Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

La Marche Neurologique

No description
by

Camille Gattin

on 7 December 2012

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La Marche Neurologique

Atteinte Centrale Un phénomène sensitivo-moteur
et cognitif La Marche Neurologique Atteintes Périphériques 1) La claudication
Il s’agit d’une usure prématurée du cartilage articulaire ( = arthrose). Celle-ci peut provenir d’un cas d’obésité, de contraintes articulaires importants, de facteurs héréditaires ou hormonaux, de sédentarité excessive ou bien d’hyper-sollicitation articulaire.
La claudication  une raideur du membre inférieur, une décharge du membre atteint ainsi que de douleurs vives à l’articulation concernée.
Genou et hanche + + +

Les tests sont : Timed get up and go
Test des 6 minutes
Test de Tinetti Orthopédique Test : Romberg mais danse des tendons
Levée d’une chaise difficile
Test talon-genou : + (dysmétrie)
Test de station unipodale : difficile
Rot pendulaires
Accroupissement : sans décoller les talons (asynergie = perturbation dans l’association de mouvements élémentaires dans l’exécution d’un acte.) Atteinte cérébelleuse (ataxie cérébelleuse) ou démarche ébrieuse


Du mal à rester debout, instable. ( MAIS occlusion des yeux n’augmente pas l’instabilité.)
A la marche, progression en décrivant des courbes alternativement à droite et à gauche en zigzaguant, les jambes écartées (polygone de sustentation ↗), bras en ABD. Le sujet se penche doucement du côté où il dévie. On remarque une ataxie suivie de mouvements correctifs dysmétriques ainsi qu’un claquement du talon sur le sol distinctif.
Le demi-tour est instable.
Lorsque les oscillations du corps autour de la position d’équilibre sont plus marquées au cours de la progression de la marche, le cérébelleux titube, réalisant la démarche ébrieuse. Centrale > Cervelet Démarche hyperkinétique de la Chorée de Huntington ou Danse de Saint Guy

Atteinte des ganglions de base.
Caractère brusque, ample, variable et illogique, s’extériorise à la marche. La déambulation est rendu difficile par les mouvements anormaux qui donnent un aspect dansant.
La marche est en zigzag et demi-tour instable et difficile. Centrale > Système Extra-Pyramidale Tests spécifiques aux atteintes pyramidales :
Le saut sur un pied (permet de révéler une spasticité discrète)
Test du clonus achilléen inépuisable
Test de Babinsky
Signe en lame de canif
Test des réflexes ostéotendineux Atteinte centrale Origine psychogène
Marche du dépressif
La personne dépressive peut avoir une longueur de pas raccourcie et un cycle de marche perturbé. Psychogène 2) La claudication intermittente
Il s’agit de lésion des artères avec dépôts de plaques d’athérome (= artérite oblitérant des membres inférieurs). Cela est causé par de l’HTA, le tabac, la sédentarité excessive, l’hypercholestérolémie, le stress et certaines facteurs héréditaires.
Crampe au mollet qui oblige à stopper la marche.

prise de pouls : fémoral, poplité, tibial postérieur, pédieux, capillaire
Test get up and go
Test des 6 min de marche Orthopédique
Elle est due principalement au vieillissement. Marche : pathologique, Vieillissement : normal.
La démyélinisation, la diminution de l’acuité visuelle ainsi que la diminution du nombre de fibres musculaires rapides sont les principales causes de cette démarche. On retrouve également un ralentissement de l’intégration des afférences ainsi qu’un déficit de mémoire motrice et une dégénérescence ostéo-articulaire.
Le patient souffre de diminution de la sensibilité, de la force musculaire ainsi que la capacité de résolution des conflits sensoriels.
La démarche se caractérise par : une flexion du tronc, une vitesse de marche, une longueur et une hauteur de pas plus faibles. Le ballant des bras est moins marqué.
Le polygone de sustentation + durée du double appui ↗

Test : Réalisation simultanée d’une double tâche autogérée de Lundin-Olson
Test de station unipodale : si + : facteur prédictif de chute
Timed get up and go
Test de Tinetti
Test moteur minimum Mixte Démarche pseudo-ébrieuse ou en Zig-Zag
Atteinte périphérique : nerf vestibulaire, labyrinthe
Atteinte centrale : noyaux vestibulaires et des voies afférents.
Cela provoque une ataxie vestibulaire. Elle se remarque par une déviation du côté de l’atteinte puis retour à la ligne médiane. Le polygone de sustentation est augmenté. Le patient ressent une sensation d’instabilité accompagnée de vertiges voire de nausées et de vomissements.

Test : Romberg +
Déviation des index : déviation du côté atteint si atteinte P. Multidirectionnelle si atteinte C.
Test de Fukuda +
Test du funambule +
Test de Babinski-Weill : marche en étoile (atteinte périphérique), oscillations, marche ataxique (atteinte centrale). Mixte Marche avec Steppage Marche avec Pseudo-steppage

 
 
Test actif : impossibilité de fléchir la cuisse sur le ventre et de tendre la jambe.
Abolition du réflexe rotulien
Périphérique > Marche avec atteinte périphérique du plexus lombaire : Ou Dandinant, en Roi de Comédie
Atteintes des fibres musculaires des muscles proximaux de la racine des membres inférieurs.
Le patient est en hyperlordose et rotation du bassin, la marche est qualifiée de dandinante (ou en Roi de comédie) en canard à cause d’un affaissement de la hanche côté opposé à la jambe d’appui à chaque pas.
Le patient utilise la manœuvre de Gowers pour se lever : soit une projection du tronc en avant et un redressement grâce à un appui et une poussée des mains sur ses genoux.
Etiologie : génétique, héréditaire, inflammatoire, métabolique et infectieuses.

ROT normaux
Signe de Gowers +
Signe de Tredelenbourg +
Difficultés à se lever d’une chaise, à monter les escaliers et lever les bras. Périphérique > Myopathe Démarche apraxique

Elle apparaît en cas de lésion bilatérale du cortex frontal. Seule la marche est affectée, non la motricité.
Elle peut avoir pour cause : la prématurité, une tumeur cérébrale, un AVC, etc…

L’initiation à la marche est difficile et le patient ne dispose plus convenablement de ses membres inférieurs, ne « sait plus comment faire » pour marcher. On observe une tendance à la rétropulsion et des troubles de l’équilibre. La marche est parfois impossible et on voit souvent de l’astasie ( =). impossibilité de maintenir la station debout et de marcher, en l'absence de paralysie et sans qu'existent des troubles du tonus et de la sensibilité profonde ou des troubles cérébelleux

Test : musculaire  pas de déficit de la force Centrale > Cortex préfrontal Démarche du parkinsonien ou Festinante
Troubles de l’équilibre et mauvaise adaptation posturale.

Tests :
Echelle UPDRS  Echelle de Hoehn et Yahr Centrale > Système Extra-Pyramidale  
 
 
Lors de diminution de la lumière ou l’occlusion des yeux : déséquilibre, risque de chute.
Romberg+  
Epreuve talon-genou : incoordination
Signe de Lhermitte + (syndrome cordonnal post.) Centrale > Système Pyramidale Démarche spasmodique du paraplégique
Présentation variable selon l’intensité des troubles :
Claudication intermittente d’origine médullaire = déficit moteur non douloureux des MI qui n’apparaît qu’après un certain temps de marche.
Dans la démarche spastique : les pieds ne quittent plus le sol qu’ils raclent en varus équin. Centrale > Système Pyramidale Démarche de l’hémiplégique ou En fauchant.
La contracture et la paralysie des muscles du Membre inférieur  description d’un arc de cercle à concavité interne, le mouvement partant de la hanche.
La cadence, la vitesse, la longueur et le ballant des bras ↘
le double appui ↗
Les pieds sont en varus équin : ils raclent le sol par la pointe et le bord externe.
Le ballant des bras disparaît et le pas ne se déroule pas correctement. On remarque également la présence d’un clonus achilléen.
Lors d’une atteinte bilatérale on remarque : une augmentation du tonus, une hyperréflexie et un réflexe de Babinski bilatéral.
Le sautillement sur un pied est impossible. Centrale > Système Pyramidale La Marche Neurologique Dissociation entre la gêne observée à la marche et celle beaucoup plus réduite dans les épreuves qui devraient au contraire aggraver le trouble en cas d’atteintes organiques. Psychogène Marche précautionneuse

Caractérisée par un léger déséquilibre, un discret élargissement du polygone de sustentation, un raccourcissement des pas et un ralentissement de la marche.
fréquemment rencontrée chez les personnes âgées, démarche prudente liée à une anxiété apparue à la suite de chute et pouvant conduite à une véritable stasobasophobie. Psychogène Démarche de l’hémiparétique ou Digitigrade Bilatérale

Atteinte bilatérale des faisceaux pyramidaux, se produisant lors de SLA, AVC ou SEP. Elle touche la motricité volontaire.
Les signes sont : pieds en équin, triple extension des MI et appui sur la face plantaire des orteils.

Test : Babinski +
ROT ↗
Réflexes cutanés abdominaux abolis
Sautillement sur place : + Centrale > Système Pyramidale Démarche de l’hémiplégique ou En fauchant.
La contracture et la paralysie des muscles du Membre inférieur  description d’un arc de cercle à concavité interne, le mouvement partant de la hanche.
La cadence, la vitesse, la longueur et le ballant des bras ↘
le double appui ↗
Les pieds sont en varus équin : ils raclent le sol par la pointe et le bord externe.
Le ballant des bras disparaît et le pas ne se déroule pas correctement. On remarque également la présence d’un clonus achilléen.
Lors d’une atteinte bilatérale on remarque : une augmentation du tonus, une hyperréflexie et un réflexe de Babinski bilatéral.
Le sautillement sur un pied est impossible. Centrale > Système Pyramidale Démarche de l’hémiparétique ou Digitigrade Bilatérale

Atteinte bilatérale des faisceaux pyramidaux, se produisant lors de SLA, AVC ou SEP. Elle touche la motricité volontaire.
Les signes sont : pieds en équin, triple extension des MI et appui sur la face plantaire des orteils.

Test : Babinski +
ROT ↗
Réflexes cutanés abdominaux abolis
Sautillement sur place : + Centrale > Système Pyramidale Démarche spasmodique du paraplégique
Présentation variable selon l’intensité des troubles :
Claudication intermittente d’origine médullaire = déficit moteur non douloureux des MI qui n’apparaît qu’après un certain temps de marche.
Dans la démarche spastique : les pieds ne quittent plus le sol qu’ils raclent en varus équin. Centrale > Système Pyramidale
Full transcript