Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Soutenance

No description
by

Angeline Hadman

on 17 November 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Soutenance

La cognition à la barre : recevabilité judiciaire de preuves fondées sur les neurosciences Neurolaw Neuroscience and law ensemble des situations dans lesquelles les
neurosciences cognitives peuvent influencer
le droit Comment les neurosciences cognitives peuvent-elles influencer le droit ?
Droit pénal : la justice peut-elle condamner ou innocenter quelqu'un en se fondant sur les neurosciences cognitives et l'imagerie cérébrale ?
détecteurs de dangerosité (préventif)
technologies d'imagerie cérébrale (curatif) Bilan et perspectives Droit civil : la justice peut-elle octroyer des dommages et intérêts à une personne en se fondant sur l'imagerie cérébrale ? Expert Serge Stoléru Psychiatre et chercheur à l'INSERM
Recherches sur la détection de la pédophilie Liens avec mon sujet ?
utilisation de l'imagerie cérébrale
étude des phénomènes physiques liés à une stimulation psychologique => Les neurosciences cognitives sont-elles des preuves recevables dans les tribunaux ? The future of neuroimaged lie-detection and the law Qu'est-ce que le neurodroit ? 2) Définition et problématique 3) Application concrète du neurodroit Imagerie cérébrale et détection de mensonge Recevabilité de la preuve Texte de traduction Traduction Terminologie Présentation de l'entreprise Activités en entreprise Bilan de l'apprentissage à court terme Master ILTS Merci ! - créée en 1981
- rachetée en 2011
- école de langue et éditeur de logiciels
- leader français de la formation linguistique
- cours tous supports (blended learning) Outils :
outils internes (exowise, Worksheet generator)
Dreamweaver
Powerpoint Activité principale : création / adaptation de supports pédagogiques tous niveaux IRMf électro-encéphalographie technique de neuro-imagerie qui étudie l’activité sanguine du cerveau en réponse à certains stimuli technique de neuro-imagerie qui mesure l’activité électrique du cerveau, c’est-à-dire les ondes émises par celui-ci lorsqu’il répond à des stimuli externes ou internes => technique du brain fingerprinting Critères de recevabilité de la preuve scientifique :
validité (valid)
pertinence (relevant)
fiabilité (reliable) Deux optiques différentes Questionnements :
Validité scientifique des neurosciences cognitives ?
Compétence du juge ? Critères de validité de la preuve scientifique :
Arrêt de la Cour suprême, Daubert v. Merrel Dow Pharmaceuticals, 28 juin 1993
testabilité
évaluation par les pairs et publication
pourcentage d'erreur
reconnaissance par les scientifiques du domaine concerné. Etats-Unis : problème de la validité de la neuro-détection de mensonge France : problème éthique et
philosophique Documentation 30 textes en anglais (sources scientifiques et juridiques principalement états-uniennes)
21 textes en français (sources politiques principalement françaises)
sites web Difficultés

Problème terminologique
Manque de diversité des sources Auteur : Joëlle-Anne Moreno, professeur de droit à l'Université de Floride Droit et détection de mensonges par imagerie cérébrale : quelles perspectives ? Publication : Akron Law Review Année de publication : 2008 Public visé : juristes 1) Sources => Peut-on réellement lire dans les pensées des accusés et utiliser les résultats de ces études comme preuve pour les déclarer coupable ou les innocenter ? => Est-il éthique d’introduire des images cérébrales dans les tribunaux et de les utiliser pour condamner ou innocenter une personne accusée d’un crime, de demander à un suspect de se soumettre à des procédures lourdes (quoique non invasives) ?

=> L’homme est-il libre ? Le cerveau humain est-il programmé pour que la personne commette des crimes ? L’homme est-il donc responsable de ses actes ? Faut-il condamner une personne qui « n’a pas eu le choix » parce que son cerveau lui a inconsciemment dicté de commettre le crime qu’il a commis ? puis... pas d'embauche chez Telelangue :-) concours, recherche d'emploi recherche de clients pour mon autoentreprise nouvelles langues Points positifs :
promo géniale
travail de recherche enrichissant
alternance Points négatifs :
introduction à la terminologie
beaucoup d'informations difficiles à assimiler très rapidement
manque de clarté dans les informations données Très important :
organisez-vous
n'hésitez pas à demander de l'aide partenariat avec Claire ? but d'un apprentissage en e-learning
nouvelles compétences en pédagogie
utilisation de logiciels informatiques
==> nouvelle corde à mon arc ? Mais...
pas de formation
peu de retours
manque de considération envers les stagiaires / apprentis Quelques termes problématiques 19/09/2012
Angeline Hadman angeline.hadman@gmail.com Neurosciences ou neurosciences cognitives ? domaine de recherche qui étudie les mécanismes biologiques observés dans le cerveau et qui ont trait à la cognition, c'est-à-dire aux processus tels que le raisonnement, la mémoire, la prise de décision, les émotions et perceptions. étude du cerveau d’un point de vue biologique, physiologique et psychologique Auteure anglophone donc peu d'erreurs ... sauf "It is also worth nothing that the 2008 presidential election marked the birth of a new field of neuroethics that might be called “neuropolitics.”" Mais quelques problèmes rédactionnels There are currently two fully operational for-profit fMRI lie detection businesses performing brain scans in Massachusetts and California. Il existe aujourd’hui dans le Massachusetts et en Californie deux entreprises commerciales de détection de mensonges par IRMf pleinement opérationnelles. However, in June 2008, in a courtroom in Pune, India, evidence derived from a Brain Electrical Oscillations Signature (“BEOS”) test was admitted during the murder trial of Aditi Sharma. During pre-trial police interrogation of the defendant (who was suspected of poisoning her former fiancé), thirty-two electrodes had been placed on her head while police read her their account of the murder. Despite the fact that the defendant made no verbal responses during the BEOS test, and without reference to any specific evidence of the test’s scientific validity, the judge concluded that the BEOS test results proved that she had “experiential knowledge” of the crime. En Inde, en revanche, un tribunal de la ville de Pune a admis comme preuve, en juin 2008, les résultats d’un test BEOS (Brain Electrical Oscillations Signature – test de mesure de l’activité électrique cérébrale) dans le procès d’Aditi Sharma, accusée d’avoir empoisonné son ex-fiancé. Les enquêteurs avaient placé trente-deux électrodes sur sa tête avant de procéder à son audition. Pendant que les officiers lisaient à voix haute leur compte-rendu des faits, les électrodes enregistraient l’activité électrique de son cerveau. Malgré l’absence de réponse verbale de la suspecte pendant le test, le juge a conclu, sans faire la moindre référence a la validité scientifique dudit test, que les résultats obtenus prouvaient qu’elle «avait une connaissance empirique » des faits. Termes de l'arborescence Termes dans le texte de traduction « neurolaw »
« brain fingerprinting » interrogation
defendant However, in June 2008, in a courtroom in Pune, India, evidence derived from a Brain Electrical Oscillations Signature (“BEOS”) test was admitted during the murder trial of Aditi Sharma. During pre-trial police interrogation of the defendant (who was suspected of poisoning her former fiancé), thirty-two electrodes had been placed on her head while police read her their account of the murder.
Full transcript