Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Le théâtre contemporain pour le jeune public

No description
by

on 12 October 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Le théâtre contemporain pour le jeune public

Le théâtre contemporain
pour le jeune public

Un parcours depuis 20 ans
Défi-lecture franco-belge 1995 - 2007
Babelio
theatrecontemporain.net
La langue du théâtre
Richesse des écritures dans le théâtre jeune public
Brigitte SMADJA

Le théâtre,
ça se lit aussi !

Et vous croyez à une collection de théâtre contemporain pour la jeunesse ? Pas juste pour des metteurs en scène, des acteurs, mais pour des enfants lecteurs ? Vous croyez que ces pièces pourraient être lues par des enfants, chez eux, à l’école, et dès le primaire? Donner ces livres à lire aux enfants et aux adolescents comme on leur donne des albums et/ou des romans ?
Oui, j’y croyais et je n’étais pas la seule.
Brigitte SMADJA
Une explosion
éditoriale
Philippe DORIN
Nathalie PAPIN
Daniel DANIS
Karin Serres
Mais qu’est-ce qui manque au lecteur que nous sommes pour s’emparer de ces livres (environ 400 titres par ans) et, dans un élan naturel, les lire à l’égal des autres ?

« Une critique littéraire du texte théâtral qui rende compte de l’écriture, de la langue, du style, de la traduction ». Ce constat de carence est partagé
La langue comme matériau
« Je suis issu de ce théâtre qui s’exprime plus par les matériaux visuels et sonores de sa composition que par ses contenus narratifs. " François LAZARO
PAG Lire dire le théâtre
2007-2015
PAG Des textes sur un plateau 2015 ...
http://www.cndp.fr/crdp-reims/index.php?id=2308
http://www.editionstheatrales.fr/catalogue-jeunesse/
http://www.editions-espaces34.fr/spip.php?page=espaces34_collections&id_rubrique=40
Jean-Claude GRUMBERG
Joël POMMERAT
Joël JOUANNEAU
David LESCOT
Mike KENNY
http://www.actes-sud-junior.fr/collections/heyoka/
http://www.arche-editeur.com/publications-catalogue.php
Fabrice MELQUIOT
Jon FOSSE
Daniel DANIS
Claudine GALEA
Suzanne LEBEAU
Sylvain LEVEY
Dominique RICHARD
« Lorsqu'un écrivain s'adresse aux jeunes, il a des responsabilités. Sans leur faire de morale, par l'humour, la beauté et l'amour, il doit les aider à se faire leurs propres idées et à assumer les choses, leur vie. Pour cela, l'écriture doit pétiller, flamboyer », souligne Sylvain Levey.
© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/loudeac/theatre-sylvain-levey-auteur-de-pieces-pour-la-jeunesse-11-11-2014-10419978.php#gyF16uSQLcfWcIAe.99
« La différence entre un auteur de romans et un auteur de théâtre, c’est que l’auteur de romans, il écrit tout seul, en silence et dans son coin des histoires qui sont faites pour être lues tout seul, en silence et dans son coin. Alors qu’un auteur de théâtre, il écrit tout seul, en silence et dans son coin des histoires qui sont faites pour être lues tout fort, avec d’autres et devant tout le monde. »
Philippe Dorin, Dans la vie aussi, il y a des longueurs. -
See more at: http://www.ecoledeslettres.fr/actualites/arts/17918/#sthash.8RlywepS.dpuf
- See more at: http://www.ecoledeslettres.fr/actualites/arts/17918/#sthash.8RlywepS.dpuf
http://www.theatre-video.net/video/Daniel-Danis-Le-premier-texte-de-theatre
http://lelivremessager.blogspot.fr/2010/02/le-theatre-se-lit-aussi.html
Le théâtre, ça se lit aussi... au collège et ailleurs
Pierre Banos, directeur des Éditions Théâtrales et maître de conférences
Les textes choisis doivent surtout être de grands textes, des œuvres qui tiennent debout avant même une hypothétique création scénique et qui résistent à la lecture.
http://www.educ-revues.fr/LC/AffichageDocument.aspx?iddoc=45009
des œuvres à la densité littéraire effective, à la théâtralité formelle ouverte, laissant de la place aux lecteurs pour imaginer leurs représentations mentales, en se méfiant d'une "littérature en costume" pour paraphraser Ariane Mnouchkine.
"Il ne s'agit pas ici de dérouler un catalogue des thèmes choisis dans les textes publiés. Pour la simple raison que nous entrons dans les textes par la langue, l'écriture, le rythme." Pierre BANOS
"...nous défendons un texte de théâtre protéiforme : - de la réécriture de contes classiques
- des œuvres utilisant la forme structurante du conte,
- au théâtre-récit
- en passant par des formes originales (le journal, la correspondance, le blog...),
beaucoup de formes font théâtre, mais toujours un théâtre qui se lit, qui se joue, qui se rêve."
Pierre Banos
Les thématiques
le texte de théâtre requiert une action du lecteur grâce à laquelle les enseignants et les animateurs d'ateliers peuvent trouver des trésors. Cela fait écho à la "machine paresseuse" des textes exigeant un travail coopératif du lecteur pour remplir les "blancs" comme le montre si brillamment Umberto Eco dans Lector in fabula. Le lecteur, élève ou non, est face aux textes pour leur ajouter du sens.
autoriser des vies multiples à ces textes
Carnets artistiques
et pédagogiques
http://www.editionstheatrales.fr/pedagogique/
http://www.babelio.com/mabibliotheque.php
http://www.theatre-contemporain.net/biographies/Jean-Claude-Grumberg/
http://www.theatre-contemporain.net/lettre/inscription
http://www.theatre-contemporain.net/newsletter/date/2016-01-04.htm
Le texte par l'auteur
Critiques
A l'affiche en images
Parutions
Inscrivez-vous !
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/piece/index.php?id=jeune-fille-avignon
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/piece/index.php?id=abeilles
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/piece/index.php?id=le-bruit-des-os-qui-craquent
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/piece/index.php?id=une-petite-sirene
http://crdp.ac-paris.fr/piece-demontee/piece/index.php?id=petit
Théâtre de marionnettes
http://www.troissixtrente.com/spectacles/violet/
http://arketal.com/index.php?id=33
http://marionnettes.armadillo.fr/app/photopro.sk/marionnettes/detail?docid=28124
http://www.lavalise.org/spip/spip.php?rubrique29
Olivier Py
Festival d'Avignon
https://sites.google.com/site/scenesdenfance/
http://www.lacomediedereims.fr/page-spectacle/244-berb%C3%A9ris#section-
http://www.mjc-calonne.com/spectacles/evenement/93-le-bruit-des-os-qui-craquent-creation-2016-d-apres-un-texte-de-suzanne-lebeau
http://www.occe.coop/federation/nos-actions/thea
https://sites.google.com/site/searendezvousaveclesecritures/1er-juin-2016

Une grande liberté
de forme et de langue !
Longs monologues
Successions de tableaux
Longues narrations
"Les enfants ne sont pas les spectateurs de demain, ils sont les spectateurs et les lecteurs d'aujourd'hui.
Ils sont d'une complexité inouïe, l'enfance ce n'est pas une période toute rose qui ne serait que candeur, ingénuité, innocence, c'est quand même une période trouble, ivre de questions. "
Fabrice Melquiot
"La langue fait spectacle, c'est-à-dire qu'elle se donne à voir et à entendre et qu'elle donne à imaginer (qu'elle permet l'élaboration d'images mentales d'une indépassable subtilité). Le plateau de théâtre est même le seul lieu social où l'on peut "assister" à la langue, où l'on s'assoit et se tait pour se faire le témoin subjugué ou déconcerté non pas d'abord de ce qu'elle dit mais de ce qu'elle est. L'événement du théâtre c'est premièrement l'avènement de la langue comme objet."
Jean-Pierre SIMEON
"Pour les enfants, je me dis "qu'est-ce que je vais faire de mes pièces pour justifier du temps que je leur vole". (…) L'appauvrissement de la langue ne permet plus de déchiffrer le monde. Alors, on se heurte. Le seul moyen de ne pas se taper dessus, c'est la langue. Faire chanter la langue. Faire un travail sur la musicalité, c'est un travail civique !" Joël JOUANNEAU
Répliques minimales
"C'est de la langue plus que de l'histoire que nous vient le plaisir de lire Bouli Miro. Les télescopages entre parole enfantine encore innocente et emploi incongru d'expressions toutes faites produisent à tous les coups un big-bang poétique, une libération tumultueuse du sens qui permet à l'intensité des sentiments de s'exprimer sans retenue. " Anne Pauly
http://www.sitartmag.com/fabricemelquiot4.htm
"Quand il n'y a pas de ponctuation,
je veux que l'enfant approche une langue rappée. Il peut réénergiser la langue"
Joël Jouanneau
Ponctuation, syntaxe
HORN
… et alors je trouvais la force de continuer, et me croyez si vous voulez, ne voulez pas ne croyez pas, mais pour elle oui j'ai traversé des pays qui ne sont sur aucune carte.."
(L'ébloui, page 33)
BOLIVAR
Tu peux me dire vous, je suis trois.
HORN
Comment vous tu t'appelles ?
(id.)

Création de langages
L'OISEAU
Dire suis-je où ? Chiuit.
ALIA
Vous sortez du ventre de l'ogre.
L'OISEAU
Ah, adbonmettons, que je sorte de la barcasse d'un gré. Content m'avoir bouté.
Il remet ses plumes en place.
Repères ? Pas de repérpéré ?
Il sort une longue-vue, examine l'intérieur.
Pas beau ! Ce gré est malade.
ALIA
Cet O-G-R-E
L'OISEAU
Ce gré est malade.
ALIA
Qu'est-ce qu'il a ?
L'OISEAU
Il est a-n-o-g-r-e-x-i-q-u-e.
ALIA
Je comprends rien avec vos mots savants.

Mange-moi
, Nathalie Papin
Problèmes des pays d'Amérique du Sud et d'Afrique
 Suzanne Lebeau (Salvador)
 Tiziana Luccatini (Les souliers rouges)
 Liscano (Ma famille)
 Michel Aufort (Le mioche)
 Jean-Claude Grumberg (Pinok et Barbie)
 Daniel Danis (Le pont de pierres et la peau d’images)
 Joël Jouanneau (L'ébloui)
Quête d'identité, grandir
 Catherine Anne (Ah ! la la, quelle histoire)
 Philippe Dorin (En attendant le Petit Poucet)
 Nathalie Papin (Mange-moi)
 Mike Kenny (Pierres de gué)
 Suzanne Lebeau (L'ogrelet, Souliers de sable)
 Bettina Wegenast (Être le loup)

Les difficultés sociales, et familiales
• Fabrice Melquiot (les petits mélancoliques, Albatros)
• Jean-Rock Gaudreault (Des perles d'eau salée)
• Serge Kribus (Le murmonde ; Marion, Pierre et Loiseau)
• C'est qui le monsieur ?

Les rapports à la mère
• Catherine Anne (Petit)
• Nathalie Papin (Debout)
• Philippe Dorin (En attendant le petit Poucet, Un œil jeté par la fenêtre)
• Nadine Brun-Cosme (Et moi et moi)

Les rapports entre enfants
• Nadine Brun-Cosme (L'anniversée)
• Anne Sylvestre (Méchant)
• Mike Kenny (Le jardinier)
Les enfants maltraités
• Fabrice Melquiot (Albatros)
• Serge Kribus (Marion, Pierre et Loiseau)
• Nilo Cruz (Train de nuit pour Bolina)
• Nathalie Papin (Debout)
• Michel Marc Bouchard (Histoire de l'oie)
• Joseph Danan (Jojo le récidiviste)
Regard sur la société d'aujourd'hui, son fonctionnement et les relations sociales
• Philippe Dorin (Les enchaînés)
• Jean-Claude Grumberg (Pinok et Barbie, Iq et Ox)
• Fabrice Melquiot (Bouli Miro, Bouli Miro redéboule, Wanted Petula)
• Philippe Dorin (Sacré silence)


La différence
• Suzanne Lebeau (Petit Pierre)
• Françoise Pillet (Molène)
• Joël Jouanneau (L'adoptée)

Regard sur la mort
 Philippe Dorin (Dans ma maison de papier, j'ai des poèmes sur le feu)
 Wadji Mouawad (Pacamambo)
 Joël Jouanneau (Dernier rayon)
 Mike Kenny (Sur La corde raide)

La guerre
 Michel Aufort (Le mioche)
 Emmanuel Darley (Plus d’école)
 Nathalie Papin (L’appel du pont)
 Jean-Claude Grumberg (Iq et Ox)
LA LUNE. – Toi qui vois tout, t’as rien remarqué ?
LE SOLEIL. – Je vois de moins en moins bien, c’est tout trouble entre la Terre et moi.
LA LUNE. – La pollution. T’as vu tout ce qu’ils envoient dans l’atmosphère ?
LE SOLEIL. – Il y a trop d’hommes dans certains pays, pas assez dans d’autres.
LA LUNE. – C’est tout ?
LE SOLEIL. — Il y a des poissons le ventre en l’air à la surface des rivières.
LA LUNE. – C’est tout ?
LE SOLEIL. – Il y a moins de forêts.
LA LUNE. – C’est mieux.
LE SOLEIL. – Les déserts s’étalent, la calotte glaciaire fond.
LA LUNE. – Tu vois quand tu veux !
LE SOLEIL. – Ça ne me dit pas pourquoi elle s’est arrêtée.
LA LUNE. – T’es gros, t’es beau, mais t’es vraiment pas très futé. Elle n’en peut plus la Terre de tout ce gâchis. En s’arrêtant, elle leur dit que ça suffit comme ça, qu’ils pourraient vivre autrement. T’utiliser mieux par exemple.
LE SOLEIL. – En voilà une bonne idée !

Louis.- Pas du tout ! Où est-elle, Anabelle ?
Agathe.- Regarde-nous !
Agathe.- Ne la vois-tu pas ?
Louis.- Qui ?
Agathe et Anastasie.- Anabelle !
Louis.- Mais non.
Agathe.- Prends ma bouche !
Anastasie.- Mon nez !
Agathe.- Mon œil droit !
Anastasie.- Mon œil gauche !
Agathe.- Ma gorge !
Anastasie.- Mes pommettes !
Agathe.- Mon sourire !
Anastasie.- Mes sourcils !
Agathe.- Le lobe de mes oreilles !
Anastasie.- La couleur de ma peau !
Agathe.- Malaxe le tout !
Anastasie.- Pétris !
Agathe.- Laisse bien reposer !
Anastasie.- Alors tu la verras.
Louis.- Anabelle ?
Anastasie et Agathe.- Nous sommes ses sœurs.
Louis.- Ah…
Agathe.- Chacune…
Anastasie.-… porte…
Agathe.- … un des traits…
Anastasie.-… d’Anabelle.
Louis.- Anabelle a des sœurs ! Les sœurs, ce serait vous ? Mais… pas possible… Anabelle est si belle et vous êtes…
Agathe.- Agathe !
Anastasie.- Anastasie !

Annie Janicot
annie.janicot[
arobase
]reseau-canope.fr
Répliques enchaînées
http://fictions.franceculture.fr/emission-archives-des-fictions-de-france-culture-l-enfant-cache-dans-l-encrier-2007-11-25

A voir sur Youtube : https://www.yout...com/watch?v=RJ9den9n7xw
4'30 - 6'
14' - 17'
“La si trop belle soeur trouvée et moi,
on se lasser pas jamais de se regarder
toujours, et je devenir fou pour elle.
J’inventer tous les jeux qui êtrent pas
dans le grenier de Pré- en- Pail. Je jouer le
cow- boy et elle la squaw. Je l’appeler
«Queue de cheval », je la faire prisonnier
une heure et je la ligoter, je l’avoir
même bâillonner sur la bouche l’heure
qui suivre pour elle appeler pas
Personne au secours, et après je tout
faire pour la délivrer et je réussir, et alors
elle me dire j’être son sauveur. Je devenir
Davy Crockett aussi pour elle, le
trappeur qui avoir jamais peur, et je lui
faire la cabane dans le palmier, je lui
griller le lapin, et elle boire l’eau de la vie
dans ma main. Parfois, […] on jouer à
l’école et elle être Mademoiselle Grevisse,
mon institutrice, elle m’apprendre toute
la grammaire et je devoir être l’élève
modèle, mais je retenir rien, alors elle
me punir et je faire l’âne pour elle et ça
je le faire bien. Il arriver même on ne
rien faire du tout elle et moi, mais on ne
s’ennuire pas, on jamais voir le temps
passer depuis on être là, et peut- être le
calendrier il nous avoir oublier.”
http://www.actes-sud.fr/sites/default/files/9782742787029_argu_0.pdf
A voir sur Youtube :
https://www...com/watch?v=RJ9den9n7xw
19'30
J'ai compris que pour écrire je devais me mettre à la hauteur des enfants, de leurs certitudes et questionnements.
Posture : je ne veux pas et je ne peux pas trahir ces enfants mais je ne peux pas et je ne veux pas trahir l'auteur que je suis.
Pourquoi ramener sans cesse l'enfant à la joie de vivre ? Ils ont les mêmes émotions que les adultes mais ils n'ont pas les mots pour en parler.
Suzanne LEBEAU
Namur, 12/2015
J'explore en restant proche des enfants
Puis je dois tout oublier, décanter, trouver la métaphore fondatrice, faire en sorte que les questions trouveront des milliers de réponses.
Les textes de théâtre contemporain pour la jeunesse, une langue en mouvement. Janicot, Annie, Les Actes de lecture n° 102, 06/2008
http://www.lecture.org/revues_livres/actes_lectures/AL/AL102/AL102p061.pdf
Écouter la lecture sur France Culture
http://0080840v.esidoc.fr/rubrique/view/id/80?feature=website
Source à consulter :
les répertoires critiques
de Marie BERNANOCE
http://0080840v.esidoc.fr/panier/repertoirecritiquedetheatrepourlejeunepublicmariebernanoce/html
Luc TARTAR
Jean-Rock GAUDREAULT
Full transcript