Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Développement Durable

=)
by

dorra meddeb

on 25 January 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Développement Durable

Les coûts humains et sociaux
Les coûts environnementaux
Activités
Activité 1 p 146
La persistance des inégalités
Disparités sociales au niveau des revenus
Disparités sociales au niveau de l’emploi
Disparités entre les entreprises
Activité 7 p148
Disparités régionales
R1

Malgré l’amélioration du niveau de vie moyen de toute la population, des inégalités persistent entre la campagne et la ville. En effet, toutes les régions ne bénéficient pas autant des fruits de la croissance: en effet, la croissance ne touche pas toutes les régions avec la même intensité.

Certaines peuvent rester à l’écart de toute transformation qu’elle provoque.

Il ya des régions favorisées qui bénéficient des investissements les plus importants, de la technologie la plus sophistiquée, de l’infrastructure la plus appropriée, des conditions de vie les plus favorables…

Comme il y en a d’autres, défavorisées, délaissées, ne profitant que peu des retombées
de la croissance.
La croissance n’a pas que des avantages, elle engendre aussi des effets pervers du fait qu’elle est source aussi d’inégalités diverses
R2

Non, on n’est pas tous égaux devant le chômage. En effet, le chômeur peut être exposé à deux risques :
- la vulnérabilité càd le risque de tomber au chômage.
- l’employabilité càd la probabilité de sortir du chômage (Concerne les chômeurs âgés dont la formation est périmée).
Activité 8 p149
Épuisement des ressources naturelles
Épuisement des ressources naturelles non renouvelables
Épuisement des ressources naturelles renouvelables
LE DÉVELOPPEMENT DURABLE
Plan du cours
Notion de développement durable
Les Composantes du Développement Durable
Pour définir le DHD, quatre composantes de capital sont indissociables car les aspects économiques, humains, sociaux et environnementaux du développement durable sont intimement liés :
La conjugaison de ces quatre capitaux est indispensable pour que le développement soit durable.s
Les indicateurs du développement humain
L’indicateur du Développement Humain
Les composantes de l’IDH
La valeur de l’IDH s’échelonne entre 0 et 1 :

0 <IDH <1
C’est un indicateur synthétique proposé par le PNUD depuis 1990, qui permet de mesurer les progrès en matière de développement humain (économiques et sociaux) réalisés dans un pays.
Une stratégie complète de rémunération comprend des modes de rétribution directe et indirecte
L’IDH est un instrument de mesure synthétisant trois capacités humaines de base :
image ismha uuuu
La croissance s’accompagne toujours par une utilisation extensive des ressources naturelles dont les unes sont en voie de disparition
L’augmentation de la production industrielle exige l’exploitation des gisements naturels, ce qui nécessite une surexploitation de certaines ressources tq: le
charbon, le pétrole.
Ainsi la consommation de pétrole a été multipliée par 2 depuis les années 70, alors que la production mondiale est insuffisante : un seul baril de pétrole découvert pour 4 consommés
(du texte 7 p158)
Ces ressources existent en quantités limitées, et la croissance risque de générer leur épuisement
Activité 6 p158
Les coûts de la croissance
Plan du cours
Section 1: Les coûts socio-économiques de la croissance

A. Les coûts humains et sociaux

B. La persistance des inégalités
Disparités sociales au niveau des revenus
Disparités sociales au niveau de l’emploi
Disparités entre les entreprises
Disparités régionales

Section 2: Les coûts environnementaux

A. La dégradation de l’environnement naturel

B. Épuisement des ressources naturelles
1. Épuisement des ressources naturelles non renouvelables
2. Épuisement des ressources naturelles renouvelables

Partie 3 :
Le développement humain durable
Chapitre I
Activité 2 p 146
Activité 3 p 147
Activité 4 p 147
du rallongement de la durée du travail (les heures supplémentaires imposées aux travailleurs)

de la parcellisation du travail : spécialisation

de l’accélération des cadences : rythme infernal, ce qui accentue le stress et la fatigue

Ce qui va influencer négativement les travailleurs
du chômage : suppression d’emploi en raison de l’intégration du PT

de l’exode rural et de l’accélération de l’urbanisation

de la disparition de certaines E (PME) qui sont fragiles
La croissance économique est à l’origine :
Sort incertain, c’est ce qui explique les réactions violentes, la surtension et l’inquiétude du coté des travailleurs

La croissance économique est à l’origine d’une forte métropolisation et d’une urbanisation croissante, ce qui a conduit à une destruction des campagnes et une destructuration (effondrement de la structure de quelque chose) des villes.

D’où un changement des modes de vie urbain, des relations sociales, de l’utilisation du temps entre travail- loisirs- famille- amis- transport… Tout ceci risque d’induire à un relâchement des relations sociales et familiales

Avec la croissance, on enregistre l’éloignement du lieu de travail et une perte de temps (les déplacements domicile-travail), l’utilisation de plusieurs moyens de transport ainsi que l’augmentation de leurs coûts (employant un nombre croissant de modes de transport), les embouteillages…
Une métropole est une agglomération urbaine importante qui centralise des fonctions vitales pour l'ensemble du territoire et exerce une influence sur lui.
La délinquance s’accentue avec la richesse et l’urbanisation car les cibles et les tentations sont plus importantes et plus vulnérables : le manque de contrôle social, la passivité, le désintérêt, l’insuffisance de déclaration des délits, l’inactivité et le désintérêt vis-à-vis du travail, la concentration urbaine, la multiplication des ghettos

(zone urbaine surpeuplée où une minorité ethnique ou culturelle vit à l'écart du reste de la population ex : les noirs américains)
l’urbanisation intensive avec tous les problèmes qu’elle peut engendrer : bidonvilles, embouteillages, délinquance, pollution, logements, infrastructure urbaine…

l’apparition et l’accentuation de nouvelles maladies : cancer, sida, maladies cardiovasculaires ou nerveuses…

l’exclusion sociale en raison de cette culture de « l’avoir » qui privilégie la personne et non le groupe, d’où moins de solidarité et de cohésion au sein de la société.

l’accélération des cadences dans l’E (les travailleurs doivent être plus efficaces et intensifier leurs efforts), le stress, la fatigue nerveuse et physique.
Évaluation
Les coûts économique sont :
Activité 6 p148
Activité 2 p152
La croissance ne touche pas toute la population de la même manière:
les laissés pour compte sont de plus en plus nombreux.
En effet, la croissance a entraîné une augmentation du nombre des pauvres et des exclus de la société et a généré la dégradation du PA pour certains.
Le fossé se creuse entre les américains les plus favorisés et les plus démunis :
une part croissante des américains souffre de la pauvreté semblable à celle des PED en raison de
la multiplication des bidonvilles, des chômeurs, des sans abris qui se nourrissent de
détritus (au milieu des poubelles éventrées)
R1

La croissance est à la fois créatrice et destructrice d’emplois.

En effet, durant la phase descendante du cycle économique (récession ou dépression : phase durant laquelle l’E enregistre un ralentissement voire une contraction de son activité), les licenciements sont fréquents : d’où aggravation du problème de chômage.
De même, l’intégration du progrès technique est source de destruction d’emploi: la croissance et la recherche de la meilleure compétitivité pousse les entreprises à automatiser le processus de production ; l’automatisation engendre la substitution du capital au travail.
Donc la croissance génère une inégalité face à la conservation de l’emploi, car les E veulent une m/o polyvalente, mieux formée et plus motivée, plus mobile
professionnellement et géographiquement. Alors que l’évolution des qualifications accentue l’inemployabilité de nombreux actifs non ou peu qualifiés (ceux dont la qualification acquise est inadaptée à la qualification requise).






D’où une véritable exclusion sociale car le chômage accentue les inégalités en touchant plus fortement certaines catégories (femmes, jeunes, immigrés, non qualifiés)
La croissance exige l’utilisation des nouvelles technologies, ce qui diminue le besoin des E en main-d’oeuvre et rend obsolètes (périmées) les qualifications : exclusion aujourd’hui de ceux qui ne sont pas qualifiés.
Les inégalités entre les E se manifestent par un dualisme de l’appareil productif.
En effet, il ya d’un coté des GE qui bénéficient de certains atouts :
 Les économies d’échelle source de meilleure compétitivité prix.
Un accès à de nouvelles technologies et les effets qui en découlent (plus grandes capacités de production, possibilité de moderniser l’appareil productif, d’attirer une main d’oeuvre plus qualifiée bénéficiant de rémunérations plus importantes….

Et d’un autre coté, les PME, à forte intensité travaillistique, à faibles rémunérations, se
caractérisant par un emploi précaire…
La croissance ne profite pas à toutes les E : la croissance exige l’intégration du PT et nécessite des équipements et des I coûteux qui ne peuvent pas être réalisés par toutes les E.
Seules les GE, dont l’objectif est d’améliorer la compétitivité, peuvent se permettre de les réaliser en raison de leur grande assise financière et les autres vont disparaître ou seront rachetées.
Activité 10 p149
R2

Graphique et non un tableau

Les dépenses moyennes par personne et par an ont augmenté dans les deux milieux, mais à un rythme presque identique.

TCG dépense en milieu communal = 735,41%(cm = 8,35)

TCG dépense en milieu non communal = 715,09 % (cm = 8,15)

En valeur, les dépenses moyennes par personne et par an sont plus élevées en milieu communal qu’en milieu non communal. ex : en 1995, les dépenses moyennes par personne et par an en milieu communal sont de 2,08 fois (double) celles du milieu non communal.
La dégradation de l’environnement naturel
L’épuisement des ressources naturelles
La croissance se traduit par la surexploitation des ressources naturelles essentielles au maintien de l’équilibre de l’écosystème et à la survie de l’espèce humaine.
Ce phénomène se traduit par :
La déforestation
L’épuisement des sols
Le tarissement des ressources en eau
Activité 9 p159
L’extinction de certaines espèces végétales et animales
R1

L’Affectation de la faune et la flore : plusieurs espèces animales et végétales sont menacées par l’extinction (disparition totale sans laisser de survivant)

ex : les ours polaires sont en danger dans les régions tropicales suite au réchauffement
de la planète.

ex : la surexploitation des poissons menace ces espèces (texte 2 p162)
Activité 10 p159

Les surfaces des forêts diminuent en raison :

de la surexploitation du bois dans le monde,
de l’extension des villes, 
des incendies accentuées par le réchauffement de la planète, 
du développement de l’infrastructure routière au dépens des régions boisées.

ex : au cours des années 90, 154 millions d’hectares de forêts ont été abattus et seulement 1/6 est replanté.

Ainsi la planète risque de devenir chauve, ce qui peut priver les individus de leurs moyens de subsistance et de leurs médicaments dans le futur : danger pour la survie de l’homme et privation des générations futures de la satisfaction de leurs besoins fondamentaux.
Activité 8 p158
R1

L’épuisement signifie :

appauvrissement (d'une substance fertile) : épuisement de la terre

faiblesse extrême : un état d'épuisement

La croissance économique et démographique est un facteur important de la dégradation des sols (détérioration progressive sur le plan qualitatif ou quantitatif, acte qui inflige des dégâts matériels)

La fertilité des sols est partout en régression : 85% des terres agricoles dans le monde sont touchées par l’érosion (perte graduelle de substance, d’un élément du relief terrestre) et la salinisation

La désertification : EN ÉCOLOGIE évolution d'une zone géographique semi-aride en une zone aride.

ARIDE : stérile par manque d'eau et dépourvu de végétation.

La déforestation et la sécheresse figurent parmi les causes de la désertification.
R2

Les sols se dégradent, la désertification, l’érosion des terres et la salinisation des sols affectent diverses régions et réduit les surfaces des terres cultivables.

Ce qui se traduit par des effets néfastes sur la population :

 la perte de 42 milliards par an en termes de revenus

 la limitation de la capacité à produire de la nourriture, ce qui rend difficile les possibilités de nourrir la population en croissance continue.
L’eau couvre les 70% de la surface de la terre, ce qui signifie que les ressources en eau sont extrêmement abondantes sur terre.
Mais seulement 2,5% de ce stock est une eau douce et uniquement 1 % de cette eau douce est accessible pour l’homme que ce soit pour la production ou pour la consommation.
Hausse de la consommation suite à la croissance démographique, à l’urbanisation, l’irrigation,
l’usage industriel et tertiaire
La pollution rend impure les eaux disponibles.
L’épuisement des ressources par pompages
souterrains, le réchauffement climatique…

Raréfaction (diminution importante d'une quantité) des ressources en eau
Les besoins en eau sont croissants
Hausse de la demande
La diminution des ressources
Diminution de l'offre
Activité 11 p159
R2

La disparition de certaines espèces animales et végétales génère la destruction des équilibres naturels : déséquilibre de l’écosystème et constitue un danger pour l’humanité
car il génère :
La diminution des réserves en oxygène.
L’impureté de l’eau
Le manque de médicaments puisque les plantes sont des médicaments.
La propagation des maladies.
La hausse des dépenses de santé.
La dégradation de l’environnement naturel
La pollution
Activité 3 p155
R1

L’urbanisation se manifeste par l’explosion des villes ou par la constitution des grandes agglomérations

R2

L’explosion urbaine constitue une source de préoccupation car la concentration urbaine peut avoir des effets pervers sur l’environnement tq :

habitats spontanés, bidonvilles, conditions de vie précaires, pollution due aux déchets domestiques…

les problèmes de transports : les déplacements dans les villes deviennent de plus en plus difficiles, encombrant et polluant…

L’urbanisation est source de pollution de l’environnement, l’atmosphère des villes se dégrade.

La pollution se développe sous plusieurs formes : dégagements des gaz toxiques
notamment par les moyens de transport, accumulation des déchets domestiques, pollution sonore etc...
Activités 1 et 3 p156
La pollution résulte :

des activités humaines :

ex: les combustibles brûlés (charbon, pétrole, gaz), les eaux utilisées pour le nettoyage,les ordures ménagères…

des activités des entreprises :

* les émissions de gaz par les entreprises, les déchets toxiques de l’industrie sont
source de pollution de l’atmosphère et de réchauffement de la planète.
Ce réchauffement déstabilise le climat, accroît les tempêtes, les sécheresses, les incendies de forêts…

* l’utilisation excessive d’engrais et de produits chimiques par l’agriculture provoque de graves problèmes de pollution des nappes d’eaux et des sols.

Toutes ces formes de pollution sont sources de maladies.
Section 1: Notion du développement durable

A.Le développement, simple processus
I- Notion de développement (définition)
II- Distinction entre croissance et développement
III- Liens entre croissance et développement

B.Le développement, concept en évolution
I- Le développement humain
II- Le développement durable (viable, soutenable)

Section 2: Les composantes du développement durable

Section 3: Les indicateurs du développement humain
Le développement, simple processus
Le développement, concept en évolution
Depuis 1990, l’ONU a défini deux nouvelles notions : DH et DHD, car il ne suffit plus de réaliser le développement, il faut qu’il soit humain et il faut surtout le maintenir le plus longtemps possible.
Notion de développement
Définition
Le développement est un processus caractérisé par la combinaison des changements dans les structures économiques, sociales,institutionnelles et culturelles…permettant la couverture des coûts de l’homme.

Les changements dans les structures sociales : transformations importantes dans la société.
ex : la formation, l’émancipation de la femme, la baisse de la fécondité féminine, la transition démographique…

Les changements dans les structures culturelles : l’individu s’émancipe des croyances.

Les changements dans les structures institutionnelles : existence des lois.
ex : droit de propriété sur les brevets, lois de protection des animaux …

Les changements dans les structures mentales : rationalité, temps consacré au travail et non à la flânerie,…
Le développement est un processus global qui se traduit par des mutations très profondes.

Le développement est bien plus que la croissance puisqu’il inclut non seulement les mutations des structures économiques mais également d’autres mutations : le développement inclut la croissance.

Le développement n’est pas un simple grossissement de ce qui existe déjà, mais l’apparition d’un monde nouveau caractérisé par la maturité.
Distinction entre croissance et développement
Liens entre
croissance et développement
Ainsi la croissance économique qui s’accompagne par des mutations de toute nature est une croissance qui génère le développement car elle assure certains aspects du bien être :

La croissance est préalable à tout effort de développement.

Il ne peut y avoir de développement sans croissance.

La croissance est préalable à tout effort de développement, càd favorise le développement.
La croissance est une condition nécessaire au développement pas de développement sans croissance
Croissance avec développement
La croissance est une condition absolument nécessaire au développement car un niveau minimum de richesses est indispensable pour satisfaire les besoins de l’Homme, càd elle constitue la base économique du développement, dans la mesure où elle permet de dégager les ressources
nécessaires pour :

financer les investissements dans divers domaines relatifs à l’éducation, la santé, la culture.

créer des emplois et de distribuer des salaires permettant ainsi l’amélioration du niveau de vie.

dégager les ressources nécessaires pour développer et améliorer le système de protection sociale, pour accorder les aides sociales aux plus démunis, pour éradiquer la pauvreté et réduire les inégalités etc.
Croissance sans développement
Si la croissance s’accompagne par une répartition inégalitaire càd si elle s’accompagne par une augmentation de la pauvreté, il y aura une multiplication des laissés pour compte de la société, une accentuation des inégalités, un affaiblissement de la démocratie, une perte de l’identité nationale...

Ces inégalités interdisent des progrès de la santé, de l’éducation, du plus grand nombre qui s’avèrent décisifs pour apporter aux productions modernes la main d’oeuvre dynamique et formée qu’elles requièrent.
Or, il n’y a développement que si la croissance arrive à couvrir les coûts de l’Homme : BF(nourriture, éducation, santé, logement…)

Si le progrès économique ne se diffuse pas à l’ensemble de la société càd si les gains de la croissance sont mal répartis, seule une minorité de privilégiés profitera de cette croissance et des progrès qui l’accompagnent, alors que la majorité reste à l’écart ce qui freine la constitution d’un marché intérieur, le manque de débouchés décourage l’investissement et aggrave le problème de chômage d’où une non satisfaction des besoins fondamentaux de l’Homme.

Si la croissance économique est inférieure à la croissance démographique, alors elle n’assure pas le bien être de tous.

Si les fruits de la croissance sont mal utilisés (ex : achat d’armes), ils ne seront pas orientés vers la satisfaction des besoins fondamentaux de l’Homme.
Le développement favorise la croissance économique
Le développement favorise la croissance économique car s’il y a développement économique (couverture des coûts de l’homme), ce dernier offre un environnement favorable à l’amélioration de l’efficacité productive à long terme. Ces GP qui par leur répartition, favorisent une nouvelle croissance.

Le développement favorise une meilleure santé et éducation rendant ainsi la population plus dynamique, plus entreprenante, moins fataliste, créatrice... ce qui permet l’amélioration de la compétitivité globale et dynamise l’activité économique.

Le développement assure la continuité de la croissance économique, càd il la soutient et permet de la prolonger puisque une population mieux éduquée, plus qualifiée et en bonne santé physique et morale contribue plus facilement à l’essor de nouvelles activités et à l’accroissement des richesses à long terme.

Donc si on repère le développement comme la satisfaction des BF : une meilleure alimentation, couverture médicale, une amélioration de l’espérance de vie, un logement décent, et une éducation plus élevée donc pop plus efficace générant une croissance plus sure et plus soutenue.
Objectifs du DD
La préservation de l’environnement : il faut concilier entre croissance économique et sauvegarde des richesses naturelles : la croissance doit être saine et sage.

Les garanties pour les générations futures : il ne faut pas compromettre les chances des générations futures : il faut sauvegarder les intérêts des générations présentes et futures.
Il s’agit de protéger le patrimoine naturel de la planète et léguer les mêmes opportunités aux générations futures comme celles offertes aux générations qui les ont précédées.

Donc la durabilité du développement passe par une
équité

inter et intra générationnelle
Le domaine du développement humain est bien vaste.

Il parait donc difficile de retenir un chiffre unique (PIB/H) pour mesurer la réalité complexe que représente le DH.

C’est pourquoi un premier indicateur a été élaboré pour suppléer au PIB/H et mesure d’une manière synthétique le DH.
Le PNB/hab en PPA
L’espérance de vie à la naissance
Le taux d’alphabétisation des adultes
et
le taux de scolarisation combiné
Mesure le niveau de vie
Mesure la longévité et la santé
Mesure le niveau d’instruction et l’accès au savoir
Il est humain dans la mesure où il intègre des critères sociaux du développement : il mesure la qualité de vie.

Il est plus pertinent que le PIB/hab quant à l’appréciation de la qualité de la vie.
L’IDH est un dépassement du PNB/ hab.
la capacité à vivre longtemps et en bonne santé,
la capacité d’accéder à l’éducation et au savoir
et enfin la capacité de bénéficier d’un niveau de vie décent.
L’IDH permet :

Une évaluation des progrès réalisés en matière de développement humain dans un pays : mesure de la qualité de la vie.

Une meilleure comparaison dans le temps : suivre l’évolution du niveau de DH d’un même pays.

Une meilleure classification et comparaison entre les différents pays.
Pays à niveau de DH
faible
: IDH < 0,5

Pays à niveau de DH
moyen
: 0,5 < IDH < 0,8

Pays à niveau de DH
élevé
: IDH > 0,8
Full transcript