Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

TPE - TIM BURTON

No description
by

Laurine Pezzoli

on 11 January 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of TPE - TIM BURTON

Introduction
Le thème de notre Travail Personnel Encadré (TPE) repose sur le célèbre réalisateur, scénariste et producteur américain : Timothy Walter Burton, surnommé Tim Burton. Né le 25 Août 1958 à Burbank (Californie), il est le maître du genre fantastique. Sa filmographie est si vaste qu'il a fini par devenir une figure emblématique du cinéma américain moderne. Ses personnages qui s'entremêlent brillamment dans le réel et l'irréel complètent son originalité remarquable. Son univers poétique, davantage proche du rêve que de la réalité, n'est pas sans nous rappeler la grande période de l'expressionnisme allemand des années 1920.
Nous développerons cette idée importante dans la continuité de notre TPE. La problématique définie par notre groupe est : Comment la notion-même de mythe a-t-elle évolué de l'Antiquité à nos jours pour pouvoir qualifier Tim Burton de mythe moderne ? »
Nous tenterons d'y répondre en argumentant au maximum nos idées. Pour cela, notre plan se compose de deux parties. La première partie présentera Tim Burton en tant qu'artiste des mythes tandis que la deuxième concernera son travail, qui se veut être utile à la société. Grâce au développement de ces deux parties, nous expliquerons le fait que Tim Burton est, de nos jours, considéré comme étant un mythe moderne.

En premier lieu, nous tenterons d'expliquer en quoi Tim Burton est un artiste des mythes.
Tout d'abord, nous développerons le rapport entre les mythes anciens et le mythe burtonien en nous appuyant sur les thèmes abordés.
Le terme même de mythe signifie qu'il s'agit d'un récit traditionnel impersonnel, anonyme et la plupart du temps, collectif et immuable. Il est transmis de génération en génération puisque l’étymologie du terme mythe provient du latin "mythos", lui-même emprunté au grec ancien "muthos", signifiant "paroles exprimées".
A leur genèse, les mythes liaient le Réel et le Sacré de par des personnages immuables, tels que des divinités, des créations ainsi que des ancêtres fondateurs. Le but des mythes était d'expliquer la nature organique des faits naturels.
Les mythes rapportent des faits et gestes anciens provenant de personnages plus forts, plus grands et plus habiles que les Hommes d'aujourd'hui. Nous pouvons justifier cette idée en nous appuyant sur l'exemple d'Athéna. En effet, elle est caractérisée comme étant la déesse de la Guerre, de la Sagesse, de la Stratégie guerrière, des Artisans, des Artistes et des Maîtres d'école.
D'autre part, nous pouvons évoquer l'identité d'un célèbre Empereur Corse du XIXe siècle. Il s'agit de Napoléon Ier Bonaparte, incarnant la légende napoléonienne constituée pour célébrer et glorifier ses actions et en faire l'objet d'un mythe ou d'un culte. Cet Empereur régna en France, du 18 Mai 1804 au 6 Avril 1814 puis du 20 Mars 1815 au 22 Juin 1815. Dès les origines de sa carrière militaire et politique, en prenant le pouvoir par un Coup d’État, Napoléon s'est inscrit dans l'Histoire. En effet, peu d'Hommes dans l'Histoire de l'Humanité, ont suscité autant de haine et d'admiration. Son ascension fulgurante obtenue par des conquêtes militaires victorieuses ainsi que ses deux exils ont fait de ce personnage majeur, de l'Histoire de France et de l'Europe, une figure mythique tout au long des siècles qui ont suivi son règne.
" L'imaginaire gouverne le monde "
Napoléon Bonaparte
De nos jours, Tim Burton peut être qualifié de mythe moderne puisqu'il est une figure emblématique du cinéma américain contemporain. En effet, nous pouvons dire qu'il a su s'adapter à différentes situations et à adopter de multiples thèmes sans jamais faire preuve d'inégalité ou de discrimination, ce qui le rend exceptionnel.
Son cinéma donne autant de place aux enfants qu'aux femmes, en passant par les hommes. Cette diversité de public et cette volonté de s'adresser à tous font de lui un cinéaste mythique, qui est parvenu à s'imposer dans le monde cinématographique à une échelle mondiale.
Tim Burton oppose le Réel et le Sacré dans ses films, à l'image des mythes anciens. Les progrès scientifiques et le darwinisme, théorie de l’Évolution, entraîne la chute de la pratique religieuse au XIXe siècle. Prévalait alors une explication biblique de toutes les sciences de la nature qui fut ébranlée par les découvertes scientifiques. Certains pensent que les mythes ont disparu de notre société car l’opposition entre le Réel et le Sacré y était majoritairement présent.
Cela était une fausse idée car les mœurs ont changé, entraînant alors une transformation de la forme initiale du mythe. Mais ceux-ci sont aussi présents qu’autrefois. Les sorcières, les géants, … représentent le Mal tandis que la petite ville idéale et ses habitants représentent le Bien. Ces éléments mythiques figurent dans les films de Tim Burton.
Nous pouvons dire que les mythes anciens se veulent être illustratifs et surtout fondateurs d'une pratique sociale tandis que le mythe de Tim Burton, mythe contemporain, se veut être concret ; c'est une personnalité existante.
D'autre part, nous observons que la dimension archétypale des mythes s'explique par la formation de catégories symboliques, structurant les cultures et les mentalités. Le sujet est, de ce fait, orienté vers son évolution intérieure, nommée individualisation, d'après la psychologie de Jung (XIX-XXe siècles). Celui-ci désigne l'individualisation comme étant le processus de création et de distinction de l'individu.
En effet, un mythe unifie un peuple puisqu'un individu est influencé par son histoire personnelle mais également par les représentations que véhicule sa culture.
La théorie des archétypes est donc un lien permettant d'unir les pensées de chacun.
Tim Burton, à son tour, nous propose une dimension archétypale dans chacune de ses œuvres. Nous démontrerons cette idée en nous appuyant sur les films "Sweeney Todd : Le Diabolique Barbier de Fleet Street" (2007), "Alice aux Pays des Merveilles" (2010) ainsi que "Numéro 9" (2009).
Le réalisateur exprime les maux de la société comme trame de fond dans "Sweeney Todd". Il nourrira ici le besoin de vengeance envers ce monde moisi et putréfié par ce que les Hommes en ont fait, à travers le personnage d'un barbier bafoué.
Dans "Alice au Pays des Merveilles", la jeune héroïne, Alice Kingsley, âgée de 19ans est belle, intelligente et dotée d'une imagination sans bornes. Pour que le bien et la paix puissent régner de nouveau au Pays des Merveilles, elle devra se débarrasser de la tyrannie de la Reine Rouge et rétablir la justice. Alice Kingsley représente donc dans ce film l'archétype de la Paix.
Numéro 9, poupée créée par un savant, va mettre toute son énergie dans la lutte contre un mystérieux adversaire.
Les trois personnages principaux qui sont le barbier, Alice Kingsley et Numéro 9 font référence à une rébellion individuelle, une volonté d'anéantir un personnage opposant qui domine de par sa terreur.
Nous verrons dans un autre point que Tim Burton effectue un travail de réécriture des mythes anciens. Pour cela, nous comparerons son oeuvre s'intitulant "Frankenweenie" (2012), ainsi que l'euvre écrite par Mary Shelley, "Frankenstein".
"Frankenweenie" s'inspire du mythe de Frankenstein, écrit par Mary Shelley en 1818.
Le savant Frankenstein tente de créer un homme, mais cette créature lui fait bien vite horreur et le monstre sans nom est condamné à la solitude et à la vengeance.
Victor, le savant fou, décide alors de vouer sa vie à traquer son monstre. Ce dernier l'emmène dans le Nord car il est insensible au froid. A bout de force, Frankenstein est sauvé par l'équipage de Robert Walton. Il est incapable de poursuivre la lutte et meurt. Le monstre surgit alors et regrette ce qu'il a fait.
Recentrons-nous maintenant sur le film d'animation. "Frankenweenie" est une histoire simple : un jeune garçon, Victor, très doué en sciences, trouve le moyen de redonner vie à son chien Sparky qui s'est fait écraser sous ses yeux. De peur de passer pour un fou, il le cache. Malheureusement, d'autres enfants découvrent son pouvoir et tentent de le copier.
L'action se déroule dans une ville aux allures paisibles. Tim Burton explique que :
« "Les lieux de "Frankenweenie" sont proches de ceux que j'ai connus dans mon enfance. J'ai grandi dans la banlieue américaine de Burbank et cette banlieue a fait ce que je suis devenu. Je n'ai aucun désir de vengeance mais c'est vrai que je ne m'y suis jamais habitué. Cette dernière a participé à ma construction personnelle.
La fin de "Frankenweenie" diffère du mythe original, avec d'autres créatures ressuscitées en Mal par des enfants. Sparky meurt une seconde fois mais ce dernier est de nouveau réanimé par Victor. Chez Mary Shelley, c'est le créateur qui meurt tandis que dans l’œuvre de Tim Burton, la fin nous semble plus onirique
Il est important de rappeler que "Frankenweenie" est, à la base, un film d'animation destiné aux enfants, ce qui explique la résurrection du chien de Victor.
Nous pouvons observer des similitudes entre ces deux œuvres. Le personnage principal se nomme Victor Frankenstein dans les deux cas. Puis, Mary Shelley, née en 1797, voulut rendre mythique le phénomène d'électricité nommé au XVIe siècle par William Gilbert. Nous retrouvons donc l'importance de l'électricité dans "Frankenweenie" puisque Victor ressuscite son chien grâce à ce phénomène.
« "Nous ne sommes que câbles et fils qui envoient des messages. Même après la mort, les connexions sont intactes. Regardez comment les muscles répondent au choc électrique." affirme le professeur Rzykruski à ses élèves; c'est ce qui interpellera Victor.
Nassor, camarade de classe de Victor, peut nous faire penser au monstre originel de Frankenstein par les traits de son visage ainsi que par sa coiffure.
De plus, les deux créateurs ressentent le besoin de cacher leur inventions aux yeux des autres. Le sentiment de solitude est également présent dans les deux cas puisque, d'une part, Mary Shelley nous propose un scientifique reclus et incompris, qui finira par se créer une compagnie. Chez Burton, lors de la perte de son animal, Victor ressent également cette solitude et cela le conduira donc à ressusciter Sparky.
Grâce à cette première partie, nous pouvons constater que Tim Burton s'inspire des mythes anciens en mêlant Réel et Sacré, tout en contournant la dimension archétypale donnée au héros; lui permettant alors de donner à la réécriture de ces mythes un aspect unique.

Dans un second temps, nous tenterons de démontrer que le travail de Tim Burton se trouve être utile à la société.
Tout d'abord, l'univers idyllique de Tim Burton est trompeur. Prenons pour exemple le film "Edward aux mains d'argent" (1990).
Le spectateur est piégé, il est plongé dans un cadre idyllique, une belle petite ville, colorée, chaleureuse qui voit surgir un inconnu, pourvu de ciseaux à la place des mains. Il perçoit déjà le gentil et le méchant mais lorsque la situation change du tout au tout, il devine alors le piège tendu par Tim Burton qui a pour but d’éveiller l’esprit critique.
Les mythes, toujours aussi présents dans notre société, sont depuis leur genèse, passés de la tradition orale au cinéma en passant par la littérature.
L'univers poétique de Tim Burton, d’avantage proche du rêve que de la réalité, n’est pas sans nous rappeler la période de l’expressionnisme allemand des années 20.
L’Allemagne se remet difficilement de la Première Guerre mondiale (1914-1918). 
Le 28 juin 1919, le traité de Versailles marque officiellement la fin de la guerre et l'Allemagne signe à contre-cœur ce texte qui avait été négocié sans elle. L'Allemagne est considérée comme seule responsable de la guerre. Elle doit renoncer à ses colonies en Afrique ainsi qu'en Asie, restituer l'Alsace et la Lorraine à la France mais surtout les Allemands ne sont plus réunis selon le principe des nationalités: leur pays et divisé en deux par le couloir de Dantzig.
Les réalisateurs des studios allemands UFA développent alors une méthode pour compenser le manque de moyens, en utilisant le symbolisme et la mise en scène pour donner aux films une atmosphère et une profondeur expressives.
Les premiers films expressionnistes comme "Le Cabinet du docteur Caligari" (1920) de Robert Wien ...
... ou "Le Cabinet des figures de cire" (1924) de Paul Leni sont des récits filmés hautement symboliques et se rapprochent du mouvement surréaliste.
Les sujets abordés concernaient souvent la folie et d'autres troubles mentaux, la trahison, ainsi que d'autres sujets spirituels, en opposition avec les films que l'on pouvait voir alors, sur des thèmes romanesques et d'aventures.
Nous retrouvons ce style et cette atmosphère dans la majorité des œuvres de Tim Burton à l’image du film "Les Noces Funèbres" (2005) ou du court-métrage "Vincent" (1982) .
Le cinéma allemand des années 20 montrait une vision noircie, étrange et effrayante de la société contrairement à Hitler, qui arrive au pouvoir en 1933 avec le mythe arien. Ce mythe sublime faussement la société de par un stéréotype, la "race supérieure" constituée de personnes blondes aux yeux bleus, plus fortes et plus puissantes que toutes les autres "races".
Nous verrons que la critique sociale est omniprésente dans les œuvres de Tim Burton.
Tout d'abord, le mythe peut être considéré comme étant un besoin fondamental de l’être humain. Il joue de grands rôles dans notre vie sociale et notre psychisme individuel. En plus des mythes religieux et politiques, de nombreux mythes sont véhiculés par les médias de communication modernes, dans la publicité, le cinéma, la musique populaire, et la télévision. Par ailleurs, toute la publicité tire son efficacité d'un mythe selon lequel en consommant plus, je serais plus heureux.
De nos jours, ce ne sont plus des divinités à l’image de Narcisse ou de Zeus mais des éléments ou personnages concrets comme James Bond, la poupée Barbie, la voiture sport ou des motos Harley Davidson. Chacun de ces mythes est une composition de récits, de symboles et d'émotions associés à un moi idéal.
Comme Hercule dans l'Antiquité, Superman redresse les torts et combat les ennemis...
... ou comme Hélène de Troie, les top modèles qui font soupirer d'envie et de désir !
Cela peut également être des personnes ayant existé comme Marylin Monroe, représentant la féminité et le glamour ou encore une fois Tim Burton, influence noire, étrange, s’inspirant du cinéma allemand des années 20.
Ce dernier critique la société américaine à travers plusieurs de ses films comme "Big Fish" (2003), "Edward aux mains d’argent" et plein d'autres encore. Il dénonce les Américains bien-pensants, ceux qui pensent détenir la vérité absolue et ceux qui s’enferment dans leurs clichés.
Dans "Edward aux mains d’argent", il s’inspire une fois de plus de Burbank, sa ville natale pour représenter la petite ville idéale. Il affirme : "Il y avait quelque chose d'étrange qui planait dans cette ville. Les gens étaient amicaux, mais uniquement en surface. Comme s'ils étaient forcés de l'être."
Le cinéaste américain dénigre les règles de la société actuelle et le refus de la marginalité dont il fut lui-même victime. En 1979, son diplôme de CalArts en poche, il est immédiatement embauché au département animation de Disney.
Le rêve tourne court, Tim Burton passe des mois enfermé dans un petit bureau, penché sur une planche à dessin à exécuter des croquis expérimentaux qui ne seront jamais retenus. 
Son style macabre et ses créatures bizarres sont incompatibles avec les rondeurs disneyiennes.
Il en fera l'amère expérience en 1980 avec "Rox et Rouky": "J'étais tout simplement incapable de dessiner ces petits animaux mignons à quatre pattes. On m'a donné à faire des éléments d'arrière-plan, mais même là, c'était une torture chinoise pour moi. Entre Disney et moi, ça ne collait absolument pas. Je les ai rejoints quand l'animation traversait la pire crise de son histoire mais ils ne savaient pas quoi faire de moi. J'étais très malheureux." »
A l'aide de cette seconde partie, nous avons pu constater que l'univers idyllique de Tim Burton trompe implicitement le spectateur dans le but de lui délivrer une critique sociale.
CONCLUSION
Pour conclure, les mythes reposent sur une psychologie, et des sentiments non dénués de réalité. Ils sont une porte d’entrée idéale pour explorer toutes sortes de sentiments, certes parfois surdimensionnés, mais souvent bien réels. Nous avons pu voir que les mythes, à leur genèse, présentaient des divinités tandis que de nos jours, ils sont basés sur du concret. Nous pouvons donc dire que la notion même de mythe a véritablement évolué de l'Antiquité à nos jours car aujourd'hui, nous sommes capable de qualifier Tim Burton de mythe moderne de par l'originalité de son travail.
Cette figure emblématique du cinéma américain contemporain inspire à son tour d'autres artistes.
Son univers encouragea Mathias Malzieu à écrire "La Mécanique du Coeur", roman paru en 2007.
Le graphisme des personnages de Tim Burton, quant à lui, inspira le réalisateur Stéphane Berla (en association avec l'auteur Mathias Malzieu). "Jack et la Mécanique du Coeur" est un film d'animation français sorti le 17 Octobre 2012.
Tim Burton, désormais considéré comme mythe moderne, continuera probablement d'influencer le travail de futurs artistes.
bibliographie :
Toutes les photos présentes dans ce TPE sont libres de droit et proviennent du site http://www.deviantart.com/
sauf les images ci-dessous :
Photographie du philosophe Jung : http://lechatmasque.wordpress.com/2011/08/09/livre-rouge-carl-gustav-jung-edition-france-musee-guimet/
L'affiche du film "Frankenweenie" : http://www.atypique.co/critique-frankenweenie-un-film-qui-fait-vraiment-peur/
Image du film "Frankenweenie" : http://www.dailyrecord.co.uk/entertainment/celebrity/martin-landaus-joy-at-tim-burtons-1378141
Image du personnage Nassor dans le film "Frankenweenie" : http://www.disney.fr/frankenweenie/personnages.html#Nassor
Image d'une oeuvre cinématographique du cinéma allemand des années 20 : http://allemand.spip.ac-rouen.fr/spip.php?article76
Affiche du film "Le Cabinet du docteur Caligari" : http://www.dvdclassik.com/critique/le-cabinet-du-docteur-caligari-wiene
Image du film "L'homme au masque de cire" : http://lemagdemag.com/les-musees-de-cire-au-cinema-arrets-sur-images
Une affiche de propagande qui représente la famille allemande idéale selon Hitler : http://www.blogg.org/blog-76418-themes-l_allemagne_nazie-210689.html
Photographie de Jean Baudrillard
"La société de consommation, ses mythes, ses structures"
1970
http://laboratoireurbanismeinsurrectionnel.blogspot.fr/2012/06/jean-baudrillard-la-societe-de.html
Affiche du film "Big Fish" : http://leschroniquesculturelles.com/2013/01/15/big-fish/
Image des personnages Rox et Rouky : http://www.t411.me/torrents/rox-et-rouky-dvdrip-hd
Affiche du film "Jack et la Mécanique du Coeur" : http://www.leblogdelablonde.com/article-retour-sur-l-avant-premiere-de-jack-et-la-mecanique-du-coeur-sortie-fevrier-2014-121500047.html
Première de couverture du roman "La Mécanique du Coeur" de Mathias Malzieu : http://www.cdiscount.com/livres-bd/livres-poches/la-mecanique-du-coeur/f-105030301-9782290012451.html
Le mythe de Tim Burton. [EN LIGNE]. Jeudi 22 Avril 2013. [consulté le 23 Septembre 2013]. Disponible sur : http://le-mythe-tim-burton.over-blog.fr/
Abus de Ciné. [EN LIGNE]. Christophe Brange. [consulté le 7 octobre 2013]. Disponible sur http://le-mythe-tim-burton.over-blog.fr/
Biographie de Tim Burton. [EN LIGNE]. [consulté le 14 octobre 2013]. Disponible sur : http://le-mythe-tim-burton.over-blog.fr/
Wikipédia. [EN LIGNE]. [consulté le 28 octobre 2013]. Disponible sur : http://le-mythe-tim-burton.over-blog.fr/
Overblog. [EN LIGNE]. Samedi 6 Novembre. [consulté le 28 octobre 2013]. Disponible sur : http://le-mythe-tim-burton.over-blog.fr/
Le mythe d'hier à aujourd'hui. [EN LIGNE]. Raymond-Robert Tremblay, du cégep du Vieux Montréal. [consulté le 18 novembre 2013]. Disponible sur : http://www.cvm.qc.ca/encephi/CONTENU/ARTICLES/mythe2.htm
Remerciements
à nos professeurs de Français et d'Histoire-Géographie pour leur aide, ainsi qu'à vous, cher(e)s professeurs, ayant eu la patience de lire notre travail.
Les deux extraits vidéos proviennent du site Youtube.
Burton Timothy Walter. "Vincent". 1982. Court-métrage, 5min.
Burton Timothy Walter. "Les noces funèbres". production Warner Bros, Pictures
Tim Burton Animation Co. 2005, 1 DVD, 76min.
Elfman Dany. Alice in Wonderland [Soundtrack]. 2010, Audio CD, 24 musiques, 76min.
Je n'ai pas été un enfant complètement heureux mais je ne crois pas qu'il y ait d'enfance heureuse de façon permanente […] Les enfants et les adultes que l'on voit dans le film sont proches de ceux que j'ai connus dans mon enfance. Le professeur scientifique est une combinaison de plusieurs de mes professeurs. Certains changent votre vie, et cela ont eu une grande influence sur moi, ils m'ont beaucoup inspiré !"
En fin de compte, l'Allemagne se voit amputée de 13 % de son territoire et plus d'1/9 de sa population.
L'industrie cinématographique, alors en pleine expansion, a du mal à rivaliser avec les productions luxueuses et extravagantes d'Hollywood du à la récession économique.
Full transcript