Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

histoire du cheveux

chronologie et symbolique
by

martin gael

on 4 October 2009

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of histoire du cheveux

Les nouveaux coiffeurs historique des coiffures symbolique du cheveux particularités culturelles mythologie symbolique du cheveux Histoire des coiffures La coiffure est l'art d'arranger les cheveux, éventuellement de modifier leur aspect extérieur.

Cet art implique différents types d’interventions : couper les cheveux, les friser, les tresser, les teindre, les décolorer, les poudrer, les enduire de substances variées, leur adjoindre de faux cheveux (sous la forme d'une perruque ou d'un postiche ou rallonge capillaire qui consiste a grader les vrais cheveux et a seulement allonger la longueur ) ou les ornementer de façons plus ou moins sophistiqués selon les cultures et les civilisations.

Definition Symbolique du cheveux Mythologie Particularités Culturelles Coiffure dans l'art « Femme nue de dos se coiffant»
Edgar Degas
1885 « Femme se coiffant »
Henri de Toulouse-Lautrec
1891 "Femme se coiffant", Pablo
Picasso,
1956 "Femme se coiffant",
Julio Gonzàlez,1936 "Femme se coiffant",
Camille Pissaro "Femme nue se coiffant", Edouard Manet "Femme se coiffant",
Bugatti Rembrandt,
1884-1916 "Jeune fille coiffant ses cheveux",
Auguste Renoir, 1894 source:
http://ecoles.ac-rouen.fr/stvalery/peda/Rallye/2009/sauvonslesmotsc2/SLMC2-mars-cheveux.pdf Coiffure dans l'art indiens De nombreux peuples amérindiens ont utilisé des coiffes en plumes comme éléments
décoratif ou comme signe distinctif du rang social. Les plumes avaient en
outre des vertus magico-médicales ce qui donnait à cette coiffure une importance
accrue. Chaque tribu avait son propre modèle de coiffures avec sa propre méthode
pour les confectionner. Elles pouvaient leur attribué un rôle culturel différent. http://www.twikeo.com/pourquoi-la-coiffurede-plumesdes-indiens--q8021.html (mohawk hairstyle en anglais) est un style de
coiffure délivrée par la légende aux Mohicans
ainsi qu’aux tribus Agniers. Popularisée par le
mouvement punk, dont elle est la coiffure emblématique,
elle consiste à avoir les deux côtés de la
tête rasés ou coupés à ras et les cheveux restants
longs et généralement dressés au milieu. La crête iroquoise .http://www.capillomania.com/churki.php Les Hopi font partie du groupe des Indiens Pueblos d’Amérique du Nord,
voisins des Apaches, des Navajos, des Papagos, et des Zuñis, Les Hopis
vivent dans le nord est de l’Arizona une région très aride. Cependant leurs
cultures étaient adaptées à cet environnement désertique, par exemple le
maïs était semé dans des trous profonds afin que les racines puisent l’humidité
du sol. Les Hopi http://www.capillomania.com/index.php Guerrier gurkha Le churki les geishas Les dreadlocks Les femmes Himbas (namibie) Femmes Thai Neua Le chignon de style shimada est la coiffure
japonaise la plus connue, surtout portée par
les geisha. se font aussi des coiffures somptueuses : les cheveux tressés avec cette pommade sèche très dense et elles portent aussi une sorte de casque de cuir. Cette pommade les protège du soleil. http://www.allibert-trekking.com/cdr/1588/71-himbas.htm Groupes ethniques de l’Indochine Le korymbos est une coiffure portée par les rois et reines sassanides. Il consiste en un chignon relevé sur le sommet de la tête, dans lequel une partie des cheveux sont rassemblés pour former une boule, qui peut être enveloppée dans un tissu. http://www.capillomania.com est une longue touffe ou mèche de cheveux sur la nuque qu’on ne coupe jamais ; c’est l’emblème ancestral des brahmanes. Le brahmane (lié au sacré) est un membre d’une des quatre castes, regroupant notamment : les prêtres, les enseignants et les hommes de loi. Plus généralement, un brahmane est un homme de lettres disposant de connaissances importantes sur le Monde. http://www.capillomania.com Il etait grand et portaient dans ses cheveux de la laine rouge et des bijoux. J’avais l’impression d’etre en presence d’un Amerindien d’il y a 100 ans. Leurs traits sont fins et leur peau couleur olive. Ils portent tous les cheveux longs qu’ils et elles decorent de multiples facons et ne cessent de m’impressionner. http://www.gypsyjournal.com/Chapter.asp?ChapterID=509 nommés quelquefois tout simplement dreads ou locks ou encore rastas (à tort), sont des mèches de cheveux emmêlées qui se forment seules si les cheveux sont laissés à pousser naturellement, sans l’utilisation
de brosses, peignes, rasoirs, ni ciseaux durant une longue période. Le mot
vient lui-même de la Bible et de la crainte de Dieu (dread of God). plus récemment Le Devilock est un style de coiffure découverte par Jerry Only, co-fondateur des Misfits, vers 1979. Il s’agit d’une coiffure où les cotés et la nuque sont courts, alors que la frange est longue, créant une mèche devant le visage. L’hair design nommé aussi le «hairdesign
» ou la «capillisculpture
», est l’art de réaliser un
graphisme sur les cheveux
coupés ras.
Les coiffeurs manipulent
les tondeuses ou les rasoirs
comme des stylos et font
apparaître (par un jeu de
contraste entre les cheveux
restants et le cuir chevelu)
des motifs, le plus fréquemment
tribaux. La personne
coiffée peut aussi de cette
manière personnaliser sa tête
avec un signe spécifique : un
tag, un message, un symbole,
un animal, un logo... En coiffure, le yuko est une technique japonaise
longue et coûteuse qui sert à lisser les cheveux
de manière définitive. Douze Héros qu'on appelle les Juges, essayèrent de ramener vers le vrai Dieu le peuple d'Israël qui sacrifiait tour à tour à Jéhovah et aux idoles.

L'un des plus illustres fut Samson. Cet Hercule, qui déchiqueta un lion en morceaux avec ses mains, se débarrassa avec une mâchoire d'âne, de mille Philistins qui l'attaquaient. Il fut livré finalement à ses ennemis par la trahison de la célèbre courtisane Dalila.

Celle-ci, ayant appris que le secret de la force prodigieuse du héros résidait dans sa chevelure, la lui coupa par perfidie pendant son sommeil. Samson, affaiblit fut ainsi livré sans résistance aux Philistins qui l'emmenèrent en esclavage, après lui avoir crevé les yeux.

Mais avec le temps, ses cheveux ayant repoussé, il sentit ses forces lui revenir. Invoquant l'Eternel, de ses deux mains il fit crouler les deux colonnes centrales qui soutenaient le Palais, ensevelissant avec lui sous ses ruines tous les Philistins qui s'y trouvaient. Fille de Phorcys et de Céto, et donc sœur des Grées[2], elle est une belle jeune fille dont Poséidon s'éprend[3] . Séduite ou violée par le dieu dans un temple dédié à Athéna, elle est punie par la déesse qui la transforme en Gorgone. Ses cheveux deviennent des serpents et désormais son regard pétrifie tous ceux qui le croisent[4]. (Selon certaines versions, c'est Aphrodite qui, jalouse de sa chevelure et de sa beauté, change ses cheveux en serpents.) Samson et Dalila Medusa Chez les Grecs, l'offrande suprême consistait dans le don de sa chevelure aux dieux. C'est ainsi que Bérénice consacra une boucle de ses cheveux à Aphrodite afin que son époux Ptolémée III revienne vivant de la guerre de Syrie. Les dames grecques faisaient de même vis-à-vis d´Asclépios, dieu de la Médecine, pour obtenir la guérison de certaines de leurs maladies.

En Egypte, les prêtres d´Isis se rasaient pour manifester leur détachement.

Les Musulmans conservaient au sommet de leur crâne une mèche de cheveux dont se servait Mahomet pour les transporter au paradis.

Pour les Hindous, le monde est couvert d´une immense chevelure, infiniment filée.

Aujourd´hui encore, les bonzes se font tondre pour manifester leur ascétisme et les moines chrétiens s'imposent la tonsure en signe de renoncement et de soumission. Le cheveu et les dieux http://www.procheveux.com/content/le-cheveu/histoire.html http://giffie.free.fr/site/Pages/B6-5.html http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9duse_%28mythologie%29 Nos plus anciennes sources au sujet des cheveux remontent à l'Égypte ancienne, il y a de cela 4000 ans. Les femmes portaient alors des perruques d'apparat dans un but de séduction et d'érotisme.

Plus tard, dans la Bible, de nombreux écrits évoqueront la chevelure et la notion de force et de puissance qui s'y rattachent, comme l'histoire de Samson et Dalila en témoigne.
Couronne et décoration des cheveux de Sat-Hathor-Younet. Lahoun. Samson broyant les mâchoirs du lion
Peter Paul Rubens Pour les Romains, il existait un rituel qui consistait à couper les cheveux des condamnés à mort, symbolisant ainsi la vie que l'on s'apprêtait à leur arracher. Par ailleurs, les Romains, qui portaient les cheveux bruns et courts, considéraient la calvitie comme un état tout à fait insupportable et portaient une grande attention à la longueur et la couleur des cheveux de leurs rivaux, les Gaulois, aux cheveux blonds et longs. Médaillon d’un Gaulois, XIXe siècle (17). Jules César Le cheveu et la guerre
Les cheveux étaient parfois considérés comme de véritables trophées en temps de guerre. Les célèbres
scalps prélevés par les Indiens sur le crâne de leurs ennemis en sont un exemple.
Les Romains infligeaient également la tonsure aux peuples vaincus.
La danse la danse du scalp Indéniablement, la chevelure de la femme est, pour l'homme, un facteur important de séduction, ce que les écrivains de l'époque ne se priveront pas de nous faire remarquer; de même, les hommes, toujours très soucieux des problèmes de calvitie, chercheront par tous les moyens à y remédier, en se tournant notamment vers leurs coiffeurs. Il fi s'ensuivra alors un commerce florissant autour des cheveux, ce qui prouve que nos préoccupations d'aujourd'hui ne sont en rien différentes de celles d'hier. Socrate se consolait de sa calvitie en estimant que «l’herbe ne pouvait pousser dans les rues actives « Jules César masquait son alopécie sous une couronne de feuilles de laurier. Il obtint, par un vote du sénat, la possibilité de la porter en permanence. Louis XIV, le Roi-Soleil ne fut pas épargné par la calvitie. Son barbier le rasait quotidiennement, en secret, et lui mettait une volumineuse perruque bouclée. François Ier en jouant dans un champ de neige avec des torches enflammées, se brûla accidentellement les cheveux. La gravité des brûlures était telle qu’il fallut lui raser le cuir chevelu pour permettre une bonne cicatrisation. Par déférence pour leur monarque, les courtisans se firent également tondre. Le XXe siècle verra, au sortir de la guerre de 1914 1918, les femmes se couper les cheveux à la garçonne, premier signe de l'émancipation féminine. Il est à noter que Colette ou Coco Chanel en furent des exemples fameux. COCO Channel Colette Plus près de nous, dans les années 1970, l'émergence du mouvement hippie avec, dans son sillage, la mode des cheveux longs et d'une tenue vestimentaire négligée, témoignera du rejet par les jeunes d'une certaine société moraliste, bureaucratique et bien mise. Aujourd'hui, à l'aube du troisième millénaire, la mode des crânes rasés a remplacé la mode des cheveux longs, sans doute là aussi par souci d'afficher sa différence, au même titre que nous voyons se développer la mode des cheveux multicolores; souvent, dans un cas comme dans l'autre, ces phénomènes sont associés à l'adolescence, période de rébellion par excellence. Britney Spears Si l'on considère la chevelure comme faisant partie intégrante de notre identité, elle est certainement l'élément anatomique sur lequel nous pouvons le plus facilement agir, et avec le plus de succès. Il est plus facile de se couper les cheveux, de les teindre ou bien encore de changer de coiffure que d'effacer ses rides. C'est aussi, comme il a été dit précédemment, un moyen d'expression, permettant d'afficher son opposition, et de dire « je fais ce que je veux avec mes cheveux, donc je suis libre. »

De tout temps, les cheveux ont symbolisé le pouvoir et la puissance de l'homme. Lorsque le chef se réserve le port des cheveux longs, il affirme non seulement son pouvoir, mais aussi sa filiation avec le dieu lion ou avec le dieu singe (se reporter aux coiffes africaines). Dans ce cas, le chef exige habituellement que ses sujets, a fortiori ses esclaves, portent les cheveux courts. Également, il est à noter que lorsque le prêtre tond sa chevelure, il le fait en geste de soumission au dieu. Il exprime ainsi qu'il est le dépositaire du pouvoir divin.

La notion de pouvoir n'est cependant pas la seule symbolique à devoir être rattachée aux cheveux, qui symbolise également la force vitale, le pouvoir de séduction et la sexualité, éléments qui participent aux fondements mêmes de l'être humain. Il m'est toujours apparu essentiel de tenir compte de cette notion du symbolisme, car elle permet de comprendre pourquoi la perte de ses cheveux peut, chez certains, entraîner des angoisses de mort, des pertes de la libido et tant d'autres troubles participant à la déstructuration de l'individu.
Cheveux, identité Mémento de coiffures historique Antiquité.
La barbe pour les hommes, la chevelure pour les femmes, semblent être depuis les temps les plus
reculés, des éléments majeurs de la beauté. Epoque Egyptienne et Assyrienne.
Les bas-reliefs et monuments représentant des humains mis en évidence par des recherches
archéologiques nous permettent de conclure que la chevelure constituait une partie des plus riche et
soignée de l’habillement.Port de perruques. Les Egyptiens avaient des coiffures faites d’une multitude
de tresses fines superposées en plusieurs étages. Parfois deus tresses plus importantes très larges sur le
côté. Les ornements : or, lapis lazulis, grenats, turquoises etc. fleurs de lotus, attributs de souveraineté
(pschent , oeureus) enrichissaient les chevelures. Les Assyriens - chaldéens, portaient des chevelures milongues
bouclées. La barbe était également bouclée et tressée de façon symétrique. Epoque grecque.
O rnements très sobres. Diadèmes et rubans. Dessus
de tête plat, côtés ondés et rejetés en arrière.Les hommesportent des coiffures rondes et parfois les cheveux
longs retenus en chignon. Epoque romaine
Mais de réalisations plus lourdes Chignons avec nombreux postiches (tresses), usage de poudre
colorée, fers à friser. Les hommes, chevelure souvent courte parfois rasés. Epoque gallo-romaine et moyen-âge
Du III e au V e siècle, la coiffure devient très simple.Cheveux flottants, torsadés ou enrubannés.
Les hommes portent les cheveux mi-longs et peu soignés. Les hommes ont les cheveux mi-longs coupés à
hauteur de la nuque. Renaissance
Les cheveux du front et des tempes sont frisés. Le reste de la chevelure étalé en rouleaux soulignés
de pierreries. Perruques, poudres, le blond est à la mode, les poudres colorantes sont maintenues par du mucilage.
Par la suite un chignon rond fait son apparition sur le sommet de la tête «coiffure dite de la culbute».Les
Hommes portent la chevelure mi-longue ou longue bouclée dans les pointes. Pas de frange mais raie de milieu
avec boucles de côté ou devant ; fine moustache et mouche au menton (mousquetaire). Le roi est chauve
et on porte souvent perruque. http://www.capillomania.com
Full transcript