Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Intrigues diamantaires à Genève

Dossier d’enquête. Ce documentaire web permet de visualiser les principaux protagonistes cité dans notre article et d’accéder à certaines des sources qui ont nourri notre travail d’investigation. (Textes: Sylvain Besson - Prezi: Raphaëlle Vannay)
by

Le Temps

on 2 November 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Intrigues diamantaires à Genève

Intrigues diamantaires à Genève
A New York, Ehud Laniado et ses associés ont racheté le diamantaire Cora, qui écoule de grosses pierres taillées pour un public fortuné.
Photo non datée montrant Isabel dos Santos et son mari Sindika Dokolo en compagnie d’Ehud Laniado. Grand collectionneur d’art, Sindika Dokolo aurait joué un rôle moteur lors du rachat du joaillier genevois De Grisogono par des investisseurs privés, notamment angolais.
Ce documentaire web permet de visualiser les principaux protagonistes cités dans notre article et d’accéder à certaines des sources qui ont nourri notre travail d’investigation
Le circuit des diamants angolais jusqu'à Anvers
Les diamants sont transportés par courrier à Dubaï, via l’Afrique du Sud.
Le convoyeur de fonds Brinks a joué le rôle de transporteur lors
de cette étape.
Le schéma des astuces fiscales
Le scandale
Omega diamonds

Genève, capitale diamantaire
Les filières du diamant angolais
Notre dossier d’enquête
Les documents et illustrations de notre enquête sont groupés en trois thèmes:
Une enquête partie de Belgique a révélé certaines pratiques fiscales cachées des diamantaires
Genève est devenue une place diamantaire grâce aux enchères qui s’y tiennent chaque année (ici, un diamant de 101 carats vendu par Christie’s le 15 mai 2013 pour 18 millions d’euros). Les clients étrangers qui achètent des pierres en Suisse ne paient pas de taxes sur ces acquisitions.
Lev Leviev, devenu roi du diamant angolais depuis les années 1990, avec la bénédiction du président Dos Santos. Il est l'associé d’Ehud Laniado au sein de la société ASCORP.
Sotheby’s met en vente à Genève, le 13 novembre, le diamant Pink Star, une «étoile rose» dont la valeur est estimée à quelque 60 millions de dollars, ce qui en ferait le diamant le plus cher jamais vendu.
Lev Leviev a dû affronter son ancien associé Arkady Gaydamak devant la Haute Cour de Londres, dans un conflit portant sur la répartition des bénéfices des diamants angolais. Le jugement éclaire les rapports de force qui régissent ce secteur opaque, contrôlé directement par la présidence angolaise. Il confirme l’association passée, au sein de la société étatique ASCORP, entre Lev Leviev, Ehud Laniado, son associé Sylvain Goldberg et Isabel dos Santos. Sa mère, première femme du président José Eduardo dos Santos, serait restée actionnaire de cette société d’exportation de diamants «informels» jusqu’à ce jour.
Le lanceur d’alerte belge David Renous a dénoncé les pratiques fiscales de la société Omega d’Ehud Laniado à la justice. Sur ce schéma, il montre comment les bénéfices liés à l’exportation de diamants angolais étaient soustraits au fisc belge par l’intermédiaire d’une société offshore opérée depuis la Suisse, Vanguard.
Le coureur automobile et résident de Gstaad Juan Barazi apparaît comme directeur de deux sociétés liées à Isabel dos Santos. Il possède aussi des intérêts dans le diamant angolais. Selon une source diplomatique disposant de relais en Angola, ce personnage haut en couleur, mais très discret sur ses intérêts économiques, opérerait notamment depuis Lausanne.
A Genève, aux Ports-Francs de l’aéroport, les pierres sont triées selon leur qualité et leur prix réévalué. Après leurs ennuis fiscaux en Belgique, Ehud Laniado et ses associés y ont implanté une nouvelle société J., qui trie les diamants bruts selon leur qualité.
Lev Leviev
ASCORP
Arkady Gaydamak
Ehud Laniado
Isabel dos Santos
Juan Barazi
Fawaz Gruosi, fondateur et président du joaillier genevois De Grisogono. L’entreprise a été rachetée par des investisseurs étrangers, notamment angolais, grâce à l’intervention d’Isabel dos Santos, fille du président de l’Angola.
Fawaz Gruosi
Pink Star
Ports-Francs
Enchères
http://www.letemps.ch/r/Le_Temps/Quotidien/04_Web/SubContext/ToutLeTemps/le_temps/webdocs/diamants_ge/pdf/leviev_gaydamak.pdf
LIRE LE PDF
Dans un arrêté daté de juillet 2010, le Tribunal pénal fédéral décrit la fraude fiscale reprochée par la Belgique aux sociétés d’Ehud Laniado.
Il mentionne notamment «une hausse substantielle de valeur inexpliquée pendant un court transit aux Ports-Francs de Genève». Mais la demande d’entraide belge, jugée trop lacunaire, n’a pas été exécutée par la Suisse.
http://www.letemps.ch/r/Le_Temps/Quotidien/04_Web/SubContext/ToutLeTemps/le_temps/webdocs/diamants_ge/pdf/arret_tpf_caspi.pdf
LIRE LE PDF
Dans un arrêté daté de juillet 2010, le Tribunal pénal fédéral décrit la fraude fiscale reprochée à la société Omega d’Ehud Laniado.
Il mentionne notamment «une hausse substantielle de valeur inexpliquée pendant un court transit aux Ports-Francs de Genève». Mais la demande d’entraide belge, jugée trop lacunaire, n’a pas été exécutée par la Suisse.
A Genève, aux Ports-Francs de l’aéroport, les pierres sont triées selon leur qualité et leur prix réévalué.
http://www.letemps.ch/r/Le_Temps/Quotidien/04_Web/SubContext/ToutLeTemps/le_temps/webdocs/diamants_ge/pdf/arret_tpf_caspi.pdf
LIRE LE PDF
Les diamants dits «informels» sont extraits par des mineurs artisanaux au nord de l’Angola, dans de petites concessions proches de la frontière avec la République démocratique du Congo. Cette production alimente ensuite les marchés internationaux, notamment via la société Ascorp d’Ehud Laniado et de ses associés.
http://www.letemps.ch/r/Le_Temps/Quotidien/04_Web/SubContext/ToutLeTemps/le_temps/webdocs/diamants_ge/pdf/sotheby_pink_star.pdf
LIRE LE PDF
Genève
Dubaï
Afrique du Sud
Angola
New York
Il existe très peu de photos d'Ehud Laniado, considéré comme l'un des rois du commerce de diamants bruts au niveau mondial. Le voici - debout, troisième à partir de la gauche - lors d'un bal de charité à Monaco, où il réside, le 15 décembre 2012.
Privilégiez le mode plein écran


Utilisez les flèches de votre clavier pour évoluer
ou naviguez librement
avec votre souris

Conseils
de navigation
icône en bas à droite
La Cité de Calvin est devenue une plaque tournante du diamant grâce à un régime fiscal favorable et à d’autres facteurs d’attractivité (banques, ports-francs, etc.)
L’Angola est le quatrième producteur mondial de diamants et a la réputation d’exporter les plus belles pierres
du marché. Généraux et clan
présidentiel ont la haute main
sur la production.
Cora était autrefois détenue par la célébrité diamantaire Ara Arslanian et son associé Agop Bagdalian, qui se sont disputés. Cette société vend des pierres taillées à une clientèle fortunée, sur rendez-vous privé uniquement.
A l’origine société publique disposant du monopole d’exportation des diamants bruts, la société ASCORP fondée en 1999 associait l’Etat, Isabel dos Santos, la fille du président angolais, le magnat russe du diamant Lev Leviev et le diamantaire israélo-belge Ehud Laniado. En 2004, Isabel aurait cédé sa participation dans ASCORP à sa mère, Tatiana Regan.
En 2013, Isabel dos Santos a été propulsée au rang de femme la plus riche d’Afrique après que Forbes a évalué ses investissements dans plusieurs sociétés à au moins 2 milliards de dollars. Son empire est dominé par les valeurs bancaires et de télécommunication.
Les pierres brutes terminent leur voyage à Anvers, le plus grand centre diamantaire mondial,
où elles sont revendues pour polissage.
Anvers
De Dubaï,
les sociétés offshore Orchid
et Tulip réexportent les pierres vers l’Europe. Selon les accusations du lanceur d'alerte David Renous, qui a conduit à l’ouverture d’une enquête en Belgique, le prix de certains diamants a été artificiellement gonflé lors de cette étape pour tromper le fisc.
WWW
http://www.corainternational.com
Full transcript