Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Congrès des Actuaires / Euro-croissance

No description
by

Société Forsides Consulting

on 8 January 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Congrès des Actuaires / Euro-croissance

Forsides France
76 Rue de la victoire,
75009 Paris,
France

T : +33 (0)1 42 97 91 70
communication@forsides.fr

@ForsidesActuary
Forsides Actuary
FORSIDES Actuary
Congrès des actuaires
Euro-croissance

Le 20 juin 2014
Concept
Enjeux
Analyse ALM
Les Enseignements
Questions / Réponses
L'évolution du bilan actif / passif
Introduction au concept
Répartition des provisions
Les principes de l'euro croissance
Bilan comparé
Sensibilité à l'environnement financier :
Hausse des taux
Hausse des spreads
Le "market-timming"
Analyse sous l'angle ALM
Le cadre de l'allocation
Les principaux leviers de maîtrise des risques ALM
Besoin en capital sous solvabilité 2
ROE apparent : Première approche
La rentabilité assuré
Distribution de la valeur de part
Stratégie d'allocation
Sensibilité à l'allocation d'actif
Application d'une stratégie dynamique
Illustration de l'impact du mix produit
Hypothèses du produit euro
Comparaison euros / euros-croissance
Sensibilités aux chargements
Sensibilités aux chargements
Les principes de l'euro croissance
Le cantonnement des actifs
La comptabilisation des actifs en valeur de marché
La réduction des engagements de l'assureur : garantie au terme (et non à tout moment)
La création d'une provision de diversification (PD) et d'une provision de lissage
Les hypothèses
Courbe des taux : EIOPA 31/12/2013
Comparaison avec
un produit euro

Sensibilités
Le contexte
Les principales caractéristiques du marché français :
Un
cadre fiscal avantageux
décisif pour la collecte et la stabilité des encours
Une
aversion au risques
des assurés se traduisant par une faible proportion d’UC
Une
prédominance des réseaux de bancassurance


Pour le support Euros, une rémunération en
diminution tendancielle


Le support euro croissance, découlant du
rapport Berger Lefebvre
(avril 2013), est basé sur le principe des contrats eurodiversifiés.



Son objectif est de «
 mobiliser davantage les placements des Français
vers les produits longs et notamment vers les placements en actions
dans les petites et moyennes entreprises
 »

Pas d'impact sur la PM : 80 -> 80

La PD supporte l'intégralité du choc : 20 -> 10
Baisse de la PM compensant partiellement la hausse des taux

Atténuation de l'impact sur la PD (20 -> 17)
La PM de joue plus le rôle d'amortisseur (80 -> 80)

La PD supporte l'intégralité du choc (20 -> 10)
En fonction des garanties, les assurés auront une perception de la rentabilité et du risque très différente.
Mécanismes
&
Baisse des actions
Points d'actualité
Au lancement du produit, le niveau des taux a un impact majeur.

Le contexte de taux bas est doublement pénalisant pour l’euro-croissance :
Un faible rendement de l’actif :
Actif de diversification limité du fait d’une PD réduite
Actif obligataire avec un rendement bas
La concurrence du fonds euro qui resterait alors attractif.


Le lancement du produit peut avoir une incidence sur le portefeuille euro si la collecte se fait par transfert.
En cas de taux bas, les sorties accroissent le taux de richesse du fonds euro
À l’inverse, en cas de remontée des taux, si le portefeuille obligataire était en moins-values, le transfert massif pourrait engendrer des pertes en cas de cession d’actif.

Optimum pour un transfert Euro vers Euro croissance : une fenêtre d’opportunité serait celle survenant après une hausse modérée des taux.

est essentiel
Le projet de décret comprend de grands volets de dispositions :

La possibilité d’une garantie à terme à une échéance ≥ 8 ans et les modalités du cantonnement comptable par la création de comptabilités auxiliaires d’affectation ;

La création d’une provision de lissage et l’univers des actifs éligibles sera le même que celui de l’actif général si capital garanti est supérieur à un certain seuil ;

En cas de garantie ˂ 100 %, des informations supplémentaires sur la politique de placement de l’assureur seront également fournies à l’assuré et toute modification de la politique de l’assureur en la matière devra faire l’objet d’un avenant au contrat.

Les textes qui devraient sortir, fin juin/début juillet, fixeront les conditions et limites, notamment :
du taux d’actualisation
de la revalorisation des engagements exprimés en euros
de la conversion de parts de PD en PM
de la dotation / reprise de la provision de lissage et ses modalités
Les principaux leviers de
maîtrise des risques ALM
sont :

une
réduction du niveau de garantie
(pourcentage minimum de la prime versée au terme)
une
priorité à l’accroissement de la PD et à la dotation de la provision de lissage
une
durée d’engagement longue

une
réduction de la volatilité de l’actif



L’allocation d’actif n’est pas mécaniquement liée au passif
mais une inadéquation se traduirait sous S2 par un besoin en capital.
allocation de l’appétence se déclinant en limites opérationnelles -> définition d’un budget risque alloué au risque de marché



La conception du produit doit permettre de concilier les attentes
de l’assuré : un rendement attractif et un degré de sécurisation acceptable
de l’assureur : une rentabilité optimale au regard du besoin de fonds propres

Au passif
, les risques sont appréhendés dès la
conception du produi
t (mode de revalorisation, niveau d’engagement, durée, chargements, éventuelles options, …)

A l’actif
, en cas de hausse des marchés, une exposition au risque permet d’améliorer le rendement en raison du
cycle vertueux se traduisant par l’accroissement de la PD
et ainsi d’accroître la part de risque (dans la limite du budget risque).

En cours de vie,
nécessité d’ajuster l’actif pour maintenir l’adéquation actif passif
:
une allocation en lien avec la proportion de PD (mix produit) et de provision de lissage
une duration en lien avec celle du passif
un risque sur le portefeuille corporates du fait que le taux d’actualisation du passif est basé sur le TME
une politique de couverture

Les
principaux indicateurs ALM proposés pour définir l’allocation stratégique
sont :

Les tableaux ci-dessous présentent les éléments S2 et leur sensibilité aux taux d’intérêt pour deux niveaux d’engagement au terme (100% et 80%)

Pour un engagement au terme de 100%, le
besoin en capital est élevé
Une
importante sensibilité aux taux d’intérêt

Pour un engagement au terme de 80%, le produit est
autofinancé
Coût de la garantie faible

La composition du SCR est différente selon le niveau de garantie
Pour 100% :
risque marché 70%
/ risque de souscription 30%
Pour 80% : risque marché 15% /
risque de souscription 85%
:
permet un gain de diversification avec le fond Euros

Le ROE apparent correspond ici à la rémunération du capital initialement immobilisé (besoin en capital) et est ici défini comme la NAV rapportés au besoin en capital

Le graphique ci-dessous illustre le ROE apparent pour 2 produits examinés en solo
Produit 1 avec 100% d’engagement au terme
Produit 2 avec 80% d’engagement au terme

Compte-tenu du poids de l’obligataire, le bas niveau des taux est pénalisant.

La grille d’allocation est fixe au cours du temps, indépendante de l’évolution de la PD et PL

Une seule génération a été simulée

La différence entre les deux densités s’explique par les apports de fonds propres pour le produit à 100% d’engagement
Rendement espéré
Distribution du rendement :
Distribution de la performance de la part sur la durée du contrat
Stratégie d'allocation de type gestion à coussin
Annexe
Sensibilités du besoin en capital en fonction de l’allocation actions (10%, 20%, 30%) par diminution de la poche obligataire

Produit 1 :
100% engagement


Produit 2 :
80% engagement

Plus la part de produit 2 dans la composition augmente plus la prise de risque est possible.

Comparaison allocation cible vs allocation dynamique
Proportion provision de diversification = proportion actions
L’allocation dynamique permet de diminuer le besoin en capital et d’accroître le ROE apparent.
Pour le produit 1 : forte réduction de capital en contrepartie d’une baisse de rendement assurés
Pour le produit 2 : la prise de risque permise par l’accroissement de PD améliore le rendement assurés
Les caractéristiques des produits euros modélisés sont les suivantes :
Un support euro de durée viager sans PPE, ni réserve de capitalisation, ni plus values latentes
Hypothèses passif
Marge sur encours : 0,35%, avec :
Taux de chargement 1%
Taux de frais 0,65%
Âge 50 ans
Taux de rachat structurel 2%
Fonction de rachat dynamique : loi de rachat moyenne ACPR
Table TGH - TH0002
Taux de PB contractuel de 100% / fonction de taux de PB cible correspondant au maximum entre le taux 10 ans du scénario diminué d’une marge et le taux de l’année précédente également lissé

Hypothèses actif
20% actions
80% Obligations
70% obligations gouvernementales
30% obligations corporates AA
Extériorisation de 15% des PVL sur les actions et 5% sur OPCVM obligataire (lorsque ceci est réalisable)
Dividendes de 1%

Un support euro avec les mêmes hypothèses et 10% de « réserves latentes » des provisions techniques :
2% de PPE
2% de réserve de capitalisation
5% de plus values latentes obligataires
1% de plus values latentes actions

(*) Présenté à titre illustratif, d’autres indicateurs plus complet permettent de mieux appréhender la rentabilité.
Les chargements théoriques sont de 1,0%. Cependant, dans certains scénarios, ces chargements ne peuvent pas être prélevés car les produits financiers sont insuffisants.

L’objectif de cette partie de déterminer les fonds propres économiques des produits euros lorsque l’assureur prélève l’ensemble des chargements théoriques.
(*) La NAV a été recalculée en tenant compte des chargements théoriques

Les calculs * sont des proxys pour lesquels le SCR n’a pas été recalculé

La duration du produit avec réserve latente est plus importante

L’algorithme se décompose en deux étapes :
1. Calcul des conditions minimales de la garantie

Engagement à l’échéance = Garantie au terme

Plancher = Provision Mathématique (PM)

Coussin = Provision de Diversification (PD)
+ Provision de Lissage (PL)

La valeur du portefeuille ne doit pas être inférieure à la valeur plancher


2. Calcul de l’allocation effective en actif risqué

Multiplicateur

Actif risqué

Actif non risqué

Le multiplicateur permet un effet de levier
Full transcript