Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Cycle 3 , Arts Plastiques.

Pistes de réflexion, exemples d'oeuvres autour du programme des Arts Plastiques, en cycle 3 (CM1, CM2, 6ème). A partir du Bulletin officiel spécial n°11 du 26 novembre 2015
by

chauvreau fred

on 2 March 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Cycle 3 , Arts Plastiques.

Cycle 3 , Arts Plastiques.
Trois grandes entrées organisent cet enseignement au cycle 3 :

la
représentation
et les dispositifs de
présentation


les
fabrications
et la relation entre
l'objet et l'espace


la
matérialité

La représentation
: en deux et trois
dimensions
‐ La
ressemblance
et la valeur de
l’écart
entre
le référent (ce qui est figuré) et sa représentation.
‐ La
reproduction
: l’unique, l’original, et la série; la diffusion.
La
narration
:
‐ L'organisation des images dans la
narration.
‐Le temps, dans les images animées (ralenti,
accélération, séquençage...).

Les fabrications
: la relation objet/espace

L’objet
et son
potentiel poétique
,
plastique
et
expressif
:
détourner
,
transformer
.
Forme et fonction.
un objet ou une image peut devenir le matériau d'une nouvelle réalisation.
.

La sculpture
: explorer l'espace, le
vide
et le
plein
(forme ouverte, forme fermée)...
‐ Dimension plastique du bricolage, de
l
’assemblage
. Diversité des modes de liaison
dans les constructions.
‐ Relation entre structure et enveloppe,
entre passage et transition.

La matérialité
: sensibilité aux constituants de l'oeuvre

‐ Les
qualités physiques
des objets, des
matériaux
.

Surface
: enveloppe, peau, texture.

La couleur
: peinture/matière.

La lumière
: action sur les surfaces, sur les matières. Opacité et transparence.

Effets visuels
et plastiques obtenus par la mise en oeuvre d’outils, de matériaux, de médiums et de supports variés.

Changement de statut
: en art, l’objet et l’image peuvent devenir matériau.

Présentation
‐ Mise en regard et en espace.
‐ Prise en compte du
spectateur
, de l’effet recherché.
‐ Influence du
dispositif de présentation
(
socle, absence du socle, accrochage,
installation
…) sur les conditions de perception par le spectateur.

‐ Associer, ajouter, retrancher, organiser des objets, des
matériaux entre eux, et explorer leur déploiement dans
l’espace, les jeux entre équilibre et déséquilibre.
‐ Modifier les qualités physiques d’un objet, éprouver la
dimension poétique ainsi sollicitée.
‐ Photographier les volumes, rendre compte du jeu de
la lumière sur les volumes et les textures.
‐ Adapter une forme à une fonction.

Exemples de situations, d'activités pour l'élève :

Donner forme à la matière : l’éprouver et jouer de ses
caractéristiques.
‐ Explorer l’influence du relief du support sur l’image
peinte ou dessinée.
‐ Utiliser des objets et des matériaux non artistiques
comme supports et outils.
‐ Identifier, dans ses productions ou dans les oeuvres, la
part du hasard, celle de l’intention.
‐ Associer une oeuvre à d’autres qui lui sont proches
pour faciliter la perception de ce qui les constitue et les
distingue.

‐ Exprimer ses émotions face aux réalisations de ses
camarades ou à des oeuvres ; les relier aux moyens
utilisés.
‐ Valoriser des objets banals.
‐ Développer une première habitude de la
confrontation, du croisement des regards et des savoirs.
‐ Explorer diverses modalités et lieux de présentation
de sa production (une vitrine, un musée, l’espace
quotidien, un écran ; cadre/ socle). Jouer du rapport d'échelle

Questionnements :
La représentation plastique et les dispositifs de présentation

La ressemblance :
prise de conscience et appropriation de
la valeur expressive de l'écart .

L'autonomie du geste
graphique, pictural, sculptural.
(notions d'original, de copie, de multiple et de série).

Les différentes catégories d'images

La narration visuelle

La mise en regard et en espace
(cadre, socle, piédestal, contextes...).

La
prise en compte du spectateur
, de l'effet recherché

La ressemblance
• Recherche d'imitation, d‘accentuation ou d'interprétation, d'éloignement des caractéristiques du réel dans une représentation, le surgissement d'autre chose...
Léonard de VINCI
,
La joconde
,
1503–1517. Huile sur bois.
Jean-Michel
BASQUIAT
,
La Joconde
, 1983. Huile sur toile
L'autonomie du geste
graphique, pictural, sculptural.(notions d'original, de copie, de multiple et de série).
intervention sur les images déjà existantes pour en modifier le sens par le collage, le dessin, la peinture, le montage, par les possibilités des outils numériques.
Kazimir
MALEVITCH
,
Composition avec la Joconde, éclipse partielle
, 1914, huile et collage sur toile, crayon, 62.5 x 49.3 cm.
PICASSO
,
La femme qui pleure
, 1937.

REMBRANDT
,
Autoportrait en jeune homme
, 1629. Huile sur toile,15,5 x 12,7 cm. Alte Pinakothek, Munich.
Vincent
VAN GOGH
,
Autoportrait
1889. Musée d’Orsay, Paris.
Les différentes catégories d'images
(différence entre images à caractère artistique et images scientifiques ou documentaires ...)
Joan
FONTCUBERTA
, série
Fauna
, 1985-1989.
Sophie
CALLE
,
La Filature
, 1981.
La narration visuelle
(agencements plastiques pour raconter ou témoigner ; productions plastiques exprimant l'espace et le temps, également au moyen d'images animées : ralenti, accélération, séquençage...).
MASACCIO
,
Chapelle Brancacci
, 1425, fresque, Florence.
Narration continue
2 espaces= 2 moments du récit
FRA ANGELICO
,
Annonciation
, 1432. Retable du Prado.
Montage symbolique
Sergei
EISENSTEIN
,
La grève
, 1924, film 35 mm.
La mise en regard et en espace. •
(Observation et analyse d'œuvres ou d'images; comparaison d'œuvres différentes sur une même question ou dans d'autres arts).
effet
KOULECHOV
Théorie du montage: une image n'a de sens que par rapport à celle qui la suit ou la précède.
Constantin
BRANCUSI
,
Le coq
, 1935.
Duane
HANSON
,
Supermarket Lady
, 1969.
François-Frédéric
Lemot,
Monument à Henri IV
, 1818, Pont Neuf, Paris.
La
prise en compte du spectateur
(accrochage, mise en espace, mise en scène, frontalité, circulation, parcours, participation ou passivité du spectateur, rapport d'échelle...).
GIAMBOLOGNA
,
Enlèvement des Sabines
, 1582
Christian
BOLTANSKI
,
Autel du Lycée Chases
, 1987.
Sculpture multifaciale
Accrochage / Mise en scène
Oeuvre In Situ / parcours
Robert
SMITHSON
,
Spiral Jetty
, 1970.
Piedestal / supériorité
Socle comme oeuvre
Absence de socle / illusion
Questionnements : Les fabrications et la relation entre l'objet et l'espace
:

L'hétérogénéité et la cohérence

plastiques
(relations formelles entre constituants plastiques, sens produit par des techniques mixtes)

L'invention, la fabrication, les détournements, les mises en scène des objets
(intervention sur des objets, leur transformation ou manipulation , statuts de l'objet , relation forme/fonction)

L'espace en trois dimensions
(travail en volume = modelage, assemblage, construction, installation... ).

L'hétérogénéité et la cohérence

plastiques
(collage d'éléments hétéroclites, association d'images disparates, intrusion de perturbations... au profit d'une intention)
Robert
RAUSCHENBERG
,
Black Market (Marché noir)
, 1961. Combine painting.
Interroger la valeur indiciaire de la photo et l' authenticité du témoignage biographique
Mise en scène de fausses découvertes scientifiques
Clair obscur, l' ombre comme jeu de disparition/ apparition, mystère.
Touches directionnelles/ fond comme extériorisation d'une âme tourmentée
L' écart produit la ressemblance:
Fragmentation, imbrication des formes
Portrait idéal/ proximité avec le spectateur
Pastiche / graffiti/ désacralisation du modèle
Appropriation / destruction de l'illusionnisme
Assemblage d'objets et de peinture/ entre peinture et sculpture
Meret
OPPENHEIM
,
Déjeuner en fourrure
,1936
Détournement d'objet / assemblage de matières hétérogènes
L'invention, la fabrication, les détournements, les mises en scène des objets
( modification des qualités physiques d'un objet dans un but poétique, équilibre et déséquilibre; forme ouverte, fermée, etc. )
Richard
HAMILTON
,
Just What Is It that Makes Today's Homes So Different, So Appealing?
, 1956. Collage
Collage d'images trouvées / parodie de la société de consommation
L'espace en trois dimensions
(volume = notions de forme fermée et forme ouverte, contour et limite, vide et plein, intérieur et extérieur, enveloppe et structure, passage et transition ; interpénétrations espace de l'œuvre / espace du spectateur) .
Henry
MOORE
,
Figure étendue
, 1951
Mise en scène d'objet trouvé
Marcel
DUCHAMP
,
Fontaine
, 1917. Ready Made.
Marcel
DUCHAMP,
Le Grand Verre (La Mariée mise à nu par ses célibataires, même.)
1915-1923.
interpénétrations espace de l'œuvre / espace du spectateur
Vide et plein/ forme ouverte.
Frank
GEHRY
,
Fondation Louis Vuitton
, 2014, Paris.
Jeu entre intérieur et extérieur/ structure et enveloppe
Exemples de situations, d'activités pour l'élève :
Questionnements:
La matérialité de la production plastique et la sensibilité aux constituants de l'œuvre.

La réalité concrète d'une production ou d'une œuvre
(le rôle de la matérialité)

Les qualités physiques des matériaux
(caractéristiques : porosité, rugosité, liquidité, malléabilité...)

Les effets du geste et de l'instrument
(effets visuels obtenus par la mise en œuvre d'outils, les dialogues entre les instruments et la matière - touche, trace, texture, facture, griffure, trainée, découpe, coulure... l'amplitude ou la retenue du geste, sa maitrise ou son imprévisibilité).

La matérialité et la qualité de la couleur
(qualités physiques , usages - jus, glacis, empâtement, couverture, aplat, plage, giclure...- supports, relations entre quantité (formats, surfaces, étendue, environnement) et qualité (teintes, intensité, nuances, lumière...).
La réalité concrète d'une production ou d'une œuvre
(le rôle de la matérialité : jouer de ses caractéristiques physiques, des textures; identification de la part du hasard, et celle de l'intention.)
Anish
KAPOOR
,
1000 Names
, 1979-80. Technique mixte, pigments.
Dématérialisation du volume par la texture de la surface
Michel BLAZY, Post Patman, 2007. bois, pâtes de soja, colorant alimentaire.
Destruction - création/ sculpter avec la moisissure, le pourrissement / oeuvre en devenir/ forme en croissance.
Les qualités physiques des matériaux
( incidences de leurs caractéristiques sur la pratique plastique en deux dimensions et en volume sur l'invention de formes ou de techniques, sur la production de sens.)
CÉSAR
,
Expansion n°14
, 1970. Mousse de polyuréthane.
Expansion/ Sculpture qui se produit d'elle-même
Gerhard
RICHTER
,
Portrait de Klinker
, 1965. Huile sur toile, 100x 80 cm.
Viscosité de la peinture,
confusion peinture/photo (flou)
Victor
HUGO
,
Ville au pont rompu
,1847. Lavis d'encre brune, crayon.
Fluidité / dilution. Effet onirique, mystérieux
Les effets du geste et de l'instrument
Jackson
POLLOCK
,
Dripping
, 1947
Faire gicler la peinture/ inventer son instrument
Julian
SCHNABEL
,
Portrait d'Azzedine Alaia
, 1983. Huile, assiettes sur bois.
L'objet comme matière/ brisure/fragmentation
La matérialité et la qualité de la couleur
Antoni
TAPIES
,
Creu I R
, 1975. technique mixte
Creuser, gratter, recouvrir/ découvrir
Yves
Klein
,
IKB 3, Monochrome bleu sans titre
, 1960
Quantité = qualité
(1m2 de bleu est plus bleu que 1 cm2)
Claude
MONET
,
Impression, soleil levant
. 1872. Huile sur toile.
Couleur autonome, apparition de la touche,
de la trace du geste du peintre.
Pierre
SOULAGES
,
Peinture 181 x 244 cm, 25 février 2009
, triptyque.
Couleur lumière/ matière modelée (épaisseur),
entre peinture et relief
Couleur matière/ rôle du support
Robert
RYMAN
,
Sans titre
, 1961.
Couleur matière/ empâtement
Jean
FAUTRIER
,
Wig wag
, 1959, Huile sur carton entoilé, 27 x 46 cm.
Couleur lumière/ espace dématérialisé
James
TURRELL
,
Skyspace
, 1970.
http://turrell.utexas.edu/
Full transcript