Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Voyage au Chili

No description
by

Téo Martin

on 27 March 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Voyage au Chili

Voyage au Chili
Février 2015
Entourée par les contreforts de la Cordière des Andes, effet cuvette assuré !
Me voilà arrivé à Santiago où j'ai passé quelques jours, histoire de faire mes papiers et visiter la ville.
Il faisait très chaud. La ville est immense puisqu'elle contient 35 %
de la population du pays, soit un peu plus de 5,5 millions
d'habitants et elle pousse vite !
Ici, vue depuis le Cerro Santa Lucia,parc au coeur de la ville.
La ville habrite de
magnifiques édifices, ici
le Palacio de Real
Audiencia sur la place principale.
Pucón
Wwoofing
Chaitén
Castro
Ancud
Etape suivante, Pucon. Sation balnéaire très prisée, c'est une ville bondée en été. Elle est située au bord d'un lac et à proximité du volcan Villarica qui sert aussi de station de ski en hiver. Un jour après mon arrivée, les autorités ont interdit l'accès au volcan et deux semaines plus tard, il est entré en éruption avec évacuation de la ville et tout le tintouin.
On les avait pourtant prévenu...
La plage de sable volcanic noir de Pucon. (Annecy sans les habitations quoi)
Forêt d'Araucanias dans le parc Huerquehue.
Ces arbres existaient déjà du temps des dinausores !
Une fois morts, leur tronc ressemble à des squelettes... de dinosaures.
Énormément de bambous dans les forêts natives Chiliennes
Passage par Valdivia, ville qui ne casse pas des briques puisqu'elle a été détruite de nombreuses fois par des tremblements de terre et des rébellions aborigènes. Restent quelques très jolies maisons de colons allemands du XIX siècle.
Les lions de mer vivent en plein centre-ville où ils ont leurs plate-formes de bronzage.
Il semblerait que les vaches Chiliennes aiment aussi se dorer la pilule.
Étape suivante : Wwoofing de 9 jours situé au début de Carretera Austral, route mythique qui descend sur 1000km le long de la côte Patagonienne. Voici la maison dans laquelle les wwoofers sont logés en autonomie. Les légumes du jardin sont à disposition et le proprio est vraiment sympa !
Petit salon bien agréable. On était toujours au minimum 2 wwoofeurs, super ambiance ! Pas d'obligation de travailler et rien de très violent à faire.
Préparation d'une Cama Alta à base de Guano de chèvre (pailles+caca) pour les laitues, le décor est vraiment top.
Traite des quelques chèvres à la main à 8h30 tous les matins. Pas toujours concluant mais on a progressé ! Ensuite, réalisation du fromage qu'achètent les locaux. Et le Samedi, c'est pour les Wwoofers !
La plus vieille chèvre, dite "La Abuela", adore les caresses et en redemande en venant appuyer sa tête de manière bien insistante contre la jambe ! On a vite sympathisés.
Les hortensias font pas rire les mouettes ici, jugez plutôt !
Joli bord de mer à 5 minutes du wwoofing.
Récolte de moules sur la plage, ramassage de "papas nativas" (patates natives) et cuisson du tout au feu de bois... Trop bonnasse !
Visite du Parc Alerce Andino, non-loin du Wwoofing. Bonne journée de Marche au cours de laquelle on a donc pu voir ce fameux Alerce de 3000ans ! On fait pas les malins à côté...
Claudia, l'allemande avec qui j'ai passé une bonne partie du Wwoofing. Elle ne parlait pas un mot d'espagnol mais apprenait vite. Bien cool !
Toujours dans le parc Alerce Andino
Bonne récompense finale arrivés en haut.
Max, un ami me rejoint à la fin du Wwoofing et en route pour Chaiten, plus au sud sur la Carretera Austral.
Il nous a fallu quelques 9 heures de bus et 3 ferrys avec traversée d'un fjord.
Dernier ferry avant Chaiten.
Arrivée à Chaiten. La ville a été détruite en 2008 par l'éruption du volcan du même nom. Le nuage de cendre qui a atteint Buenos Aires a également formé un bouchon dans la rivière locale. Un raz-de-marée a donc en partie détruit la ville. Il reste quelques édifices témoignant du désastre.
Et voilà le fameux volcan, où plutôt le dôme fumant qui s'est formé au milieu du cratère après l'éruption. Pour nous y rendre, nous avons été pris en stop par un Chilien adorable qui nous a volontairement proposé de dormir chez lui avec deux autres français qu'il hébergeait déjà. Le bonheur...
Les nuées ardentes ont tout détruit sur leur passage, laissant un décor d'arbres morts.
Au bord du cratère... Les crêtes sont couvertes d'arbres morts
Visite du parc Pumalín et des thermes naturelles d'El Amarillo. C'est devant cette pancarte que nous nous sommes fait accoster par Douglas Tompkins, qui n'est autre que le fondateur des marques North Face et Esprit qu'il a revendu. Il rachète désormais des milliers d'hectares de terrains en Amérique du Sud pour en faire des parcs protégés dont celui-ci. Le couillon se faisait passer pour une gardien de parc et nous n'avons appris que plus tard qui il était. Il faut dire que son look miteux ne donnait pas vraiment d'indices.
Vu sur le glacier du volcan michimahuida au sein du parc Pumalín.
Traditionnel agneau au barbecue ou "Cordero Asado" lors de la fête du village jouxtant le parc. Accompagné de patates, c'était dé-li-cieux (et gratuit !)
Mais je vous rassure, on ne mange pas que des choses saines ! Le fameux completo, sorte de hot-dog avec tomate et avocat. Et en guise de boisson, un mote con huesillo : de l'ebly baignant dans son nectar de pêche et sa pêche au sirop. Ca sera une fois, pas deux.
Nous voilà sur l'île de Chiloé où nous nous rendons rapidement à Cucao, entrée sud du parc national de Chiloé. Ici, une petite vue depuis notre camping au bord d'un lac.
Castro, "capitale" de Chiloé, n'est pas une ville très belle mais est bien connue pour ses maisons construites sur pilotis...
... ainsi que sa magnifique Cathédrale de style Disneyland. Elle fait partie des nombreuses églises en bois typiques de Chiloé dont certaines sont classées au patrimoine mondial de l'Unesco.
Joli bosquet qui abritait des Ibis, gros oiseaux au long bec très présents dans le sud Chilien
Petite lagune bien agréable débouchant sur l'Océan Atlantique
Otarie qui faisait son show au bord de l'eau.
On l'a testé : le Curanto ! Plat typique de la région composé de fruits de mer (ici que des moules), de viandes, de patates et de purées de patates cuites/crues. Tout ça cuit lentement dans un trou dans la terre où ont été préalablement déposées des pierre très chaudes. Des feuilles de Nalca recouvrent le tout. Celui-ci était très rustique mais préparé de manière traditionnelle.
A la bouffe !
Celle d'Achao est la plus vieille de l'île et date de 1730.
L'intérieur est vraiment magnifique !
Après une nuit de camping sauvage, nous avons pu atteindre Chepu en stop. Cette localité encore très peu touristique est l'entrée nord du parc national de Chiloé. Départ en barque motorisée depuis le camping pour une belle journée de marche.
Ici, le niveau de la terre s'est affaissé de 1 mètre durant le tremblement de terre de 1960, ce qui a élargit le lit de la rivière.
On comprend mieux pourquoi on dit que Chiloé ressemble à l'Irlande ou à la Bretagne. Le temps n'y est sûrement pas pour rien.
Anne, ces algues te sont dédiées !
On aurait pu voir des pingouins ici mais à priori on est arrivé trop tard dans la saison. Ou alors ils étaient très bien cachés.
Direction Ancud, au nord de l'île, à l'arrière d'un pick-up ! Un peu tape-cul mais bien drôle.
A nouveau une vue depuis un camping, la tente surplombant la mer.
En route pour les pingouins !
Ici,
Ici sont réunis en un même lieu les pingouins de Magellan, d'Humbolt (difficilement diferenciables sur cette photo). Mais où se cache l'oie de mer ?
Le tour en bateau de pêche dure une trentaine de minutes. Après des années de laisser-aller, les autorités ont pris les choses en main pour contrôler les départs de bateaux. Déjà en voie d'extinction, les pingouins risquaient de quitter les lieux à jamais. Dès Mars, ils remonteront vers le nord, suivant les courants et l'été.
Belle vue sur Ancud depuis la péninsule de Lacuy et le fort d'Aguï. Notre voyage s'achève ici.
Arrivée à Concepción pour y laisser mes bagages et visiter un peu. Ici l'immense campus bien verdoyant et entourée de collines. Le reste de la ville est pas folichon. Concepción est surtout une grosse ville économique
Retour à Concepción où je me suis trouvé un logement loin ni de la fac, ni du centre-ville. Après une semaine de cours, deux potos de l'aventure Tom et Matthieu sont passés me voir, profitant de leur remontée de l'Amérique Latine. On a pu organiser un petite soirée crêpe avec mes colocs. Voici donc : en jaune Felipe, en vert Daniel (son frère) et en bleu Léo. Tous les trois chiliens, ils sont vraiment sympas. Avec eux pas le choix, j'apprends le jargon local.
Après quelques jours à Concepción, direction Valparaíso !

Après être passés récupérer une amie à Santiago (et faire la fête), nous voilà Valparaíso. La "Perle du Pacifique" classée au patrimoine mondial de l'UNESCO porte bien son nom.
Damien sera notre guide et notre hôte pour 2 jours.
Le peuple Mapuche mis à l'honneur.
Avant la création du canal de Panama, la ville était un port de passage très important pour les bateaux passant par la pointe sud de l'Amérique Latine et remontant la côte.
Pour accéder aux collines, des "ascenseurs" ont été construits à la fin du XIXe siècle. Aujourd'hui, il n'en reste que 6 en état de marche
Fin de la visite !
Des graffitis colorés, partout.
Full transcript