Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Cartographie des controverses

No description
by

Angélique Montuwy

on 8 January 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Cartographie des controverses

Controverses générales
Économiques
Éducatives
Médiatiques
La culture numérique, un truc de geek ?
Cartographie des controverses
Politiques
Technologiques
Philosophiques
Sociales
Artistiques
Tous Geek ?
Définir la
culture numérique ?
Une culture capitaliste ?
Un modèle économique ?
Tous innovateurs ?
Geek populaire ?
Geek marketing ?
Numérique, un effet de mode ?
Culture numérique hyper-médiatisée ?
Des outils faciles d'accès ?
Ma liberté de coder ?
Tous des hackers ?
Fin des professionnels ?
Démocratie ++ ?
Gouverner le net ?
La Tweet-élite ?
Quel rôle du politique ?
Tous engagés ?
Former au numérique ?
Y'a pas d'âge pour apprendre ?
Homo diplomocus geekus ?
Apprendre, pour quoi ?
To code or not to code ?
Demain, tous crétins ?
Culture de l'uniformité ?
Une culture universelle ?
Des chiffres ou des lettres ?
Producteurs ou consommateurs ?
Culture pauvre, pauvre culture ?
De "vrais" arts ?
Tous artistes ?
Tout à l'égo numérique ?
L'illusion collaborative ?
La fin des "ghettos" ?
Banalisé, le terme geek est aujourd'hui employé dans les médias traditionnels ou dans la vie quotidienne pour désigner une personne utilisant les technologies. Serions nous donc tous devenus geek ? Une question de vocabulaire !
Des faux et des vrais
Un passionné
Le geek est un passionné. C'est son degré d'implication dans son domaine qui justifie son nom. Il n'a pas de lien particulier avec les technologies ou la culture numérique.
http://www.oeil-au-carre.fr/
Devant la banalisation du terme, certains "vrais" geeks entendent défendre leur culture basée sur le jeu vidéo, la littérature fantastique et l'informatique. On peut calculer son "degré geek" par plusieurs test en ligne et voir ainsi de quelle espèce on relève.
http://www.developpez.net/forums/d1010446/club-professionnels-informatique/taverne-club-humour-divers/humour-informatique/distinguer-vrai-faux-geeks/
http://geek-test.com/
Tests en ligne
Forums de "vrais"
L'internaute
moyen
Tous internaute donc tous geek ? Notre usage massif d'internet nous amènerait à maîtriser de nouveaux codes communs, basés sur une forme de "culture geek", une culture du réseau mondial et de productions (cinéma, jeu video ...) qui "font" le XXIe siècle.

http://bit.ly/1jrUeyv
Pour Hervé Le Crosnier, la culture numérique, tout le monde en parle, mais personne ne sait vraiment ce que c'est ... Pourtant, chacun a une petite idée !
Un sens anthropologique
Des gens
de la technique
Culture informationnelle
Produits culturels de masse et dépendance vis à vis des géants de l’entertainment ou essor du libre, de l’échange, du marché de niche ?
La culture numérique, qu’elle soit "geek" ou non, pose la question de son encrage capitaliste et de ses liens forts avec l’économie de marché.
Ce que chacun fait dans son environnement quotidien avec les technologies. Dans ce sens, la culture numérique serait présente chez chacun de nous, tout le temps, sans meme nous en rendre compte.
Au contraire, la culture numérique, au meme titre que la Culture telle que nous l'entendons habituellement, peut etre affaire de spécialistes des mondes numériques, technique et informatique en particulier.
Le numérique se caractérisant pour une accessibilité et une production accrue d'informations, la culture numérique peut etre vue comme la capacité de tout un chacun à gérer ce flux informationnel avec efficacité.
Du partage
Un objet lettré
Une acception de la culture numérique tend à laisser entendre qu'elle ne dépend pas tant de son lien avec la technologie que de la nouvelle ère de partage et de coopération qu'elle produit.
Et si le numérique était une affaire de penseur, de philosophes, qui cherchent à identifier les spécificités de cet objet impensé ?
Entre promotion de ses champions à plusieurs millions (Facebook, Apple, Amazon ...), modèles de réussite numérique, et essor de nouvelles petites activités basées sur la réappropriation des moyens de production à l’échelle du local, deux visions de l’économie numérique, et de la possibilité pour chacun d’y percer.
Pourquoi développer la culture numérique de la population ? Mais pour développer l’économie pardi ! Cependant, les raisons profondes de cette grande conversion divergent : s’agit-il d’être en mesure d’innover, ou au contraire, de rechercher davantage de rentabilité chez les salariés ?

Longtemps cantonné au rôle de faire-valoir ou de bouc-émissaire, le geek est devenu une figure tantôt sympa dans les médias, tantôt un archétype boutonneux, caricature du nerd impopulaire. De quoi s’identifier ou pas …
Geek chic ? L’étiquette geek fait vendre, mais sont-ils pour autant des produits marketing ou marketé ?
Peut-on se revendiquer geek sur la place publique, sortir de l’ombre sans basculer du côté obscur des médias ?
Le numérique semble présent partout et tout le temps, de sorte que dans les médias, il est synonyme de la culture contemporaine, et semble accessible de tous. Pourtant, l'appréhension de l'articulation médias/numérique/société varie selon les acteurs.
La culture numérique est-elle une mode passagère ou un changement durable qui affecte nos sociétés ? Devant l'omniprésence du numérique, certains acteurs craignent les effets d'annonce tandis que d'autres parlent d'une ère nouvelle.
Diffuser la culture numérique au delà de la sphère geek, c’est donner à tous les clés pour plus de démocratie et plus de citoyenneté … Mais cela peut-il vraiment conduire à une nouvelle vision politique et démocratique ?
Pour certains acteurs, nos élites (vieillissantes) seraient déconnectées du numérique, et de ce fait de la société … Pour d’autres, le privilège numérique serait chasse-gardée de nos dirigeants, s’appropriant de nouveaux canaux de communication à leur bon gré.
Peut-on gouverner le web ? Internet étant la porte d’entrée de la culture numérique, celle-ci doit-elle être gardée, pourquoi, et par qui ? Américains, ONU, Européen … Chacun veut sa part du web ! Et ce, sans compter sur les partis libertariens, dont sont membres nombres d'acteurs.
Je like, tu likes … Mais sommes nous pour autant tous engagés dans une pratique qui se veut critique, éthique ou politique ? Quelle valeur accorder à l'engagement citoyen en ligne ?
Quelles missions assigner au politique dans la gestion d'internet ? Entre canal d'ouverture pour tous, problématiques économiques, et questions éthiques, les choses ne vont pas de soi.
Le développement de nouvelles interfaces et de nouveaux outils faciliterait l’accès de tous à la culture numérique … Mais cette technique relève souvent de la boîte noire, et de l’hyper-spécialisation informatique, aliénant notre compréhension du monde à un outil.
Internet offre la possibilité à tous d’apprendre les fondements techniques du numérique et des machines, atténuant de plus en plus la frontière entre amateur éclairé et professionnel. Ces derniers demeurent pourtant les figures incontournables des cultures numériques … et geek !
La culture du libre, quasi philosophie, laisse entendre que sans être geek, nous pouvons tous avoir accès à la technique, et la transformer. Celle-ci pose cependant des questions d’accessibilité cognitive et matérielle.
Alors que les Fab Labs prennent leur essor de part le monde pour faire de tous des bidouilleurs, la figure du hacker, archétype du “méchant” de la culture numérique, devient de plus en plus floue. La culture numérique tend-elle à faire de nous tous des hackers ?
Alors que beaucoup de sociétés insistent sur la maîtrise des codes de la culture numérique pour différentes finalités, la question de la nécessité d’un apprentissage de cette culture fait débat : les jeunes ont-ils naturellement les clés de la culture numérique, ou l’école doit-elle les accompagner ?
Peut-on être diplômé du numérique, ou la culture numérique tend-elle à nous libérer du carcan universitaire de la diplomation ? A l’heure où les informaticiens se revendiquent parfois les seuls “vrais” geeks, existent-ils des filières propres à la maîtrise du numérique ?
Pourquoi former au numérique ? Entre élans humanistes visant la formation du citoyen de demain, et objectifs économiques d’insertion professionnelle, les attentes vis-à-vis de la culture numérique pour tous sont variées.
La formation au numérique doit-elle viser les jeunes pour les aider à décoder le monde dans lequel ils grandissent, ou être dispensée à tout âge, pour “rester à la page” ?
Le terme “culture numérique” est omniprésent dans les programmes scolaires et les essais pédagogiques. Pourtant, entre apprentissage du code, éducation aux médias et translittératie, les contenus d’un enseignement numérique sont discutés.
Comme média de masse, internet et sa culture participerait de l’abrutissement des foules. Pour Nicholas Carr, nous perdrions dans le numérique nos capacités de réflexion et de concentration … Alors que pour Michel Serres, nous serions face à l’âge d’une nouvelle humanité. Débat !
Pour Milad Doueihi, la culture numérique a mis au goût du jour le storytelling et l’anthologie, participant de l’individuation de chacun dans la sphère numérique. Pourtant, cette culture numérique semble également prôner l’uniformité des individus et des comportements. Demain, serons-nous tous une simple adresse IP sur la toile ?
La cybernétique et la calculabilité ont longtemps été les seuls ancrages philosophiques de l’informatique et du numérique, laissant peu de place aux “habitants” des réseaux. Pourtant, depuis quelques années, l’essor des humanités numériques laisserait entendre un possible équilibre entre un renouveau lettré et une scientifisation accrue du monde.
Peut-on localiser les origines de la culture numérique ? Concerne-t-elle uniquement l'Occident ? Est-elle celle des geeks de la côte ouest américaine, ou vient-elle de plus loin … Voire peut-être de là où on ne la soupçonne pas !
Peut-on foncièrement parler de culture lorsque l’on parle de numérique : les "classiques" ont-ils leur place dans cette nouvelle forme culturelle, ou cette culture fonde-t-elle de nouveaux classiques ?
La culture numérique réfère d’un prime abord à quelques biens culturels de masse (cinéma, littérature …), mais internet et les philosophies du libre et du hacking, participent à faire de chacun de nous des créateurs, par détournement, réemploi, recomposition d’oeuvres pré-existantes.
A l’heure où les questions de piratage font débat, accédons-nous véritablement à la richesse et à la diversité de la culture sur support numérique ? Le coût marginal de reproduction nous incite-t-il à découvrir de nouvelles formes culturelles, ou au contraire, produit-il un effet de massification autour de quelques productions ?
Le numérique enrichit-il la culture, en donnant un nouveau statut au document, et facilitant son accès ? Ou au contraire, participe-t-il de la banalisation et de l’appauvrissement d’une contre-culture de base, devenue trop généralisée ?
Promue dans la sphère sociale, la culture numérique serait synonyme d’entraide et de partage, un nouveau monde de possible. Pourtant, certains auteurs pointe le fait qu’elle s’alimente du narcissisme et du tout à l’ego de chacun.
La culture numérique est décrite comme un formidable levier d’empowerment pour les communautés, vecteur d’égalité des chances à l’école, et de co-construction d’une réalité plus juste. Cependant, l’illusion collaborative et une certaine forme d’élitisme numérique entacherait cet idéal égalitaire.
Si la culture numérique n’est pas un truc de geek, est-elle par conséquent un truc pour tous ? Devant les affaires de sexisme, de jeunisme, ou certains comportements de ghettoisation, il serait permis d’en douter ...
Sans sortir du modèle capitaliste, et sans s'y ancrer non plus, l'économie portée par la culture numérique serait plus solidaire, conservant les bases capitalistes de notre société occidentale et s'ouvrant aux nouveaux statuts des biens de consommation.
http://www.iconomie.org/liconomie-une-affaire-de-culture-numerique/
Une "sale" image
Un être sympathique
http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2010/01/20/1897987_sauvons-rodolphe-le-celebre-geek-de-la-pub-free.html
Des médias traditionnels parlent numérique
http://www.wedemain.fr/Armel-Le-Coz-l-esprit-du-web-peut-reinventer-la-democratie_a325.html
Technique pour l'accès
http://www.lemonde.fr/economie/article/2012/12/03/l-inculture-informatique-des-dirigeants-penalise-les-grandes-entreprises_1799107_3234.html
http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2011/01/aux-sources-de-la-culture-geek.html
http://www.gqmagazine.fr/pop-culture/portrait/articles/interview-de-monsieur-poulpe/14382
http://www.wired.com/2010/12/ff_angrynerd_geekculture/2/
http://wrd.cm/1shWL7N
http://en.wikipedia.org/wiki/Geek_Pride_Day
Des "papes" de la culture
http://www.tomsguide.fr/article/histoire-geeks-celebres,2-1082.html
http://decryptage-geek.blogspot.fr/2010/03/decryptage-geek.html
Le fou du village
http://blog.zanorg.com/?perm=463
http://www.inaglobal.fr/sciences-sociales/article/le-geek-cet-outil-marketing
http://on.fb.me/1iB13h1
http://lettres.lecolededesign.com/2011/04/13/geek-freak-or-chic/
http://bit.ly/1i0NEDS
http://bit.ly/1d0YGRk
http://bits.arte.tv/fr/a-propos
Une culture
de l'éphémère
Un changement durable
Attention à l'effet bulle
L'archétype du geek boutonneux à lunettes colle à la peau, encore aujourd'hui, des figures qui portent cette culture auprès du grand public
Dans l'origine même du nom "geek", son image est celle d'un fou, idiot voire dangereux, et mal aimé.
Depuis les années 2000, une caricature du geek sympathique émerge dans les médias,
comme en atteste le soutien à Rodolphe, figure emblématique de Free.
Le geek, a contrario de son cousin Nerd, serait un être sympathique
http://bit.ly/1nK1Oc1
Un outil
Marketing
Les geeks sont devenus des porteurs de tendance, cible privilégiée des médias, capable d'orienter les choix du reste de la population.
Des gens
de l'ombre
http://www.internetactu.net/2013/07/08/vers-un-web-ephemere/
Essor des réseaux sociaux éphémères et des buzz : et si la culture numérique était par définition une culture de l'éphémère ?
http://temoignagechretien.fr/articles/editorial/vers-une-nouvelle-bulle-numerique
Après la bulle internet, nous dirigeons-nous vers une bulle numérique ? L'engouement pour le web dit social et ses usages serait à tempérer.
La révolution numérique est un processus civilisateur contribuant à l’émergence d’une nouvelle culture : la culture numérique. Comme dans toutes les périodes de changement culturel important, la nôtre est caractérisée par des fractures et de conflits, mais sera durable.
http://www.seuil.com/livre-9782757824788.htm
Autopromotion
Pour promouvoir leur culture et la sortir de l'ombre, les geeks organisent depuis 2006 le geek pride day ... Une minorité qui cherche a faire entendre sa voix.
Pour certains informaticiens, être geek est incompatible avec la sortie de l'ombre, comme partie intégrante de leur métier
Une figure publicitaire
Devenu populaire, le geek fait une figure publicitaire de choix ... Ce qui contribue à la popularité croissante de cette figure. Et caetera ...
Geeks, ils incarnent la culture numérique aux yeux du grand public, sans pour autant que leur actions véritables soient connues. Ils sont les archétypes numériques hyper-médiatisés.
Dans un autre registre, plusieurs médias traditionnels proposent aujourd'hui des programmes de décryptage de la culture numérique, perçus comme "nécessaires" pour le 21e siècle aux yeux de leurs créateurs. Ils cherchent à donner les clés de compréhension de cette culture, dans sa complexité.
http://www.franceculture.fr/emission-place-de-la-toile-12-13
http://levinvinteur.com/
Une course
au numérique
Enfin, pour certains médias, l'audience est déjà tout à fait au fait de cette nouvelle culture numérique, intégrée dans les codes. Pour eux, l'enjeu numérique est de conserver un public susceptible sinon de se lasser.
http://meta-media.fr/2014/04/06/numerique-conseil-aux-medias-surveillez-la-societe-pas-la-techno.html
To code !
De nombreux acteurs se mobilisent pour la promotion de l'enseignement du code pour tous, notamment à des fins économiques.
http://jouanito.com/post/44068620734/ce-quaucune-ecole-ne-nous-apprend-sur-la-technologie
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-tout-a-l-ego-du-liberalisme-146757
http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-tout-a-l-ego-du-liberalisme-146757
http://archives.lesechos.fr/archives/cercle/2013/05/03/cercle_71856.htm
http://www.penseesnoires.info/2013/12/19/la-nouvelle-propagande-est-neoliberale.-le-nouvel-esclavage-est-numerique./
http://www.cigref.fr/influence-de-la-culture-numerique-sur-l-innovation
http://projet.pcf.fr/39824
http://www.telcospinner-solucom.fr/2014/03/de-fablab-usine-de-quartier-relocaliser-la-production/
http://bit.ly/SO0ysP
http://www.educnum2014.fr/education/propositions/
http://bit.ly/1nKC4w6
http://www.banquemondiale.org/fr/news/feature/2014/04/10/digital-finance-empowering-poor-new-technologies
http://www.zdnet.fr/actualites/externalisation-plus-de-2-millions-d-emplois-delocalises-d-ici-2016-39770003.htm
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2009/04/30/nous-sommes-tous-des-hackers_1187555_651865.html
http://bit.ly/1sjlpVA
http://www.ign.com/boards/threads/so-what-was-the-very-first-internet-meme.189591324/
http://ife.ens-lyon.fr/sciences21
Favoriser l'égalité des chances
http://www.journaldugeek.com/2014/01/30/etude-geek/
http://ses.telecom-paristech.fr/auray/AurayGensollenGout.pdf
http://www.laviedesidees.fr/Vertus-democratiques-de-l-Internet.html
http://www.numerama.com/f/127039-t-la-politique-geek-sortir-du-capitalisme.html
"No, your organisation really won't innovate" Article WIRED UK p 62 May 14
http://lefildespages.wordpress.com/2011/10/28/sur-pour-un-humanisme-numerique-de-milad-doueihi-seuil-2011/
http://www.programmez.com/actualites/lopen-internet-project-attaque-lhegemonie-de-google-20688
http://www.club-innovation-culture.fr/la-roumanie-cree-le-premier-musee-uniquement-numerique/
http://www.zdnet.com/berners-lee-challenges-stupid-male-geek-culture-3039289564/
https://fr-fr.facebook.com/BrigadeAntiNoob
http://geeksghetto.ning.com/
http://www.archimuse.com/publishing/ichim04/0461_Genin.pdf
http://www.archimuse.com/publishing/ichim04/0461_Genin.pdf
http://www.archimuse.com/publishing/ichim04/0461_Genin.pdf
http://bibiche-world.over-blog.com/article-21570580.html
http://inculturegeek.wordpress.com/2014/05/22/le-vote-en-ligne-pourrait-faire-disparaitre-lunion-europeenne/
http://blog.educpros.fr/matthieu-cisel/2014/03/03/les-mooc-ou-lillusion-de-la-democratisation/
http://pierre-fraser.com/2010/05/12/web-2-0-et-l%E2%80%99illusion-de-la-democratisation/
http://spade-in-wonderland.blogspot.fr/2013/07/culture-geek-et-elitisme.html
http://zeroseconde.blogspot.fr/2010/10/e-mediocrite-et-elitisme.html
http://claudesuper.com/2014/01/29/demain-un-monde-numerique-opaque-elitiste-et-liberticide/
http://tice.univ-paris1.fr/1347523162991/0/fiche___actualite/&RH=n2SiteTICe_01
http://www.marcprensky.com/writing/Prensky%20-%20Digital%20Natives,%20Digital%20Immigrants%20-%20Part1.pdf
http://www.gaite-lyrique.net/en/node/5001
http://blog.educpros.fr/gilbert-azoulay/2013/11/25/il-faut-imperativement-former-les-elus-au-numerique/
http://www.canal-u.tv/producteurs/centre_d_enseignement_multimedia_universitaire_c_e_m_u/culture_numerique
http://www.amazon.fr/formation-num%C3%A9riques-p%C3%A9dagogie-linformation-num%C3%A9rique/dp/291657154X
http://www.ffworld.org/?rub=forum&page=sujet&forum=4&id=7535
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/04/27/l-emergence-de-la-culture-geek-est-une-epopee-historique_1692451_651865.html
http://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/04/27/l-emergence-de-la-culture-geek-est-une-epopee-historique_1692451_651865.html
http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/icann-mondial-0314.shtml
http://www.enfanceetcultures.culture.gouv.fr/actes/chicharrosaito.pdf
http://terangaweb.com/pourquoi-le-numerique-invention-africaine/
http://fr.wikipedia.org/wiki/Sommet_mondial_sur_la_soci%C3%A9t%C3%A9_de_l%27information
http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouvernance_de_l%27internet
http://www.amazon.fr/Vu-lu-Jean-Michel-SALA%C3%9CN/dp/2707171352
http://www.openeducationeuropa.eu/fr/article/Promouvoir-la-culture-num%C3%A9rique-chez-les-seniors%2C-ainsi-que-leur-aptitude-%C3%A0-utiliser-des-tablettes/PC
http://meteopolitique.com/Fiches/democratie/oligarchie/Analyse/02/Oligarchie-numerique-disparition-classe-moyenne.htm
http://www.laviemoderne.net/grandes-autopsies/30-wikipedia-l-important-c-est-de-participer
http://claudesuper.com/2014/03/10/e20cooperation-collaboration-besoin-urgent-de-pedagogie/
http://www.auxbordsdesmondes.fr/spip.php?article927
Impliquer
plus le citoyen
Proposer des moyens d'accès
http://www.altair-thinktank.com/category/nos-actions/culture-numerique
http://www.culturenumerique.eu/
Accompagner l'économie
Garantir les
droits de l'Homme
https://www.laquadrature.net/fr/propositions
http://www.gouvernement.fr/gouvernement/festival-french-tech-faire-de-la-france-une-republique-numerique
http://www.rslnmag.fr/post/2014/03/28/Municipales-la-majorite-des-elus-n-a-pas-une-culture-numerique-tres-forte.aspx
http://www.fondationorange.com/-solidarite-numerique-27-
http://halshs.archives-ouvertes.fr/sic_00363239/
http://uneheuredepeine.blogspot.fr/2013/03/economie-politique-du-geek.html
Organisations think they want more insights and innovation. They are deluding themselves. Organisations suppress insights for reason that are locked inside their corporate DNA : organisations prize predictability and they recoil from errors." (Gary Klein)
http://www.zdnet.fr/actualites/elections-engagement-politique-mobilisation-citoyenne-le-social-media-change-t-il-la-donne-39801081.htm
http://www.culturenumerique.eu/
http://www.atlantico.fr/decryptage/face-aux-bouleversements-induits-net-est-urgent-former-citoyens-david-lacombled-684390.html
http://www.apple.com/fr/accessibility/
http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/ouvrir-la-reflexion-sur-la-87532
Geek, créateurs de valeurs
La culture geek aurait la spécificité de donner de la valeur à des objets de production de masse, notamment par la pratique de la collection, augmentant ainsi la valeur de ces produits pour l'ensemble de la société.
Parce qu'elle s'appuie particulièrement sur les industries des médias et du divertissement, la culture numérique conduirait à une course à la consommation sous prétexte de satisfaire les envies de chaque individu.
Individualisme et capitalisme
http://www.20minutes.fr/high-tech/apple/380447-ipad-ordinateur-plus-ferme-jamais-cree
http://www.framasoft.net/article4127.html
http://www.fing.org/?Semaine-europeenne-de-l-Open-Data
http://www.pcworld.fr/business/actualites,pour-linus-torvald-tout-le-monde-ne-doit-pas-forcement-apprendre-a-coder,549435,1.htm
http://webaquebec.org/2014/02/13/le-iron-web-prend-une-pause-place-au-openhack-quebec/
http://www.jeuxvideo.fr/forum/hors-sujet/hs-du-hs/quand-un-noob-veux-se-la-jouer-hacker-id162156-page1.html
http://obsession.nouvelobs.com/hacker-ouvert/20110902.OBS9671/devenir-un-hacker-en-deux-clics.html
http://www.emmanuelbeziat.com/blog/linformatique-facile-ma-tue/
http://antonin.moulart.org/lamateur-versus-le-professionnel/
http://mobile.web-visibility.be/uploads/20120120-RegionsJobs-WebVisibility.pdf
Nous pourrions tous acquérir une bonne maîtrise du numérique en nous formant sur le tas, par nous même, sur internet. Il ne faut pas perdre de vue que le plus grand spécialiste, le plus grand geek, a été noob un jour.
http://www.onisep.fr/Toute-l-actualite-nationale/Decouvrir-les-metiers/Mars-2014/10-metiers-pour-les-geeks
http://lamaisondesenseignants.com/index.php?action=afficher&rub=5&id=3278
http://www.lexpress.fr/culture/livre/internet-nous-rend-il-betes_1041333.html
http://www.psychologies.com/Culture/Medias/Articles-et-Dossiers/Internet-nous-rend-il-idiots/7
Pour le geek Jason Lanier, il faudrait réinvestir l'humain dans la culture numérique, et faire véritablement de la technologie un outil au service de l'humain, et de l'humanité.
http://laconspirationcybernetique2.0.over-blog.com/la-conspiration-cybern%C3%A9tique-2.0-0
http://dhiha.hypotheses.org/1108
http://creative.arte.tv/fr/magazine/la-culture-geek-longtemps-ete-ghettoisee-rafik-djoumi-redacteur-en-chef-du-magazine-bits
http://scinfolex.com/2013/12/07/loeuvre-le-mythe-et-le-domaine-public-reponse-a-alexandre-astier/
http://www.reseaufing.org/pg/pages/view/110366/
http://www.reseaufing.org/pg/pages/view/110366/
Tous producteurs, super !
Tous producteurs, catastrophe !
http://ethiquepublique.revues.org/1015
Consommation masse et diversité culturelle
http://www.01net.com/editorial/611132/le-hobbit-film-le-plus-pirate-en-2013/
http://www.causeur.fr/jeunisme-sociologie-ados-27406.html#
http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/07/16/ben-mon-vieux_3448247_3234.html
Geek, ennemis du capitalisme
Les caractéristiques d'individualisme croissant de la culture numérique, portées en particulier par les geeks, seraient en mesure de transformer l'économie pour sortir du capitalisme.
Une voie médiane :
un capitalisme solidaire
Une économie marxiste et contributive
Et si la culture numérique était plutôt porteuse d'idéaux relevant du communisme, permettant la réappropriation et la redistribution des moyens de production ?
Développer l'emploi local
Le développement de la culture numérique permettrait la création d'emploi à l'échelle du local, par le développement de petites usines de quartier basées sur le modèle des Lab Fab.
Externalisation de l'emploi numérique
A contrario, les grandes industries numériques conduiraient, par leur développement, à la délocalisation massive d'emplois dans les secteurs numériques.
http://www.inprincipo.com/fr/apple-ou-la-r%C3%A9ussite-dune-nouvelle-fa%C3%A7on-de-penser-l%E2%80%99entreprise
La Silicon Valley, un modèle !
Valeurs de création et d'investissements dans le capital humain, les entreprises de la silicon valley seraient des modèles à suivre, porteuses d'une nouvelle vision de l'économie et du travail.
La Silicon Valley,
une horreur !
Creusement des inégalités et disparition de la classe moyenne : le modèle de la Silicon Valley participerait d'une accentuation du clivage riche/pauvre, en précarisant les petits travailleurs du secteur au profit des grandes entreprises.
Sortir de la pauvreté
Pour la compétitivité
Pour de nouveaux modèles de gouvernance en entreprise
En donnant une culture numérique au "Sud", ils pourraient innover afin de sortir de la pauvreté.
En donnant une culture numérique aux salariés, nous serions plus à même d'innover, et d'assurer la compétitivité des entreprises.
En donnant une culture numérique aux salariés, nous permettrions les innovations au niveau du management des entreprises, qu'elles soient numériques ou non.
Non, nous n'innoverons pas
Pour Gary Klein, inutile de promouvoir l'innovation par le numérique au sein des entreprises, tant elles sont obsédées par la prédictibilité des modes de gestion économique et humaine.
Une chance
Une illusion
Un danger ?
La culture numérique permetttrait le renouveau de la démocratie permettant davantage d'initiatives et de consultations citoyennes
Au contraire, les différents niveaux de fracture numérique empêcheraient l'accès à tous du numérique comme porteur d'une voix démocratique.
Présenté ici sur un ton moqueur, la question de la démocratisation des outils à des fins politiques pose question quant aux éventuelles manipulations, susceptibles de mettre en péril la démocratie.
Des organisations mondiales
A dominante américaine, mais partagée
En tant que "créateurs historique" du réseau, les USA domineraient actuellement la toile, mais seraient parties actives d'un mouvement de partage de la gouvernance.
Bien qu'en bonne partie occidentales, la gouvernance d'internet serait partagée entre plusieurs grandes organisations de portée mondiale.
Hégémonie américaine
Les USA domineraient l'internet mondial sans partage, hégémonie contre laquelle les autres puissances mondiales devraient lutter activement.
Former les élus !
Sensibiliser les élus !
Craindre les élus ?
Les élus seraient en grande majorité des illettrés numériques, concentrés sur des problématiques d'équipement. Il faudrait les former pour qu'ils prennent en compte les mutations globales du monde grâce au numérique, et incarner le numérique par des élus spécifiques.
Il faudrait sensibiliser les élus aux usages du numérique sur leur territoire pour favoriser la proximité avec les citoyens, la transparence et la participation de tous.
Et si les élus tentaient de s'accaparer le numérique pour faciliter le controle des citoyens ? Devant les affaires de surveillance, il serait permis de douter des intentions démocratiques inscrites dans les usages numériques des élites mondiales ...
Le politique devrait garantir les moyens pour tous d'accéder à la culture numérique, d'un point de vue technique et cognitif, notamment par la créations de plateformes d'état ou une formation généralisée.
D'un autre point de vue, le politique devrait favoriser la culture numérique des citoyens afin de les impliquer davantage dans la vie du pays, par plus de débat, mais aussi du financement participatif par exemple.
Vu sous un troisième angle de vue, le rôle du politique serait d'accompagner le développement d'une économie nouvelle, propre à l'ère culturelle numérique.
Enfin, le politique pourrait également agir comme garant des libertés sur la toile, notamment des libertés de communication et d'expression.
Un engagement à la légère
Dans la culture numérique, les formes d'engagement politique seraient moins fortes, un simple clic suffisant souvent à donner l'impression d'un acte citoyen. Nos prises de positions seraient plus superficielles, plus diffuses, et donneraient moins d'effets.
Un véritable contre pouvoir
Au contraire, l'entrée de l'engagement politique dans la culture numérique permettrait à celui-ci de catalyser les opinions et d'enrichir les débats d'un nouvel acteur de poids : le citoyen.
Apple fait ici la promotion de l'accessibilité de ces produits en termes de cognition et de manipulation, permettant ainsi l'accès du plus grand nombre à la culture numérique.
Pour d'autres, sous un prétexte de simplicité pour l'utilisateur, ce sont des systèmes bloqués et fermés qui seraient produits, rendant l'accès à la culture fortement dépendant de considérations techniques (et économiques).
Dépendance technique
Une troisième voix propose de considérer la technique comme une simple interface, qui ne peut pas à elle seule émanciper ou alliéner les individus dans leur rapport à la culture.
Technique comme simple moyen
Open data,
pour tous !
Les données ouvertes seraient accessibles à tout un chacun. Qui que nous soyons, nous serions capables de les manipuler, décrypter, et d'en tirer quelque chose.
Open data ...
Un truc de développeurs !
Pour d'autres, les données ouvertes sont avant tout une affaire de connaisseurs, capables de se les approprier et de les transformer efficacement.
Le logiciel libre,
pour tous !
De même que pour les Open Data, le logiciel libre serait équivalent de liberté d'appropriation et de transformation par tous, garantissant ainsi les libertés de chacun vis-à-vis de la technique.
Pas forcément pour tous
De l'aveu même de certains défenseurs du libre, la priorité n'est pas de faire de tous des personnes en capacité de s'approprier techniquement les outils, mais davantage de comprendre leur logique et leur philosophie.
Tous hackers, sans le savoir
La culture numérique étant celle des "faiseurs", nous tendons de plus en plus à être tous des hackers, même inconsciemment.
Hack à noob
Pour certains internautes, le hacking est une pratique uniquement informatique, réservée à un certain groupe d'experts, et dont il faut exclure les "noob".
Tous pirates
L'image du hacker informaticien est également prisée d'un nombre croissant d'internautes, cherchant à entrer dans cette communauté sans en être expert, aidés en cela par la technique.
Tous experts
Le geek, entendu ici au sens de professionnel des TIC, serait une figure de plus en plus présente dans la société. A ce titre, prêt d'un français sur 10 se dirait expert en technologies. La frontière entre professionnels et amateurs s'atténuerait donc dans les mentalités.
Des amateurs et ... des amateurs
Pour d'autres, la distinction ne serait pas tant à opérer entre amateur et professionnel, mais entre deux catégories d'amateurs : les passionnés et les personnes pratiquant un "loisir" numérique. Les premiers pourraient prétendre à une forme de reconnaissance de leur travail, tandis que les seconds devrait simplement tirer plaisir de leur pratique.
Payer les professionnels
Payer les amateurs
Et si la distinction se faisait au titre de la rémunération ? Le flou entre amateur et professionnel conduirait ces derniers à ne plus pouvoir vivre de leur travail, bien qu'ayant fait des études gageant de leur savoir-faire.
Pour d'autres, l'amateur est justement une personne qui oeuvre sur son temps libre pour la production numérique, et mérite donc à ce titre d'être rémunéré par la communauté.
Les jeunes savent tout
Selon Marc Prensky, les Digital Natives auraient en eux la culture numérique. Se serait à la formation de s'adapter à leur nouvelle culture.
Certaines compétences
Pour d'autres, la jeunesse aurait aujourd'hui certains codes de la culture numérique, mais ceux-ci devraient être travaillés et accompagnés à l'école.
Jeunesse inculte !
Ce n'est pas parce qu'on est jeune qu'on accède à la culture numérique ... Les jeunes doivent donc être formés, pour contrer l'inculture numérique galopante.
S'autoformer, à partir de rien
S'autoformer, ce n'est pas gagner !
Si en théorie chacun peut se former en ligne au numérique, dans les faits, cette autoformation n'est pas à la portée de tous et nécessite certains prérequis tacites.
Le diplôme ne fait
pas le geek
Des diplômes de geek
Certaines filières seraient-elles des repères de geek ? Il n'y aurait aujourd'hui plus de lien entre la formation suivie et le fait d'être geek ou non, ce terme renvoyant davantage à une passion qu'à une expertise.
Au contraire, certaines filières seraient propres aux geeks, leur offrant la possibilité de faire de leur passion un métier, par un diplome en informatique ou en électronique.
Donner une culture numérique à chacun permettrait de favoriser l'égalité des chances dès le plus jeune âge.
Pour une nouvelle citoyenneté
Donner une culture numérique à tous permettrait de former des citoyens plus au fait des enjeux du 21e siècle.
Pour l'économie
Former les individus à la culture numérique, c'est donner les moyens à notre société de porter efficacement une nouvelle économie plus créative et compétitive.
Tour traiter l'information
Dans une approche informationnelle de la culture numérique, il faudrait former aux enjeux de la société du savoir, notamment la critique vis-à-vis des médias.
Pour tous !
Il faudrait une formation numérique pour tous, et tout au long de la vie, et donner les moyens à chacun de réactualiser leurs connaissances numériques.
Pour les enfants
Pour les institutions éducatives, il faut particulièrement concentrer les efforts de formation auprès des jeunes et des enfants.
Et même les bébés ?
Faut-il intéresser à former les enfants aux environnements numériques et à leurs usages dès le plus jeune âge, ou est-ce dangereux ?
A l'université
De plus en plus de formations s'attachent à instruire la culture numérique auprès des étudiants, dans le cadre de l'université.
Les séniors
La cible première des formations à la culture numérique devraient être les personnes âgées, afin de leur permettre de rattraper une forme de retard face au reste de la société.
To code,
mais pas que ...
Le code devrait être enseigné, mais intégré à une formation plus globale en informatique, s'intéressant aux réseaux, aux modifications de l'espace et du temps etc.
Une translittératie
Pour d'autres, la culture numérique n'est pas liée à l'informatique et au code, mais plutôt aux humanités numériques. Il faudrait enseigner les changements dans l'appréhension du document, de l'archive et de la culture.
Une culture informationnelle
Dans une autre approche que celle de l'informatique, la culture numérique devrait être envisagée comme une formation aux médias et à la société du savoir.
Comprendre moins bien
Pour Nicholas Carr, l'ère numérique bouleverse le fonctionnement de notre cerveau, engendrant des difficultés d'attention et de compréhension des informations complexes.
La faute n'est pas au numérique
Ce ne sont pas les outils qui sont vecteurs d'abrutissement et de médiocrité, mais bien ce que les gens en font, et leurs formes d'expression. Ce n'est pas la culture numérique qui nous rendrait "crétins", mais elle serait un bon support d'expression d'une réalité humaine.
Une nouvelle intelligence
La culture numérique et l'incorporation d'outils numériques transformerait notre intelligence, la rendant plus collectives, plus externalisée, et donc plus adaptée au monde actuel.
Une uniformité négociée
Tous différents
Un conformisme geek intrinsèque
Une uniformité imposée
La culture numérique se caractériserait par la pratique du storytelling et de l'anthologie, permettant à chacun de s'individuer, selon Milad Doueihi.
Le partage d'opinions à travers internet tenderait à synthétiser collectivement les goûts, participant ainsi de l'uniformité de la culture geek.
La dépendance de la culture numérique vis-à-vis de la culture américaine et de la technique nous imposerait une uniformité à l'échelle mondiale, voire une forme d'esclavagisme.
Intrinsèquement, les personnes fortement impliquées dans la culture numérique, telles que les geeks, seraient par nature conformiste.
Une cybernétique contre l'humanisme
Une nouvelle perspective humaniste
La cybernétique, aux fondements de la culture numérique, serait par définition opposée aux humanismes et à l'humanité. L'hyper-calculabilité serait un danger pour la société des hommes.
Une articulation à trouver
http://www.laviedesidees.fr/Misere-de-l-humanite-numerique.html
Pour d'autres, la culture numérique offre une formidable possibilité de réinvestir des champs purement humanistes, et ouvre de nouvelles perspectives aux humanités.
Une place au Japon
L'apport de la culture japonaise dans les cultures geeks et numériques occidentales serait indéniable, non seulement pour la production de contenus mais aussi pour le développement d'outils d'accès.
Le géant chinois
Souvent oubliée lorsque l'on s'intéresse à la culture numérique, la Chine compte des sites parmi les plus influents du web, et une population de plus en plus connectée. Les problématiques de culture numérique, en particulier auprès des jeunes, existent autant qu'en Europe ou aux USA.
Une problématique Mondiale
La culture numérique et son canal de diffusion principal, internet, sont par définition mondiaux. Il est donc fondamental que chaque individu sur la planète puisse y avoir accès.
C'est l'Afrique !
La culture numérique, en tant que culture du partage et de la débrouille, serait dans sa philosophie même africaine.
Des classiques innovants
En tant que cultures de la création et de l'innovation, la culture geek tout comme la culture numérique, s'appuient sur des éléments mêlant imaginaires et techniques. Elles prennent donc leur appui sur les oeuvres bien antérieures aux premiers ordinateurs.
De nouveaux classiques
La diffusion de la culture numérique à toutes les sphères de la société fonde de nouveaux classiques, oeuvres dites aujourd'hui de la culture commune.
De la création originale
Les moyens offerts par le numérique pour le détournement d'oeuvres permettraient d'enrichir la création et de fonder de nouveaux classiques de la culture numérique, par exemple, les mêmes. Ce serait une formidable source de création !
La fin de la création
La culture numérique, en permettant de récupérer et de recomposer avec facilité, conduirait à une stérilisation de la création, ne produisant plus rien d'original.
La création, c'est toujours de la re-création
Pour certains, il s'agirait d'un faux débat : toute oeuvre originale, dans la sphère numérique ou non, est basée sur la création d'autres.
Le coût zéro de la production nous permettrait à tous de devenir créateurs, ce qui enrichirait massivement le champ culturel.
En offrant à tous la possibilité de créer et de diffuser, nous noyons les "vrais" talents dans la masse, ce qui appauvrit la culture à terme.
Le coût marginal de reproduction faciliterait le partage, notamment illégal, ceci influençant positivement la diversité culturelle.
Amplification culturelle
A contrario, le partage de masse (illégal) n'aurait que pour conséquence de renforcer des tendances culturelles populaires préexistantes.
Nouveau regard sur la culture
Le numérique permettrait une nouvelle perception des documents et des oeuvres. Ni plus pauvre, ni plus riche, nous serions face à un nouveau statut de la culture.
Ouvrir et enrichir
La culture geek, aux sources de la culture numérique, s'attache à donner un statut (contre) culturel à des productions n'en relevant pas d'un prime abord. Diffuser la culture numérique serait donc diffuser ce mode de pensée, et enrichirait à terme la culture.
Anéantir la culture
La culture numérique étant une culture de recomposition perpétuelle, elle s'appauvrit. Il s'agirait de faire exploser se mode de pensée pour entrer dans une nouvelle ère culturelle.
Numérique solidaire
Numérique égoïste
La culture numérique serait un vecteur d'entraide et de solidarité. Une solidarité mise en place pour l'accès de chacun à cette culture, mais aussi une solidarité propre à cette culture.
Au contraire, la culture numérique serait celle de l'égoïsme, et de l'individualisme, centrant chaque individu sur lui-même.
Ni l'un, ni l'autre
Le numérique ne serait pas intrinsèquement vecteur d'égoïsme ou de solidarité. Il n'est qu'un moyen de renforcer des valeurs et des comportements plus anciens.
Plus de collaboration
Le numérique apporterait la possibilité de collaborer davantage, et donnerait aux collectifs le pouvoir de porter leur voix, de manière commune. Bref, il favoriserait l'empowerment.
Apprendre à collaborer
Si le numérique permet de collaborer et de donner une voix aux collectifs, ceci ne se fait pas naturellement. Il faut un apprentissage des pratiques collaboratives et des outils numériques associés.
Une illusion
Sous prétexte de donner la parole à chacun, le numérique permet également d'étouffer les avis divergeants. L'exemple de wikipédia, notamment, remet souvent en question le socle collaboratif de cet outil phare de la culture numérique.
Geek ghettoïsé
Geek ghettoïsant
Hommes sexistes
Hommes dénonçant le sexisme
Jeunisme subit
Jeunisme voulu
Figure numérique par excellence, le geek et sa culture seraient ghettoïsé à l'intérieur même de cette culture.
En opposition, il y aurait une volonté des geeks de rester dans un entre-soi fermé sur le reste de la culture numérique.
La culture numérique serait fermée aux femmes, par des pratiques sexistes notamment. La culture numérique, chasse-gardée des hommes ?
Il faudrait ouvrir davantage la culture numérique aux femmes, à l'appel de certaines figures masculines du web.
La culture numérique serait le lieu d'un jeunisme volontaire. Utiliser le numérique ferait "jeune", et permettrait à chacun de se donner cette image.
La culture numérique serait un "truc de jeunes" excluant une bonne partie de la population.
Full transcript