Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Le bassin de Ghawar

No description
by

Greg Decamp

on 19 February 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Le bassin de Ghawar

Le Bassin Du Ghawar Description Du Ghawar Moyens de
découverte Sa composition Un champ pétrolifère remarquable Ce champ pétrolifère fut découvert en 1948 et commencé à être exploité en 1951. Il était à la base consitué de 5 zones différentes qui représente aujourd'hui 5 "réservoirs".
C'est le plus grand champ pétrolier au monde car il représente une surface de 280km de longueur sur 30km de largeur.
Aujourd'hui, 6% de la production mondiale de pétrole provient du Ghawar.
Cependant, le bassin ne comprend pas seulement du pétrole, mais aussi des ressources de gaz. Du plus ancien au plus récent; il y a tout d'abord le socle Précambrien qui détermine le relief avant la présence de sédiments. Puis, des sédiments provenant de l'ère Odrovicienne. On retrouve ensuite successivement des sédiments des époques Silurienne, Carbonifère, Permienne, Trias, Jurassique, Crétacé et Cénozoïque. C'est durant l'ère Jurassique que les roches ont le plus de teneur en matière organique (hanifa, une des roches organiques durant la periode Oxfordienne). Le réservoir du Ghawar est constitué de 3 roches.
Premièrement, la roche mère est le calcaire de la formation Hanifa. Elle est très riche en carbone organique. A cause de la température importante qu'il y a à ce niveau, cette roche à cuite et formée un fluide qui a peu à peu remonté vers le haut du bassin. Au cours de sa remontée, il s'est heurté à une roche impermeable et s'est donc retrouvée bloquée. Le fluide s'est donc aggloméré dans la roche poreuse qui se situe juste en dessous ce qui donna ce réservoir de pétrole. PLUS GRAND STOCK PÉTROLIER DU MONDE C'est l'étape du forage d'exploration qui seule permet de certifier la présence de pétrole. On perce la roche à l'aide d'un trépan. À terre, l'ensemble du matériel est manipulé à partir d'un mât de forage. En mer, l'appareil de forage doit être supporté au-dessus de l'eau par une plateforme métallique spécialement conçue. Le coût du forage d'exploration varie de 500 000 euros à terre, à 15 millions d'euros pour les puits en mer. Cette étape qui dure de 2 à 6 mois est la plus lourde dans le budget d'exploration : 60 % en moyenne. Vérification des hypothèses C'est la première étape, qui permet de repérer les zones sédimentaires méritant d'être étudiées (plissements, failles…). Les géologues utilisent des photographies aériennes et des images satellites puis vont sur le terrain examiner les affleurements. Ces derniers peuvent en effet renseigner sur la structure en profondeur. Ensuite l'analyse en laboratoire d'échantillons de roche prélevés permet de déterminer l'âge et la nature des sédiments afin de cerner les zones les plus prometteuses. Cette étape représente 5 % du budget consacré à la prospection. La géologie pétrolière ou l'observation de la surface L'exploration pétrolière commence par l'identification d'indices permettant de supposer où se trouve le pétrole et en quelle quantité. Géologue et géophysicien collaborent à cette enquête minutieuse à fort enjeu économique qui commence à la surface de la terre pour descendre vers le sous-sol. Son objectif : donner le maximum d'informations pour que les forages soient entrepris ensuite avec le maximum de chance de succès. Il s'agit essentiellement d'accumuler des données sismiques riches en informations, grâce à une sorte d'"échographie" du sous-sol ou "sismique réflexion". Ces données sont obtenues à l'aide de vibreurs pneumatiques (ou autres) qui génèrent de mini-ébranlements du sous-sol. Les signaux recueillis en surface sont traités par de puissants logiciels de calcul qui reconstituent l'image du sous-sol. Les pièges possibles mis en évidence sont classés selon leur probabilité d'existence et leur volume prévisionnel. Cette étape représente 15 % du budget consacré à la prospection. La géophysique ou l'étude des profondeurs DECAMP; DENECHEAU; CHEVALIER; CERISIER Dans l'Eau
Full transcript