Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

La réapparition du loup dans les Alpes: conséquences et conflits

No description
by

camille corbin

on 8 April 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La réapparition du loup dans les Alpes: conséquences et conflits

La réapparition du loup dans les Alpes : conséquences et conflits
Introduction
Pour la petite histoire...
Fin du 18ème siècle :

3000 à 7000 loups en France

Années 1930 :

Disparition après persécution organisée (traque, empoisonnement, braconnage...)
Dans les Alpes, l’espèce avait déjà disparu depuis une trentaine d’années.


Disparition progressive due à:
- une diabolisation socio-culturelle et religieuse de l'animal
- à de profondes évolutions économiques et environnementales du monde rural fin 19ème-début 20ème siècle (P. Bracque 1999)

Et maintenant...
La réapparition du loup dans les Alpes
Conséquences et conflits
Acteurs concernés: différents points de vue
Solutions envisageables
Le loup gris (
Canis lupus
) a été absent du territoire national durant une soixantaine d’années.

Depuis le début des
années 1990
, il a recolonisé une grande partie des Alpes.

Pour beaucoup de montagnards, il a fallu réapprendre à vivre et travailler à son contact (Ferus).
Quelles sont donc les conséquences de la réapparition du loup dans les Alpes, et quels conflits cela a-t'il entraîné ?
Recolonisation permis grâce à plusieurs facteurs:
la
protection légale
la
réintroduction d'ongulés sauvages
par les chasseurs
la
déprise agricole
favorisant aussi bien les proies que les prédateurs (les superficies en cours de boisements se sont étendues)

En Europe, le loup a profité de l'expansion du chevreuil et du sanglier.
D'où vient-il ?
Le suivi de la population des loups en France
C'est l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (
ONCFS
) qui est en charge du suivi scientifique de l’espèce.

Deux méthodes de suivi :
relevé des pistes
dans la neige (niveau d’abondance)
l’
analyse génétique
d’échantillons biologiques (estimation du nombre d’individus)

En 2007, plus de
90 %
des loups se trouvent dans les Alpes.
En 2013, il y aurait
250 loups
en France dont 21 meutes ou couples formés.
Le loup, une espèce protégée
Espèce protégée au niveau européen :
Le loup est protégé par la
Convention de Berne
(1979) transcrite dans le droit français en 1989.
Il est inscrit dans les annexes II et IV de la
directive “Habitats”
de l’Union Européenne et fait partie des espèces prioritaires.

Espèce protégée au niveau national :
Le loup est protégé sur le territoire français par l’
arrêté ministériel
du 22 juillet 1993 publié à la suite des premières observations attestées du loup en France.

Ce statut implique pour les Etats, donc pour la France, de veiller à la conservation de l’espèce et de ses habitats (Ferus).
Les dégâts à l'élevage
Le principe de l'indemnisation
L’État français a choisi d’indemniser systématiquement les dégâts des grands prédateurs (Le loup en France). Ces dégâts peuvent être directs ou indirects.

Les indemnisations des
dégâts directs
(morts et blessures) prennent en charge le prix de remplacement de la bête, c'est-à-dire le prix d'achat d'un animal vivant de même catégorie.
Depuis les premières attaques du loup constatées sur les troupeaux domestiques en 1993, le
nombre d'attaques et de victimes a augmenté en corrélation avec l'expansion du territoire occupé par le loup.
Les attaques de loups peuvent cependant avoir un impact plus fort sur les troupeaux. Leur odeur et leur mode d’attaque peuvent provoquer un
stress important
du troupeau , susceptible de générer des
avortements
, un
arrêt de la lactation
, une
moins bonne prise de poids
des animaux et la
dispersion
du troupeau (risques de dérochement et de disparition de certains animaux). Il s'agit des
dégâts indirects
.

Aussi, l’indemnisation des attaques de loup inclut un
forfait de compensation
des pertes indirectes et la prise en charge des animaux disparus à hauteur de
15% des pertes directes
.

Conclusion
Violette Brun
Philippe Bourgogne
Mélanie
Cabrol
Camille
Corbin
Shana
Perrier
Rémy
Vaz
Première observation
de loups dans les Alpes du sud authentifiée en
1992
.

Recolonisation par étapes depuis l'Italie (massif des Abruzzes) pendant 20 ans.
Une cohabitation possible entre le loup et l'élevage ovin ?
Plan loup 2013-2017
Critiques du plan loup
Deux organisations s'opposent: Agricoles / Ecologistes

Les éleveurs ont pour objectifs de tirer le meilleur parti possible de l’herbe au pâturage, produire de beaux agneaux et d'assurer une bonne pérennité de la ressource

Des solutions ont été mises en place pour limiter les dégâts du loup:
La surveillance des troupeaux, la présence de chiens de protection, indemnisations des dommages, des parcs électriques et des parcs de rassemblement fixes.

Mais des difficultés sont rencontrées :
Les solutions sont mal adaptées, les chiens de protection sont attaqués et tous les systèmes présentés sont jugés inefficaces.

Presque 11 millions d'euros en moyens de protection pour peu de résultats.

Les organisations agricoles proposent d'effectuer des captures de loups, de les déplacer dans des parcs animaliers, une meilleure surveillance, améliorer les équipements d'alpages et la mise en place de zones d'exclusion en fonction des régions.



Une gestion différenciée du prédateur en fonction des territoires est mise en avant.

But :
Protéger l’animal à l'origine d'attaques de troupeaux de plus en plus nombreuses,
en permettant notamment aux éleveurs de mieux se défendre

Objectif :
Maintenir une progression légère de la présence du loup en France
Baisser la pression sur les troupeaux par l'augmentation du nombre de tirs et de prélèvement
Mesures mises en place par ce plan :

- Simplification des procédures d'indemnisations, des constats d'attaques.

- Meilleur prise en compte des pertes indirectes

- Suivi biologique du loup plus réactif :
Aide à la mise en place de mesures de protection
Les éleveurs pourront être équipés de fusils de chasse (défense)

- Expérimentations :
Capture puis libération des loups pour créer une peur de l’homme et donc un éloignement des troupeaux.
Zone d’exclusion des loups

Peu de changements par rapport au plan précédent
Loi proposée contradictoire entre la protection et la limitation de la population des loups.
Mise à disposition de fusils au agriculteurs sans moyens de contrôle
Changement d'approche visant à "éduquer" le loup en lui faisant peur


L’installation territoriale des loups
s’est généralisée et est encrée en France.
Mais :
On rencontre tout de même des
problèmes de gestion
des protections des élevages suivant les territoires.
Les attaques et les dégâts causés sont concentrés principalement dans les
Alpes du sud
.
Malgré les problèmes liés à la cohabitation entre le loup et les élevages, des efforts sont effectués pour essayer de
développer des procédures

d'intervention
, pour l’indemnisation et la protection des troupeaux à grande échelle.
Les écologistes
Parc national du Mercantour:

C'est une
réussite
de voir réapparaître dans la région un
animal inoffensif
pour l'homme qui avait disparu depuis la fin du siècle dernier.

Associations écologistes (A.S.P.A.S, W.W.F, Groupe Loup France...):
Défendent le loup et s'appuient sur l'
impact positif
de sa présence au niveau écologique.
En effet, l'installation des loups dans les Alpes françaises prouve que la faune y est abondante. De plus, le loup constitue un
facteur de régulation de la faune sauvage
et contribue à l'équilibre écologique des zones dans lesquelles il est sédentarisé.

Les éleveurs ovins
Présence du loup = augmentation des
pertes
sur les troupeaux en montagne.
=>
mécontentement
des éleveurs et des organisations professionnelles agricoles qui voient le loup comme un
animal nuisible
dont la présence est
incompatible
avec le pastoralisme.

« Ils ont menti, ils ont tenu secret le retour du loup. C’est ça qui a alimenté la rumeur et qui fait que c’est une catastrophe aujourd’hui. Trop de mensonges, c’est ça que l’on n’accepte pas. S’ils n’avaient pas menti et avaient su gérer, on aurait pu cohabiter » (sic. Isabelle, bergère, in « Vivre avec le Loup », J.DELFOUR, 2004, éd°Hesse p101).

« La filière ovine est fragile en Europe. Elle ne vit qu'à grands coups de subventions. Il est clair qu'un prédateur en plus
représente des problèmes
qui, pour certains, peuvent sembler
insurmontables
. En tous cas, la filière ne se porte pas bien et le retour du prédateur ne lui a pas fait du bien non plus. » (sic. Gaston Franco, Maire de Saint-Martin Vésubie)

Les organismes agricoles
Vie Agricole et coopérative (janvier 1996) des Alpes Maritimes :
Solution de la protection des troupeaux par les chiens et un nombre accru de bergers présente un intérêt mais est
insuffisante
et " impensable sur le plan économique ".
Dans cette même publication, les indemnisations déjà en vigueur sont considérées comme acceptables à conditions de les
combiner
à des solutions de prévention efficaces.
Les chasseurs
Homme et loup au sommet de la chaîne alimentaire
=> représente un
concurrent
.
En effet,
Canis lupus
se nourrit de la plupart des animaux chassés par l'homme (mouflons, chamois, sangliers...)
=>
peu apprécié
par les personnes pratiquant la chasse (
71%
de celles-ci se sont prononcées contre la protection des loups).
Les touristes
Présence loup = chiens de protection => parfois conflit entre randonneurs et troupeaux.
Full transcript