Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

entre deux guerre

No description
by

Toustou Barbara

on 10 January 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of entre deux guerre

Entre-deux-guerre les années folles !!! La crise et les année 30 La crise dans le monde FIN Conclusion Les États-Unis Le monde 1920 l'entre deux guerre Le régime Soviétique L'entre-deux-guerres est la période (1918-1939) comprise entre la Première et la Seconde Guerre mondiale. Qu'est ce que l'entre deux guerre? 1939 1918 La période située entre la fin de la Première Guerre Mondiale (1914-1918) et le début de la Seconde Guerre Mondiale (1939-1945) est une période de contrastes. On assiste d’abord à une euphorie qui suit la paix retrouvée en 1918 après un conflit terrible au plan des pertes humaines. La littérature connaît cette sorte de vacance euphorique au cours des années vingt, que l’on a nommées les Années Folles. Les Années folles désignent les années vingt, période marquée par une aspiration nouvelle à la liberté et à la joie de vivre, par une grande effervescence culturelle et intellectuelle, mais aussi par une remise en cause des valeurs d'avant-guerre.

Les Années folles furent une période d'intense soulagement et de libération, après cinq longues années d'un conflit qui avait mobilisé toutes les forces du pays, soumis celui-ci à la censure et à l'austérité économique, et provoqué, dans toutes les couches de la population, une saignée sans précédent : alors que le pays se couvrait de monuments aux morts et honorait ses "poilus", le sentiment se développait qu'après la "der des der" (la dernière des dernières en parlant de la 1ère Guerre mondiale), la Belle Époque était bel et bien révolue et qu'une nouvelle période, peut-être porteuse des solidarités et des mutations qu'avait fait naître l'effort de guerre, allait commencer. Les États-Unis connaissent alors une croissance rapide fondée sur une augmentation de la production industrielle et de la spéculation boursière. L'extraordinaire abondance dont jouissait le pays semblait devoir durer. Seuls les agriculteurs restaient exclus de cette prospérité en raison de la baisse des prix des produits de gros. Confrontée à une profonde crise économique au lendemain de la Première Guerre mondiale, l'Europe était entrée dans une phase de croissance vers 1925-1926. La France, grâce aux investissements étrangers, connut alors une hausse rapide de sa production industrielle et son commerce devint excédentaire. Soumise au paiement de très importantes indemnités de guerre, l'Allemagne plongea dans le marasme économique au début de la décennie (effondrement de la monnaie et inflation considérable). Grâce aux énormes prêts consentis par les banques américaines, elle parvint ensuite à retrouver la croissance. Le Royaume-Uni, quant à lui, était confronté à l'inadaptation de son appareil industriel, désormais obsolète, et ne parvint pas à retrouver l'équilibre économique au cours des années 1920. Le pays fut secoué par une forte agitation ouvrière qui atteignit son apogée lors de la grève générale de 1926 Ces Années folles furent avant tout un phénomène culturel, marqué par la créativité et l'exubérance. Leur principal centre fut le quartier parisien de Montparnasse, où se rassemblaient, dans un triangle formé par les cafés le Dôme, la Coupole et la Rotonde, toute une bohème cosmopolite de peintres, de sculpteurs , de photographes et de modèles, ainsi que de nombreux écrivains, dont ceux du mouvement surréaliste et les Américains de la lost generation. En 1929 une crise économique touche les États-Unis puis toute l'Europe et surtout en Allemagne et au Royaume-Uni. Cette crise provoque une forte montée du chômage et des prix et une baisse de la production industrielle. Dans les années 1930 il y a une montée de dictatures de types fascistes (ex : Italie, Allemagne). Le fascisme c'est la Dictature du parti unique, le culte du chef avoir l'esprit guerrier et exalter la nation. Les années 30 La crise mondiale accentue les déséquilibres structurels. L'économie française n'est plus compétitive, surtout après la dévaluation de la livre sterling en 1931, année de la faillite du Credit Anstalt. Les campagnes sont gravement atteintes par la baisse des prix agricoles, les faillites se multiplient. Le chômage, complet ou à temps partiel, touche toutes les catégories sociales.

L'impuissance des gouvernements, les scandales financiers, comme l'affaire Stavisky (1934) sous le gouvernement Chautemps, l'attrait des modèles fasciste et soviétique accentuent les divisions politiques. La démocratie parlementaire, voire le régime républicain lui-même, sont contestés de plus en plus vivement. Le mouvement des non-conformistes surgit alors, tentant d'explorer diverses voies pour répondre à la crise politique et sociale. Le philosophe catholique Emmanuel Mounier fonde ainsi la revue Esprit, en 1931, puis le courant personnaliste. Avec l'aide de Jacques Maritain rallié à la démocratie, celui-ci rénove profondément la pensée catholique, y compris à l'étranger, en offrant une critique simultanée de l'individualisme libéral et du collectivisme. Une partie des membres de l'Action française, condamnée par le Vatican, rejoint alors la « Jeune Droite ». Ailleurs, la phénoménologie d'Husserl et Heidegger d'un côté, le marxisme de l'autre, commencent à faire sentir leur influence dans les cercles philosophiques et littéraires. Les régimes totalitaires Un régime fondé par Lénine qui prend le pouvoir en octobre 1917.
Il met en place une dictature et un parti unique(communiste). Le régime élimine ses opposants,rétablit la censure et supprime la
presse d'opposition.L'état prend le contrôle du commerce et des industries. L'union des république socialistes soviétiques (URSS) est fondée en 1922.
Le Komintern, fondé en 1919, souhaite propager la révolution dans le monde. Le régime est alors consolidé par Staline qui prend seul le pouvoir en 1927 après avoir éliminé ses opposants. L'état met en place une économie planifiée. Le régime soviétique procède à l'élimination des koulaks et à la collectivisation des terres. Le régime devient absolu avec la "grande terreur".Staline poursuit l'élimination des opposants en organisant des procés truqués. Le régime met en place le goulag. Staline a recours à la propagande et la jeunesse est encadrée (komsomols) Le fascisme (en italien fascismo) est un mouvement politique italien apparu en 1919. Très utilisé, le terme a par la suite pris un sens beaucoup plus large, notamment pour désigner dans leur ensemble, durant les années 1930, les mouvements politiques ayant eu en commun des thèmes et des représentations politiques avec le mouvement italien. Le terme même vient du mot « fascio » (« faisceau ») désignant le rassemblement des fusils au repos ou l'attribut du licteur dans la Rome antique[1].

Au sens strict, le terme désigne le mouvement politique fondé par Benito Mussolini, ainsi que le régime qui était en vigueur sous la monarchie italienne quand Mussolini était au pouvoir, de 1922 à 1945. Adversaire de la démocratie[2], du parlementarisme, de l'individualisme, de la société libérale héritée du XIXe siècle, du capitalisme et de la liberté économique[3],[4], du socialisme[5] et du marxisme[réf. souhaitée], le fascisme mussolinien est autoritaire, nationaliste, militariste, a recours à la violence et ne croit pas à l'égalité des êtres humains[réf. nécessaire]. Ce sens strict est notamment utilisé par les historiens de l'Italie.

Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s'est étendu à tout mouvement politique ou organisation s'appuyant sur un pouvoir fort au service d'une classe humaine dominante [6], la persécution d'une classe ennemie chargée de tous les maux, l'exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales, la répression de l'opposition et un contrôle politique extensif de la société civile. Le nazisme s'est en partie inspiré du fascisme.

Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l'ennemi politique. Cette acception a été employée par les Soviétiques durant la Guerre froide, dans le cadre de la « tactique du salami »[7]. Dans le débat politique contemporain, le terme fasciste continue d'être employé comme une injure. Cependant, le fascisme est encore revendiqué par certaines mouvances d'extrême droite (les néofascistes). Le facisme Le nazisme, ou national-socialisme (en allemand : Nationalsozialismus), est l'idéologie politique du NSDAP, parti politique fondé en Allemagne en 1920 et dirigé par Adolf Hitler[1],[2],[3],[4]. Le nazisme est le seul type de fascisme incorporant à la fois racisme biologique et antisémitisme[5]. Cette vision du monde reprenait la division hiérarchique de l'espèce humaine en races, hiérarchie au sommet de laquelle elle situait la « race aryenne ». Par extension, le terme nazisme désigne le régime politique inspiré de cette idéologie, dirigé par Adolf Hitler de 1933 à 1945 et connu sous les noms de Troisième Reich et d' « Allemagne nazie ».

En tant que sujet de science politique, les définitions du nazisme varient selon les historiens[6]. En particulier, reste ouverte la question de savoir si le nazisme ne fut que l'une des formes du fascisme ou, parce qu'ayant fait du racisme une doctrine d'État, le nazisme doit être considéré comme un phénomène historique unique. En effet, l'antisémitisme officiel du régime nazi, dès 1933, l'élimination des personnes handicapées et la persécution des opposants, des personnes d'orientation homosexuelle, des Gitans, etc. se concrétisèrent par l'installation, dès 1933, des premiers camps de concentration en Allemagne. Cette politique ne fit que s'amplifier jusqu'à 1945. Ainsi, près de six millions de personnes périrent dans les camps de concentration et d'extermination nazis ou par la Shoah par balles dont une majorité de Juifs (voir Shoah)[7] Le régime nazi
Full transcript