Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

les ressources halieutiques au Maroc

No description
by

hassan benaissa

on 20 December 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of les ressources halieutiques au Maroc

les principales ressources halieutiques marocaines
Les ressources halieutiques au Maroc
designed by Péter Puklus for Prezi
INTRODUCTION
Avec des cotes marines s’etendent sur 3500 km sur la double facades Atlantique et Méditerrannienne, le Maroc dispose d’un important potentiel halieutique. Le secteur de la pêche y joue un rôle crucial depuis le début du siècle dernier. Il s’agit d’un véritable moteur de développement dans le secteur socio-économique du pays.
PLAN
INTRODUCTION
CHAPITRE 1 : les principales ressources halieutiques marocaines
Chapitre 2 : la campagne en mer
Chapitre 3 : Les organismes responsables de la gestion et la préservation des ressources halieutiques au Maroc
CONCLUSION GENERALE
Les éleves connaissent les ressources halieutiques
oui la sardine
Élaboration d'un guide des espèces exploitées
Découvrir la richesse biologique des eaux marocaines.
Connaître la systématique scientifique de certaines espèces exploitées.
Connaître les techniques de pêche utilisée pour la capture de ces ressources.
Connaître les organismes chargés de la gestion de ces ressources.
Connaître les efforts et les méthodes employés par les instances compétentes pour la préservation de cette richesse biologiques.
Chapitre 4 : Les organismes responsables de la gestion et la préservation des ressources halieutiques au Maroc
I. Les organismes gestionnaires :
II. Préservation des ressources halieutiques :
Le Maroc s’ouvre largement sur la mer Méditerranée au nord et sur l’Océan Atlantique à l’ouest et possède une Zone Economique Exclusive (zone s’étend jusqu’à 200 milles marins sur lequel un État côtier exerce des droits souverains en matière d'exploration et d'usage des ressources) de plus d’un million de km². Les ressources halieutiques qu’héberge cette zone contribuent à la création de richesses, d’emplois et à l’équilibre de la balance commerciale nationale. Ceci justifie la nécessité de gérer de manière responsable et raisonnable le patrimoine biologique afin d’assurer la durabilité de ces ressources et écosystèmes et d’en faire bénéficier les générations actuelles et futures.
La gestion du secteur de la pêche est assurée par le département des Pêches Maritime relevant du ministre de l’agriculture du Développement Rural et des Pêches Maritimes, auquel d’autres structures apportent leur contribution. Ainsi, l’Office National des Pêches (ONP) veille au développement et à la modernisation du secteur. L’Institut National de Recherche Halieutique (INRH) assure l’évolution, l’aménagement et la valorisation des ressources halieutiques. Quant à la Marine Royale et le Gendarmerie Royale Maritime, elles contrôlent les navires de pêches, le respect des textes et la surveillance du territoire maritime.
a. En matière des ressources halieutiques :
b. En matière d’impact de l’activité humaine sur l’environnement marin :
 L’élaboration et l’adoption d’un nouveau projet de loi sur le littoral
 La mise en place et renforcement par le Département des pêches maritimes d’un réseau de surveillance de la salubrité du littoral (RSSL)
 La mise en place d’un comité interministériel d’intervention en cas d’accident en mer, notamment en ce concerne les navires pétroliers et les navires transportant des produits chimiques nocifs
 L’élaboration des plans de gestion des principales pêcheries selon des quotas par espèce et par segment ; Exemple : plan d’Halieutis
Le renforcement de la recherche halieutique nationale.
 Le renforcement du suivi des ressources halieutiques par la réalisation de campagnes en mer.
L’encouragement de l’aquaculture marine
Chapitre 3 :la campagne en mer
Chapitre 3 :la campagne en mer
I. Les méthodes et les techniques de pêche :
II. La sortie en mer :
Les techniques de pêche employées par les marins pécheurs dépendent de la pêche (zone côtière, large) et de l’espèce péchée (taille, lieu et mode de vie).
1. La senne tournante coulissante :
Les sennes sont des filets rectangulaires utilisés en surface pour encercler des bancs de poisson. Les sennes tournantes peuvent atteindre de grandes dimensionset dépasser une longueur d'un kilomètre pour une hauteur de 100 à 200 mètres. Des flotteurs sont fixés sur la partie supérieure tandis que la partie inférieure est lestée. Une coulisse permet le boursage du filet (fermeture de la partie inférieure) qui peut ainsi retenir la totaliyé du poisson encerclé.

2. Le chalut :
3. La palangre :
Cette méthode consiste à utiliser plusieurs hameçons munis d’appâts, le long d’une ligne maîtresse. Dans le cas de pêche au large, la ligne peut atteindre une longueur de 20 km et porter 12 000 hameçons, alors que les lignes utilisées près des côtes sont plus légères et portent jusqu’à 1 200 hameçons.
La manœuvre de la senne comporte trois phases importantes
L’encerclement :
Sert à entourer un banc de poisson détecter visuellement ou à l’aide d’un SONAR.
Le boursage :
Après l’encerclement, le filet est fermé à sa base par une coulisse, ainsi le poisson est emprisonné à l’intérieur du filet qui prend une forme cylindrique puis conique
Le salabardage
l’opération du salabardage consiste à la récupération de la capture à bords à l’aide d’une sala-barde
Le chalut est le plus important des engins actuellement en usage. C’est une poche de filet de forme conique dont la gueule doit être maintenue ouverte pendant d’un ou deux bateaux et remorquent sur le fond ou entre deux eaux.
a) Chalut de fond à panneaux :
Le chalut de fond à panneaux est actuellement le plus utilisé dans le monde, mais la forme des divergents, le gréement et les filets sont différents suivants les espèces recherchées
b) Chalut bœuf :
Le chalut bœuf est un grand chalut remorquépar deux bateaux ce qui assure son ouverture horizontale
c) Chalut pélagique :
Les chaluts pélagiques sont des filets de grande taille, conçu pour fonctionner entre deux eaux y compris dans les eaux proches de la surface.
La partie antérieure du filet est le plus souvent réalisé en très grande maille ou en cordage.

1. Présentation du navire :
Presque toutes les unités de pêche exploitées dans le secteur hauturier présentent des similitudes quant à leurs caractéristiques générales. Ils pêchent par l’arrière et possèdent en principe :
2. Méthodes pratiques de conservation des céphalopodes à
Une passerelle
Un portique arrière
Des treuils hydrauliques
Un pont principal
a) Chalutage :
Le chalutage est une méthode de pêche active, qui consiste à traîner un filet de forme conique à travers l’eau, depuis l’arrière d’un ou de plusieurs bateaux.
b) Reception :
Apres la remontée du chalut, les ouvriers commencent à vider le chalut pour préparer la prise à l’étape suivante.
c) Triage :
Le triage des céphalopodes consiste à séparer un groupe hétérogène de céphalopodes : constitué de différentes espèces, de mâles et de femelles, parvenus ou non à maturité, malades et sains, etc.
d) Eviscération :
Dès le triage du poulpe, il convient de procéder immédiatement à son éviscération .Au cours de cette opération les marins pécheurs doivent veiller à ne pas rompre les muscles qui relient la tête aux tentacules, ou couper l’un de ces derniers ou provoquer des déchirures de la peau .
e) Calibrage :
f) Congélation :
A bord des chalutiers hauturiers, le froid est utilisé pour la congélation et le stockage du produit. En disposant le poisson dans des tunnels où circule de l’air froid (-35°),ensuite, la phase d’emballage en plastique polyéthylène, puis le stockage dans les chambres froides et enfin la mise en carton.
Le filage
Le déploiement de l’engin
Le virage
CHAPITRE 2 : les principales ressources halieutiques marocaines
II. Les ressources pélagiques
IV. La production halieutique marocaine
Les ressources pélagiques ou de surface sont constituées des espèces de poissons vivant près de la surface ou entre la surface et le fond. Ces espèces se regroupent généralement en bancs et sont susceptibles d’effectuer des migrations de plus ou moins grandes amplitude
Présentation
La systématique de la sardine :
La répartition de la sardine :
La sardine
Présentation
Appelé localement Kabila ou Zaroug, de taille commune de 18 à 30 cm, cette espèce est grégaire et forme des bancs de poissons de même taille.
La systématique du maquereau
La répartition du maquereau
Au Maroc on distingue deux espèces de maquereaux; Le maquereau européen et le maquereau espagnol , La répartition de ces variétés est continue de Tanger à Lagouira
Le maquereau
Présentation
La systématique du chinchard
La répartition du chinchard
En plus de Trachurus trachurus deux autres espèces de chinchard se rencontrent dans la zone allant de Tanger à Lagouira. La plus importante est le Saurel répandue de manière discontinue dans toute la zone qui s’étend de Tanger à Essaouira au Sud du Maroc. Les plus grosses concentrations se trouvent au sud du Cap Bojador.
Le chinchard
Présentation
Le thon rouge est une espèce épi et méso pélagique. Les jeunes grégaires, se mêlent en banc à d’autres espèces de la même famille des Scombridés, les immatures se tiennent en eaux chaudes, les adultes pénètrent en eau froide pour se nourrir.
La systématique du thon rouge
La répartition du thon rouge
Le thon rouge
Présentation
C’est une espèce pélagique côtière et océanique qui vit à la surface jusqu’à 280 m de profondeur sur les fonds sableux ou vaseux.

La systématique du requin
La répartition des requins
Les requins sont présents dans tous les océans du monde à l’exception de l’Antarctique.
Le requin gris
Les ressources benthiques
Les ressources démersales ou de fond englobent les espèces ayant une dépendance étroit avec le fond marin ou celles se trouvant pour des raisons de nourriture ou pour la reproduction liées périodiquement au fond marin.
III. Les ressources benthiques

Présentation
Le rouget est une espèce benthique de fonds de rochers et de graviers pouvant aller jusqu’à 400 m de profondeur au moins.
La systématique du rouget
La répartition du rouget
Le Rouget de roche a une large répartition géographique (Méditerranée et Atlantique). Son intervalle de distribution bathymétrique va de 0 à 460 m.
Les rougets sont présents dans toutes les côtes marocaines avec une densité variable.

Le rouget
Présentation
C’est une espèce démersale qui fréquente des profondeurs de 70 à 370 m, elle est très connue sur les bords du talus continental.
La répartition du merlu commun
Trois espèces de merlus sont capturées au large des côtes atlantiques marocaines :  Le merlu blanc , Le merlu sénégalais et Le merlu de Benguela
Le merlu
Présentation
Le Saint-Pierre ‘poisson noble’ a le corps très haut et fortement comprimé latéralement, d’une longueur commune de 10 à 50 cm et maximale jusqu’à 68 cm.
La systématique du saint-pierre
Répartition du saint-pierre
Le saint-pierre à une large répartition géographique . C’est une espèce qui vit en solitaire ou en petits groupes pour les juvéniles. Elle est démersale côtière jusqu'à 400 mètres.
Le saint-pierre
Présentation
Appelée également kemroun ou crevette royale. C’est une espèce démersale qui fréquente les fonds vaseux de 80 à 1440 m de profondeur. Elle effectue des déplacements en passant de 150 m la nuit à plus de 800 m le jour au niveau des vallées sous-marines.
La systématique de la crevette
La crevette rouge
Présentation
Appelé également pieuvre, Rottala, Azaiz ; elle est l’espèce la plus évoluée des mollusques. C’est une espèce benthique côtière, qui vit jusqu’à 100 m de profondeur dans les fonds rocheux et sableux.
La systématique du poulpe
La répartition des poulpes
Trois stocks différents de poulpe ont été identifiés dans ma sous-région comprenant les eaux marocaines:
 Stock Dakhla (26 ° N – 21 ° N)
 Stock Cap Blanc (21° N – 16 ° N)
 Stock Sénégalo-gambien (16 ° N – 12 ° N)

Le poulpe
1. Production nationale
La production halieutique marocaine a enregistré en 2012, en termes de capture, 1,2 millions de tonnes d’une valeur de 7,5 milliards de DH. Malgré la diversité des eaux marocaines, la production nationale reste dominée par les petits pélagiques (sardine, hareng, anchois…) à hauteur de 84% .
2. La production congelée
La production des navires hauturiers congélateurs en 2012, représente 4% de la production halieutique nationale en volume et 33% en valeur. Ces captures se sont établies à 55 814 tonnes d'une valeur de 2,5 milliards de DH.
3. La production fraiche
Les navires type RSW (Refrigerated Sea Water), les navires côtiers et les barques artisanales ont débarqué en 2012 : 1,1 millions de tonnes d’une valeur de 5 milliards de DH. Soit 95% en volume de la production nationale et 66% en valeur.
4. Tendances des exportations des produits de la mer
L’évolution récente des exportations marocaines des produits de la mer montre une tendance haussière, sur la période 2004-2010 et une régression en valeur enregistrée en 2009 (-7%), au moment où les exportations en volume ont continué à progresser (+10%), due principalement à la baisse des prix sur le marché international. Par ailleurs, une baisse remarquable du volume des exportations a été enregistrée en 2011 (-40% en volume et -9% en valeur), suite à la baisse du volume de la production halieutique, dont notamment la production des pélagiques ( figure 44 ).
La sardine est un poisson grégaire qui forme de grands bancs près des côtes. Elle vit jusqu’à 200 m de profondeur.
Localement appelé Chernne, c’est une espèce grégaire, rencontrée fréquemment sur les fond sableux, à une profondeur de 100 à 200 m.
Pour des raisons génétiques et trophiques, le thon rouge effectue des migrations qui explique en fait, le caractère saisonnier de la pêcherie thonière marocaine.
Conclusion générale

Full transcript