Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

théorie politique

No description
by

ni hachem

on 17 October 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of théorie politique

Théorie politique(3ième année)2015-2016
Rapport entre la Religion et le Politique :
Entre le pouvoir spirituel qui émane de DIEU, le pouvoir religieux exercé par l’Église et le Pape, et entre le pouvoir politique temporel
Les liens entre la pensée religieuse et les représentations politiques sont de grande complexité :
Ce dilemme s’évolue et est soumis à l’évolution de la période de l’antiquité et de la modernité
La théologie chrétienne
est traversée par les trois configurations fondamentales du « 
Lien Divin 
» établissant les rapports entre Dieu, l’Homme et le Monde.  
Dans cette perspective,

le politique se comprend à travers le « Lien Divin » (« Divine Nexus ») qui reliant les Hommes au Monde et à Dieu en ordonnant l’autorité politique et la vie commune.
La théologie politique est :

une construction intellectuelle, un discours de l’autorité politique qui est fondée sur le nexus divin, la subordination du pouvoir politique à l’autorité religieuse.


les thèmes essentiels du cours sont  : la Théologie politique, la sécularisation, le nationalisme



La première partie a pour référence l’ouvrage de Mark Lilla
intitulé : The Stillborn God, Religion, Politics and the Modern West, Knopf, septembre 2007, 352 p. Traduction française :
Le Dieu mort-né
, traduction par J.-P. Ricard, Seuil, avril 2010.

La relation entre l’ordre religieux et celui politique : s’agit-elle d’une séparation, dissociation ou réconciliation entre les deux ?

Parlons-nous d’un ordre politique sécularisé ou d’une religion politisée ?
La vie antique (l’antiquité gréco romaine) (jusqu’à 5ième siècle après J.C) se qualifie par :
- un pouvoir politique caractérisé par l’emprise de la communauté sur l’individu
- une non distinction entre la société et l’État
- une liberté individuelle dépendante des lois et des institutions du pouvoir
- et une confusion entre le religieux et le politique
la vie moderne est caractérisée par :
- un pouvoir politique composé des institutions politiques sécularisées
- une dissociation entre les sphères spirituelles et temporelles (effet de la christianisation de l’empire)
- un individualisme philosophique et juridique (l’individu est un sujet souverain autonome moralement disposant des droits fondamentaux)
sur le plan doctrinal, la religion chrétienne ; au Moyen Âge ; défend une séparation du spirituel du temporel,

Tandis que dans la réalité, il y avait une confusion entre le religieux et le politique : le pape rêvait d’un rôle temporel et les rois ; détenteurs du pouvoir ; se voient comme des représentants de Dieu.
Elle est une opération rationnelle, une doctrine qui vise à légitimer l’ordre temporel par le sacré.
La théologie politique est un discours
rationnel
sur l’autorité politique fondée sur un nexus divin révélé : elle est basée sur
une sorte de logique
, l’esprit humain développe des
raisonnements
sur ce qu’est une bonne vie politique dépendant de leur conception de la nature de Dieu et le lieu de son séjour
La théologie politique a permis l’organisation de la société en référence à l’autorité divine, les êtres humains ont fait appel à DIEU pour trouver des réponses aux questions politiques qu’ils se posaient
Les croyances religieuses agissent comme la source de la légitimité de l’autorité politique
Un des grands penseurs de ce concept de théologie politique est :
Carl SHMITT,
qui a écrit un ouvrage intitulé théologie politique en 1922, 1988.

Dans sa théorie, la théologie politique est une pièce essentielle pour l'interprétation de la nature du politique : «
Presque tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l'État sont des concepts théologiques sécularisés

L’image de Dieu et la vie temporelle de l’homme :
Des images abstraites de Dieu (au plan spatial et temporel) font naitre des possibilités théologiques différentes et des conceptions variées de l’autorité politique :- Son immanence, Sa transcendance et Son éloignement.
1 – Dieu comme une force immanente dans le monde :
- les détenteurs du pouvoir sont des castes, des chefs qui par leur proximité avec le divin, exercent le pouvoir comme des représentants de DIEU

- la théologie politique consiste à exploiter la puissance du Divin pour la prospérité de la nation
2- Dieu lointain, qui a tourné le dos au monde corrompu ( le gnosticisme)
- la nature est gouvernée par le mal, le cosmos est confié à un dieu Inférieur.....
3- Dieu transcendant au-dessus du monde sans être éloigné :
la théologie politique consiste à un Dieu qui gouverne indirectement des hommes guidés par une loi révélée.

Le pouvoir est basé sur une relation d’obéissance et de responsabilité morale entre le divin et l’homme
Rupture décisive entre la théologie politique (comme forme de pensée) et la philosophie politique moderne
La philosophie politique moderne
: - son ambition est de penser le politique de manière exclusivement humaine sans faire appel à l’autorité de Dieu

- De mettre sur le devant des arguments universels sur la nature de l’esprit, les règles d’inférence, les droits de l’individu et ses passions au dépens des vérités révélées
- Également, la philosophie politique rend la théologie politique responsable des violences politiques et religieuses
La sécularisation
comme un processus lié à la modernité et au cours duquel la religion s’est retirée de la sphère publique et politique (selon Arendt). Autrement dit : la religion dans les sociétés sécularisées a cessé de jouer un rôle structurant dans l’organisation politique
Full transcript