Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Analyse des personnages

René
by

Sara Agenjo Aguilar

on 24 November 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Analyse des personnages

ANALYSE DES PERSONNAGES
LES INTERLOCUTEURS
-
Père Souël
: Il est un missionnaire. Le P.Souël, pendant son évaluation personnelle du récit raconté par René, se met du côté de la
société
et il montre une conduite rigide qui condamne le comportement de celui-ci. Même si le vieillard indien a de la compassion pour le jeune homme européen, il devient
l’élément symbolique de la société qui l’opprime
.
À travers ce personnage Chateaubriand laisse entrevoir ses propres opinions personnelles, qui paraissent être contraires à celles de René.
-
Chactas
: Il appartient à la tribu des Natchez. On se dirige aussi à lui sous le nom de Sachem l’aveugle, dont le surnom désigne une position puissante dans les fonctions de chef de la tribu. René le considère comme son père adoptif. Sa leçon morale est métaphorique, il compare la vie avec un ruisseau, le Meschacebé :
LES PERSONNAGES PRINCIPAUX
RENÉ :
Il est avant tout un
héros moderne
, d’un
style nouveau
, décrit comme un jeune homme
sensible, solitaire et amoureux de la nature
. Il est au centre de l’œuvre ; il remet en cause les valeurs et les idées reçues dès sa naissance et critique la vie sociale en faveur de l’
individu avec un caractère propre
.
AMÉLIE
Elle est la sœur aînée de René. Elle est tombée amoureuse de lui, mais ce sentiment se trouve caché, même s’il expérimente le même sentiment vers elle.

« Dieu de miséricorde, fais que je ne me relève jamais de cette couche funèbre, et comble de tes biens un frère qui n’a point partagé ma criminelle passion ! »

Elle décide de s’enfermer dans un couvent, en attendant que la vie religieuse la sauve de cet amour interdit.

« Rien, dit-il au frère d’Amélie, rien ne mérite, dans cette histoire, la pitié qu’on vous montre ici. Je vois un jeune homme entêté de chimères, à qui tout déplaît, et qui s’est soustrait aux charges de la société pour se livrer à d’inutiles rêveries. On n’est point, monsieur, un homme supérieur parce qu’on aperçoit le monde sous un jour odieux. On ne hait les hommes et la vie, que faute de voir assez loin. » (p.180)
« Un jour le Meschacebé, encore assez près de sa source, se lassa de n’être qu’un limpide ruisseau. Il demande des neiges aux montagnes, des eaux aux torrents, des pluies aux tempêtes, il franchit ses rives, et désole ses bords charmants. L’orgueilleux ruisseau s’applaudit d’abord de sa puissance ; mais voyant que tout devenait désert sur son passage ; qu’il coulait, abandonné dans la solitude ; que ses eaux étaient toujours troublées, il regretta l’humble lit que lui avait creusé la nature, les oiseaux, les fleurs, les arbres et les ruisseaux, jadis modestes compagnons de son paisible cours. » (p. 182)
René recueille toutes les caractéristiques propres du héros, dorénavant appelé romantique. Il est dit le premier personnage préromantique en France.
Il est un être qui se
définit par ses émotions
, non par sa raison ou ses actions ; il est dominé par ses états d’âme.
"l’homme civilisé qui s’est fait sauvage"
CARACTÈRE DE RENÉ
SOLITUDE: « La solitude absolue, le spectacle de la nature, me plongèrent bientôt dans un état presque impossible à décrire. Sans parents, sans amis, pour ainsi dire seul sur la terre, n’ayant point dance de vie […] » (p.157)
L'INCONSTANCE: « Tour à tour bruyant et joyeux, silencieux et triste » (p. 144)
« On m’accuse d’avoir des goûts inconstants, de ne pouvoir jouir longtemps de la même chimère, d’être la proie d’une imagination qui se hâte d’arriver aux fonds de mes plaisirs, comme si elle était accablée de leur durée. » (p.157)

MALHEUREUX:
« Je me trouvai bientôt plus isolé dans ma patrie que je ne l’avais été sur une terre étrangère. Je voulus me jeter pendant quelque temps dans un monde qui ne me disait rien et qui ne m’entendait pas. » (p.154)
MISANTHROPE:
« Je trouvai d’abord assez de plaisir dans cette vie obscure et indépendante. Inconnu, je me mêlais à la foule : vaste désert d’hommes ! » (p.155)
MÉLANCOLIQUE:
« Tout se trouve dans les rêveries enchantées où nous plongent le bruit de la cloche natale : religion, famille, patrie, et les berceaux et la tombe, et le passé et l’avenir. » (p. 145)
SENSIBLE:
« J’ai coûté la vie à ma mère en venant au monde ; […]. Pour moi, livré de bonne heure à des mains étrangères, je fus élevé loin du toit paternel. » (p. 143)
SANS-GÊNE:
« […] je sentis qu’elle devait venir d’une autre source, et, dans une sainte douleur, qui approchait de la joie, j’espérai me joindre un jour à l’esprit de mon père. » (p. 146)
VOYAGEUR:
« Soit inconstance naturelle, soit préjugé contre la vie monastique, je changeai mes desseins, je me résolus à voyager. » (p.148)
DÉSESPÉRÉ, ANGOISSÉ:
« Tout m’échappait à la fois, l’amitié, le monde, la retraite. J’avais essayé de tout, et tout m’avait été fatal. Repoussé par la société, abandonné d’Amélie quand la solitude vint à me manquer, que me restait-il ? C’était la dernière planche sur laquelle j’avais espéré me sauver, et je la sentais encore s’enfoncer dans l’abîme ! » (p.161)

« Décidé que j’étais à
me débarrasser du poids de la vie
, je résolus de mettre toute ma raison dans cet acte insensé. Rien ne me pressait ; je ne fixai point le moment du départ, afin de savourer à longs traits les derniers moments de l’existence et de recueillir toutes mes forces, à l’exemple d’un ancien, pour sentir mon âme s’échapper. » (p.161)
Full transcript