Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Promesses, Honore de Balzac

No description
by

Elisa Baiocchi

on 2 May 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Promesses, Honore de Balzac

"Promesses", Honoré de Balzac
"Eugénie Grandet"
C'est un des plus célèbres romans de Balzac, publié en 1833. Dans une petite ville de province, Saumur, il met aux prises l'avarice du père Grandet et le dévouement de sa fille Eugénie. Après la Révolution, le père Grandet a amassé avec avarice et usure, une fortune immense. Même si le père offre de l’argent a Eugénie, sa fille veut épouser son cousin Charles ; mais Charles est ruiné, et le père Grandet pour arrêter l’amour entre les deux jeunes expédie Charles aux Indes. Il part sans connaître la richesse de son oncle avec un peu d'or qu'Eugénie possédait ; il lui jure que, sa fortune rétablie, il reviendra l'épouser. Quand le père apprend qu'Eugénie n'a plus son or, il la châtie si durement que Mme Grandet meurt de chagrin. Le père alors profite de la douleur de sa fille pour obtenir une renonciation à la succession de sa mère. Mais il meurt aussi. Eugénie, devenue maîtresse d'une fortune de dix-sept millions, est fidèle au souvenir de son cousin. Mais Charles l'a oubliée. Il lui renvoie un jour la somme qu'elle lui avait prêtée, avec une lettre annonçant qu'il va épouser une riche héritière. Eugénie, douloureuse et résignée, vieillit en faisant le bien.

"Promesses"
Ma chère cousine, ne mettez pas en balance ma vie et la vôtre, je puis périr, peut-être se présentera-t-il pour vous un riche établissement…
– Vous m’aimez ? … dit-elle.
– Oh ! oui, bien, répondit-il avec une profondeur d’accent qui révélait une égale profondeur dans le sentiment.
– J’attendrai, Charles. Dieu ! mon père est à sa fenêtre, dit-elle en repoussant son cousin qui s’approchait pour l’embrasser.
Elle se sauva sous la voûte, Charles l’y suivit ; en le voyant, elle se retira au pied de l’escalier. Charles, qui l’avait accompagnée, lui prit la main, l’attira sur son cœur, la saisit par la taille, et l’appuya doucement sur lui. Eugénie ne résista plus ; elle reçut et donna le plus pur, le plus suave, mais aussi le plus entier de tous les baisers.
– Chère Eugénie, un cousin est mieux qu’un frère, il peut t’épouser, lui dit Charles.
– Ainsi soit-il ! cria Nanon en ouvrant la porte de son taudis.
Les deux amants, effrayés, se sauvèrent dans la salle.
Depuis le baiser pris dans le couloir, les heures s’enfuyaient pour Eugénie avec une effrayante rapidité. Parfois elle voulait suivre son cousin. Elle pleurait souvent en se promenant dans ce jardin, maintenant trop étroit pour elle, ainsi que la cour, la maison, la ville : elle s’élançait par avance sur la vaste étendue des mers. Enfin la veille du départ arriva. Le matin, en l’absence de Grandet et de Nanon, le précieux coffret où se trouvaient les deux portraits fut solennellement installé dans le seul tiroir du bahut qui fermait à clef et où était la bourse maintenant vide. Le dépôt de ce trésor n’alla pas sans bon nombre de baisers et de larmes. Quand Eugénie mit la clef dans son sein, elle n’eut pas le courage de défendre à Charles d’y baiser la place.
-Elle ne sortira pas de là, mon ami.
-Eh bien. mon cœur y sera toujours aussi.
-Ah ! Charles, ce n’est pas bien, dit-elle d’un accent un peu grondeur.
-Ne sommes-nous pas mariés? répondit-il; j’ai ta parole, prends la mienne.
-À toi pour jamais! “ fut dit de part et d’autre.
Aucune promesse faite sur terre ne fut plus pure: la candeur d’Eugénie avait momentanément sanctifié l’amour de Charles.

Eugenie et son cousin Charles sont amoureux mais il doit partir aux Indes pour faire fortune après la banqueroute de son père. Ils ont juré de s'eux marier après son retour mais il a quelque doute. Ainsi Eugenie lui promet qu'il l'attendra et en les cachant du père ils s'embrassent. Nanon, la servante qui vit dans la sous-échelle les découvre et ils fuient et ils s’embrassent pour la dernière fois. Eugenie passe les heures après en pleurant et en se promenant dans le jardin. Le jour avant la départ la fille donne son or à Charles, en pleurant et en l'embrassant, en portant à la poitrine la clé du tiroir où il se trouve le sac vide maintenant. Aussi Charles comme la clé sera toujours près de son coeur, ils jurent ainsi qu'ils se marieront et ils resteront ensemble toujours. Thème dominant est ainsi le vice de l’avarice, il est montrè aussi le rôle joué par l’argent dans les relations sociales au debút du XIX siècle en province comme à Paris.
Honorè de Balzac
Biographie
Sources:

livre "Avenir"
http://www.etudes-litteraires.com;
http://www.fr.wikipedia.org;
http://www.sculfort.fr/
http://www.skuola.net

“Charles, qui l’avait accompagnée, lui prit la main, l’attira sur son cœur et l’appuya doucement sur lui. Eugénie ne résista plus ; elle reçut et donna le plus pur, le plus suave, mais aussi le plus entier de tous les baisers.”
PPorPor
Elisa Baiocchi
4CL
A.S. 2015/2016
"Promesses", "Eugénie Grandet", Honorè de Balzac
Honoré de Balzac est né à Tours en 1799 dans une famille bourgeoise. Il étudie au collège de Vendôme et après il étudie droit à Paris. Ses premières œvres littéraires en 1820 sont écrites sous pseudonyme et elles n’ont pas de succès. Editeur, journaliste, même politique, Balzac travaille beaucoup et fréquente journalistes et ecrivains. Il rencontre Laure de Berny qui sera pour lui une amante et mère. Grâce à elle Il ouvrira une imprimerie en 1826 qui fera faillite deux ans après et lui laissera des grosses dettes. À partir de 1832 il correspond avec Ewelina Hańska, une admiratrice polonaise, qu’il finira pour épouser en 1850. Quelques mois après Balzac meurt à Paris. C’est Victor Hugo qui prononça son oraison funèbre.


Son premier roman c’est Les Chouans, qui est publié en 1829 sous son vrai nom. En 1831 son roman philosophique La Peau de chagrin lui rapporte beaucoup de succès.Dès 1834 il regroupe ses romans dans un œuvre immense, La Comédie humaine. Pressé par l’argent, il écrit sans cesse sous la forme de roman-feuilleton: Louis Lambert (1832), Scènes de la vie privée, Eugénie Grandet (1833), Le Père Goriot(1834).
œuvres
critiques
CHARLES BAUDELAIRE
Admirateur de Balzac, Baudelaire ne le voyait pas comme un observateur du réel, mais comme un visionnaire passionné: Tous ses personnages sont doués de l'ardeur vitale dont il était animé lui-même. Cependant, Baudelaire regrettait que ce grand poète fût plein de chiffres comme le cabinet d'un financier.
ALFRED DE VIGNY
En parlant de la mort de Balzac, Alfred de Vigny déclare avoir “toujours estimé en lui la persévérance et l'obstination de ses travaux, malgré la nature, qui ne lui avait donné aucune facilité, malgré le public, qui avait dédaigné ses premiers ouvrages”.
AMÉDÉE ACHARD
Dans un article élogieux il montre comment le génie de Balzac a triomphé des sarcasmes et des oppositions, grâce à sa faculté d'observation, à son esprit et à la finesse de sa écriture. Selon lui La Comédie humaine restera comme la peinture la plus complète et la plus fidèle de leur civilisation.

J’ai choisi cette phrase parce que’elle est très romantique, elle exprime l’amour passionnel entre les deux jeunes, un amour qui est encore plus fort parce que Charles doit partir et les deux doivent rester loin pour beaucoup de temps. On comprend que ceci est un amour vrai, qu'il est plus fort que les difficultés, même si à la fin on comprend qu'il n'est pas ainsi pour Charles.
FIN
Full transcript