Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

URBANISME MUSULMAN

No description
by

mayssa jannene

on 12 January 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of URBANISME MUSULMAN

URBANISME MUSULMAN
sommaire
1-Introduction
2- Naissance de l’architecture arabe musulman:
3- Le code social et spatiale de l’architecture traditionnel (arabo musulman)
4- l’urbanisation des villes islamique ancienne
5-évolution de l’urbanisation des villes musulmane
6-la période moderne
7-urbanisation contemporaine

Introduction
De l'Espagne jusqu'a l'Afghanistan ,des limites e l'Occident jusqu'a l'Extrême-Orient, les villes Islamiques s'est développé sur très vastes territoire et évolue par le temps
naissance de l architecture arabo musulman
La ville arabo- islamique était née suite aux "foutouhat islamiques" (El foutouhat El- islamia.
Au cours d’une expansion sans précédant dans l’histoire de l’humanité, l’islam s’est diffusé à travers le monde; englobant progressivement une aire géographique comprise entre l’Asie centrale et le continent Indien, à l’est, et l’Espagne et le Maroc, à l’ouest.
Les arabes ont ainsi rencontré toutes sortes de techniques et de pratiques architecturales intégrées et mises au service d’un ordre social et religieux nouveau.

Les cités arabo musulmanes portent la trace de l’interprétation de plusieurs époques et civilisations. Elles ont subi, parfois profondément, l’influence des techniques et des particularismes locaux.

Le code social et spatiale de l’architecture traditionnel (arabo musulman)
5-évolution de l’urbanisation des villes musulmane
L’exclusion des étrangers résulte à la fois:-du principe d’introversion familial et de la structuration en quartiers homogènes, d'ou l’apparition de bâtiments réservés aux voyageurs et aux marchands, lieux de passage et d’entrepôts. Leur implantation se rapproche des souks, des bazars et des portes de la ville.
4- l’urbanisation des villes islamique ancienne
6-la période moderne
conclusion
Le tissu urbain traditionnel d’une
médina se définit par une forte densité et des rues tortueuses et
relativement étroites, selon un parcellaire très ancien. Généralement,
le premier noyau des villes remonte au Moyen-âge, La médina est
traversée par des rues principales reliant les différentes portes
entre elles.
Leur plan est concentrique avec autour de la mosquée, les souks puis au-delà les espaces résidentiels où les habitations sont organisées autour d’une cour intérieure.Enfin, les quartiers y sont souvent compartimentés par ethnies, religions…

L’importance d’une codification de la pratique des espaces urbains conduit à une parfaite opposition entre espace public et espace privé.-Une forte tendance à la ségrégation spatiale en quartiers homogènes, disposant d’équipements de proximité (mosquée, hammam, commerces).-Cette homogénéité s’est constituée sur une base religieuse (musulmans, juifs, chrétiens) ethniques (arméniens, kurdes) beaucoup plus que sur des clivages sociaux.
Tous les éléments du bâti –les maisons, les palais, les édifices publics- forment une série d’enceintes, où les bâtiments s’ouvrent sur l’espace intérieur et non sur l’extérieur

Les caractères communs de l’urbanisation des villes musulmane ancienne
Les invariants de la ville islamique ancienne
chaque élément des villes islamiques , il est possible de trouver dans autres villes . comme dans les villes médiévales européennes un mosquée correspond a une cathédrale . aussi Le tracé régulier des rues principales des villes islamiques était déjà chez les Romains, le labyrinthe des impasses est un héritage mésopotamien. L 'habitat enclos est présent dès Babylone, et dans le Caire fatimide, de hautes maisons fenêtres extérieures étaient à la mode. -Le souk lui-même ne semble pas être une innovation musulmane et la même organisation se retrouvait déjà dans l'Empire Byzantin
L’ expansion des villes musulmane demande des travaux gigantesques et très couteux, donc les musulmans procéder au construction des quartiers résolument nouveaux, a l’extérieur de la ville ancienne, laquelle ne fait l’objet que de transformations. C’est ainsi que des villes doubles surgissent un peu partout dans la seconde moitié du XIXe siècle, au Caire a Alep ou Tunis... Les villes neuves prennent une tournure résolument européenne, surtout avec la colonisation et l’installation d’étrangers, la systématisation des plans en damier et la construction, le long de rues tracées au cordeau, d’immeubles collectifs et de villas l’occidentale. A partir de cette époque, dans la ville neuve se concentrent les activités économiques et politiques tandis que dans la ville ancienne se maintiennent les activités artisanales en déclin. Les populations qui les habitent sont tout aussi différentes
Au Moyen-Orient sont fondées tour a tour Basra, Kufa, puis Fustat, qui sera le point de départ de l'agglomération du Caire. Dans l’Occident musulman, un même souci de controler les espaces conquis fait se multiplier les villes. Le premier campement permanent arabe est, en 670, Kairouan. Le mouvement progresse ensuite vers l’Ouest avec la création de Biskra, Fès, Meknès, enfin Marrakech en 1070. La grande mosquée située au centre de la cité, l’intersection de deux grandes artères principales, constitue un des pôles essentiels de la ville, a partir duquel l'ensemble du réseau urbain s’organise a proximité de la mosquée se trouve aussi la madrasa , institution destinée a l’enseignement et l’hébergement des étudiants ainsi que l’hôpital qui, outre les soins dispensés aux malades, diffuse le savoir et contribue au développement de la médecine. Le souk est semble-t-il la véritable innovation de la période médiévale dans le monde arabo-islamique. Lieu d’échange et de production au niveau local, il assume aussi le rôle de place de négoce et d’échange international.
Dans la première se concentrent les étrangers et des habitants originaires du pays mais vivant a l’occidentale et disposant de revenus élevées ; la seconde abrite une population en cours d’appauvrissement. Cette évolution s’est poursuivie au point qu’actuellement il n’est plus question de villes doubles. Les villes anciennes, devenues des mégapoles, sont divisées selon des critères de différenciation sociale : quartiers chics/quartiers populaires, quartiers d’habitation/quartiers d’activité . La ville musulman participe au même titre que les autres villes de la planète l’éclatement du centre et l’émergence de l’anonymat. -La conquête arabe, qui débute en 634, s'accompagne de la fondation de nombreuses villes et du développement de cités anciennes comme Damas, Jérusalem ou Cordoue.
Malgré la grande diversité géographique de son épanouissement les villes musulmane traditionnelle, celle de la période classique - telle quelle s’est constituée, aux XI-XII Siècles et s’est maintenue jusqu’au XIX siècle avait des caractères communs aux villes du monde musulman et qui ne se retrouvent nulle part ailleurs dans le temps et l'espace.

Les villes se caractrisent par une forte structure spatiale, fondées sur l’existence d’un centre, puissamment organisé autour de la mosquée – université . C’est la que sont rassemblées les principales activités économiques urbaines les marchés spécialisés, caravansérails ou se tient le commerce de gros.
Les villes sont fragmentées en deux espaces séparés pas un mur d’enceinte un, espace intra-muros et un espace extra-muros contient des faubourgs, cimetières, marchés et un espace intra-muros aurait des caractéristiques bien précises et intangibles : la partie politique et militaire : la citadelle avec le palais du gouverneur et la ville civile, centre économique et religieux souks et mosquée avec tout un réseau de rues secondaires et d'impasses et des maisons fermées en forme d'enclos.
La période ottomane n’apporte pas de transformations fondamentales dans les villes arabes.
Les grands travaux urbains profitent à la capitale, Istanbul, qui devient au X V I Ie siècle une des plus grandes villes du monde. En revanche, l’unification territoriale favorise, au Moyen-Orient, le développement économique et les échanges entre les villes, qui gagnent en prospérité, tandis qu’au Maghreb, des villes de garnison voient le jour,
pour compléter le quadrillage administratif et militaire de l’Empire.
C’est à partir du X I Xe siècle qu’une politique de modernisation des villes s’élabore sur le modèle européen.
La volonté première des autorités est d’embellir les capitales, de les transformer en villes modernes et prestigieuses, à l’image de Londres, Paris ou Rome. Des institutions municipales nouvelles sont mises en place.
Le cœur des cités est percé de nouveaux axes qui
bouleversent leur physionomie traditionnelle.

Pendant la période coloniale, le processus d’urbanisation s’accélère, les bases de la planification sont posées.
Avec l’arrivée de nouvelles populations étrangères, une ville neuve, à l’européenne, vient doubler la ville ancienne.
Elle abrite une population à niveau de vie élevé et concentre les activités politiques et économiques.
À l’inverse, la médina conserve les activités traditionnelles, et sa population d'autochtones colonisés s’appauvrit.
Quelques exemples d’extension périphérique se développent avec l’apparition d’un habitat pavillonnaire agrémenté de plantations et d’espaces verts, appelé cité-jardin.
La colonisation de peuplement génère la création de villes nouvelles. En Algérie, un très grand nombre de centres urbains est édifié parallèlement
à la conquête du pays.

shema montre la filtration au niveau de la rue
Travail élaboré par :
Jannene Mayssa
Allani Wafa
Full transcript