Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Le Luxe Terminal

No description
by

Bouchaïr Oualid

on 9 March 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Le Luxe Terminal

PROBLÉMATIQUE
DÉFINITION DU LUXE
LES ACTEURS DU LUXE
Les clients du luxe peuvent se répartir dans deux catégories distinctes
4 LEADERS MONDIAUX
LA CRISE DE 2008
LA CRISE DE LA TULIPE
Entre 1636 et 1637, la tulipomania hollandaise fait s’envoler les prix de certains bulbes, qui sont multipliés par 100… En 1637, un bulbe de tulipe est même vendu trois fois plus cher qu’une toile de Rembrandt !
En 2012, une Croissance Impressionnante
Chiffre d’affaires mondial de 200 milliards d’euros.
30 % de taux de croissance entre 2010 et 2012.

Si l’on ajoute les autres secteurs (avions, yachts, voitures, etc.) le chiffre cité est de l’ordre de 1000 milliards d’euros.
Perpétuelle croissance depuis la crise de 2001, mais fort recul en 2008 et 2009.

Entre 2008 et 2010, les entreprises du luxe se sont découvertes vulnérables. Pour la première fois, chute de 10 % du chiffre d’affaire global.

Reprises des achats en 2010. Le luxe échappe à la crise, alors que l’économie, au niveau mondial, reste fragile.
UN MARCHE INTERNATIONAL
D’après une étude réalisée en juin 2012 par « Frontier Economics » à la demande du Comité Colbert, le secteur du luxe en Europe est le champion à l’export.
Plus de 70 % du marché mondial du luxe.
Plus de 10 % de l’ensemble des exportations de l’Europe.
Définition du luxe et évolution de son industrie depuis 2006.

Quatre grands leaders mondiaux du luxe.

Crise de 2008. Exemple : « la crise des tulipes » qui sévit aux Pays-Bas, de 1634 à 1637.

Activité mondiale et Situation géopolitique internationale du marché du luxe.
Un secteur difficile à distinguer

Un mélange de :
Tradition, car le luxe s’ancre dans le temps
Savoir-faire, pour l’aspect artisanal et la dimension créative
Excellence, par la noblesse et la rareté des matières
Innovation enfin, car le produit ou le service de luxe va chercher la créativité
Le Comité Colbert fait référence et autorité pour qualifier les entreprises et les secteurs du luxe en France.
Fédère 75 maisons de luxe françaises.
82% du chiffre d’affaires est réalisé à l’export.
Première industrie française exportatrice hors d’Europe.

La vision « colbertiste » ajoute deux autres caractéristiques plus récentes
Diffusion et communication
Prix et clientèle du luxe
Un secteur d’activité en perpétuelle évolution dont les contours sont flous
Il y a les membres du Comité Colbert et ceux qui aspirent à appartenir à cette classification…

En 2008 un rapport, commandité par le Comité Colbert, identifie 35 secteurs d’activités
Vaste secteur d’activités, évolutif – la même étude, en 1995, n’aurait peut-être pas inclus la catégorie des avions d’affaires, par exemple.
Le périmètre du luxe dépend aussi du pays et de ses activités. En France, par exemple, pas de fabricants de voitures de luxe. Alors qu’en Allemagne, intégration de Porsche.

C’est pour cela que les chiffres peuvent varier.
Nous avons choisi de prendre en compte les six secteurs suivants 
Bagagerie, maroquinerie ; accessoires de mode; habillement, lingerie et fourrure ;
Cosmétiques, soins corporels et parfumerie ;
Horlogerie, bijouterie, joaillerie, orfèvrerie et articles fumeurs ;
Arts de la table, ameublement, luminaires, textile d’ameublement, maisons de textile ;
Champagnes, vins, spiritueux ;
Hôtellerie et restauration.

Les grands groupes multimarques (LVMH, PPR-Gucci Group, Richemont).
Les « maisons de luxe indépendantes » (Chanel, Hermès, Bulgari, etc.).
Les « spécialistes » ou monoactivité (Rolex, Mauboussin, etc.).
Les fabricants spécialisés multisegments. Ce sont essentiellement les groupes de cosmétiques (L’Oréal, Estée Lauder, Coty, etc.).
Nous choisissons de présenter 4 entreprises :
deux « grands groupes multimarques » : LVMH et Richemont ;
une « maison de luxe indépendante » : Hermès ;
Les « fabricants spécialisés multisegments » : L’Oréal.
Les habitués qui représentent un noyau relativement limité
Leur nombre devrait doubler d’ici 2020 dans les pays émergents ou le dynamisme économique permet à certains de devenir.

Les occasionnels, les touristes ou excursionnistes qui sont des clients occasionnels.
Une grande partie de la population est exclus par choix ou faute de moyens.
4 LEADERS
MONDIAUX
Des Résultats propices à l’embauche
Multiplication des métiers

En France, le secteur du luxe emploie 170 000 personnes, selon la dernière étude réalisée par le Comité Colbert. Des chiffres auxquels s’ajoutent les 100 000 personnes travaillant dans les maisons du luxe français à l’étranger.

D’après une étude réalisée en juin 2012 par « Frontier Economics » : 1 million d’emplois directs et au moins 500 000 emplois indirects au sein de l’Union européenne.
Un marché qui se porte insolemment bien !

Depuis 2010, les grandes maisons se remettent à investir :

Dans le capital d’un concurrent comme LVMH.

Dans la publicité

Dans l’ouverture de « nouvelles cathédrales » du luxe sur les avenues les plus chics du monde.

Et dans la conquête de la Chine, leur nouvel Eldorado.
Néanmoins, ceci n’est pas sans poser quelques questions.
La flambée des prix du locatif

Seuls les leaders du secteur du luxe peuvent s’offrir ces super vitrines qui leur donnent une visibilité exceptionnelle
Les valeurs locatives flambent. Sur l'avenue des Champs-Elysées, les commerçants doivent payer 7.000 euros par m² et par an, sur le trottoir impair et 10.000 euros par m² et par an, sur le trottoir pair plus ensoleillé et donc plus fréquenté.
De nouveaux marchés mais une trop grande dépendance à la Chine.

Demande exponentielle en Chine, au Brésil, en Russie et au Moyen-Orient, le marché tend à se tourner de plus en plus hors des frontières hexagonales où se multiplient les « ultra-riches ».
Les Chinois sont désormais les plus gros consommateurs de luxe de la planète, supplantant les Etats-Unis. Les acheteurs de Chine sont responsables de 25% des ventes mondiales, selon le cabinet d'analyse Bain & Co. Les Américains, eux, représentent 20% des ventes, devant les Japonais à 14%.

Un ralentissement important de la croissance en Chine entraînerait une diminution du nombre de touristes chinois.

Prada estime ainsi que les Chinois assurent désormais 60 % de ses ventes. On imagine les dégâts s'ils se mettaient à bouder les produits de la griffe milanaise...
2010
Une nouvelle concurrence

De plus en plus de marques passent « sous pavillon » étranger via des fonds d’investissements koweïtien, qatari ou encore chinois.
Si, demain, les investisseurs cherchent à acquérir, outre des marques, des savoir-faire, l’enjeu sera tout autre.
La délocalisation de l’industrie du luxe

Aujourd’hui, les grands groupes se délocalisent. Louis Vuitton a ouvert un troisième site de production en Espagne. D’autres multiplient les unités en Inde, en Roumanie, en Turquie, sans s’en vanter et sans baisser de prix non plus. L’industrie du luxe est le seul secteur dans lequel la délocalisation ne s’accompagne pas d’une révision d’étiquettes, de quoi préserver, pour le moment, les marges en or du secteur.
Si la crise de 2008, n'a pas épargné le secteur du luxe, il s'est beaucoup mieux comporté que l'indice cac 40. Certains acteurs comme « Hermès » ont montré une réactivité étonnante.
Plusieurs facteurs pourraient avoir des conséquences sur sa croissance.
La croissance des pays émergents dépend aussi de l'offre, de la demande, et du pouvoir d'achat...
La Chine constituera-t-elle l'Eldorado durable de l'industrie du luxe ?
Si aujourd'hui, certains ateliers de productions chinois se délocalisent en Italie, il n'est pas impossible que certains pays, dont la Chine, développent un « artisanat » de produits présentant les six qualités retenues par le Comité Colbert : artisanat luxueux mais concurrent trouvant ses racines dans l'empire du milieu.
L'actuelle envolée du luxe ne constitue-t-elle pas une bulle qui pourrait bien éclater ?
Autre voie possible :
Il serait optimiste de considérer que le secteur du luxe est à l'abri de tout événement susceptible de déstabiliser les marchés.
Nous avons plus précisément observé les effets de la crise de 2008.
Mais nos recherches nous ont appris que les moments de forte inquiétude ont des conséquences sur les perspectives du secteur : la guerre du golfe, l'attentat du 11 septembre 2011 et les réactions géopolitiques qui lui ont succédées, ont provoqué un repli.
Dans ces deux cas, le secteur du luxe a montré une sensibilité beaucoup plus grande aux événements émotionnels, qu'à la baisse imprévue de
l' indice du CAC 40.
Le secteur du luxe se défend assez bien de tensions boursières relativement connues, mais sa sensibilité aux événements engendrant un doute sérieux sur l'avenir pourrait s'avérer compliquée.
Ce marché aurait-il son talon d'Achille ?
MEEUROS
LIEBAERT
LVMH (Louis Vuitton Moët Hennessy) est le leader mondial de l’industrie du luxe avec un chiffre d’affaires s’élevant à plus de 28,103 milliards d’euros en 2012. Issu du rapprochement en 1987 des deux emblèmes du logo, le groupe est dirigé par Bernard Arnault et est composé de plus de 60 marques opérant dans les secteurs des vins et spiritueux (Moët, Hennessy, Krug, Belvedere, Ardbeg, Veuve Clicquot-Ponsardin, Ruinart, …), de la mode (Louis Vuitton, Marc Jacobs, Fendi, Kenzo, Christian Dior, Givenchy, …), de l’horlogerie et de la joaillerie ( Tag Heuer, Chaumet, Hublot, de Beers, Bvlgarie, …) ou encore de la distribution (Sephora, Le Bon Marché, La Samaritaine, …).

Louis Vuitton, Société Anonyme
En cinquième position on retrouve le groupe suisse Richemont (Compagnie Financière Richemont). Le groupe dont le siège est basé à Genève réalise un chiffre d’affaires qui s’élève à 8,867 milliards d’euros en 2012. Le groupe est spécialisé dans la joaillerie, l’horlogerie et les instruments d’écriture à travers des maisons comme Cartier, Mont Blanc, IWC, Jaeger Lecoultre ou encore Van Cleef & Arpels.

Richemont Société Anonyme.
En huitième position, nous retrouvons Hermès, société française œuvrant dans la conception, la fabrication et la vente de produits de luxe, notamment dans les domaines de la maroquinerie et du prêt-à-porter. Le chiffre d’affaire de l’entreprise s’élève à 2,724 milliards d’euros en 2012. Fondée à Paris en 1837 par Thierry Hermès, l'entreprise, à l'origine une manufacture de harnais et de selles, appartient encore de nos jours majoritairement à ses héritiers.

HERMES Société anonyme
En deuxième position on retrouve le groupe industriel français de cosmétique L’Oréal, créé en 1909 et dirigé par Jean-Paul Agon. Avec un chiffre d’affaires qui s’élève à 22,463 milliards d’euros en 2012, ce groupe se positionne à la deuxième place après le leader LVMH. Outre la marque L’Oréal, le groupe est composé de marques comme Lancôme, Yves Saint Laurent, Helena Rubinstein ou encore les parfums Ralph Lauren, Viktor & Rolf et Oscar de la Renta.

L'OREAL Société Anonyme
Les crises financières, qui avaient pratiquement disparu entre 1929 et le début des années 1980, se sont multipliées depuis cette date.
Crise financière qui a débuté en 2007 aux États-Unis, s’est propagé entre établissements bancaire, a atteint les marchés financiers en provoquant des krachs boursiers et a engendré récession, chômage, baisse du pouvoir d’achat dans les pays développés.
CRISE DES SUBPRIMES
Altération de tout ou partie du système financier.
Full transcript