Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Biologie des émotions

No description
by

Philippe Jean

on 15 November 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Biologie des émotions

Biologie des émotions
1. Emotions: concepts et définitions
Est-ce que les émotions et les sentiments sont identiques ?

Quelle est la relation entre sentiments et émotions ?

Qu'est-ce qu'une émotion ?

Le mot vient du latin
"
emovere, emotum"

« enlever, secouer »
et de "
movere"
qui signifie "se mouvoir"


L’émotion est donc

ce qui nous met en mouvement vers...

(aussi mouvements de l'âme : états subjectifs internes)

«Tout le monde sait ce qu'est une émotion, jusqu'à ce que vous lui demandiez de la définir! » B. Fehr & J.A. Russel (1984)
Les émotions sont considérées comme plus complexes que les sentiments
Les émotions sont impliquées dans des expériences plus complexes comme l'amour (positive) ou la colère (négative)

Relation entre émotions et sentiments :
Toutes les émotions doivent impliquer une certaine forme de sentiments

Il est impossible d'éprouver une émotion sans avoir ressenti un sentiment

Composantes des émotions

a. Aspect cognitif

b. Réaction physiologique

c. Aspect comportemental

d. Facette expressive
A. Aspect cognitif
Dans chaque aspect d'une émotion, l'aspect cognitif ou la pensée est impliquée

Nous utilisons la cognition pour évaluer des situations (stimulations sensorielles que l'on a ressenti) afin de pouvoir les interpréter (signification)

Chaque personne aura des réactions émotionelles propres à une situation donnée

B. Aspect physiologique
Changements physiologiques du corps sont liés aux sensations
Donne des indications (conscience) de l'état émotionnel d'un individu

C. Aspect comportemental
Emotions déterminent le comportement


"Negative or positive emotions can be triggered depending on the interpretation of what is happening to yourself"
D. Facette expressive
Il existe des expressions faciales distinctives selon l'émotion (peur, dégoût etc.)

Il existe des similarités à travers les diférentes cultures

Fonction paralinguistique (accessoire de communication)

Charles Darwin, dans son livre "The Expression of Emotions in Man and Animals" en 1872, présente les évidences de l'universalité des expressions des émotions (également chez les mammifères)
Fonctions des émotions

Signaux sociaux

Survie, attention et mémoire

Excitation et motivation

A) Social Signals
- Facial expressions
that accompany your emotions may send social signals about how you feel.
- Facial expressions
may provide reasonably good information about our emotional state
Les expressions faciales qui accompagnent les émotions peuvent envoyer des signaux sociaux et indiquer comment se sent un individu (bon indicateur à propos d'un état émotionnel).


Survie, attention et mémoire
Les émotions permettent d'évaluer une situation environnementale

Les émotions influencent l'attention et la mémorisation
Excitation et motivation
Les émotions préparent l'organisme pour certaines actions en le mettant dans un état d'excitation
Il existe un lien significatif entre l'excitation émotionnelle et l'exécution d'une tâche donnée (loi de Yerkes-Dodson)
2. Différentes émotions
Remarques
Les émotions sont ressenties et exprimées par des expressions faciales stéréotypées contrairement à la plupart des états psychologiques. Par exemple, notre expression de la peur (accompagnée par des réponses physiologiques distinctives)
Les émotions sont difficilement "contrôlables" et ne répondent pas toujours à la raison
Les émotions ont une influence sur beaucoup de nos processus cognitifs (prendre des décisions, développer des relations personnelles etc.)

Signaux sociaux

État affectif soudain et passager caractérisé par une activation physiologique, une expression corporelle et une activité mentale.

Émotion
Émouvoir

État affectif durable correspondant à la représentation qu’on se fait d’une personne, d’une chose ou d’une situation à laquelle une ou plusieurs émotions ont été associées.

Sentiment
Nous possédons beaucoup d'émotions
Combien d'émotions connaissons-nous ?
Il existe des émotions de base (primaires) et des émotions dites secondaires (
Plutichik's theory of 8 basic emotions: joy/sadnees, affection/disgust, anger/fear, expectation/sursprise. 1980
)

Il est impossible de déterminer de manière définitive le nombre d'émotions primaire (un indice viendrait des expressions faciales)

Quelques émotions primaires
Colère
Peur
Tristesse
Bonheur
Surprise
...
Ceci ne signifie pas que se soient les seules émotions primaires et que ces dernières s'expriment de la même manière dans toutes les cultures
Devine les émotions...
Les émotions sont difficilement distinguables en se basant uniquement sur les expressions faciales.
Exemple : personne qui est fachée/qui a peur
Souvent le language corporel nous en apprend plus que les expressions faciales sur les émotions ressenties
Exemple: photos de joueurs de tennis ayant gagné/perdu un point critique en finale d'un tournoi. Pouvez vous distinguer les deux cas de figure ?

Certaines études suggèrent que plus les émotions sont intenses, plus elles sont difficilement distiguables selon les expressions faciales
Gagné le point
Perdu le point
Les humains partagent donc la plupart de mêmes émotions et sont capables de les reconnaître


Nous n'avons pas tous les mêmes réponses émotionnelles à chaque situation depuis que nous avons appris et stocké des informations dans notre mémoire


Les émotions primaires peuvent se combiner pour former un champ de nouvelles émotions complexes

1. Colère + dégoût = mépris
2. Tristesse + surprise = déception

Dès la naissance, les bébés se servent des expressions émotionnelles pour communiquer avec leur entourage.
Dès la première année de leur vie, les bébés sont très attentifs aux expressions faciales de leur entourage.
Le caractère inné des émotions
Référence sociale
: Dans une situation ambiguë, les bébés se fient à l’expression de leur mère pour savoir s’ils ont ou non quelque chose à craindre

INNÉ
Dégoût, substances amères, sourire à goût sucré (même aveugle)
http://www.microexpressionstest.com/micro-expressions-test/
3. Emotions et cerveau
Comment notre cerveau peut-il créer des émotions ?
Le cerveau humain est organisé en trois couches
Le cerveau reptilien : (5 régions) qui aide à la régulation des processus vitaux

Le cortex cérébral
dirigent les fonctions cognitives et émotionnelles supérieures du cerveau
(2 hémisphères avec 4 lobes chacun)
Le système imbique:
Ses régions influencent le comportement moteur, les états émotionnels et les processus de mémorisation
(amygdale)
Quels sont les circuits neuronaux correspondant aux émotions ?
J.W. Papez 1883-1958 a proposé un circuit neuronal des émotions.
Le système limbique (inclue les corps mamilaires de l'hypothalamus, le thalamus antérieur, le gyrus cingulaire, l'hippocampe, le fornix, l'amygdale et plusieurs régions)
Remarques
Des progrès considérables ont ét fait pour identifier les circuits neuronaux des émotions

Les techniques utilisées: lésions localisées du cerveau, stimulations électriques etc.

Le dégoût a été étudié chez les humains. l'IRMf suggère que l'insula et le putamen sont activées lorsque quelqu'un voit ou entend une personne exprimant du dégoût (M.L. Phillips, 1998)

Il n'y a pas de correspondance directe entre une émotion et une région précise du cerveau. Chaque émotion implique des activités dans plusieurs régions et vice et versa
Les recherches suggèrent que les émotions sont associées avec différentes région du cerveau
Les émotions positives sont associées avec le lobe frontal gauche
Les émotions négatives sont associées avec le lobe frontal droit
Les 2 hémisphères du cerveau
Hémisphère droit
est plus impliqué que la partie gauche dans les émotions (perception des expressions faciales et prosodie (étude des phénomènes de l'intonation et de l'accentution)). Contrôle la partie gauche du visage qui a une plus grande magnitude en terme d'expressions faciales
Hémisphère gauche
IRMf
Une IRMf est utilisée pour détecter quelles parties du cerveau sont activées quand présentées avec une stimulation émotionnelle

Avantages : aucune radiation, non invasif et produit image précise du cerveau en réponse à un stimulus
Système limbique
Dicte le comportement
Agit comme un filtre qui permet d'interpréter un stimulus
Stockage durable de la mémoire émotionnelle
Traduit les émotions en réactions physiques
Thalamus

Impliqué dans la réactivité émotionnelle

Le site où toutes les entrées sensorielles vont transiter
Hypothalamus

Contrôle les fonctions du système nerveux autonome

Avant : envoye des signaux d'appaisement à travers le système nerveux parasympathique

Arrière : prépare l'organisme pour la réaction de chasse ou de fuite à travers le système nerveux sympathique

Impliqué dans la rage/fureur,agression, douleur, plaisir etc.
Amygdale

Connu comme le centre émotionnel du cerveau

Impliqué dans l'interprétation des informations émotionnelles

Le plus souvent associé avec la peur et l'agression

Hippocampe

Permet la conversion de la mémoire à court terme en mémoire à long terme

Reçoit les signaux de l'amygdale pour former les souvenirs concernant les stimulus impliqués dans la peur/crainte

Gyrus cingulaire

Fait partie du cervelet

Fait le lien entre l'odorat, la vue et les émotions
Ganglions de la base

Planifie la coordination des mouvements

Comportements répétitifs

Système nerveux sympathique
Réponses: chasse ou fuite

Nerfs émergent de la partie thoracique de la moelle épinière

Activation de la glande surrénale afin de produire de l'épinephrine et de la norépinephrine
Adrénaline et Noradrénaline
Inhibition de l'insuline
Sécrétion du glucagon par le pancréas
Stimulation de la glycogénolyse
Stimulation de la glycolyse
Augmentation du rythme cardiaque et la dilatation des voies respiratoires
Constriction des vaisseaux sanguins
Arrêt de la digestion
Système nerveux parasympathique
Repos et digestion
Nerfs émergent de la partie supérieure et inférieure de la moëlle épinière
Constriction des pupilles
Economie d'énergie pour les cas d'urgences
Voyage de l'information
Cortex
Cerveau limbique
Cerveau reptilien
Si Danger --> Réponse: Fuite, Lutte, Repli
Information
Si pas danger -- > transfert
Comparaison avec le stock d'informations mémorisées
Agréable
Son rôle est d'analyser, d'anticiper, de prendre des décisions et de nous permettre de nous projeter dans le futur
Situations de la vie quotidienne
Neutre
Désagréable
Emotion
Une émotion est une réaction fonctionnelle à un stimulus. Ces réactions physiologiques, psychologiques et comportementales opèrent de manière synchronisée pour s'adapter à un stimulus ou un changement de l'environnement
Théories évolutionnistes
Théorie James-Lange
Enoncée dans les années 1980, la théorie du psychologue Richard Lazarus propose que lorsqu'un événement survient, une expertise cognitive est réalisée (de manière consciente ou non) et en fonction de cette analyse, une émotion et une réponse physiologique suivent
Théorie de Lazarus
Théorie des deux facteurs de Schachter et Singer

En 1960, Stanley Schachter et Jérome Singer ont proposé la théorie des deux facteurs. Cette dernière suggère qu'une émotion vient de la combinaison d'un état d'activation physiologique et de cognition. Par exemple, lorsqu'un individu subit un changement physiologique (éveil), il cherche des indices expliquant pourquoi il se sent ainsi


La théorie Cannon-Bard


La théorie de Cannon-Bard mentionne que les sensations conscientes d'une émotion et les changements physiologiques apparaissent séparément mais simultanément à des stimulations externes
Un stimulus externe correspondant à quelque chose de dangereux va induire le thalamus d'envoyer des signaux:
A l'hypothalamus pour générer une réaction de chasse ou de fuite
Au cortex pour enregistrer une émotion de peur

Event
Physiological Response
Interpretation of
Emotion
En 1880s, le psychologue William James et le physiologiste Carl Lange, proposent de manière indépendante une théorie nouvelle sur les émotions

Ce concept suggère que les individus expérimentent une émotion parce qu'ils perçoivent les réponses physiologiques à des événements extérieurs

Exemple: une personne ne pleure pas parce qu'elle est triste mais plutôt que la personne est triste car elle pleure. Selon le même principe, un individu se sent heureux parcequ'il sourit
Perception of emotion arousing stimulus:
General Physiological Response
Conscious experience of emotion
Perception of emotion-arousing stimulus
General physiological arousal of nervous system causes body changes
Interpretation of physiological in light of stimulus
Emotion experienced
Perception of event
Emotion
Physiological Response
(Arousal)
Résumé
En 1870, Charles Darwin proposa plusieurs concepts théoriques concernant les émotions

Darwin suggère que les émotions ont une fonction adaptative de survie (par exemple la peur qui permet aux individus d'agir afin d'augmenter les chances de survie

Darwin propose la notion d'universalité des émotions (études sur les expressions faciales, qui d'après lui sont innées)

Darwin pense que les expressions faciales permettent aux individus de juger rapidement si une personne est hostile ou amicale et permet également de communiquer des intentions aux autres

Références
Le physiologiste Walter Cannon était en désaccord avec la théorie de James-Lange, avançant trois arguments principaux contre cette dernière
Un :

Un individu peut subir un changement physiologique sans ressentir une émotion
(exemple: lors d'une course, le coeur bat vite mais cela n'indique pas une peur)

Deux :

Les réactions physiologiques surviennent trop lentement pour induire des émotions (qui se manifestent très rapidement)
Exemple: si un individu est seul dans le noir, un son soudain induit immédiatement de la peur tandis que les "symptomes" physiques de peur suivent généralement ce sentiment
Trois:

Un individu peut ressentir différentes émotions bien que les réponses physiologiques soient identiques

Exemple: coeur qui bat plus "fort" lorsqu'un individu est en colère ou a peur
4. Théories
Différentes théories
A cause de la nature subjective des émotions, il n'existe pas une théorie dominante

Il existe deux catégories prévalentes concernant les théories des émotions: cognition et somatique

La première catégorie invoque la cognition comme un élément nécessaire de l'émotion et met l'accent sur la nature subjective des expériences émotionnelles

La deuxième catégorie met l'accent sur les facteurs somatiques (physiologiques) et cherche à décrire les expressions émotionnelles et la perception des expressions émotionnelles

Il existe 4 théories principales concernant les émotions:

James - Lange
Cannon - Bard
Schachter - Singer
Lazarus
Deckers L. (2010). Motivation; biological, psychological, and environmental (Third ed.). Boston: Pearson.
Schachter et Singer étaient d'accord avec la théorie de James-Lange sur le fait que les individus inféraient leurs émotions quand ils étaient en état d'éveil physiologique. Cependant ils étaient aussi d'accord avec la théorie de Cannon-Bard sur le fait que les mêmes états d'éveils physiologiques pouvaient engendrer différentes émotions.
Cette théorie suggère que les individus dépendent de la manière dont ils expertisent ou évaluent les événements autour d'eux

Exemple : conducteur avec un passager sur une route de montagne. Le conducteur pourra être concerné par le danger de la route et se sentir effrayé tandis que s'il était passager, il pourrait penser à la beauté du paysage et se sentir euphorique grâce à cette expérience


Aucune théorie ne peut être considérée comme dominante

Théoriciens de différents horizons (psychologie, médecine, endocrinologie, sociologie, histoire, neurosciences etc.) sont en désaccord sur le sujet (structure des émotions par exemple)

Malgré les différences dans la literature concernant la structure des émotions, 3 composantes sont communes dans chaque théorie:

Un stimulus
Une réponse physiologique
L'aspect cognitif (interprétation)


Sturdy A. (2003). Knowing the unknowable? A discussion of methodological and theoretical issues in emotion research and organizational studies. Organization, 10(1), 81-105.
Slama M. E. (2005). Emotions and life: Perspectives from psychology, biology, and evolution. Psychology & Marketing, 22(1), 97-101.
Darwin
James-Lange
Cannon-Bard
Schatcher-Singer
Lazarus
1870s
1880s
1920-1930s
1960s
1980s

Ax (1953) trouve différents changements physiologiques associés avec des émotions paticulières. Par exemple la peur semble associée à des effets physiologiques de l'adrénaline, la colère avec les effets de la noradrénaline. Schwartz et al (1981) ont aussi trouvé des réactions physiologiques distinctes pour la colère, la peur, le bonheur et la tristesse. Laird (1974) constate que faire adopter à un individu l'expression faciale d'un sourire affecte l'humeur (individu plus heureux)
Critiques :
Les changements physiologiques spécifiques n'ont pas été trouvé pour chaque émotion (seulement les plus "fortes" et "basiques")

Maranon (1924) a trouvé que les changements physiologiques n'étaient pas suffisants pour causer des émotions, en injectant des sujets avec de l'adrénaline

Certains chercheurs prétendent que les changements physiologiques ne sont pas nécessaires pour une émotion (théorie Cannon-Bard )

Thalamus sends impulses to the cortex
Thalamus sends impulses to the hypothalamus
Simultaneously acting but occurring separately

Certaines études montrent que les changements physiologiques ne semblent pas indispensables pour induire une émotion. Sherrington (1900) a rompu la moëlle épinière de chiens et Cannon (1927) a enlevé le système nerveux de chats et ont trouvé que dans les deux cas, bien que les feedback physiologiques étaient impossibles, que les animaux pouvaient exprimer des réponses émotionnelles classiques. Ceci met l'accent sur l'importance des facteurs cognitifs dans les émotions

Critiques

Cannon et Bard avaient tort de penser que les changements phyisologiques n'avaient pas d'influences sur les émotions
(Certaines études ont indiqué que ces changements pouvaient jouer un rôle)

Cette théorie surestime le rôle du thalamus dans les émotions

Beaucoup d'autres régions sont impliquées dans les réactions émotionnelles


Cognition determines type of emotion
Arousal determines the degree of emotion
Schachter S. S., J.E. . (1962). Cognitive, social and physiological determinants of emotional state. Psychological Review, 69, 379-399.
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
Emotion-arousing stimulus
Simultaneously acting but occurring separately
(Deckers, 2010; Schachter, 1962; Slama, 2005; Sturdy, 2003)
Théorie Canon-Bard
Théorie James-Lange
Schachter et Singer: théorie des deux facteurs
Qu'est-ce qui cause la peur ?
L'inconnu, des évênements nuisibles, des expériences douloureuses induisent la peur

L'amygdale mémorise les évênements nuisibles qui déclenchent la peur, la peur de la noyade, la peur de suffoquer ou d'être attaqué par des serpents ou des rats

L'amygdale construit aussi les émotions dûes aux expériences traumatiques et douloureuses (blessures physiques, perte d'un proche ou rejet social)



Parties du cerveau impliquées dans la réponse de la peur
Le cerveau est un organe complexe fait de milliards de cellules permettant de créer ce grand réseau de communication



La peur est une réponse automatique (système nerveux autonome)



Comment la peur est-elle déclanchée ?
Les signaux de la peur viennent de l'agmydale, puis interagissent avec le centre de la mémoire : l'hippocampe

Les signaux (Un stimulus sensoriel stressant peut être déclanché par un insecte, une araignée ou un pistolet sur la tempe) se déplacent ensuite vers le lobe frontal, où le processus de la pensée est engagé


Le signal passe par le thalamus pour aller ensuite vers le cortex sensitif approprié (visuel ou auditif par exemple)

Si ce que vous ressentez est menaçant, l'agmydale est informée et conduit à une réponse émotionnelle adaptée

Votre réponse peut ne pas passer par le cortex sensoriel et va induire une réponse rapide de "chasse ou fuite"
Thalamus : décide où envoyer les informations sensorielles (yeux, oreilles, bouche etc.)

Cortex sensoriel : intercepte les informations sensorielles

Hippocampe : va stocker et récupérer les souvenirs conscients

Amygdale : décode les émotions, détermine les possibles menaces, stocke les souvenirs de peur

Hypothalamus : active la réponse de "chasse ou fuite"
Comment votre corps répond-il à la peur ?
La peur est exprimée par une augmentation de l'inquiétude, de l'anxiété, de l'effroi, de la douleur, et de la terreur

Les signaux de l'agmydale induisent une dilatation des pupilles et une augmentation du rythme cardiaque

Ces signaux réduisent la production de salive, induisent la transpiration, la dilatation des bronches permettant à un plus grand volume d'air d'entrer dans les poumons

Les glandes surrénales produisent du cortisol, ce qui induit une augmentation de la concentration de glucose utilisable pour les muscles et le cerveau (afin de faire face a stress potentiel)



Qu'est-ce qui cause de l'anxiété ?
Peut être causée par les facteurs l'environnementaux, médicaux et génétiques, par certaines substances chimiques (cerveau) etc.

Facteurs environnementaux
:
évênements traumatiques (abus, perte d'un proche), stress sur lieu de travail, relations personnels etc.

Facteurs médicaux
:
Anémie, asthme, infections, problèmes cardiaques etc.

Abus de substances:
Consommation de cocaïne, amphétamines etc.

Facteurs génétiques :
Historique familial peut induire une augmentation des chances de développer de l'anxiété

Chimie du cerveau:
Les personnes ayant un niveaux anormal de certains neurotansmetteurs sont plus susceptibles de souffrir d'anxiété

Le cerveau et l'anxiété
L'amygdale et l'hippocampe jouent un rôle clé dans les troubles de l'anxiété

Une personne qui a des pensées anxieuses aura une plus grande activité de la partie gauche du cervau. Ceux qui ont des symptomes physiques (fréquence cardiaque qui augmente, crise de panique etc. montrent une plus grande activité dans la partie droite du cerveau

Les neurotransmetteurs ont un impact sur l'anxiété


Sérotonine : molécule ayant un lien avec l'humeur, l'appétit, le sommeil, la mémoire et l'apprentissage

GABA : un acide aminé qui agit comme un neurotransmetteur dans le SNC (bloque l'impulsion nerveuse)

Noradrénaline : reponsable de la vasoconstriction. Iduit une augmentation de la pression sanguine et de la gylcémie

Les hormones et l'anxiété
Adrénaline

Plus grande cause de l'anxiété.
Ralâchée quand le système "chasse ou fuite" est activé . Induit une augmentation du rythme cardiaque et crée une tension musculaire

Cortisol

Améliore la vitesse, les réflexes et la circulation

Hormone thyroïdienne

Régule la quantité de sérotonine et la production de GABA produite et distribuée au cerveau. Un problème lié à la glande thyroïde peut augmenter les risques de développer de l'anxiété

Comment votre corps répond-il à l'anxiété ?

Tension musculaire ou douleur
Agitation
Manque de sommeil
Difficulté de concentration
Fréquence cardiaque élevée
Fréquence respiratoire élevée
Tremblements
Douleurs stomacales
Perte d'énergie
Douleur dans la poitrine
Bouche sèche



9. Biologie de la peur et de l'anxiété
Chiens
Il n'est pas étonnant que les chiens soient appelés "meilleur ami de l'homme". Leur loyauté, intelligence, affection sont incroyablement gratifiants
La plupart d'entre nous ne voient pas forcément des émotions chez nos chiens mais nous savons qu'une queue qui bat signifie "content", pleurer peut signifier avoir peur
Les chiens ressentent de la joie apès un travail bien fait, ils se sentent tristes quand un membre de la meute meurt etc.


Le savais-tu ?
Les chimpanzés ont 98 % de leur ADN qui est identique à celui des humains

Les chimpanzés sont des singes anthropoïdes proches évolutivement des humains

Ils vivent dans des environnement variés et sont considérés comme très intelligents

Ils peuvent faire de nombreuses activités et taches comme les humains, comme peler une orange, porter leurs petits ou manger comme nous
Nous partageons notre monde avec des millions de créatures fascinantes. Chaque animal possède différentes caractéristiques, mais ont-ils des émotions ?

Eléphants
Les éléphants sont les animaux terrestres les plus volumineux et sont des créatures très expressives
Les recherches scientifiques ont prouvé que les éléphants sont capable d'avoir des pensées complexes et d'avoir des sentiments
Les éléphants forment des liens émotionnels très forts avec les membres de leur famille
Ils partagent avec nous un grand sens de la famille, de la mort et peuvent ressentir plusieurs émotions à priori identiques aux notres
Chaque individu est unique et possède sa propre personnalité
Les éléphants vivent dans une société matriarcale et les femelles plus agées transmettent le savoir aux plus jeunes
Chats
Les chats possèdent des émotions/sentiments comme le plaisir, la frustration et l'affection
Les scientifiques ont étudié comment les émotions se forment et comment elles sont reliées au reste du corps et au monde extérieur (études sur le cerveau)
Une des émotions les plus évidentes est le plaisir (quand le chat se blottit en ronronnant ou quand il joue par exemple)
Le jeu constitue une partie importante de l'apprentissage chez les jeunes et il a été mis en évidence que certaines hormones du "bien-être" sont produites pendant ces activités
Le chagrin/douleur a été observé chez plusieurs espèces sauvages apès un décès.
Ce type de douleur (compagnon ou humain) peut induire de graves troubles mentaux. Le chagrin varie suivant les individus, certains chats expriment peu de douleur et certains peuvent être fortement traumatisés
Nos animaux de compagnie ont-ils des émotions ? Les scientifiques débattent

Les animaux ont-ils des émotions?
Charles Darwin était un naturaliste, scientifique et écrivain. Il pensait qu'il y existait une gradation depuis des êtres non intelligents et impassibles jusqu'aux êtres émotionnels et très intelligents
Charles Darwin
Docteur Jane Goodall (chercheur, écrivain) a découvert que les chimpanzés possédaient une large palette d'émotions qui étaient considérées comme exclusivement humaines

Par exemple la joie, la peur, la tristesse, le désespoir etc.

Ces émotions ont particulièrement été observées chez les chimpanzés (plus que pour les autres mammifères) pricipalement parceque leurs expressions faciales sont ressemblantes aux notres
Emotions chez les chimpanzés
Théorie de Charles Darwin sur les émotions animales
unintelligent/unemotional
intelligent/emotional
Highly intelligent/highly emotional
Elephants
Dogs
Cats
Chimpanzees
Humans
Squirrels
En décrivant les espèces comme non intelligentes et impassibles, cela n'indique pas obligatoirement qu'ils n'ont aucune émotion, seulement elles peuvent être différentes des émotions humaines
Selon certains, la réponse est oui.
Les humains et les animaux de compagnie sont fait de la même "manière" et ont des sens quasi identiques (odorat, vision, toucher etc.). Bien que les humains ont une meilleure vision, certains animaux de compagnie ont un meilleur odorat, goût etc. Comme nous, ils peuvent ressentir le chaud, le froid, la douleur et d'autres sensations physiques. Si les animaux de compagnie et les humains ont des réponses similaires lorsqu'ils mangent un repas délicieux, par exemple, pourquoi ne pourraient-ils pas partager les mêmes émotions ?


Selon certains scientifiqus la réponse est non.
Ils dénoncent l'anthropomorphisme. (émotions humaines transposées aux animaux) et le fait de traiter les animaux de compagnie comme des enfants. "Les humains comparent les comportements instinctifs des animaux avec leurs propres palettes d'émotions ". Certains scientifiques avancent que les animaux (aussi chats et chiens) sont des "macines faites de chair" programmées pour la survie et la reproduction.
Certains comportementalistes avancent que les animaux possèdent seulement certaines émotions (comparativement aux humains).
Réaction à la mort
Rire
Chien qui dit "je t'aime"
Chien rigolo
Eléphanteau jouant au foot
Emotions chez le chien
Conclusion
Selon certaines recherches il apparaît que les animaux possèdent des émotions. Certains d'entres eux comme les chats, chiens et les singes ont la capacité d'exprimer leurs émotions d'une manière plus ou moins similaire à nous (expression faciale ou les sons). Nous savons que d'autres animaux peuvent ressentir des émotions mais que nous ne pouvons pas toujours les comprendre/percevoir. Les animaux ne peuvent pas forcément les montrer/exprimer, ce qui ne signifie pas qu'elles n'existent pas.
Les chiens ont le sens de l'équité, impartialité.
Une étude scientifique sur deux chiens a été réalisée.
Cette dernière montre que les chiens devaient "serrer" une main sans recevoir de récompenses. Ensuite, un seul des chiens recevait une récompense. Après un moment, celui qui ne recevait rien refusait de serrer la main du scientifique car la situation était injuste.
Eléphants
Les éléphants peuvent envoyer des signaux à travers le sol à d'autres individus (communication séismique)
Les éléphants peuvent se reconnaître grâce à leur urine
Les scientifiques ont conclu que les éléphants pouvaient surveiller jusqu'à 30 individus en même temps
Les scientifiques on fait une expérience sur un troupeau d'éléphants: ils ont pris un échantillon d'urine d'un des membres à l'arrière du troupeau et l'ont déposé devant le troupeau. La matriarche l'a remarqué et a réalisé que l'éléphant n'était pas ecore passé et était encore derrière
"Les gens assument que l'intelligence est liée à la faculté de souffrir et du fait que les animaux ont de plus petits cerveaux, ils souffrent moins que les humains. Ceci est une idée pathétique".

(John Webster 2006)
5. Emotions animales
Les animaux et humains montrent des similarités importantes dans l’expression émotionnelle.
Les émotions permettent aux animaux, dont les humains, de communiquer (sans un mot) des états internes.
L’expression des émotions augmente les chances de survivre et de se reproduire.

Darwin et l’expression des émotions
Sérotonine
Neurotransmetteur impliqué de le maintien de la stabilité de l'humeur

Les états dépressifs sont associés à des déficits en sérotonine impliquée nottament dans les comportements alimentaires et sexuels, le cycle veille-sommeil, la douleur, l'anxiété etc.

Le Prozac et autres antidépresseurs agissent en augmentant la quantité de sérotonine dans la fente synaptique (en bloquant sa recapture par le transporteur de la sérotonine)


Dopamine
Plaisir chimique (précurseur de l'adrénaline et de la noradrénaline)

Neurotransmetteur
La poursuite du bonheur
Maintenir une lise de buts à atteindre (court et long terme) pourrait contribuer au bien être


Accomplir des buts fixés (court terme) induit de la satisfaction et de la motivation pour atteindre d'autres buts (long terme)
Coureurs en haute altitude
Les endorphines qui sont produites et relachées après un exercice intense induisent un sentiment de bien être
Il existe différents types de bohneur
Vous pouvez être heureux en étant assis à la maison en train de lire un livre ou regarder un film

Vous pouvez être heureux lors d'une réunion entre amis

Vous pouvez être heureux parce que vous avez accompli quelque chose

Bonheur
7. Bonheur
Certaines émotions sont plus "ancrées dans le cerveau" et engendrent des réponses considérées comme innées

Exemple: les bébés savent déjà pleurer et sourire (au cours des six premiers mois, les émotions sont présentes essentiellement sous forme bipolaire allant de la satisfaction à la détresse). L'empathie, l'envie, l'embarras se développent à partir de la deuxième année
Facteurs pivots dans le développement des émotions:

Quels sont les facteurs qui peuvent influencer le développement des émotions ? On peut citer les facteurs épigénétiques (pré-nataux/post-nataux) aussi bien que des facteurs génétiques
6. Phylogénie
Marc Bekoff

L'arbre de la vie selon Haeckel
Le buisson évolutif sphérique
Spécialiste de renomée mondiale du comportment animal, professeur à l'université du Colorado (fondateur de "ethologists for the ethical treatment of animal"

Anthropomorphisme
:

Outil descriptif et linguistique permettant d'accéder aux émotions animales, de les décrire

Il faut respecter le point de vue de l'animal (analyses systématiques permettant des études détaillées)

Il faut suivre ses intuitions éveillées par l'animal

Permet d'identifier ce que nous avons en commun avec les animaux (et non une projection de nos propres valeurs)

Existence de neurones miroirs (chez nous et certains animaux), il ne s'agit pas d'une projection arbitraire de nos propres émotions mais plutôt d'une empathie affective innéee

Ne pas oublier que tous les animaux ont une base commune, un ancêtre commun (anatomie, circuits neuronaux, molécules communes pour certains animaux et l'homme, donc pourquoi ne pourraient-ils pas partager également les émotions ?)

Il faut penser aux 4 aspects des émotions, ne sont pas identiques à l'homme mais considéré comme tel (bon sens). Il n'est pas obligatoire que les 4 aspects soient identiques (personne n'a dit que c'était le cas). Exemple: comparaison évolutive de différents coeurs d'animaux

Attention à l'anthropocentrisme

Personne n'a prouvé que les émotins animales n'existaient pas. Les animaux ne sont pas des choses. On ne peut pas tout contrôler et tout n'est pas mesurable

Cela ne sert à rien de perdre du temps en voualt démontrer que les émotions animales existent, mais il s'agit de plutôt comprendre à quoi servent-elles ?




Exemples (importance de l'anecdote, donne du sens scientifique et constitue une base de donées):


Chimpanzés affamés refusent de se nourrir si cela expose un congénère à un choc électrique

Souris éprouvent de l'empathie. Injection d'acide acétique à un individu, son compagnon sera plus sensible à la douleur lorsqu'il voit souffir son semblable

Souris peuvent s'entraider pour se nourrir et boire afin de sortir d'un piège

Les éléphants, les dauphins ou les chimpanzés ont passé avec succès des tests montrant qu'ils ont conscience d'eux-mêmes (test miroir)

Souris dépressives (malmenées, dominées par leurs semblables, se replient sur elles-mêmes. Elles peuvent être traitée au prozac (même système chimique et neurobiologique). Les bases neurales étant les mêmes, peuvent ils avoir les mêmes émotions/sentiments ?

Deuil chez les singes (posture courbée, balancement, regard fixe et atone, désintérêt pour ce qui les entoure. Certains orphelins meurent de chagrin

Chiens aveugles peuvent être aidés par congénères en bonne santé

Babouins stressés produisant des glucorticoïdes et peuvent souffrir de dépression (liens amicaux diminuent le stress)


"Affirmer que les émotions animales n'existent pas, c'est de la biologie de bas étage. Que ce soit en biologie évolutive, en éthologie cognitive ou dans les neurosciences sociales, la recherche scientifique corrobore l'opinion selon laquelle de nomreux animaux de toutes sortes ont une vie affective riche et profonde. Chez beaucoup d'espèces, les émotions ont évolué comme des adaptations et font office de ciment social pour lier les animaux les uns aux autres. Les émotions catalysent et déterminent aussi une grande diversité de rapport sociaux (entre les amis, amants ou rivaux) et permettent aux animaux de se protéger de manière souple et adaptative en employant différents types de comportement dans un large éventail de situations."


Si cage augmente en taille, le nombre de neurones et protéines synaptiques augmentent

Présence de cellules fusiformes chez les baleines dans la même partie que lecerveau humain (zone permettant l'empathie, organisation sociale, à la perception des sentiments d'autrui etc.)

La dopamine, la sérotonine et d'autres molécules interviennent largement dans la manière dont le jeu est réglé, faisant travailler de vastes régions cérébrales. Chez les rats, le niveau de dopamine s'accroît dès qu'ils sentent qu'ils peuvent jouer

La souffrance emprunte les mêmes circuits neuraux chez l'homme et les animaux. Les éléphants souffant d'une rupture de liens sociaux, ou la pert d'un ami, ont un comportement qui ressemble au syndrome de stress posttraumatique. Des savants ont identifié une partie du cerveau associée au SSPT : le cortex préfrontal ventromédian


Les sangsues prennent soin de leurs progénitures

Singe (macaque) embarassé (regard à gauche et à droite puis quitte les lieux d'un pas énergique) à cause d'une chute après avoir copulé avec une femelle

Douter de émotions animales: moyen de ne pas se sentir coupable de causer de la souffrance
Article 1
Article 2
Article 3
Etude de la présence des différentes composantes et processus sous-tendant le phénomène émotionnel chez différentes espèces

Présents chez des espèces frustres:


Certains aspects du comportement défensif chez la paramécie

Comportement agressif chez la fourmi

Freezing chez le poulpe
1. Les comportements émotionnels
2. Réponse physiologique
a. Neurotransmetteurs
:

Adrénaline, noradrénaline etc. sont décrites chez la plupart des invertébrés (insectes, gastéropodes...)

Sérotonine (comportement anxieux et agonistique chez les mammifères) se retrouve chez de nombreux invertébrés (anémone de mer, sangsues, homard, crabe etc.)

b. Axe du stress
:

La corticomédullo-surrénale (élément fondamental de la réponse au stress), est décrite chez les Reptiles, Oiseaux et les Mammifères mais pas chez les Poissons et Amphibiens




Permet une bonne partie des réponses physiologiques associées à l'expression des émotions (accélération rythme cardiaque, mydriase etc.)



Système présent chez l'ensemble des vertébrés



L'innervation du coeur par le système autonome n'est pas spécifique des Vertébrés (observation chez certains inertébrés comme les céphalopodes)



L'innervation autonome d'autres organes permet de révéler des distinctions dans l'organisation du SNA : ainsi, chez les Poissons, il n'y a pas de glandes lacrymales; chez les Poissons, Amphibiens et Reptiles, il n'y a pas de muscles dilatatoires au niveau de l'iris (pas de mydriase)




c. Système nerveux autonome
d. Activation des neurotransmetteurs du SNA lors de réponses émotionnelles
Libération de catécholamines au cours du stress : une libération est observée chez les bivalves ou les criquets ainsi que chez les Vertébrés

Par exemple chez les Poissons, des modifications des taux de catécholamines ont été remarquées en cas d'une perturbation physique que l'ont peut assimiler à un stresseur)
Les effets comportementaux des neurotransmetteurs
L'injection de neurotransmetteurs induit des réponses comportementals émotionnelles chez un grand nombre d'espèces, y compris les Invertébrés

Par exmple, l'injection de sérotonine induit une posture de dominance chez le homard (subordination si octopamine)

Si délétion du gène à l'octopamine chez la drosophile induit une diminution du comportement d'agression

Il y a donc une association entre des conduites émotionnelles et des systèmes de neurotansmission
L'induction de modifications physiologiques lors d'un stress

On peut observer des réponses physiologiques en réponse à un stresseur, y compris chez certaines espèces d'Invertébrés



Par exemple, au cours d'un stress, le poulpe présente quelques petits arrêts cardiaques sur un ou deux cycles



Il existe un couplage entre réponse physiologique et réponse comportementale

3. Aspects expressifs
Permettent la communication de l'émotion aux autres individus de la même espèce et même à des espèces différentes

a. Sons et odeurs expressives

Chez les Invertébrés, l'aspect expressif se traduit souvent par l'émission d'odeurs :

Les pucerons émettent un fluide visquex lorsqu'ils sont attaqués par un prédateur (induit la modification comportementale des congénères, permet d'éviter le prédateur)

Les abeilles (Apis mellifera) sont capables d'émettre des phéromones d'alerte (orientent le comportement des autres abeilles (recrutement massif d'abeilles, déclanchement de comportements d'attaque etc.)


Les signaux accoustiques ont aussi une vocation communicative chez les insectes (Par exemple le cri d'alarme émnis par certaines espèces de criquets (plus de 100 dB chez la cigale américaine Tibicen walkeri))

Cris d'alarme aussi décrits chez les Vertébrés (Oiseaux, Mammifères etc.)

Chez le rat, un son de 50 KHz est associé à des étâts de plaisirs (chatouilles, anticipation de l'arrivée de cocaïne chez un individu conditionné) et un son de 22KHz est émis lors de la détection d'un danger

Les singes verts (Cercopitecus aethiops) se réfugient dans les buissons et inspectent le ciel lorsqu'un signal d'alarme signalant un prédateur aérien est détecté (aigle) alors qu'ils scannent le sol e se réfugient dans les arbres quand ils entendent un son d'alarme signalant un prédateur terrestre (léopard). Ils peuvent donc communiquer leurs étâts émotionnels par des sons reconnus par des membres de l'espèce
b. Postures
Il existe un vaste répertoire de postures défensives et de postures d'attaques

Par exemple, l'immobilité tonique (vigoureuse et temporaire inhibition motrice) chez les poules, les lézards, les porcs, les insectes etc. L'animal ne bouge pas et, en général, couché sur le dos

Les postures de menace ou de terreur sont très bien conservées au cours de l'évolution : érection des ailes ou des poils chez les Oiseaux et les Mammifères, gonlement du corps chez les Amphibiens et les Reptiles, rétraction des oreilles chez les Carnivores, dos arqué des chats terrifiés ou sur le point d'attaquer
c. Modification de l'aspect visuel

Chez de nomreuses espèces, la confrontation avec une menace comme un prédateur déclanche une modification de l'aspect visuel

Exemples : camouflage, coloration d'avertissement (aposématisme)
d. expression faciale

L'expression faciale des émotions n'est décrite que chez des Vertébrés supérieurs comme les Mammifères. (Impossible pour les espèces avec cuticules (Insectes) ou coquilles (Bivalves))

L'expression faciale requiert une musculatur faciale élaborée (décrite surtout chez les Primates)

Ouverture de la bouche, position de la langue ou l'écarquillement des pupilles (mydriase) sont parfois décrites chez des espèces plus frustres

Des expessions de menace (ouverture bouche, dents proéminentes) se retrouvent chez la plupart des Mammifères
4. Aspects subjectifs et cognitifs
Certains processus cognitifs indispensables aux émotions sont présentes chez des espèces relativement frustres (Par exemple, aptitude à détecter un changement dans l'environnement, ce qui est agréable de ce qui est désagréable (certains Insectes, Vers etc.))

Conscience autonoétique (aptitude à revivreconsciemment un épisode du vécu émotionnel) n'est présente/décrite que chez l'homme et certains grands singes

D'autres éléments de l'expérience subjective sont déjà présents chez certains Mammifères (Par exemple, l'expérience du test de préférence conditionnée de lieu)
Conclusion
Les différentes composantes des émotions interagissent de façon complexe (ne se combinent pas de façon additive et indépendamment les unes des autres)

Les émotions ressenties par l'homme sont probablement totalement différentes de celles vécus par d'autres espèces animales

Cela n'enlève rien à la légitimité des modèles animaux qui n'ont pas la prétention de forcément représenter le phénomène dans sa complexité
Une pensée très positive
Il existerait un lien entre la pensée et les indicateurs physiques et émotionnels (inflammation, crise cardiaque et estime de soi par exemple)

Le nerf vague : parcourt le corps du cerveau jusqu'à l'estomac et au tube digestif, via les poumons et le coeur. Il est également relié aux nerfs impliqués dans la parole, le contact visuel et l'expression faciale. Il constitue un élément essentiel du système nerveux parasympathique

Plus l'intensité vagale est intense, plus le corps se détend rapidement après un stress pour reprendre ses fonctions digestives et autres

L'intensité de la réponse d'une personne est appelée tonus vagal. Ceux qui ont un meilleur tonus jouissent d'un large éventail de bénéfices en plus d'être calmes et de décompresser rapidement

Des études montrent qu'ils peuvent mieux réguler leur taux de glycémie, réduisant l'incidence du diabète, des AVC et des maladies cardiovasculaires. Ils sont socialement plus forts : plus heureux et plus empathiques, mieux à même de se concentrer et de se souvenir et d'établir des liens d'amitié étroits, et moins sujets à la dépression

Influence génétique, plus forte prévalence de faible tonus chez les personnes obèses et faisant rarement de l'exercice physique

La méditation pourrait augmenter le tonus et émotions positives
Le nerf vague pourrait être stimulé à l'aide d'un implant, mais cela serait invasif

La stimulation du nerf vague réduirait l'inflammation

Des études montrent également que le tonus vagal augmente avec l'effort physique; et le simple fait d'écouter de la musique entraînante peut avoir le même effet


Où se situe l'amour dans le cerveau ?
Relations durables
Le pallidum ventral et le noyau du raphé sont les régions du cerveau qui s'allument/s'activent lors d'une relation à long terme. L'ocytocine et la vasopressine sont les hormones impliquées
Le pallidum ventral est associé avec l'attachement et les hormones qui diminuent le stress

Le noyau du raphé libère la sérotonine, ce qui induit une sensation de calme
Désir et amour
Le désir et l'amour semblent être reliés mais il existe des différences

Differentes régions du cerveau sont activées par l'amour et le désir

Le striatum joue un rôle clé dans les deux processus

Le désir active une partie du striatum qui ne répond pas seulement aux plaisirs de la chair, mais aussi aux plaisirs de la nourriture

En contraste, la partie du striatum qui est reliée à l'amour donne du sens et de la valeur aux choses qui nous procurent du plaisir







Hippocampe
Cortex insulaire
Cortex cingulaire antérieur

Ces trois régions aide à la régulation le sentiment de récompense





Tomber amoureux, pas à pas
Ce que cela signifie...
Quand l'hypothalamus relâche de la dopamine dans le corps, c'est lorsque vous ressentez des "papillons" dans le ventre (feux d'artifices). Le cerveau relâche aussi de la noradrénaline qui vous met en éveil (stimule le système "chasse ou fuite"). Ces hormones vous aide également à vous concenrer et à prendre des décisions
Lorsque le taux de dopamine augmente, le taux de sértonine diminue. Cela implique une diminution de l'appétit, une perte de sommeil (la sérotonine est le précurseur de la mélatonine). Ces taux relativement bas de sérotonine sont corrélés avec les individus ayant des troubles obsessionnels compulsifs (TOC), ce qui pourrait expliquer pourquoi il est difficile d'arrêter de penser à la personne aimée
L'ocytocine et la vasopressine sont ensuite relâchées ce qui induit la sensation de "connection" et d'attachement. Ces deux hormones sont connues pour établir des relations de longue durée
Quand l'amygdale est désactivée, cela signifie que le centre de contrôle de l'anxiété et de la peur sont inhibés (ou moins actifs) ce qui induit une totale unité et une connection avec l'être aimé
La chimie de l'amour
Le corps relâche aussi de l'adrénaline et votre coeur bat plus vite lorsque vous voyez la personne aimée, donnant au cerveau plus d'oxygène et vous prépare psychiquement à approcher cette personne
Dopamine : substance liée à l'euphorie et qui peut provenir d'un bon repas ou de la prise de cocaïne

Vasopressine : donne le sentiment de satisfaction et induit un attachement à long terme

Ocytocine : calme et agit "contre" la première phase intense d'attachement romantique, induisant des relations plus stables et durables

Sérotonine : permet le sentiment de calme et de satisfaction


Hypophyse (glande pituitaire): aide à réguler la production d'hormones

Hypothalamus : production de la dopamine, ocytocine (reproduction sexuée, anxiété, empathie, comportements maternels, liens conjugaux et sociaux etc.) et de la vasopressine (rôle dans les comportement sexuels)

Amygdale : contrôle le stress la peur (pourrait être inhibée par l'ocytocine)
Helen Fisher est une scientifique quia fait des recherches sur le désir et l'amour et à dit :

"L'amour est en nous. II est profondément ancré dans notre cerveau. Notre défi de se comprendre les uns les autres"

et

"Il n'y aurait pas de société où l'amour romantique n'existe "
8. L'amour
1. L'hypothalamus relâche de la dopamine et de la noradrénaline

2. Lorsque le niveau de dopamine augmente, le niveau de sérotonine diminue

3. L'ocytocine et la vasopressine sont produites

4. L'agmydale est "désactivée"
10. La colère et la tristesse
Colère
Colère
Tristesse
Tristesse
Gardez en tête...
Il n'existe pas un centre unique pour les émotions dans le cerveau
L'activité du cerveau des hommes et les femmes diffère pour une même émotion
Les femmes activent plus le système limbique antérieur que les hommes
Ignorer une émotion ne la fait pas disparaître
Le système limbique se trouve dans la partie inférieure du cerveau
L'amygdale est la région où les souvenirs sont stockés. Toute information arrivant au cerveau causant une réponse émotionnelle induit une activation de l'agmydale
Quand l'amygdale est activée, certaines hormones sont relâchées et induisent des changements physiologiques
La tristesse est causée par plusieurs régions du cerveau (pas uniquement le système limbique)
La tristesse est une émotion négative, essentielle et inévitable
Il s'agit d'une des émotions dont la durée est la plus importante Il peut en résulter une dépression
Ne pas confondre la tristesse (émotion) et la dépression (maladie)
Dépression peut être catégorisée en deux domaines: neurovégétative (physique) et neurocognitive (psychologique)
La tristesse peut causer une perte d'intérêt dans les activités du quotidien et peut induire qu'une personne triste reste isolée des autres
La tristesse est une émotion facile à identifier en se basant sur les actions (personne agissant anormalement) , les sons (cassure dans la voix) , et l'apparence physique (larmes et renfrogné)
Tout le monde a déjà été triste, mais l'intensité varie selon les individus
Cette émotion est un puissant moyen de communication
La musique a un effet positif sur la tristesse

Le docteur Mark George à découvert une augmentation de l'activité du système limbique d'une femme lorsqu'elle était triste
Il à découvert une plus grande activité dans le cortex préfrontal gauche que dans le droit
Ila également découvert que l'agmydale s'active lorsque la tristesse se manifeste
Selon le docteur Mark George, la tristesse se situe principalement dans la partie gauche du cerveau
La tristesse peut être désactivée lorsqu'une personne est cliniquement déprimée
La tristesse et la dépression semblent impliquer le cortex préfrontal gauche mais de manière différente
Les femmes pourraient être plus affectées par la tristesse que les hommes et sont plus sujettes à développer une dépression
Des expériences sur des femmes en bonne santé ont montré que la tristesse induisait une activation des structures limbiques et paralimbiques (sont des structures d'entrée et de sortie pour le système limbique)
La tristesse "débute" dans le tronc cérébral puis dans le thalamus et le noyau caudé/putamen


La colère (plusieurs intensités) est une émotion négative, normale et essentielle
Trois composantes caractérisent la colère. Les réactions physiques, psychologiques et comment nous l'exprimons
La colère peut se révéler positive et une source de motivation
Une mauvaise gestion de la colère induit souvent de mauvaises prises de décision
La colère, l'aggression peuvent parfois être importants pour la survie (point de vue évolutif)

La colère nous indique ce que nous ressentons, ce qui nous préoccupe et ce dont nous avons besoin




Certains chercheurs pensent qu'il existe une plus grande activation de l'hemisphère gauche que le droit lors de la colère et qu'elle induit d'importants changements dans le système nerveux autonome
L' hemisphère gauche du cerveau est plus stimulé que le droit lorsqu'un individu est en colère
Le rythme cardiaque et la production de testostérone augmentent
Lorsque la colère se manifeste, les catécholamines (molécules fabriquées à partir de la tyrosine, comme l'adrénaline ou la dopamine) sont realâchées, ce qui donne de l'énergie
La colère est contrôlée/inhibée par le cortex prérontal
La colère (phase d'éveil intense) induit une diminution de la capacité de concentration
Bekoff M. (2013). Les émotions des animaux (281 p.).

Belzung C. (2007). Biologie des émotions (481 p.)

Pour la science (Juillet 2014, n 441). L'intelligence du poulpe, 22-29.
Tropisme larve de Ténébrion Meunier
Disney à la page...
Emotions animales ?
Full transcript