Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Le premier voyage de Christophe Colomb

5ème
by

B. DIDIER

on 13 May 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Le premier voyage de Christophe Colomb

1451.
Cristoforo Colombo, alias Christophe Colomb, naît à Gênes en Italie. Ce fils de tisserand choisira très tôt une vie de marin.

1480.
Colomb étudie les sciences, la navigation, la cartographie, la cosmographie. Il commence à imaginer pouvoir se rendre aux Indes en traversant l'océan Atlantique. Il lui reste à convaincre les souverains espagnols ou portugais de soutenir son projet, tâche qui se révélera ardue.

1484.
Christophe Colomb expose son projet à une commission de spécialistes madaté par le roi Jean II de Portugal. Après avis négatif de la commission, le roi refuse.

1492.
Les Rois Catholiques d'Espagne, convaincus par les arguments de Christophe Colomb, acceptent de financer son projet de traverser l'océan Atlantique.
Îles Canaries
Récit de l'historien Oviedo

"Sortant donc du port de Palos par la rivière de Saltes, il entra en la mer Océane avec trois navires, armés et bien munis, donnant commencement au premier voyage et découvrement de ces Indes, le vendredi troisième d'Août 1492, et il commença à mettre en effet cette chose si mémorable et inspirée de Dieu, de laquelle il voulait faire cet homme arbitre et ministre. Or de ces trois navires, la Galléga (Santa Maria) était le maître, en lequel était Colomb. Et l'un des deux autres s'appelait la Pinta, de laquelle Martin Alphonse Pinzon était capitaine, et l'autre se nommait la Niña, de laquelle était le capitaine François Martin Pinzon"
16 septembre 1492
Ce jour-là, les marins commencèrent à voir de grands amas d'herbe verte (...) En voyant de loin toutes ces herbes flottantes, ils avaient peur de rencontrer des rochers ou des terres recouvertes par la mer.
24 septembre 1492

Plus les jours passent, plus la peur des marins
grandit ainsi que les murmures.
10 octobre 1492
Navigation sud-sud-ouest. Les hommes se plaignent de la longueur du voyage. Je les réconforte
en leur rappelant les profits qu'ils en attendent.
7 octobre 1492
On vit passer un grand nombre d'oiseaux qui se rendaient quelque part au sud-ouest. (...) L'Amiral décida d'abandonner la route de l'ouest et de mettre le cap à l'ouest sud-ouest.
San Salvador (Bahamas)
21 octobre 1492.
Je suis parti pour une grande île qui doit être Cipangu (Japon) d'après ce que m'en disent les Indiens qui l'appellent Colba (Cuba). Ils disent qu'elle est très étendue, bien pourvue de perles, d'or et d'épices. Ensuite mon désir est d'aller à la terre ferme et de donner au grand Khan les lettres de Vos Majestés et de ramener sa réponse.
Cuba
Haïti
Lisbonne
Gênes
Palos
Départ de Christophe Colomb de Palos, toile du frèreFrancesco Bejarano
Les caravelles désignent de petits voiliers de 40 à 60 tonneaux (mesure de capacité), avec un équipage d'une vingtaine d'hommes qui dorment sur l'unique pont supérieur, coupé et surélevé.
Elles dérivent d'un navire de charge de la côte de l'Algarve, au sud du Portugal, qui remontait bien au vent (=aller contre le vent) grâce à ses trois voiles triangulaires dites «latines». Les Portugais améliorent peu à peu ce navire dès le XIIe siècle en lui ajoutant les voiles du mât de misaine (à l'avant) et les voiles du grand mât, de forme carrée, ainsi que la voile d'artimon, toujours triangulaire.
Ils lui permettent de remonter au vent et le rendent ainsi plus propice à la navigation hauturière (de haute mer).
12 octobre 1492
La terre (San Salvador) paraît à deux heures du matin. Au matin, je débarque avec la bannière royale et j'en prends possesion au nom du Roi et de la Reine. (...) Alors nous vîmes des gens nus (...) très dépourvus de tout; ils n'ont pas de fer. Je crois qu'ils se feraient aisément chrétiens, car il m'a paru qu'ils n'étaient d'aucune religion. (...) J'étais très attentif et m'employais à savoir s'il y avait de l'or. (...) A force de signes, je pus comprendre qu'au sud était un roi qui en avait énormément.
9 septembre 1492
A 3 heures, le vent de nord-est se lève et je prends ma route cap à l'ouest
En cette année 1492, après que vos Altesses eurent mis fin à la guerre contre les Maures en la très grande cité de Grenade, elles pensèrent, m’envoyer aux Indes. Elles m’ordonnèrent d’emprunter la route de l’ouest, m’anoblirent et décidèrent que je serai grand amiral de la flotte océane et vice-roi des terres découvertes et à découvrir. Je quittai le port de Palos.
Journal de C.Colomb
12 novembre 1492.

Je fis prendre six jeunes gens et six femmes pour les conduire devant les Rois Catholiques, leur faire apprendre notre langue (...) et qu'au retour, ils puissent servir d'interprètes aux chrétiens et aider à amener dans le pays nos coutumes et notre religion.
16 décembre 1492.
Que vos Altesses veuillent croire que les terres sont bonnes et fertiles, spécialement celles de cette île Hispaniola (Haïti). Et qu'elles veuillent croire que cette île et les autres îles proches sont à elles, tout autant que la Castille, et qu'il suffit de s'y établir. Les Indiens n'ont pas d'armes et sont si peureux qu'à mille, ils n'oseraient pas combattre trois des nôtres. Ils sont donc propres à être commandés et à ce qu'on les fassent travailler. Vos Altesses auront la grande joie d'en avoir fait des chrétiens.
14 février 1493

Cette nuit, le vent augmenta encore et les vagues étaient épouvantables. Allant l’une contre l’autre, elles se heurtaient, embarrassaient en se brisant sur lui la marche du navire qui ne pouvait avancer
Carte-portulan de Christophe Colomb
Trajet retour
Trajet aller
Carte carte en "TO": la vision du monde à l'époque de Christophe Colomb
Un sextant
Une boussole
Un sablier
4 mars: Arrivée à LisbonneDe tout Lisbonne, la population se précipite pour voir les Indiens que celui-ci a ramenés à son bord.
Full transcript