Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

THÉÂTRE DANS LE CLASSICISME

Durant le XVIIe siècle, le théâtre français atteint un véritable apogée.
by

PAULA ANDREA ECHEVERRY GOMEZ

on 25 February 2012

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of THÉÂTRE DANS LE CLASSICISME

THÉÂTRE DANS LE CLASSICISME Des le début du siécle, Louis XIII et Richelieu donnent déjà une forte impulsion à l´expression théâtrale. Le Roi installe officiellement à l´Hotel de Bourgogne une troupe qui prendre le titre de "Comédiens du Roi" Sous le règne de Louis XIV, le théâtre se développe considérablement et devient à la mode. L´'Hôtel de Bourgogne, alors occupée par la Troupe Royale. Autres tropes s´installent dans d´autres Hôtels de Paris.
le théâtre du Marais (1600-1673) sous la direction du tragédien Mondory .
la troupe de Molière (1658-1680) au Petit-Bourbon – puis au Palais-Royal, bâti par Richelieu.
la Comédie-Française (1680), issue de la fusion des troupes de l'Hôtel Guénégaud et de l'Hôtel de Bourgogne par ordre du roi. Les représentations théâtrales sont assez fréquentes, par exemple, on jouait trois fois par semaine : le vendredi (jour réservé aux premières), le dimanche et le mardi. Pourtant, le spectacle a lieu l'après-midi – habituellement après quatorze heures –, jamais en soirée. Les costumes, eux, sont fastueux... mais anachroniques. Ce qui importait, ce n'était pas de faire vrai, mais de faire « chic » Malgré la condition des comédiens, malgré ce que pensait l'Église du genre, le théâtre au XVIIe était le divertissement le plus important. On vivait une sortie au théâtre comme une cérémonie, un rite social : c'était le prolongement de ceux de la cour ou du salon. Durant le XVIIe siècle, le théâtre français atteint un véritable apogée, grâce à un concours de circonstances particulièrement heureux qui conjugue la qualité des auteurs dramatiques, la considération de Louis XIV et le développement de lieux de représentation stables. La Tragédie Classique La tragédie est le genre le plus noble
Elle doit suivre la règle des trois unités
lieu (un seul)
temps (maximum 1 jour)
action (un conflit central)
Elle doit présenter un dénouement malheureux, tragique. Les grands auteurs tragiques La comédie classique
La comédie est un genre « populaire »
Elle n’est pas nécessairement drôle : elle est ainsi nommée pour être distinguée de la tragédie, dont elle n’a pas à suivre les règles
Elle est déprisée par les nobles… qui vont quand même voir les pièces de Molière Molière

Il naît à Paris le 15 janvier 1622 et meurt le 17 février 1673.

Fils ainé de Jean Poquelin, tapissier ordinaire de la maison du Roi, et de Marie Cressé, Jean-Baptiste renonce à l'avenir bourgeois que lui proposait l'héritage paternel pour fonder en 1643 « l'Illustre théâtre » avec neuf comédiens dont les Béjart. Il en prend la direction sous le nom de Molière.

Après des débuts difficiles et des tournées dans la province française, la troupe est autorisée à jouer devant la Cour et s'installe au Théâtre du Petit-Bourbon qu'elle partage avec les Comédiens italiens. Molière remporte un premier succès avec Les Précieuses ridicules en 1659.

Auteur, comédien et chef de troupe, il déménage dans la salle du Théâtre du Palais-Royal et il y donnera ses meilleures pièces. L'École des femmes, en 1662, connaît un triomphe. Il contribue en collaborant avec Jean-Baptiste Lully à créer un genre nouveau : la Comédie-ballet. Louis XIV donne aux comédiens de Molière le titre de « Troupe du Roy » mais cette protection n'empêche pas les cabales de s'organiser. JEAN RACINE Pierre Corneille (Rouen, 6 juin 1606 - Paris, 1er octobre 1684) est un auteur dramatique français. Il apparaît comme le plus grand tragique du XVIIe siècle. La richesse et la diversité de son œuvre reflètent les valeurs et les grandes interrogations de son époque.

Ainé des six enfants d'une famille aisée de magistrats rouennais, Pierre Corneille entame en 1628 une carrière d'avocat. En 1629, un chagrin amoureux le conduit à écrire ses premiers vers, puis sa première comédie, Mélite. Avec les pièces qui suivront : Clitandre, la Veuve, la Galerie du Palais, la Suivante, la Place Royale, Médée et l'Illusion comique, apparaît un nouveau style de théâtre, ou les sentiments tragiques sont mis en scène pour la première fois dans un univers plausible, celui de la société contemporaine.

Corneille, auteur officiel nommé par Richelieu, rompt avec ce statut de poète du régime et avec la politique contestée du Cardinal, pour écrire des pièces exaltant la haute noblesse (Le Cid, œuvre aujourd'hui universellement connue), rappellant que les hommes politiques ne sont pas au-dessus des lois (Horace), ou montrant un monarque cherchant à reprendre le pouvoir autrement que par des représailles (Cinna).

En 1647 il est élu à l'Académie française au fauteuil 14 qu'occupera son frère et complice Thomas après sa mort. Jean Racine, né à La Ferté-Milon le 22 décembre 1639 et mort à Paris le 21 avril 1699, est un dramaturge français considéré comme l'un des plus grands auteurs de tragédies de la période classique de la France de Louis XIV.

Issu d'une famille de petits notables et vite orphelin, il est élevé par sa grand-mère et sa marraine et reçoit une solide éducation littéraire marquée par le jansénisme. Il choisit ensuite de se consacrer à la littérature et particulièrement au théâtre en faisant jouer La Thébaïde en 1664 et Alexandre le Grand en 1665, qui est son premier succès et qui lui vaut le soutien du jeune roi Louis XIV mais il se brouille avec Molière.

Le succès d'Andromaque en 1667 ouvre une décennie de grande création où l'on trouve à côté d'une unique comédie (Les Plaideurs en 1668) six grandes tragédies : Britannicus (1669), Bérénice (1670), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphigénie (1674) et Phèdre (1677). Auteur à succès mais ébranlé par les cabales et ayant renoué avec le jansénisme, Racine abandonne le théâtre, devient Historiographe du Roi et entre à l'Académie française en 1672. C'est pour répondre à la demande de Madame de Maintenon qu'il revient à l'écriture théâtrale et donne deux tragédies aux sujets bibliques aux jeunes filles de Saint-Cyr : Esther (en 1689) et Athalie (en 1691).
Full transcript