Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

le mode de vie dans les années 1900

No description
by

chris herbert

on 4 January 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of le mode de vie dans les années 1900

Par Christophe Herbert Le mode de vie au Québec dans les années 1900 Le mode de vie Le mode de vie du Québec dans les années 1900 était extrêmement différent de celui d’aujourd’hui! Les Emplois commun. Dans les années 1900, la majorité de la population au Québec étaient fermiers et faisait du labour très difficile comme métiers. Dans un homme et son péché, nous avons aussi vu le métier et le point de vue d’un usurier. Le Statut de la femme La vie était beaucoup plus difficile dans les années 1900 et le mode de vie était complètement différent! En tant que mode de vie il y a le statut de la femme, le pouvoir des hommes, les emplois commun, et les formalités de l’époque. L’électricité n’est venu au Québec que dans les années 1930! Avant que les machines motorisées sont produite, les fermiers faisait tout à la main ou avec leurs cheval. Voici une vielle machine qui était tirée par un cheval. Les ‘’paysans’’ (c’est-à-dire les fermiers) en début des années 1900 travaillaient des très longues heures pour semée, maintenir et récolter leurs champs. Souvent ils travaillaient plus de 12 heures par jour pour le bien de leurs champs et ils devaient aussi prendre soin de leurs animaux. Ce travaillent fort étaient certainement plus difficile dans le début du siècle car les fermiers n’avaient pas accès aux outils moderne et automatisée. Les usuriers font leur argent en prêtant leur argent au villageois des alentours a taux excessif. La deuxième étapes d'un usurier La troisième étape d'un usurier Les étapes des usuriers Les usuriers sont généralement des avares, ils sont comme des banquiers et prennent le soin de garder compte de leur argent. La première étape d'un usurier D'autre emploi commun durant le début du siècle sont: les mineurs, les draveurs et les bûcherons. De plus, il existait toujours des beurriers, des laitiers et des bouchers dans les villages. Les usuriers Ensuite, l'usurier choisi une sorte de garanti de son prêteur qui est de plus grande valeur et qu'il, l'usurier, retournera au prêteur si celui-ci repaye l'usurier a temps. Cette étape sert a garantir que l'usurier ne perd pas d'argent. Pour finalisé la transaction, l'usurier fait signer le contrat a l'emprunteur et va chercher l'argent. Ensuite, il attend sont profit et continu ses étapes avec d'autre personne. Les usuriers étaient tres commun dans les années 1900 au Québec car il n'y avait pas toujours de banque dans les petit villages et pour se rendre a la banque il fallait souvent faire un voyage pour s'y rendre. Comme il n'y avait pas de voiture ou de route directe comme nous avons aujourd'hui, les voyages de quelque jour a cheval n'étaient pas amusant ou même une option pour certain. D'abord, les villageois cherchaient souvent des usuriers a la place de banque pour se procurer de l'argent. Avant les années 1900, les femmes n’avaient pas beaucoup de droits et de liberté au Canada mais, grâce à une chaîne d’évènements, les femmes au Canada ont progressivement gagné leur liberté et égalité avec les hommes. Au début des années 1900, les femmes était celle qui faisait tout dans leur maison, elle nettoyait, trairait les vaches et cuisinait. Elles n’avaient pas le droit de vote jusqu’en années 1918. Cependant, dans plusieurs petite communauté conservatrice au Québec, les femmes n’avaient pas le droit de vote jusqu’en 1940. De plus, les femmes n’avaient pas le droit à une éducation pour très longtemps au Québec. Les femmes avaient rarement des emplois et n’avait pas beaucoup de pouvoir dans les décisions de famille. Même si le gouvernement adopta des nouvelles lois, elles prenaient de fois des années avant d'être accepte dans les petites communauté. Voici trois femmes de drummondville qui prépare le foin pour les bêtes. Ici, une maison ancienne comme celle dans un village ou d'un fermier riche. Les formalité de l'époque Par exemple:
Dans les années 1900, l'église jouait un rôle très important dans la vie des Québécois et ceux qui n'y allait pas était souvent exclus de leurs communauté.
De plus, les pères choisissait ou au moins confirmait les mariages de leur filles, et, s'il ne donnaient pas le consentement mais le mariage passait encore, ils désavouaient leur filles.
Une autre formalité commune était le mariage avec deux individu dont l'âge était très différent. Comme nous l'avons vu dans un homme et son péché avec Donalda de 20 ans et Séraphin qui en avait 40! Dans les années 1900 au Québec, la majeure partie des formalités était basée sur la tradition. Voici une église comme celle des années 1900. D'autre formalité de l'époque était la chasse et le travail. Dans ces années, presque tout les hommes fesait la chasse et c'était toujours l'homme qui travaillait. Cepandant, ceci a changer quand le temp de guerre était arrivé. Dans le temp de guerre, les femmes étaient surtout celles qui travaillaient en usine et c'est cela qui a introduit les femmes dans les milieux de
travail. Le pouvoir de l'homme J'ai déja expliquer que les hommes avaient beaucoup de pouvoir dans le début des années 1900. Cependant, je vais continuer en expliquant que ce pouvoir étaient surtout basé sur la tradition. Dans les années 1800, les hommes étaient vraiment les seuls qui étaient partie de la communauté. Défois, les hommes ne permettaient même pas a leur femmes de sortir pour aller à l'église! Pour conclure Nous sommes très chanceux en Ontario de ces jours. Nos condition de vie sont exponentiellement meilleur et nous permettent de vivre une vie beaucoup plus agréable qu'auparavant.
Full transcript