Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Tension et conflits- Monde Contemporain

No description
by

Marie Gosselin

on 17 May 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Tension et conflits- Monde Contemporain

1- Objet de tensions L'origine des tensions et des conflits entre États ou populations est généralement complexe. Il y a rarement une seule cause. f)L’exercice des droits et libertés
a) Le territoire Il y a rarement une seule cause à l’origine des tensions et
des conflits entre les États ou les populations.


– Importance géostratégique d’un territoire ;
– Convoitise des ressources naturelles ;
– États surpeuplés, d’où le désir de possession d’un territoire voisin. L’aspiration des peuples à l’autonomie politique au nom du droit à l'autodétermination (principe où chaque peuple a le droit de disposer de lui-même et d'établir les décisions qui le concerne) demeure une cause de conflit.

En 60 ans (de 1945 à 2005), plus de 70 conflits armés ont été causés par la volonté des peuples à l’autodétermination.
Pourquoi ?
Nationalisme: Les membres d’une même nation désirent pouvoir se gouverner eux-mêmes.

Décolonisation : Certains pays colonisés désirent gagner leur indépendance par la force (conflits internes, ethniques ou religieux). d) La quête d’une autonomie politique


- Répartition inégale des ressources ;
- Convoitise de ressources tels l’eau, les combustibles fossiles ou
les minéraux. b) Les ressources Les divergences idéologiques (mode de gouvernement, répartition des richesses, développement économique) aboutissent quelquefois à des tensions, puis à des conflits. e) Les conflits idéologiques Où intervenir ? Quand intervenir ? Pour qui intervenir ? Pourquoi intervenir ? Comment intervenir ? Pour défendre les droits humains… Pour se faire du capital politique… Intervenir dans des contrées belligérantes ? La légitimité des interventions extérieures dans les zones de tensions et de conflits Le territoire.
Les ressources.
La question religieuse.
La question ethnique.
La quête de l’autonomie politique. L’exemple des conflits israélo-arabes démontre à juste titre la complexité de ces affrontements. Actifs depuis plus de 60 ans, ces conflits résultent de multiples causes.






Si le nombre d’années qui sépare une génération de celle qui la précède est d’environ 30 ans, ces rivalités s’étendent sur plus de deux générations. Nomme les causes de ces guerres israélo-arabes. La complexité des conflits C)Les questions identitaires La coexistence des peuples et de leurs cultures sur un même territoire peut entraîner des tensions et des conflits. Des enfants soldats enrôlés par les Tigres tamouls, Sri Lanka (1991) Lorsque les tensions entre des peuples ou des États ne sont pas résolues par voie diplomatique, elles peuvent dégénérer en violence. b) Les conflits armés Le terrorisme joue un rôle important dans les revendications des groupes minoritaires. Un acte terroriste se caractérise, entre autres, par des séquestrations, des assassinats, des destructions d’immeubles.

Pour être reconnus, ces militants considèrent que de semer la terreur est un moyen efficace. Le terrorisme Génocide Rwandais, survenu en 1994. Un génocide est l’extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales.
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, les Nations Unies ont adopté à l’unanimité la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide. Les génocides Comprend les pratiques et les institutions qu’un État utilise pour interagir pacifiquement avec d’autres pays. Prise de l’ambassade états-unienne de Téhéran en Iran (1979)
Acteurs de la diplomatie

Au pays :
– le gouvernement central
– le ministère des Affaires étrangères

À l’étranger :
– l’ambassade
– le consulat
– les autres missions diplomatiques (sommets, organisations, rencontres). a)La diplomatie: c) L’opposition à l’ingérence humanitaire L’assistance humanitaire Le Conseil de sécurité des Nations Unis Pour être jugée acceptable, la guerre doit avoir :
Une autorité appropriée: Être menée par des autorités publiques et non des individus;
Une juste cause: Avoir pour but de corriger des méfaits publics TRÈS graves;
Une bonne intention : Être déclenchée selon de bonnes intentions, être sincère et sans intérêts cachés;
Le dernier recours: Être déclarée comme dernier recours, à la suite de négociations infructueuses;
Des moyens proportionnés: Utiliser des moyens proportionnés, adaptés au problème;
Des perspectives raisonnables: La guerre ne doit pas être plus importante que le problème initial; il faut que les probabilités de succès soient suffisantes. Quant à la guerre,
elle doit être jugée acceptable selon certains principes.
Lesquels? a)Le droit à la guerre Il y a cependant trois exceptions à la non-ingérence:

1- L’intervention est possible si l’État en fait la demande (ex.: lors d’un conflit interne comme des rébellions).
2- L’intervention est possible si le Conseil de Sécurité décide qu’il faut rétablir la paix et la sécurité internationale. C’est la seule autorité internationale qui détient ce pouvoir.
3- L’intervention est possible pour des raisons humanitaires ou la violation massive des droits de la personne, mais doit être approuvée par le Conseil de sécurité. b) La légitimité d’intervenir Des blindés américains défilent devant un monument commémoratif (Irak, 2003) 3- Le droit d’intervenir Cette phrase prend tout son sens pour le droit international qui reconnaît que chaque pays a le droit de se défendre s’il est victime d’attaques. Cependant, la souveraineté d’aucun autre État ne peut être compromise. Dans ce cas, est-il possible de justifier qu’une intervention militaire soit mise de l’avant? Outre l’intervention de troupes militaires, il y a l’implication des ONG (organisations non gouvernementales) auprès des populations dans le besoin, ou lors de crises humanitaires. Certains organismes sont présents pour sensibiliser, dont :
Amnistie internationale
Reporters sans frontières

D’autres organismes répondent aux urgences, dont :
Croix-Rouge
Médecins sans frontières Les organismes humanitaires Certaines interventions sont plus discrètes, mais beaucoup plus directes.

Les gouvernements possèdent ainsi un service de renseignement qui permet d’obtenir des informations vitales dans la prise de décisions concernant la sécurité nationale.

Les États peuvent intervenir dans un pays étranger à l’aide d’opérations secrètes qui sont pour la plupart illégales (comprennent des enlèvements, des assassinats, des attentats et des raids militaires). c) Interventions secrètes Intérêt des intervenants versus intérêt des populations Les ONG peuvent contribuer, si elles ne sont pas neutres, à défendre la cause des populations victimes de violations des droits de la personne, et ce, sur le plan international. Ainsi, plusieurs États peuvent se rallier à la cause des populations opprimées. Mais ces États peuvent profiter de la situation pour s’offrir une belle vitrine internationale, tout en aidant les populations.

Il y a également certaines prises de décisions politiques qui peuvent entraîner des actions économiques ayant un impact sur les populations, par exemple l’embargo. C’est en privant le pays des denrées alimentaires et matérielles (plus d’échanges avec les autres pays) qu’il peut y avoir des changements. Donc, dans une situation de crise, on crée une autre situation de crise… Et on a encore besoin des ONG! L’aide humanitaire consiste à aider populations en situation de crise. Cette intervention peut être réalisée par un ou plusieurs États, ainsi que par des organisations non gouvernementales. En quoi cette aide représente-t-elle un enjeu politique et économique? Pour certains pays, il y a une réelle intention d’aider les populations affectées par une catastrophe en fournissant des denrées alimentaires, de l’argent, un appui militaire, etc.

Mais généralement, c’est parce qu’il y a un intérêt politique (une alliance entre gouvernements, être bien vu sur la scène internationale, etc.) ou économique (favoriser les échanges, avoir accès à des matières premières plus facilement, prendre le contrôle des marchés, etc.). L’intervention auprès des populations touchées par des catastrophes (naturelles ou autres): interventions morales, sincères ou avantageuses? Application du principe d’assistance humanitaire La CPI en quelques mots…
Elle juge les individus qui ont commis des crimes graves tels que:
Génocides
Crimes de guerre
Crimes contre l’humanité

Seul les individus originaires des États qui ont signé le Statut de Rome (+ de 108 pays en 2008) peuvent être jugés par cette dernière.
Cette cour est permanente et siège à la Haye aux Pays-Bas. C’est à la suite de la Seconde Guerre mondiale (lors des crimes perpétrés par les nazis) que les tribunaux internationaux ont été créés; il fallait punir ces actes.

Même avec un pouvoir d’action limité et plusieurs lacunes, il fallait remédier au problème. Ainsi fut créée la Cour pénale internationale (CPI). Juger les criminels de guerre Casques bleus ou Forces de maintien de la paix des Nations Unies Une intervention militaire ne signifie pas nécessairement violence et bombardements.

Certaines interventions de l’Organisation des Nations Unies constituent des missions de paix.

Une mission de paix peut être réalisée avant, pendant ou après un conflit. d) Les missions de paix Assistance militaire des États-Unis Selon toi, y a-t-il actuellement des opérations de ce genre dans le monde?
Finalement, le soutien financier, matériel ou logistique aux groupes étrangers fait partie des moyens indirects d’intervenir dans les affaires d’autres gouvernements. Un pays peut étendre son influence au-delà de ses frontières... a) Interventions économiques:
Commerciales (exportation ou embargo)
Financières (saisie de biens des dirigeants du pays, restriction sur les programmes d’assistance économique).




b) Interventions diplomatiques:
Sanctions envers un autre pays (de l’imposition d’un visa obligatoire pour certains visiteurs à un retrait des ambassadeurs);
Médiation pour les pays respectés mondialement. Quel est le but de ces pénalités ? Affaiblir un État sans recourir à la force. Avant de se résoudre à utiliser la force armée, les États doivent avoir épuisé toutes les possibilités, dont les sanctions économiques et les interventions diplomatiques. 4- Les formes d'interventions Quels sont les avantages et les inconvénients d’agir en prenant position clairement et publiquement?
Et ceux de rester neutre? Le pays veut défendre des intérêts particuliers;
La situation est urgente;
Le pays qui intervient ne fait pas confiance à l’ONU. Une intervention pacifique peut être déclenchée par un pays avec le consentement des Nations Unies et sans qu’elles n’aient à intervenir.

Pourquoi certaines interventions se font-elles sans l’accord des Nations Unies? L’intervention armée avec le consentement des Nations Unies en Afghanistan (2004) Le coût élevé et la quantité de personnel exigé pour effectuer une mission de paix constituent des limites pour l’envoi de Casques bleus. De plus, certains pays ne souhaitent pas envoyer des militaires à un endroit où leurs intérêts sont moindres, d’autant que ce sont les Nations Unies qui dirigent ces troupes.

C’est pourquoi ces États ne cèdent pas leurs troupes aux Nations Unies, qu’ils en gardent le contrôle et qu’ils effectuent eux-mêmes les missions de paix. e) Intervenir sans les Nations Unies Veiller à ce que les mesures de paix, par exemple un cessez-le-feu, soient respectées,. Contraindre, par des mesures, les parties opposées à faire la paix et à cesser les menaces et les agressions. Mettre certaines mesures de l’avant afin d’arriver à un accord, sans qu’il n’y ait de contraintes pour l’une ou l’autre des parties. Empêcher l’éclatement d’un conflit ou en atténuer les conséquences. Maintien de la paix Imposition de la paix Établissemement de la paix La prévention des conflits Les missions de paix Tensions et conflits Pour les résoudre, les organisations internationales interviennent de diverses façons dans des zones de tensions et de conflits... La légitimité de ces interventions extérieures fait l'objet d'un débat et ce peu importe la forme qu'elles prennent... 1- Causes des conflits et tensions Puit de pétrole en feu (1991) La guerre d'Érythrée et d'Éthiopie (1998 à 2000) Érythrée revendique des bandes de terre frontalières dans les zones de Badme. Pour réduire la visibilité aérienne des alliés et faire chuter l'économie mondiale, l'armée irakienne a incendié des centaines de puits de pétrole au Koweit, causant une véritable catastrophe écologique. Guerre du Golfe (1990-1991) Barrage Ataturk, Turquie
(1992) Grâce à ses barrages, la Turquie contrôle le débit de l'Euphrate, principale source d'eau potable de la Syrie et de l'Irak. L'attaque du World Trade Center Le 11 septembre 2001, des membres d'Al-Qaida détournent des avions qu'ils font exploser dans les tours du World Trade Center, symbole de la puissance financière des États-Unis. Les tours s'effondrent, faisant près de 3000 morts. Un autobus Londonien détruit par une bombe lors d'un attentat terroriste (2005) a fait une cinquantaine de morts et plus de 700 blessés. http://www.radio-canada.ca/nouvelles/regardinteractif/terrorisme/ Monastère Bouddhiste au Tibet (2009) En 1950, la Chine envahit le Tibet et en fait une province chinoise. Les Tibétains réclament leur indépendance afin que soit reconnue l'identité culturelle de cette région. La société agraire des Khmers rouges (1960-1979) mène une guerre civile contre le gouvernement du Cambodge, ils parviennent à s'emparer du pouvoir et détruisent les fondements de la société. Les États-Unis capitalistes et l’URSS communiste furent, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, un exemple d’affrontement d’idéologies. 2- Résoudre les tensions Oussama Ben Laden 1998 Décrétée après la Seconde Guerre mondiale, la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU énumère explicitement les droits et libertés de l’être humain et leur reconnaît une valeur universelle.

Les populations ou minorités qui sont victimes de violation de leurs droits et libertés réclament le respect par divers moyens.

Leurs revendications tournent parfois à la violence. Les manifestation de la place Tian'anmen (Beijing, en Chine, 1989) Un mouvement d'étudiants et d'intellectuels chinois réclament des réformes politiques et démocratiques, notamment la liberté d'expression. - Guerres conventionnelles
- Guerre nucléaire
- Guerre civile (guérilla& guerre de milices)
- Terrorisme
- Génocides Des survivants juifs d'un camp nazi (1945),
Ce génocide de la Seconde guerre mondiale a fait 5 à 6 millions de morts.. La Guerre d'Algérie, 1954 à 1962 Lieutenant général de l'armée canadienne, a dirigé les forces de maintien de la paix de l'ONU. Le principe de non-ingérence

La Charte des Nations Unies:
Interdit le recours à la guerre entre les États, sauf en cas de légitime défense.
Déclare que personne, y compris l’ONU, ne devrait intervenir dans les affaires particulières d’un État. Les adversaires (pays en développement) de l’ingérence humanitaire fondent généralement leur opposition sur
4 principes :


1. L’inégalité des interventions (vise les pays pauvres et faibles).
2. Les risques d’une ingérence autre qu’humanitaire (prétexte pour s'inflitrer dans les affaires d'un pays).
3. Le manque de systématisation dans les interventions(seuls les conflits médiatisés sont visés).
4. L’absence de moyens adaptés pour bien mener les missions. Un major des forces armées canadiennes, Kigali 1994 Le droit d'ingérence humanitaire est apparue après la Guerre du Biafra au Nigéria (1967-1970) L’assistance humanitaire est l’une des rares raisons jugées
acceptables par les Nations Unies pour déroger au principe
de non- ingérence.

19e siècle – Les puissances occidentales se servaient de la notion d’intervention humanitaire pour justifier le colonialisme.

1970 – Certaines personnes estiment que les interventions extérieures devraient être permises pour des raisons humanitaires et dans des situations extrêmes.

1980 – Le concept est élargie jusqu’au «devoir» d’ingérence.

2001 – Nouveau concept : la responsabilité de protéger. Opération militaire en Somalie
(1992-1995) L'ONU décide d'intervenir afin de protéger l'aide humanitaire chargée d'approvisionner la population souffrant de famine. Le devoir de l'ingérence humanitaire Dégats de bombardements Serbie, 1999 Irakiens manifestants contre l'embargo des Nations Unies, 1993 Type de mission Objectifs Les satellites espions peuvent observer n'importe quel endroit sur la planète avec une grande précision. Membres
non-permanents

Argentine (2014)
Australie (2014)
Azerbaïdjan (2013)
Guatemala (2013)
Luxembourg (2014)
Maroc (2013)
Pakistan (2013)
République de Corée (2014)
Rwanda (2014)
Togo (2013) Évolution Enjeux 1 Enjeux 2 Cuba, 2012 Quartier de Bagdad
2004 L’intervention armée sans le consentement des Nations Unies au Kosovo (1999) Cours pénale internationale, 2006
Full transcript