Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

TPE Eugénisme

No description
by

chanaud romain

on 17 January 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of TPE Eugénisme

L'Eugénisme : Utopie ou dérive scientifique ? => Une génétique évolutive => Avancée médicale ? => L'eugénisme : toute une histoire L'évolution de la génétique Les techniques de procréation médicalement assitées La dérive de la procréation assistée et du clonage La loterie de la génétique en danger L'eugénisme : avancée médicale ? Double espoir Une sélection artificielle Conséquences psychologiques Historique de l'eugénisme L'éthique Législation dans certains pays développés au cours des années Un personnel médical détournant les lois Introduction L’eugénisme désigne l’ensemble des méthodes et pratiques consistant à l’amélioration de l’espèce humaine, en cherchant soit à favoriser l’apparition de certains caractères soit à éliminer certaines maladies héréditaires, fondées sur le progrès de la génétique. Son but est de créer un individu « idéal » selon un modèle déterminé en choisissant son phénotype. Cette science détourne donc le processus normal de la reproduction, en manipulant les gènes des parents. C’est pour cela que de plus en plus, la loterie génétique est en danger car les mentalités des parents penchent vers un choix déterminé de leur futur enfant. Nous allons voir que l’eugénisme n’est pas uniquement la conception d’un monde meilleur, mais cache un vrai problème de société ainsi que des opinions très différentes. I) L’évolution de la génétique a)Les techniques de procréation médicalement assistées. Technique eugénique : Elle consiste tout d’abord par choisir un sperme et un ovule. Ceux-ci sont alors réunis dans une sorte de capsule percée de petits trous, insérée dans l’utérus. La fécondation a donc lieu dans l’organe génital de la femme. Puis la capsule est retirée. Cette opération se termine par le tri des embryons (élimination des individus porteurs de gènes malades, choix du phénotype…) pour réimplanter le meilleur, et ainsi obtenir un « enfant parfait ».
Il existe plusieurs techniques de fécondation comme l’ICSI ou in vitro : 1) In vitro La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée et de transfert d'embryon. 2) ICSI La fécondation ICSI est une technique de procréation proche de l'in vitro mais différent au niveau de la réimplantation b)La dérive de la procréation assistée et du clonage. Il existe deux sorte de clonage:

Le clonage reproductif: à partir d’un noyau d’une cellule diploïde prélevée sur le corps d’un individu adulte A assemblé à un ovocyte énucléé d’un individu B, cette technique consiste à créer un embryon aux gènes identiques à celui du donneur. La formation de l’embryon se fait par fécondation in vitro, et il est ensuite transplanté dans l’utérus de la mère porteuse (voir l’exemple de la brebis Dolly).

ou le clonage thérapeuthique: vise à obtenir des cellules souches par FIV. Les cellules nerveuses, sanguines, hépatiques, pancréatiques et cardiaques obtenues seront réimplantées dans l’organisme du donneur, pour ainsi traiter des maladies graves. Explication : Ces deux sortes de clonage consistent à l’amélioration de l’espèce en intervenant directement dans le patrimoine génétique de l’individu. Théoriquement, le clonage reproductif est interdit dans la majeure partie des pays. Quelques uns autorisent le clonage thérapeutique en raison de son avantage à soigner les maladies (RU, Belgique et Corée du sud).
Or, les dérives liées à la procréation médicalement assistée et au clonage représentent un risque majeur. C’est pourquoi des lois strictes, notamment en France, contrôlent ces expériences.
D’importantes questions d’éthique surviennent dès lors que le clonage s’effectue sur des humains. Un sondage a été réaliser sur la population 5% de la population est favorable au clonage reproductif, 55% pour le thérapeuthique, 20% pour les 2 et 20% sont contre l'un et l'autre. Aujourd’hui, il est strictement interdit de modifier le patrimoine génétique d’un embryon. Or, certains scientifiques veulent légaliser le clonage reproductif, et ainsi traiter définitivement les maladies génétiques. Elles ne seront donc plus jamais transmises aux générations suivantes.
La possibilité de choisir le phénotype d’un individu est un réel danger, car des personnes mal intentionnées utilisent ce moyen. Par exemple, dans l’affaire de la secte Raël, celui-ci a déclaré que son groupe aurait réussi à mettre au monde plusieurs bébés clonés. Cela montre exactement jusqu’ou la société est capable d’aller pour améliorer notre espèce humaine. Ces techniques eugéniques menacent la biodiversité humaine.
Les pays appliquant ces techniques eugéniques mettent en péril la multiplicité des individus et bouleversent la loterie génétique (fécondation naturelle, hasard des gènes). c)La loterie de la génétique en danger ? Nous pouvons actuellement penser que la notion de loterie est bien présente dans notre société. En effet, de plus en plus de parents décident de choisir le phénotype de leur enfant en réduisant les chances de contracter une maladie.
Plusieurs sortes d’eugénisme sont donc apparues, comme l’eugénisme positif, qui vise à améliorer l’espèce humaine en stimulant la reproduction des individus dont le potentiel génétique leurs paraît le plus favorable pour procréer des individus jugés conformes aux critères physiques et moraux.
Ainsi que l’eugénisme négatif qui, quant à lui, vise à améliorer l’espèce humaine en éliminant les gènes indésirables et en mettant en place une politique qui contrôle le mariage et la stérilisation. Il peut même envisager l’élimination physique des individus porteurs de gènes indésirables.
Même si ces techniques sont peu connues de tous, beaucoup d’entre nous l’utilisent, par exemple lors du dépistage prénatal de la trisomie 21 où beaucoup d’embryons porteurs de cette maladie sont éliminés. C’est une vraie machine à sélectionner et à éliminer. II)L’eugénisme : avancée médicale ? a)Double espoir (enfant médicament).
Pour créer un « bébé médicament », on prélève des ovules de la mère et des spermatozoïdes du père. Ils sont ensuite fécondés in vitro. A la fin de la FIV, on obtient des embryons sains et d’autres comportant une maladie héréditaire. Ceux-ci sont éliminés lors de la vérification des gènes ; les embryons sains sont récupérés et réimplantés dans l’utérus de la mère : ils pourront être compatibles avec leur aîné et le guérir.
Le diagnostic préimplantatoire (DPI) est une technique qui détecte la présence d'éventuelles anomalies génétiques ou chromosomiques contenues dans les embryons conçus après fécondation in vitro. Le but est de différencier les embryons atteints d'une maladie génétique des embryons indemnes. Pour cela, on recherche la maladie en fonction des chromosomes présents dans le noyau. Puis certains embryons sont réimplantés dans l’utérus. Ces embryons sont ainsi dépourvus d'affection génétique.
Le DPI va permettre de choisir les « bons » embryons sans pour autant « supprimer » une personne handicapée. Cette technique pourrait révolutionner la médecine, répondant à la hantise des parents face à la malformation, au handicap, comme à la hantise moderne de la non-compétitivité. Schéma Des opérations ont déjà pu avoir lieu. Par exemple, le 26 janvier 2010, le premier bébé français médicament, ou bébé du double espoir, est né par fécondation in-vitro après un double diagnostic préimplantatoire permettant le choix d'embryon sain. Cette double opération a permit de s'assurer que le bébé était indemne d’une grave maladie génétique, mais aussi qu’il pouvait être donneur compatible avec l’un de ses aînés malades. Par la suite, les médecins ont pu envisager une greffe de sang du cordon ombilical prélevé après sa naissance. b)Une sélection artificielle L’eugénisme est fondé sur le génie génétique (ensemble de techniques modifiant le génotype et le phénotype d’un individu), les diagnostics préimplantatoire et prénatal (prénatal : détection des maladies en cours de grossesse), le clonage, le contrôle de la natalité et la sélection artificielle.

Ces mécanismes conduisent donc au prestige social, mais en exterminant et discriminant les races considérées comme inférieures.

Bien qu’il y ait le choix des gènes et des embryons, un enfant « parfait » ne peut exister sans des parents préalablement « choisis ». En effet, les scientifiques et les médecins prennent en compte les mauvais facteurs, comme l’alcool, les maladies, la mauvaise alimentation ou encore l’environnement s’il est insalubre. Les parents non atteints de ces facteurs peuvent donc s’orienter vers la sélection artificielle de leur futur enfant. c)Conséquences psychologiques ? Les futurs parents sont de plus en plus confrontés à des questions existentielles par les scientifiques. En effet, le DPI étant plus performant au cours des recherches, les médecins sont aujourd’hui responsables de proposer, voir d’inciter les parents à utiliser cette technique pour évincer l’embryon malade et sélectionner le « meilleur ».
Cette pression exercée sur les futures mères, les visites prénatales obligatoires, ainsi que la possibilité légale d’éliminer son enfant à cause de malformations ou d’une maladie les conduit à de graves dérives morales. Les personnes atteintes de trisomie 21, par exemple, sont systématiquement exclues de la société, et les mères, victimes de leur grossesse, subissent les avis négatifs des personnes favorisant l’avortement.
Sans parler de l’enfant créé, qui aurait du mal à savoir qui sont ses réels parents (notamment lors du clonage avec mère porteuse, donneuse), quel est son lien de parenté, pourquoi il a été choisi au profit de ses frères et sœurs éliminés génétiquement,…
La dérive immorale de cette sélection artificielle pourrait bien détruire progressivement l’Homme, tant sur le plan psychologique que social.
Full transcript