Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Modèle de Keynes

Chapitre 6
by

Daniel Ayala

on 13 April 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Modèle de Keynes

Offre Globale
L'offre globale illustre une relation directe entre le PIB réel et le niveau des prix dans une économie. Toutefois et à difference de la DG cette rélation est valide à court térme seulement.
Cette relation positive entre les dépenses et le niveau des prix n'est pas expliquée par la loi de l'offre*
*La loi de l'offre s'applique dans l'analyse d'un marché en particulier et non pas dans le total de l'économie (approche plus macroéconomique)
Déplacements de l'OGCT
Les déplacements de l'OGCT sont causés par des variations des profits causés par des facteurs qui changent les profits de l'entreprise autres que le prix par unité.
Demande Globale
La demande globale illustre une relation inverse entre le PIB réel (mesuré par les dépenses) et le niveau des prix dans une économie*.
*Cette relation négative entre les dépenses et le niveau des prix n'est pas expliquée par la loi de la demande.
**La loi de la demande s'applique dans l'analyse d'un marché en particulier et non de toute l'économie (ceci est un approche plus "macro").
La demande globale exhibe une pente négative par trois motifs principaux (ceteris paribus) :
i) L'effet des encaisses réelles : Si les prix montent, la richesse des individus, c.-à-d. la valeur marchande des actifs qu'ils possèdent, diminue. Si la richesse diminue, les gens vont moins dépenser et le PIB réel diminue
ii) L'effet des taux d'intérêt : Une augmentation des prix diminue le pouvoir d'achat de l'argent liquide. Vous allez avoir besoin de plus d'Argent pour faire vos achats.
iii) L'effet des échanges internationaux : L'augmentation des prix fait que les biens nationaux soient relativement plus chers que les biens de l'étranger.
Déplacements de la demande globale
Les déplacements de la demande globale sont causés par des variations des composants de la dépense causés par des facteurs différents aux variations des prix locaux.
Voici les composantes de la dépense (PIB réel)
PIB Réel = Consommation + Investissement + Dépense publique + Exportations - Importations
ou
PIB=C+I+G+X-M
i) Consommation 

- La richesse
- Les attentes sur les prix futurs
- Les taux d'intérêt
- Les impôts
ii) Investissement
- Les attentes des investsseurs
(optimistes ou pessimistes)
- Les taux d'intérêt
- Les impôts des sociétés
iii) Les exportations nettes
- Le revenu des pays étrangeres (PIB*)
- Le taux de change CAN$ par US$
Équilibre à court terme : Une économie trouve ses niveaux de PIB et prix d'équilibre à court terme dans l'intersection des courbes de DG et OGCT.
Offre globale à long terme (OGLT)

C'est un niveau de production potentiel (PIB potentiel) dans une économie à long terme où les ressources sont utilisées de façon efficace.

Le facteur travail en particulier détermine ce niveau de production. On dit que le niveau de PIB potentiel correspond au plein emploi des travailleurs où le taux de chômage de l'économie est égal au chômage naturel.

LES PRIX NE DÉTERMINENT PAS L'OGLT ALORS CETTE COURBE EST MIEUX REPRÉSENTÉE PAR UNE DROITE VERTICALE.
Équilibre à long terme : Une économie trouve son PIB potentiel à long terme dans l'intersection des courbes de DG et OGLT.
Modèle de demande et offre globale
Nous allons construire un modéle qui permet d'interpreter les mouvements de l'économie globale et leurs conséquences sur le niveaux des prix et le PIB réeel et non seulement dans un marché en particulier
Alors si l'argent n'est pas assez, les gens vont l'emprunter. Au fur et à mesure que le public continue à emprunter, les conditions du crédit vont devenir moins avantageuses et les institutions financières vont augmenter le taux d'intérêt des prêts.
Cette augmentation des taux d'intérêt fait diminuer les dépenses en investissement et en biens durables (maisons, voitures, etc.).
Ceci va rendre nos exportations plus chères et les importations relativement moins chères. Alors, les pays étrangers vont réduire leur dépense dans nos produits (les exportations diminuent) et nous allons consommer plus des biens étrangers qui sont relativement moins chers (les importations diminuent).
Exportations nettes
Offre globale à court terme (OGCT)
À court terme, une augmentation des prix par unité fait augmenter le profit des producteurs. Cette augmentation des profits stimule l'augmentation de la production et le PIB réel.
Offre globale à long terme (OGLT)
Pente positive de l'OGCT
À court térme, une augmentation des prix augmente le profit et les producteurs décident d'augmenter laproduction
En supposant que les coûts par unité resteront constants à court terme, les augmentations des prix augmentent le profit de la firme et donc, les producteurs augmentent la quantité offerte. La relation directe entre les prix et l'offre globale à court terme est constatée!!!
Offre globale à long terme (OGLT)
Offre globale à court terme (OGCT)
Demande globale
(DG)
Salaires
Salaires
coût de production
production
OGCT
coût de production
profit
profit
OGCT
production
SI
SI
Prix intrants
OGCT
coût de production
profit
production
SI
Prix des intrants
coût de production
production
profit
OGCT
SI
Productivité
OGCT
coût de production
profit
production
SI
Productivité
coût de production
production
profit
OGCT
SI
i) Salaires:
ii) Prix des intrants
iii) Productivité
Les producteurs basent leurs décisions de production en analysant son profit. Mais la dynamique des profits est différent à court terme et à long terme
iv) Autres pérturbations
(positives ou negatives)
Richesse
Richesse
Consommation
PIB Réel
DG
Consommation
Dépense
Dépense
DG
PIB Réel
SI
SI
SI
SI
SI
SI
i) Richesse
ii) Attentes prix futurs
iii) Taux d'intérêt
iv) Impôts
Attentes à l'hausse
Consommation aujourd'hui
PIB Réel
Dépense
DG
DG
Dépense
PIB Réel
Attentes à la baisse
Consommation aujourd'hui
Taux d'intérêt
DG
Consommation biens durables
Dépense
PIB Réel
DG
Dépense
PIB Réel
Taux d'intérêt
Consommation biens durables
SI
SI
Impôts
DG
Revenu Disponile
Dépense
PIB Réel
DG
Dépense
PIB Réel
Impôts
Revenu disponible
Attentes +
Attentes -
Investissment
PIB Réel
DG
Investissement
Dépense
Dépense
DG
PIB Réel
SI
SI
SI
SI
i) Attentes investisseurs
ii) Taux d'intérêt
iii) Impôts sociétés
Taux d'intérêt
DG
Demade crédit pour investir
Dépense
PIB Réel
DG
Investissement
PIB Réel
Taux d'intérêt
Demande Credit pour investir
SI
SI
Impôts
DG
Investissement
PIB Réel
DG
Investissement
PIB Réel
Impôts
Profit futur de l'investissemnt
Profit futur de l'investissemnt
PIB*
PIB*
Dépense biens nationaux
(Nos exportations)
PIB Réel
DG
Exportations nettes
DG
PIB Réel
SI
SI
i) PIB des pays étrangèrs (PIB*)
Exportations nettes
Dépense biens nationaux
(Nos exportations)
CAN$/US$ (Dépréciation
CAN$/US$ Apréciation
Exportations aux E.-U. (moins chers)
Importations (plus chers)
PIB Réel
DG
Exportations nettes
DG
PIB Réel
SI
SI
ii) Taux de change (EX: CAN$/US$)
Exportations nettes
Exportations aux E.-U. (plus chers)
Importations (moins chers)
+
Offre globale à court terme (OGCT)
Demande globale
(DG)
+
+
L'économie en équilibre de long térme est juste un tendance, un point de gravitation. Toutefois, à court terme, l'économie peut se dévier de cette tendance.
Premier cas: Un écart récessionniste
Deuxième cas: Un écart inflationiste
L'économie surutilise ses résources.
Les travailleurs sont de plus en plus rares et le facteur travail est surutilisé.
(EX: Des gens non-qualifiés travaillent comme conseillers de politique économique car il n'y a plus des économistes dans le marché).
L'économie sousutilise ses résources.
Sousutilisation du facteur travail.
(EX: Des économistes ne trouvent pas d'emploi).
Le retour à l'équilibre et l'économie autorégulée
Une économie autorégulée est capable d'éliminér son écart inflationiste/récessionniste à travers des changements de la courbe d'OGCT
Comme Chômage>Chômage naturel
Offre de travail
Salaires
Coût de production
Profits
Production
PIB
OGCT
Comme Chômage<Chômage naturel
Offre de travail
Salaires
Coût de production
Profits
Production
PIB
OGCT
L'économie autoregulée déplace sa courbe d'OGCT pour que son PIB=PIB potentiel au point B
L'économie autoregulée déplace sa courbe d'OGCT pour que son PIB=PIB potentiel au point B
Critique de l'économie autoregulée
L'instabilité économique et le modèle Keynesien
La crise économique des années 30 a inspirée la critique du modèle classique qui dit qu'une économie capable de s'autoréguler.
Dans les années 30, spécialement aux É.U., les effets de l'écart récessioniste étaient visibles
Le PIB était au dessous de son niveau potentiel.
Le taux de chômage était supérieur à son niveau naturel.
... et la quantité de main d'oeuvre disponible était enorme.
Voila les symptomes de la crise!. Mais la reprise n'arrive pas. Keynes disait que le mécanisme classique d'autorégulation ne fonctionne que à long terme... mais, est qu'on peut attendre?.
Du point de vu du Keynes, on ne peut pas attendre:

"The long run is a misleading guide to current affairs. In the long run we are all dead."
J.M. Keynes
Première critique: la rigidité des prix et des salaires
Les Salaires sont rigides à la baisse
Les prix sont aussi rigides à la baisse
Deuxième critique: la critique de la loi de say.
Le modèle classique est fonde sur le postulat implicite d'une économie en constant équilibre entre la dépense et la production. Ce postulat est connu comme "la loi de Say"
Cette loi dit que "Tout offre va créer une demande suffisante pour acheter tous les biens et services produites"
Exemple du livre guide p. 155: "Selon Say, dans une économie de troc, le fournisseur de pain travaille dans le but d'obtenir d'autres biens en échange de ses pains".
MAIS
Voici l'équation de la dépense.

Dépense=C + I + X - M
Épargne Total = Investissement
Cette condition stipule que pour que la loi de Say soi accomplie, tout la partie du revenu non-dépensée doit être complètement investi!!!!. En autres mots, cela veut dire que chaque dollar non-consommé sera déposé à la banque et le système financier va trouver un usage à cette dollar non-consommé.
Qu'est-ce que le marché financière fait avec chaque dollar non-consomme dans une économie?: Il essaye de attirer des épargnants et des investisseurs avec une taux d'intérêt qui peut équilibrer la demande de crédit des investisseurs et l'offre de crédit des épargnants.
le marché financier
Éxplication de l'économie autorégulée
(pensée clasique)
ARGUMENT CLASSIQUE: La loi de Say est valide grâce au marché financier qui garantie l'équilibre entre l'épargne et l'investissement.
Critique de Keynes
Selon Keynes, dans un sens pratique, il n'y a rien qui puisse garantir qu'une augmentation de l'épargne sera suivi d'une augmentation proportionelle de l'investissement car les décisions des épargnants et investisseurs n'ont pas un base commune.
Épargne Total ≠ Investissement
Les travailleurs, les syndicats et aussi le gouvernement (qui établi le salaire minimum) sont normalement opposés aux baisses du salaire.
Même si le salaire diminue, le coût de production diminue et le profit des producteurs augmente, le déplacement de la courbe d'OGCT suppose aussi une baisse des prix qui diminue le profit des producteurs.
À court terme les producteurs ne vont pas augmenter la production (cela fait baisser les prix) ce qui va ralentir davantage la relance de l'économie.
À long terme la concurrence entre les entreprises va faire déplacer la courbe OGCT et baisser les prix. Mais pas tout de suite!
Les gens ont des motivations pour épargner autres que la récompense d'une taux d'intérêt. La précaution ou l'incertitude sur l'avenir, sont des motivations alternatives pour épargner. Alors, chaque dollar non-consommé ne sera pas directement déposé dans le système financier.
D'une façon similaire aux épargnants, les investisseurs prennent leurs décisions par des facteurs différents aux taux d'intérêt. L'exemple plus intéressant sont les "esprits animaux" (Animal spirits) une idée qui peux illustrer comment l'état des attentes des entrepreneurs (pessimisme ou optimisme) influencent leurs décisions d'investissement.
Reprise économique?
Le modèle de Keynes
Forme de la courbe OGLT
Déplacements de la courbe OGLT
Les déplacements de l'OGLT sont causés par les mêmes facteurs qui déplacent la courne OGLT. Toutefois, poure que la courbe OGLT se déplace ilfaudrait que les chocs soient de nature PERMANENT.

Ex: Une évolution technologique est permanent (les deux courbes se déplacent).
Un baisse du prix de petrol est normalement temporaire (la courbe OGLT ne se déplacera pas).
Le modèle de Keynes se concentre sur l'analyse de la dépense totale et de ses effets sur le PIB sans avoir besoin de la loi de Say.
Voici les composantes de la dépense
Dépense = Consommation + Investissement + Exportations - Importations

Dépense=C+I+X-M
Exportations nettes
Consommation induite par les variations du revenu disponible
Un élément autonome indépendante du revenu disponible.
C = C
0
+PmC (Y)
d
L'investissement dans le modèle keynesien est une variable autonome indèpendent du revenu de l'économie ou PIB). Il est composé de 'investissement public et de l'investissement privé. Ce dernier et gouverné par les "animal spirits" de l'investisseur.
Les exportations ne dependent pas du revenu national (PIB) elles sont alors, une variable autonome
Toutefois, les importations sont la consommation des biens étrangers. D'une façon similaire à la consommation, Ils ont une partie induite (dépendant du revenu national ou PIB) et une partie autonome.
Consommation induite
Consommation autonome
Propension marginale à consommer (PmC)
La propension marginale à consommer est une chiffre supérieur à zero et inférieur à 1 qui répresente la proportion consommé de chaque dollar additionnel de revenu disponible.
Importations induites par les variations du revenu disponible
Importations indépendants du revenu disponible.
I = I
0
+PmM (Y)
d
Importations induites
Importations autonomes
Propension marginale à Importer (PmM)
La PmM est une chiffre supérieur à zero et inférieur à 1 qui répresente la proportion consommé en biens étrangers de chaque dollar de revenu disponible additionnel.
L'équation de l'épargne
L'épargne est la partie non-consommé du revenu disponible.
Épargne=Y
d
-Consommation
C = C
0
+PmC (Y)
d
É=Y
d
-PmC (Y)
d
0
-C
É=(1-PmC)Y
d
-C
0
(1-PmC) C'est la propension marginale à épargner
La propension marginale à épargner est une chiffre supérieur à zero et inférieur à 1 qui répresente la proportion épargné de chaque dollar de revenu disponible additionnel.
Dépense=C+I+X-M
Dépense=(C +C
0
+PmC (Y))
d
+I
+X-
(M
0
+PmM (Y))
d
PROPENSION MARGINALE À DÉPENSER (PmD)
La propension marginale à dépenser est une chiffre supérieur à zero et inférieur à 1 qui répresente la proportion dépensée de
chaque dollar additionnel de revenu disponible
.
Y = Y-Taxation
d
Taxation = t x Y
Y = (1-t) Y
d
Dépense=D
+(PmC-PmM)(1-t)Y
Équilibre Dépense = PIB
+(PmC-PmM)(1-t)Y
Y=D
0
Y*=
1- (PmC-PmM)(1-t)
1
D
0
L'effet multiplicateur de la dépense autonome
L'analyse de Keynes dans le modèle d'offre et demande globale
Une augmentation de la depense autonome comme, par exemple, la dépense publique
Provoque une augmentation plus que proportionelle du PIB.
Le multiplicateur est le coefficient de l'équation de Y*.
1- (PmC-PmM)(1-t)
1
D
0
Multiplicateur
Il est > 1
Le taux d'impôts (t), la PmC et la PmM déterminent la valeur du multiplicateur.
Propiétés du multiplicateur
Le cadre d'analyse keynesien est utilisé pendant les écarts récessionistes
La rigidité des salaires et des prix (à la baisse), ne permet la récuperation de l'économie
Voici l'illustration de l'écart récessioniste dans le modéle de depense de keynes.
PIB<PIB potentiel
Si la dépense est stimulé par l'un des éléments de la dépense autonome (comme la dépense publique) l'économie peut dépasser la crise économique
1. La dépense
autonome doit augmenter
2. L'augmentation de la dépense et l'effet multiplicateur stimulent la réprise économique
L'augmentation de la dépense totale est réprésentee par un choc de demande positive sur le modèle demande globale et offre globale.
La proposition de Keynes fonctionne seulement dans les écarts récessionistes.
Si la demande globale augment au-delà du PIB potentiel la critique keynesiene (salaire et prix rigides à la baisse) n'est plus valable.
ATTENTION!!!
Le PIB est supérieur au PIB potentiel
Le chomage est inferieur au chomage naturel
Les salaires ne sont plus rigides et ils vont augmenter.
1

Les profits des producteurs vont diminuer
La courb OGCT retourne à l'équilibre de long terme.
2
Le choc de demande positive va provoquer une augmentation des prix à long terme.
3
Voila!!! un resumé des plus de 70 ans de théorie économique et les points de vue de deux écoles de pensée: La pensée classique et la pensée Keynesienne
Voici une parodie de cette débat économique et ses réprésentants les plus connus:

John Maynard Keynes et l'économiste classique
F.A. Hayek

En divisant par Q on obtient:
Profit par unité = Prix par unité - coûts par unité.
Profit = Quantité X Prix par unité - coûts de production
MAIS...
0
Revenu disponible
EQUILIBRE KEYNESIEN
Y*=
Si la loi de say est accomplie, la dépense doit être égale au revenu (tout le monde dépense son revenu):

Revenu = C + I + X - M
Pour faire les choses plus faciles, on va supposer que X=M,
alors X-M=0

Revenu = C + I
On passe la consommation à l'autre côté de l'équation

Revenu - C = I
P
C
G
(la dépense du gouvernement elle est autonome)
G
Deux extensions
intéressants du modèle

Alors il décide de critiquer le modèle classique dans deux aspects essentiels.
Au contraire, l'école de pensée classique dit que l'épargne et égal à l'investissement car le taux d'intérêt peut coordonner leurs décisions
Y*=
D
0
1-(1-t)PmD
Full transcript