou sur la durée
-
3 ou 4 accompagnateurs
(dont un qui a pour mission d'observer ses collègues) qui se doivent d'être
bienveillants
-
Les connaissances sont capitalisées
; la fiche du GIE devient la « chose » de l’équipe
-
Chacun peut s’exprimer, et l’écoute est attentive
-
Vous n’avez pas les réponses
; et d’ailleurs personne ne les connaît d’avance. Vous serez surpris.
-
L’accompagnateur peut
faire un débriefing en fin de séance pour
aider à construire la connaissance et au besoin faire un retour écrit
. (les 5 points à retenir, 5 ressources en correspondance)
-
L’équipe s’informe et veille à son ressourcement
; elle écrira un compte-rendu sur l'espace ENT à l'issue de chaque rencontre.
- Chaque séance est une petite avancée (ils demandent au conseiller de revenir)

Les difficultés de l'Ami Critique
Le statu quo
: l’organisation hiérarchique de l’unité éducative maintient les statuts et les missions des uns et des autres au détriment de la créativité et de l’innovation,

La représentation
: les personnes jouent le rôle de représentant pour d’autres (le syndicat, l’équipe de direction, une discipline scolaire) et ne s’engagent pas vraiment dans la démarche,

L’instrumentalisation
: l’ami critique est utilisé comme représentant d’un groupe d’intérêt particulier dans l’établissement scolaire ou l’école,

La faute à l’institution
: les personnes attribuent la responsabilité des problèmes qu’ils rencontrent à une entité extérieure comme « l’institution »,

Le registre de la plainte
: « les choses ne devraient pas être ce qu’elles sont » et les personnes s’enferment dans une rhétorique qui tourne à vide,

La délégation de l’expertise
: l’ami critique est considéré comme l’expert et c’est lui qui doit prendre tout en main,

La faute à l’absence de moyens
: nous ne pouvons agir parce que nous n’avons pas assez de moyens et de temps disponible.


En Ecosse, les inspecteurs ont à respecter un certain nombre de principes définis par les instructions officielles
Ecoute
:
Le recueil des avis des élèves fait partie intégrante du processus de même que la discussion ouverte avec les enseignants,
Consultation

: les autorités locales et les parents sont invités à donner leur avis avant l’inspection de l’unité éducative,
Participation

: À la fin de l’inspection, les responsables de l’unité éducative et l’équipe pédagogique sont invités à compléter un questionnaire et à exprimer leur avis,
Discussion

: Le rapport d’inspection est discuté avec le chef d’établissement ou le directeur d’école, et le responsable de l’autorité locale. Ils peuvent utiliser une procédure d’appel auprès du ministère en cas de désaccord.
Conseil

: Les recommandations du rapport débouchent sur un calendrier qui doit être accepté par l’unité éducative et l’autorité locale, ainsi qu’un suivi des changements dans les 12-18 mois.

Dans l’accompagnement de la démarche d’auto-évaluation, l’action de l’ami critique connaît différentes phases de développement selon les liens qu’il tisse avec les membres de l’unité éducative, comme l’illustre le tableau suivant. Bien évidemment, ces phases peuvent s’inverser en fonction du contexte local mais elles montrent que l’auto-évaluation est un processus dynamique, auto-entretenu, qui ne saurait se réduire à l’adoption d’un cadre formaliste parce que beaucoup de choses informelles se nouent dans la relation de l’ami critique aux équipes pédagogiques (MacBeath, 1998).
Full transcript