Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Révision fin d'année - Histoire secondaire 4

No description
by

Claudia Leblanc

on 10 June 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Révision fin d'année - Histoire secondaire 4

1608
1760
Aujourd'hui
1867
Révision fin d'année - Histoire secondaire 4
Les premiers occupants
Population et peuplement
Économie et développement
Pouvoir et pouvoirs
Culture et mouvements de pensée
Régime français
Population et peuplement
Économie et développement
Pouvoir et pouvoirs
Culture et mouvements de pensée
Régime britannique
Population et peuplement
Économie et développement
Pouvoir et pouvoirs
Culture et mouvements de pensée
Période contemporaine
Population et peuplement
Économie et développement
Pouvoir et pouvoirs
Culture et mouvements de pensée
Premiers occupants
Régime Français
Régime britannique
Période contemporaine
Population et peuplement - les premiers occupants
Les premiers occupants - Économie et développement
Document 1
: La nature du commerce

À l’époque de la Nouvelle-France, les échanges commerciaux entre les Européens et les Amérindiens se déroulent généralement de manière similaire. Les Européens vendent aux Amérindiens :

-des objets de métal (hache, fers de flèches, épées, couteaux, chaudières, marmites);
-des produits textiles (couvertures, chapeaux, chemises, draps);
-des produits alimentaires (pruneaux, raisins, pois, biscuits, galettes);
-des perles polychromes (décoratives) et des armes à feu.
Contre tous ces produits, les Européens ne veulent qu’une seule chose : des fourrures.
Source de l’image : C. W. Jefferys, Champlain échangeant avec des Amérindiens (1911), Bibliothèque et Archives Canada, C-103059, MIKAN 2837451. Licence : image du domaine public.

- See more at: http://documents.recitus.qc.ca/content/document-1-la-nature-du-commerce?ovr=1#sthash.2jPAr6MY.dpuf
Le Pouvoir et les premiers occupants
La culture et les premiers occupants
Population durant le régime français
Économie durant le régime français
Pouvoir durant le régime français
Culture durant le régime français
Population durant le régime britannique
Économie durant le régime britannique
Pouvoir durant le régime britannique
Culture durant le régime britannique
Population durant la période contemporaine
Économie durant la période contemporaine
Pouvoir durant la période contemporaine
Culture durant la période contemporaine
Le mode de vie des Algonquiens diffère de celui des Iroquoiens. Les Algonquiens sont nomades, c’est-à-dire qu’ils se déplacent au rythme des saisons, tandis que les Iroquoiens sont sédentaires.

Le wigwam est très pratique pour des nomades comme les Algonquiens parce qu'il est facile à monter, à démonter et à transporter. Lorsqu'une bande a choisi l'emplacement de son campement, les femmes sont capables de monter le wigwam en une heure environ. Lorsque la tribu change d'endroit, ses membres emportent seulement les peaux et l'écorce qui sont assez légères. Ils trouveront d'autres perches au prochain endroit où le camp sera établi.

Les Iroquoiens vivent dans des maisons longues et cultivent la terre pour se nourrir. Les peuples sédentaires restent sur place durant dix, quinze ou vingt ans, tant que la terre produit suffisamment de nourriture. Lorsqu’elle s’appauvrit, il faut déménager tout le village ailleurs sur leur territoire, là où le sol sera à nouveau fertile. Le village doit aussi être près d’une source d’eau potable, et d’une forêt pour s’approvisionner en bois.


Les effets des échanges
Les échanges commerciaux avec les Européens ont des effets importants sur le mode de vie des Amérindiens. Ainsi, de nombreuses tribus amérindiennes utilisent des marmites en fer pour cuire leurs aliments plutôt que de recourir aux contenants d’écorce traditionnels. Plusieurs cessent même de faire de la poterie. Les Autochtones se vêtent de plus en plus d’étoffes européennes et s’équipent de haches et d’autres outils de métal. Comme ils ne possèdent pas le savoir-faire nécessaire à la fabrication de ces objets, ils deviennent dépendants des Européens.

Pour se procurer les objets européens, les Amérindiens accordent de plus en plus de temps et d’énergie à la chasse des animaux à fourrures. Ils ne se contentent plus d’assurer leur subsistance et de combler leurs besoins essentiels grâce au commerce, mais cherchent à se procurer des objets qui facilitent leurs conditions de vie.

Enfin, l’intégration des nations autochtones aux réseaux d’échanges économiques européens intensifie les guerres entre Amérindiens rivaux, particulièrement entre les Hurons et les Iroquois. Cela provoque la quasi-disparition des Hurons de la vallée du Saint-Laurent, les Iroquois étant beaucoup mieux équipés en armes à feu que leurs adversaires.
L’exemple des Hurons illustre bien le fonctionnement des échanges amérindiens avant l’arrivée des Européens en Amérique du Nord. À cette époque, les Amérindiens commercent d’abord et avant tout pour assurer leur subsistance.

« Ce que les Hurons ne peuvent produire chez eux, ils l’obtiennent en commerçant avec des tribus voisines ou éloignées. Un réseau de chemins de pied ou sentiers de terre battue relie sur une distance de plus de 300 kilomètres tous les villages hurons. [...]

Les Hurons vendaient leurs produits aux peuples voisins (farine de blé d’Inde, filets, cordes) mais servaient aussi d’intermédiaires : achetés des Neutres, des Ériés et des Pétuns, le silex, le tabac et les peaux d’écureuils noirs étaient en partie revendus aux Algonquiens du Nord. De même, à l’inverse pour les fourrures, les fruits séchés, les nattes de roseaux et les médicaments du Nord. »
Le commerce des pêcheries
« L’abondance de la morue conduit d’abord les Français sur les côtes du continent, puis la traite des fourrures les attire dans l’estuaire du Saint-Laurent et ils finissent par établir des colonies permanentes en Acadie (l’actuelle Nouvelle-Écosse) et en « Canada » (aujourd’hui le Québec). »
Plan d'une seigneurie
1-Manoir
: la maison du seigneur
2-Moulin banal
: le moulin à farine
3-Terre de la Fabrique
: la terre cédée à l’Église
4-Domaine (incluant terre et manoir)
: le fief du seigneur

5-Montée
: routes entre les censives
6- Terres concédées aux paysans :
censives
7-Bâtiment de ferme :
ferme du censitaire
8-Rang :
route rurale bordant les censives
9-Commune :
lieu de pâturage du bétail
L'arrivée des filles du Roy
Dans cette lettre du mois d’octobre 1665, Marie de l’Incarnation raconte à son fils l’arrivée de Filles du Roy au port de Québec :

« Les vaisseaux ne sont pas plutôt arrivés que les jeunes hommes y vont chercher des femmes et dans le plus grand nombre des uns et des autres, on les marie par trentaine… Les plus avisés commencent à faire une habitation un an [avant] de se marier, parce que ceux qui ont une habitation trouvent un meilleur parti. C’est la première chose [dont] les filles s’informent et elles font sagement parce que ceux qui ne sont pas établis souffrent beaucoup avant d’être à l’aise.
Un village Iroquoien
Évolution de la population de Montréal
Nouvelles régions de colonisation
Le clergé encourage la colonisation de nouvelles terres agricoles dans des régions plus éloignées de la vallée du Saint-Laurent telles que les Laurentides, la Mauricie ou le Saguenay—Lac-Saint-Jean. Les membres du clergé craignent pour la survie des Canadiens français en Amérique du Nord. Ils cherchent aussi à maintenir les valeurs traditionnelles de la société rurale québécoise afin de garder une plus grande emprise sur elle.
Émigration nette vers les États-Unis par décennie
Arrivée des loyalistes
Les gouvernements fédéral et provincial, avec l’aide du clergé, mettent sur pied des plans de colonisation pour inciter les chômeurs à retourner à la terre. Ils considèrent en effet que les agriculteurs peuvent se nourrir et se loger quoiqu’il arrive. Les plans Gordon et Vautrin permettent ainsi à plus de 35 000 Québécois de s’établir en Abitibi, au Témiscamingue, en Gaspésie et au Lac-Saint-Jean.
Les industries de la Nouvelle-Angleterre
Le Baby-Boom
Ville mono-industrielle: Schefferville
Le commerce triangulaire
Le monopole du commerce des fourrures
" Davantage, Sa Majesté accordera aux dits associés, pour toujours le trafic de tous cuirs, peaux et pelleteries de la dite Nouvelle-France!"
L'expansion territoriale de la Nouvelle-France
Le commerce des fourrures
« De surcroît, les compagnies, aux prises avec des contestations de leur monopole et dépendantes d’un commerce de fourrures rendu irrégulier par les guerres entre les nations amérindiennes, veillaient davantage à rentrer dans leurs fonds qu’à peupler cette contrée à leurs frais ou à en favoriser l’évangélisation. »
Tarifs préférentiels
« Le pacte colonial qui lie la Grande-Bretagne à l’Amérique du Nord britannique va grandement profiter aux habitants des deux Canadas. En 1795, l’Angleterre avait déjà voté des tarifs préférentiels pour ses colonies nord-américaines. Une taxe de 10 schillings est imposée par charge de bois en provenance de la Baltique*. »
Les nouveaux métiers: le commerce du bois
Les cageux assemblent le bois équarri en radeau afin de le transporter sur les rivières. Ils vivent plusieurs jours ou plusieurs sur leur cage.
Sauter la clôture
En 1879, John A. Macdonald instaure la Politique nationale qui consiste entre autres à hausser les tarifs douaniers et à protéger l’industrie manufacturière canadienne.

Voici la traduction de la caricature :

« En sautant la clôture »

L’officier Macdonald dit : «On ne saute pas la clôture, Jonathan. Passe par le poste frontalier et paie les frais de douanes.»
La deuxième phase d'industrialisation du Québec
Accord de libre-échange nord-américain
ALENA : mis en oeuvre en 1994 entre les gouvernements des États-Unis, du Canada et du Mexique, cet accord commercial a réduit considérablement les barrières tarifaires, facilitant ainsi le commerce des biens, des services et des capitaux.
Nous détenons à ce jour trop peu d'informations pour expliquer les relations de pouvoirs chez les premiers occupants.
Le conseil souverain
La noblesse en Nouvelle-France:
Dynamique de privilège
Les français et les autochtones:
dynamique d'alliance
L'Église s'engage à appuyer l'État notamment en Évangélisant les amérindiens.
Dynamique d'Appui
Dynamique d'opposition : les autochtones durant le régime britannique
La traite des fourrures diminue sensiblement pendant la guerre [de la Conquête], à cause des communications difficiles. La paix favorise la reprise du commerce. Mais les Indiens [Amérindiens] voient d’un mauvais œil disparaître entre Anglais et Français une concurrence qui les avait si bien servis. [...] De leur côté, les Anglais, enfin débarrassés de la compétition française, se tournent vers les Grands Lacs et donnent aux Indiens l’impression alarmante de vouloir s’emparer de leur riche territoire. Alors, les Indiens protestent et même s’insurgent, formant une fédération de plusieurs tribus que dirige le chef algonquin, Pontiac.
Les rébellions de 1837-1838 ; dynamique de conflit
Rébellions des patriotes ; dynamique d'autorité
Le clergé appui le gouv. britannique pendant les rébellions
Une troupe de sujets révoltés contre leur légitime Souverain, qui est en même temps le nôtre, vient de faire irruption dans cette Province, [...] dans la vue de vous entraîner dans leur révolte [...]. La bonté singulière et la douceur avec laquelle nous avons été gouvernés de la part de Sa Très Gracieuse Majesté le Roi George III, depuis que, par le sort des armes, nous avons été soumis à son empire; [...] suffiraient sans doute pour exciter votre reconnaissance et votre zèle à soutenir les intérêts de la couronne de la Grande-Bretagne. [...]

Fermez donc, chers Canadiens, les oreilles, et n’écoutez pas les séditieux qui cherchent à vous rendre malheureux, et à étouffer dans vos coeurs les sentiments de soumission à vos légitimes supérieurs.
Le syndicalisme : dynamique de conflit
« Beaucoup plus long (20 mois), le conflit à la United Aircraft en 1974-1975 a également des conséquences législatives importantes. Il oppose la compagnie United Aircraft (devenue Pratt & Whitney), multinationale de l’avionnerie établie à Longueuil, aux 2000 employés de la production, membres de la section locale 510 des Travailleurs unis de l’automobile. [...]

Amorcées en août 1973, les négociations pour le renouvellement de la convention piétinent jusqu’en décembre, moment où la compagnie fait parvenir des offres «finales» aux syndiqués. [...] Autre point de discorde, la formule Rand (c’est-à-dire la déduction obligatoire de la cotisation syndicale à la source) que la compagnie rejette catégoriquement au nom du «principe sacré» de la liberté de ses employés, même si 93% d’entre eux sont déjà membres du syndicat et que la très grande majorité des grandes entreprises s’y conforment au Québec. »
Le pouvoir de l'État québécois
« [Le gouvernement québécois] réclame donc des pouvoirs étendus et les ressources correspondantes, surtout en matière de culture, de communications, de services sociaux et d’immigration. [...] Il obtient pour cela qu’Ottawa institutionnalise, en 1964, le principe de l’opting out, c’est-à-dire le droit pour une province de ne pas participer à des programmes fédéraux, et de recevoir en échange des compensations fiscales qui lui permettent d’élaborer ses propres politiques. Le Québec est seul à s’en prévaloir, décidant dès cette année-là de se retirer de 28 programmes, comme les prêts-bourses et les allocations aux étudiants, ou l’aide aux municipalités. »
Défense de la langue française - Loi 101 - 1977
Les mouvements environnementalistes et l'état: dynamique d'opposition
« Équiterre réagit avec indignation à l’annonce, par le ministre de l’Environnement, du retrait du Canada du protocole de Kyoto. Ceci confirme le mépris du gouvernement Conservateur envers la lutte aux changements climatiques et les populations touchées par les impacts du réchauffement planétaire, que ce soit à l’étranger ou au Canada. [...]

“C’est navrant de constater la mauvaise foi avec laquelle le gouvernement conservateur a participé dans les dernières rencontres internationales sur le climat, visant toujours à faire dérailler une reconduite du protocole de Kyoto”, déplore Steven Guilbeault [du groupe Équiterre]. “En se retirant de Kyoto, le gouvernement Harper contrevient à la loi canadienne”, ajoute-t-il. »

Animisme
Rituels avant la chasse
La fumée du tabac: moyen pour contacter les esprits
Les esprits peuvent se manifester dans les rêves

Fondation de Québec par Champlain
vers 1500
1534: Premiers contacts
1760: Conquête britannique
Acte de l'amérique du nord britannique
3 mouvements de pensée:

Absolutisme de droit divin
Catholicisme
Esprit d’indépendance et d’adaptation des canadiens français

Absolutisme de droit divin
Le Roi désigne l'évêque!
Catholicisme
Esprit d'indépendance et d'adaptation des canadiens français
« entre l'extrême politesse dont j'ai bénéficié ici [à Montréal] et celle des provinces anglaises, il y a toute la différence qui sépare le ciel et la terre... »

« les gens du commun au Canada, sont plus civilisés et plus ingénieux qu'en n'importe quel autre endroit du monde où je me suis rendu. »

4 mouvements de pensée:

Impérialisme britannique
Libéralisme
Ultramontanisme
Anticléricalisme
Impérialisme britannique
"Le soleil ne se couche jamais sur l'empire britannique"
James Murray
Guy Carleton
Libéralisme
Ultramontanisme
Anticléricalisme
Trop de mouvements de pensée:

Impérialisme Britannique (après 1867)
Nationalisme Canadien
Nationalisme Canadien français
Capitalisme
Socialisme
Fascisme
Américanisme
Laïcisme
Nationalisme Québécois
Agriculturisme
Féminisme
Coopératisme
Néolibéralisme
Autochtonisme

Impérialisme Canadien (après 1867)
Nationalisme Canadien
« La patrie pour nous c’est le Canada tout entier, c’est-à-dire une fédération de races distinctes et de provinces autonomes. La nation que nous voulons voir se développer c’est la nation canadienne, composée des Canadiens français et des Canadiens anglais, c’est-à-dire de deux éléments séparés par la langue et la religion, […] mais unis dans un attachement de confraternité, dans un commun attachement à la patrie commune. »
Nationalisme Canadien français
« Un peuple ne se sépare pas de son passé, pas plus qu'un fleuve ne se sépare de sa source, la sève d'un arbre, de son terroir. »
Groulx, 1937

Capitalisme
Socialisme
Fascisme
Américanisme
Laïcisme
Agriculturisme
Féminisme
Coopératisme
Autochtonisme
Néolibéralisme
Nationalisme québécois
Pensez à Jacques!
Immigration irlandaise
Immigration d'origine européenne
Première phase d'industrialisation du Québec
« Le gouvernement Duplessis affiche un profond conservatisme en matière économique, sociale et politique. Défendant l’entreprise privée, il appuie le grand capital, américain et canadien-anglais, auquel il laisse le soin de développer le Québec, en mettant surtout l’accent sur l’exploitation des ressources naturelles. [...] il s’oppose à l’accroissement de l’intervention étatique. Défenseur de l’ordre établi, Duplessis combat le militantisme syndical et affuble de l’étiquette “communiste” les agents de changement social. »
Maurice Duplessis
Référendum de 1980:
la souveraineté du Québec
Référendum de 1995 sur la souveraineté du Québec
Bon succès à tous!

Et que la devise du Québec se réalise pour vous lors de l'examen...

"Je me souviens"

Par : Anne Ménard et Claudia Leblanc
Full transcript