Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

La philosophie est basée sur la capacité d’étonnement et sur

No description
by

Pierre-Yves Kerloc'h

on 16 December 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La philosophie est basée sur la capacité d’étonnement et sur

Petite histoire de la Philosophie
Le moyen âge (400-1400)
Le monde se scinde en trois : l’Occident (Rome et le monde romain), l’Orient (Constantinople, parlant grec) et le Sud (Alexandrie, parlant arabe). Une longue gestation des trois courants se déroule alors sur 1000 ans avant qu’il ne se réunissent à nouveau avec la « re-naissance »
De la Renaissance (XVème - XVIème) au siècle des lumières (XVIIIème)
Du romantisme (fin XVIIIème - milieu XIXème) au XXème
Solution ???
Deviens ce que tu es en te connaissant toi-même ...
La Grèce antique
Les philosophes de la Nature (600-400 av JC)
Les « présocratiques » recherchent le principe premier de la nature. Celui-ci est éternel et immuable (selon Parménide) ou composé de quatre éléments (selon Ampédocle) génèrent toute la diversité où « tout s’écoule » (selon Héraclite)
Socrate, Platon et Aristote (400-300 av JC)
Les sophistes considèrent que le bien et le mal dépendent de la société.
Socrate, au contraire, considère que le bien et la raison sont éternels et immuables, tout comme ce qui appartient au monde des idées de Platon.
Platon privilégie les idées, la raison et les mathématiques (rationalisme comme Socrate) alors qu’Aristote considère les sens comme premiers (comme Héraclite) et réhabilite la connaissance de la nature.
L’hellénisme (300 av JC + 400 ap JC)
Alexandre le grand relie à la Grèce, la Macédoine, la Syrie, l’Egypte jusqu’à l’Inde.
Alexandrie est la capitale de la science et Athènes la capitale de la philosophie. Le modèle grec ignore les frontières. Les marchés regorgent de denrées et d’idées. C’est le règne de la mondialisation et du syncrétisme (mélange de religions).
La philosophie recherche la meilleure façon de vivre et de mourir (l’éthique).
On trouve 4 écoles : les cyniques (le bonheur, c’est d’être indifférent aux choses extérieures), les stoïciens (pratique d'exercices de méditation conduisant à vivre en accord avec la nature et la raison), les épicuriens (usage raisonné du plaisir, le"carpe diem") et les néoplatoniciens (seule la lumière divine existe).
Saint Paul fait du christianisme une religion mondiale et en quelques siècles tout le monde gréco-romain est christianisé. Comme les deux autres religions de l’écrit monothéistes, le christianisme est issu à l’origine de la culture sémitique. Il incorpore donc une vision linéaire de l’histoire dans laquelle Dieu réalise son dessein. Elle y ajoute la rémission des péchés, où le salut vient de Dieu grâce à la foi.
Saint Augustin (354-430) est néoplatonicien, il « christianise » Platon. Il est le premier à inclure l’histoire dans la philosophie. Si Dieu a choisi de sauver quelques hommes, L’église est le passage obligé pour le salut.
Saint Thomas d’Aquin (1224-1274)« christianise » Aristote. Il y a deux chemins : la révélation ou la raison. Il n’y a qu’une seule vérité, même si elle peut avoir plusieurs représentations. Nous nous situons sur une échelle ascendante qui mène des plantes à Dieu en passant par les animaux jusqu'aux anges.
Hildegard Bingen (1098-1179) s’intéresse à "Sophia", le côté féminin de Dieu qui a aussi pris une certaines importance pour les juifs et les orthodoxes.
La Rennaissance (XVème-XVIème siècles
L'homme revient au centre avec l'humanisme alors qu'au moyen âge tout est ramené à Dieu. On passe également d'une économie familiale à une économie monétaire
Plusieurs inventions bouleversent le monde de cette époque : la boussole, la poudre, l'imprimerie et plus tard le télescope.
Une nouvelle méthode scientifique voit le jour : la méthode expérimentale, grâce en particulier aux travaux sur la trajectoire des planètes autour du Soleil de Copernic (1473-1543), Kepler (1571-1630) (Lois de Kepler). Francis Bacon (1561-1626) pose les bases de la méthode expérimentale. Galilée (1544-1642) pour qui la nature est écrite dans un langage mathématique, découvre les lunes de Jupiter grâce à sa lunette astronomique. Enfin Newton (1643-1727) découvre la gravitation universelle et suggère que le monde est régit par un petit nombre de lois physiques.
L'époque Baroque (XVIIème) est marquée par une glorification de la vie ET une négation de la vie ; par une coexistence entre l'idéalisme (considérant que la nature ultime de la réalité repose sur l'esprit) ET le matérialisme (considérant que la matière construit toute réalité. La vie y est vue comme un théâtre ou comme un rêve
René Descartes recherche une nouvelle méthode pour la philosophie, proche des mathématiques et faisant appel à la raison. Seuls les rapports mathématiques quantitatifs sont réels, les rapports qualitatifs dépendent de nos sens dont nous ne pouvons pas en tenir compte. Descartes est dualiste. Pour lui, il y a deux réalités : la pensée (la res cogitans, la pensée - l'âme) et l'étendue (la res extensa, l'étendue - le corps).
Pour Baruch Spinoza (1632-1677), il n'y a qu'une seule substance (appelée Dieu ou Nature) qui a au moins deux qualités : la pensée et l'étendue. D'autres peuvent exister même si elles nous sont inaccessibles. Dieu ne se manifeste qu'à travers ses lois et tout se produit par nécessité : le réel est le seul monde possible.
A l'aube du siècle des lumières (XVIIIème), le centre de la philosophie passe ensuite de l'Angleterre à l'Allemagne puis en France.
Pour Emmanuel Kant (1724-1804), si la conscience est formée à partir des choses, celles-ci sont à leur tour formées à partir de la conscience (la "révolution copernicienne" de Kant).
Il y a une différence entre "la chose en soi" (sur laquelle nous ne pouvons avoir aucune certitude) et "la chose en moi" (basée sur notre expérience par les sens et la raison. Nous concevons chaque événement dans l'espace et le temps, et dans un rapport de cause à effet).
Les philosophes français (Montesquieu, Voltaire, Rousseau...) développent le rationalisme (le réel ne serait connaissable qu'en vertu d'une explication par la raison). Il prônent la révolte contre l'autorité et veulent éclairer les couches profondes de la population (par exemple avec l'encyclopédie).
La religion est vue comme naturelle avec le déisme (Dieu a créé le monde et ne s'est pas manifesté depuis) et le droit naturel se développe (qui peut s'opposer parfois aux lois).
Le romantisme développe les sentiments, l'imaginaire et la nostalgie comme contre poids à la raison. Il pratique le culte du moi et cherche à s'échapper par le rêve.
le génie artistique est la quintessence du romantisme. "L'activité artistique est un jeu où l'homme est libre car il invente ses propres règles" (Schiller).
Hegel (1770-1831) pense qu'il n'y a pas de vérité éternelle car on ne peut séparer un philosophe ou une pensée de son contexte historique. La philosophie doit comprendre le mouvement de l'histoire pour voir comment "l'esprit du monde" s'éveille vers une conscience de lui-même
Kierkegaard (1813-1855) fait la promotion de l'individu sur la "masse" et de la religion sur la raison. Il utilise trois notions : l'existence, la vérité subjective et la foi pour critiquer le panthéisme du romantisme et l'historicisme de Hegel.
Le naturalisme : Marx, Darwin et Freud (Milieu XIXème - XXème)
Karl Marx (1818-1883) propose une philosophie de l'action avec le matérialisme historique : la superstructure (les modes de pensée, les institutions, la loi, la religion) est déterminée par les trois formes d'infrastructure (les conditions de production  - les moyens de production - les rapports de production). Il y a toujours eu deux classes, avec une lutte des classes. Le capitalisme est un système qui s'autodétruit. Le communisme prône l'instauration d'une dictature du prolétariat pour ensuite arriver à une société sans classe
Charles Darwin (1809-1882) fut le premier a oser contredire la Bible. Il propose dans son ouvrage
De l'origine des espèces
deux thèses principales :
L'évolution biologique ( Darwin suggère que l'âge de la terre n'est pas de 6000 ans mais de 300 millions d'années) et l'évolutiondue à une sélection naturelle (il y a une lutte pour la survie et les plus adaptées survivent).
Sigmund Freud(1856-1939) développe la "psychologie des profondeurs" ou "psychanalyse" : Il existe une relation conflictuelle entre les pulsions et désirs de l'homme et les exigences du milieu ; entre le désir et la culpabilité.
L'époque contemporaine
Nietzsche (184-1900) a influencé le XXème siècle. Il s'élève contre la "morale d'esclave" chrétienne. Les philosophes et la tradition chrétienne montrent le monde des idées et non plus le monde réel. Il souhaite opérer une "transmutation" de toutes les valeurs pour que l'épanouissement des forts ne soit pas entravé par les faibles.
Les existentialistes avec en particulier Jean-Paul Sartre (190-1980) part de l'homme mais il considère que "l'existence précède l'essence" : L'homme doit trouver du sens a sa propre vie après en avoir constaté le manque. Il n'existe aucune direction pour nous guider mais nous sommes responsable de nos actes. L'existentialisme a influencé la littérature et le théâtre en introduisant l'absurde pour amener le public a trouver une forme d'existence plus authentique.
D'autres courants de philosophie ont foisonné au XXème siècle, tel que le néo-thomisme, l'empirisme logique, le néo-marxisme, le néo-darwinisme, la psychanalyse... Le matérialisme considère que c'est en posant des questions insolubles que l'homme avance. D'autres considèrent que notre approche rationnelle et scientifique arrive à ses limite comme le courant écologique qui prend en compte les grands problèmes de la nature ou le new-âge qui veut redonner une nouvelle spiritualité.
Ecoles philosophiques
Full transcript