Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Pour une Réforme du Système Educatif de la République Démoc

No description
by

Sylvester Ngoma

on 23 July 2017

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Pour une Réforme du Système Educatif de la République Démoc

Pour une Réforme du Système Educatif de la République Démocratique du Congo
Par Dr. Sylvester Ngoma

Contexte
« La RDC est en errance en matière d’éducation » (Bongeli, 2015)

« Si elle n’est pas déjà morte, l’école congolaise est, au pire, dans le coma ou, au mieux, très malade » (Mokonzi, 2006, p.1).

« L’école n’assume plus sa fonction. Elle n’est plus le lieu de formation et d’éducation. L’université en souffre et s’y résigne. Le pays en pâtit et court un danger » (Ekwa, 2004, pp. 10-11).

« L’enseignement supérieur et universitaire (E.S.U.) au Zaïre n’est pas en crise. Il est en voie de disparition. La formation dispensée, dans ses instituts et dans ses facultés, est tombée en dessous du seuil qui permet de prétendre à une qualification professionnelle de niveau supérieur. Il y a déjà quelques années que l’E.S.U. ne produit plus de nouveaux savants, de nouveaux professeurs ou de nouveaux chercheurs ; bientôt, il ne produira plus de nouveaux universitaires » (Verhaegen, 1986, p. 54).

Le système éducatif Congolais ne s’est pas encore démarqué complètement du système éducatif colonial qui avait pour finalité de former des individus capable de faciliter l’exploitation des ressources du Congo.

L’enseignement en RD Congo est en déperdition (Kalanda, 1969; Mokonzi, 2006).


Quelques Défis à Relever
Sous-qualification des enseignants et gestionnaires d’école, surtout au niveau primaire et au cycle d’orientation. Les institutions de l'enseignement supérieur et universitaire ne forment pas les enseignants des écoles primaires et du cycle d'orientation. 50% de professeurs sont non qualifiés au secondaire

Pénurie d’enseignants qualifiés pour plusieurs disciplines (surtout à l’intérieur du pays)

Stratégies d’enseignement trop centrées sur l’enseignant et pas souvent interactives, Manque de différenciation pédagogique

Absence de programmes efficaces de formation continue et de recyclage des enseignants (Une fois diplômé, l’enseignant en RDC n’a pas l’obligation de se recycler )

Absence de cadre de référence pour l’évaluation des enseignants

Conditions socio-professionnelles difficiles (salaire insuffisant; manque de manuels de référence, de bibliothèques, de technologies de l’enseignement, de support didactique…)

Surpeuplement de salles de classe, Coût élevé des livres scolaires et des revues scientifiques

Non-maîtrise de l’outil informatique, Accès difficile aux nouvelles technologies de l’information et de la communication (Internet, publications et autres ressources électroniques, etc.)





Maigre budget national alloué à l'éducation
L'éducation nationale doit avoir une place prépondérante dans le budget du pays comme ce fut le cas vers les années 60 et 70.

Loi Cadre de 1986
« La finalité du système éducatif est de former des hommes et des femmes compétents, imprégnés des valeurs humaines, morales, spirituelles, civiques, créatifs et désireux de bâtir une nouvelle société congolaise démocratique, solidaire, prospère et pacifique. »
Méthodes d'enseignement déficitaires, centrées sur l’enseignant et non sur l’élève

Contenu de programmes scolaires et de leçons déconnecté de la vie des élèves

Un taux élevé de déperdition scolaire, Insuffisance des écoles pour les enfants scolarisables

Système inadéquat d'évaluation des finalistes du secondaire caractérisé par un nombre excessif d'échecs et une disparité entre les points acquis à l’école et les points acquis à l’examen d’état.

Inégalités dans l’enrôlement des filles et des garçons

Attribution arbitraire des points (tribalisme, trafic d’influence, harcèlement sexuel, absence de critères d'évaluation vérifiables, etc.)

Des parents démunis, donc incapables d’assurer l'éducation de leurs enfants mais obligés de payer les frais de participation

Des salles de classe encombrées, surchauffées, et sans système de sonorisation

Système d’évaluation inadapté

Défis à Relever à l’ESU vus par l’ancien ministre Mashako Mamba
Essaimage inadmissible des institutions de l'ESU
Illusion d'une éducation adéquate dans certaines institutions
Rançonnement des étudiants
Mauvaise gestion des ressources financières et matérielles
Motivations mercantilistes de certains promoteurs
Manque de bâtiments appropriés
Manque de matériels didactiques et d'équipements des laboratoires
Absence de corps professoral requis et des ressources humaines.
Dans certaines institutions, des bars sont construits sur les campus universitaires emmenant avec eux de tapages sonores nuisibles au processus de l'enseignement.
80% des institutions de l'ESU ne sont pas viables
¾ des directeurs généraux ne remplissent pas les conditions requises pour animer les institutions de ce niveau (Ministre Mashako Mamba, Radio Okapi, 2010)

Adoption d'un barème compétitif pour la rémunération des enseignants
Qualification du corps enseignant
Disponibilité des infrastructures appropriées (bâtiments, pupitres, laboratoires, bibliothèques, et autres équipements et matériels didactiques)
Rétention des étudiants/élèves et réussite académique
Charges horaires réalistes des enseignants (éviter de surcharger les enseignants)
Ratio professeur-étudiant et capacité d'accueil conformes aux recommandations du ministère de tutelle et aux standards internationaux tel que recommandes par l’UNESCO.
Formation professionnelle et continue des enseignants
Performance des étudiants après leur formation académique
Programmes scolaires et académiques renouvelables, basés sur l'interdisciplinarité, et conformes aux standards nationaux et internationaux
Réflexions sur les enseignements dispensés (existence d’unités pédagogiques dans chaque école, commune, ville, et province), Activités de recherche
Parution d'une revue scientifique (pour l’ESU); parution d’un magazine scolaire (pour l’EPSP)
Accès à l'Internet et utilisation de nouvelles technologies de l’Information et de Communication (NTIC)

Définir les indicateurs de viabilité d’une institution scolaire
Rencontres des unités pédagogiques pour harmonisation du contenu des cours et des stratégies d’enseignement
Organisation des ateliers de formation ayant pour but de partager avec les enseignants des techniques et stratégies qui réussissent ailleurs
Organisation de séances de révision et d'harmonisation des programmes scolaires
Réflexions sur les pratiques d’enseignement
Évaluation des cours enseignés par les enseignants en unités pédagogiques
Inviter des experts locaux, nationaux et étrangers pour un partage et un échange d’expériences
Créer un réseau électronique pour partage de bonnes pratiques pédagogiques et ressources utiles
Utilisation de logiciel informatique ou de scanner pour l'évaluation de certaines activités des élèves

Formation Continue et Recyclage
Évaluation des Enseignants
Mise en place d’un plan national d’évaluation des enseignants avec des critères connus de tous

Au moins deux observations en moyenne par enseignant chaque année scolaire: une annoncée d’avance et une autre non annoncée

Chaque observation doit être suivie d’une conférence entre observateur et enseignant pour discuter sur la leçon observée

Une conférence entre administrateur et enseignant est utile avant toute observation annoncée

Des critères objectifs réduiront la subjectivité dans l’évaluation

L’administrateur/observateur rédige un rapport d’observation

Donner à l’enseignant la possibilité de poser des questions sur un rapport ou remettre en question un rapport d’observation qui ne reflète pas la réalité pédagogique observée.

Les enseignants chevronnés peuvent observer les novices et leur donner des suggestions

Critères d’évaluation des enseignants
Appréciations :
« insuffisant », « moyen », « satisfaisant », et « excellent »

Maîtrise du contenu du cours
Compétence et efficacité pédagogiques
Prestation des élèves
Leadership de l’enseignant pendant la leçon et à l’école
Motivation des élèves
Relations avec les élèves
Organisation de la leçon et de l’environnement scolaire
Activités et regroupement des élèves
Contrôle de la classe
Évaluation du travail des élèves
Utilisation des matériels didactiques disponibles
Participation aux séances de développement professionnel (ateliers de formation, aux séminaires de recyclage, aux cours, etc.)
Auto-évaluation, évaluation par étudiants, collègues, mentors, et administrateurs
Observations annoncées et non annoncées
Reconstitution du Corps Enseignant
Un enseignant du premier ou du deuxième degré doit avoir au minimum un diplôme de graduat
Les institutions d’enseignement supérieur et universitaire pédagogiques doivent revoir leurs programmes académiques pour former les enseignants des écoles primaires
Encourager les enseignants non qualifiés qui exercent la fonction déjà de suivre une formation pédagogique supplémentaire et spéciale, en dehors de leurs heures du travail, pour avoir les atouts nécessaires pour travailler plus efficacement.
Donner un temps (4 ans pour les diplômés d'état pour finir un programme spécial de graduat) et 3 ans pour les diplômés de cycle court [D4] pour avoir un diplôme spécial, équivalent du diplôme d'état.
La reconstitution du corps enseignant suppose aussi le renouvellement des programmes scolaires et universitaires.
Pour mieux gérer les institutions scolaires, créer un département de gestion administrative et scolaire à l'ESU pour les gestionnaires.
Changement des Mentalités
Redéfinir le rôle de l'enseignant qui est de faciliter le processus de l'apprentissage plutôt que de transmettre le savoir

Se débarrasser de l'autoritarisme qui caractérise les relations entre enseignants et enseignés car il tue la créativité, la production, et a des conséquences sociales et psychologiques négatives




Initiatives du Gouvernement pour Lutter contre la Sous-qualification
Modules de formation produits localement
Formation des formateurs
Regroupements d’enseignant pendant les grandes vacances
Un site web développé pour élèves et enseignants
Des centre de formation construits ou réhabilités
Un centre de formation par province
Construction du Centre des Ressources des Enseignantes et Enseignants de Kinshasa (CREK) en 2013, construit grâce au don du Gouvernement des Etats-Unis d’Amérique, à travers l’USAID

(Ministre Maker Mwangu)

Pour une amélioration des pratiques pédagogiques
Rémunération conséquente des enseignants
Prix d'excellence, primes, et promotion
Partage de bonnes pratiques pédagogiques, collaboration et échange d'expérience
Réflexions sur les enseignements
Renouvellement des contrats
Organisation des cérémonies de de reconnaissance, de célébration, et de remise des prix aux enseignants
Matériels et équipement didactiques adéquats
Amélioration des conditions de travail de l'élève (Donner du repas, des moyens de transport, et des manuels scolaires aux élèves...)
Focaliser l'effort de l'élève sur l'esprit critique, l'analyse, l'évaluation, l'interprétation et non sur la mémorisation.
La note doit être le reflet de l'effort de l'élève (Donner à l'élève la possibilité d'en savoir plus sur les notes lui attribuées).
Création d'un réseau électronique d'échanges d'expérience et de ressources
Création d'une structure de dénonciation des cas de corruption, de trafic d'influence, de harcèlement sexuel, etc.
Introduire de nouveaux cours plus pratiques en lieu et place des cours redondants (Par exemple, Histoire de la 4e jusqu'en 12e)
Revoir les cours dispensés, adapter le curriculum aux standards de la mondialisation
Vérification des enseignements et corrections des tests
Vérification des heures d'arrivée et de départ des enseignants et des gestionnaires
Mise en place des commissions de rédaction et d'actualisation des manuels scolaires
Suppression des cours d'encadrement, des frais de participation des parents, et des frais de participation aux examens
Rénovation des infrastructures des écoles et universités existantes et construction des nouvelles, plus modernes.
Mise en place d'une politique de "textbooks" pour l'ESU
Récompenser les bonnes prestations et sanctionner les tares
Appliquer une politique d'intolérance contre le harcèlement sexuel dans les milieux scolaires
Organisation des conférences, des séminaires de formation, et des colloques

Examen d'état
Organisation d'un examen de préparation en 10è ou en 11è pour familiariser les élèves au format et au contenu de l'examen
Vérification de la conformité des questions avec les enseignements dispensés et le curriculum
Constitution d'une commission pour enquêter sur les nombreux cas d'echecs et surtout de la note "néant" attribuée aux écoles avec un personnel enseignant qualifié et des élèves assidus; et sur des cas de disparité criante entre les notes obtenues par les élèves à l'école et les notes obtenues à l'examen d'état
Prise en compte des points des élèves obtenus à l'école
Découpler la dissertation de l'examen d'état et/ou organiser un travail de fin d'études secondaires avec une partie écrite (5 à 10 pages) et une partie pratique (un produit)
Présentation du projet de fin d'études secondaires devant un jury constitue des enseignants et des parents (2 ou 3 membres par jury)
Organisation de cérémonies de collation des titres scolaires dignes pour les finalistes du secondaire en lieu et place de scènes de "foufou"
Décentralisation de l'organisation et de la correction des examens
Licence-Maîtrise-Doctorat
Rigueur scientifique pour éviter une dévaluation du titre de « docteur »
Ne pas entreprendre la rédaction d'une thèse de doctorat après la fin de la maîtrise, sans suivre un cursus de doctorat
Constituer des commissions (intra-institutionnelles et inter-institutionnelles) d'évaluation de la qualité scientifique des projets de thèse de doctorat
Suivre un cursus complet des cours de doctorat
Passer un examen de fin de cycle de doctorat
Assurer l’accès aux publications scientifiques passées et récentes pour une bonne revue de la littérature scientifique
Proposer et défendre un projet de thèse de doctorat
Le gouvernement doit faciliter la collaboration entre les membres de la grande communauté scientifique Congolaise dans toutes les provinces du pays
Le gouvernement doit donner des directives à suivre pour un aboutissement heureux d'un programme de doctorat
Respecter l'intégrité du processus de la recherche
S'assurer que les thèses de doctorat du Congo sont à la hauteur des standards nationaux et internationaux
Conclusion des partenariats stratégiques avec certaines organisations ou institutions qui gèrent des revues scientifiques et des réseaux électroniques réputés (Proquest, Ebsco, ERIC, etc.)
Transformer les Internats en Véritables Lieux de Formation et de Transformation
Offrir aux élèves un choix d’Activités ou de Cours du Soir au-delà des cours dispensés (Utiliser même les experts sans formation formelle)

Initiation à l’Art du Théâtre
Écriture créative (Journalisme, Écriture et Critique des romans, des poèmes, des livres...)
Science culinaire, hôtellerie, ménagerie, etc.
Musique (Écriture des chants, Initiation à la danse, à la chorégraphie, à la guitare, au tam-tam, et aux instruments de musique, appréciation musicale, etc.)
Comédie, Céramique, Sculpture (bois, argile, métal…)
Construction, Électricité, Menuiserie, Construction, Coupe et Couture, Coiffure, Initiation aux techniques agricoles, etc.
Photographie, Création des sites Internet, Production audio-visuelle, Production des journaux ou revues scolaires
Fabrication des paniers, des bijoux, etc.
Entreprenariat
Informatique (Réparation des ordinateurs, Introduction a la programmation, Initiation à certains logiciels, etc.)
Sports (Basketball, Tennis, Football, Handball, etc.); Analyses et Critiques Sportives, etc.
Initiation au Débat, au Dialogue, à la Résolution des Conflits, à la Culture de la Paix, etc.
Clubs de Réflexion à la place des mutualités à caractère séparatiste
« Il est généralement admis que l'un des défis majeurs qui se posent au développement et à la qualité de l'éducation en Afrique concerne le nombre élevé d'enseignants qui ne sont pas qualifiés pour les cours qu'ils dispensent. Pour relever ces défis, il est nécessaire et urgent de mettre en place des programmes efficaces de formation continue et des recyclages des enseignants. »

BREDA
Dissertation Milestones Example
1. Gain approval of mentor
2. Dissertation committee assignment
3. Gain approval of dissertation topic
4. Mentor approves dissertation research plan/proposal
5. Doctoral learner defends research proposal
6. Dissertation committee approves research plan
7. Scientific Merit Review Board and Institutional Review Board approve research plan
8. Mentor approves Chapters 1-3
9. Mentor approves Chapter 4-5 or 6.
10. Full committee approves dissertation
11. School approves form and Style
12. School approves dissertation
13. Learner defends dissertation before the dissertation committee
14. Mentor approves final manuscript
15. Submit manuscript to UMI for publication
16. Dean approves dissertation.
ICT: Catalyst for Educational Empowerment
New Information and Communication Technologies (ICTs) have the potential to transform and strengthen teaching and learning processes in DRC
They provide opportunities for more personalized and customized educational packages
Greater potential for creation, development, and generation of knowledge, technical skills and competencies.
Potential for mobile and distance learning (self-directed, self-centered, tailored learning, and learning at one’s individual pace)
ICTs can contribute to advance student learning and teacher effectiveness
ICTs provide Smarter learning environments can only
ICTs integration into academic curricula enables easy access to a variety of pedagogical and technical tools.
One-on-one computing
Understanding and knowledge of ICTs to support learning, problem-solving, and knowledge construction
Technology integration into academic curricula
Student engagement with ICTs
Collaboration among peers in connected communities
ICTs can support core academic subjects and research
Components of ICT:
ICT as a subject (i.e. computer studies)
ICT as a tool to innovate teaching and learning practice (i.e. digital content, multimedia, teaching learning methods, learning environment)
ICT as an administrative tool (i.e. education management information systems (EMIS)
ICT as an expanding learning opportunity (i.e. distance learning, e-Learning)
ICT as a facilitator of higher-order thinking skills (Gwang -Jo, 2009)

Challenges with ICTs in DRC
Poor connectivity, unreliable electricity, inadequate educational facilities
High cost of ICT infrastructures
Uneven distribution of ICT resources: Gender and social (haves and have-nots) disparities regarding access to ICT resources
Vulnerability of ICT infrastructures (including cloud computing)
Scarcity of ICT qualified educators and inadequate teacher education programs
Large classes, lack of educational resources and contents
Curricula hardly relevant to the daily lives of students
Lack of relevant ICT textbooks
Lack of effective instructional strategies
Shortage of computers and related hardware and software
Persistent digital divide (Men vs Women, Rich vs poor)
Keeping up with constantly changing ICT landscape (hardware, software, etc.)
Fostering student engagement with ICT can be challenging to implement
Introduction of ICT in education calls for the redesign and re-engineering of education systems.
How to use ICT for individual empowerment and social development
Mechanisms for handling technostress and technophobia.
ICT-enabled diffusion of information may constitute a menace to political institutions (Torero & von Braun, 2006) .
Conclusion
La politique éducative de la Belgique au Congo de 1885 à 1960 était dictée par le souci d'avoir la main mise sur les ressources du pays. L'institution scolaire devait former des individus capable de faciliter cette exploitation.

Pour que l'école congolaise soit à mesure de former des citoyens productifs, créatifs, cultivés, consciencieux, libres et responsables, ouverts aux valeurs sociales, culturelles, esthétiques et spirituelles, tel que stipule par la Charte de l'éducation de 1992, il faut une sérieuse remise en question de la fondation du système éducatif actuel.

L’objectif de ce projet est de proposer un cadre de reforme pour aider à redynamiser et à innover le système éducatif Congolais pour mieux répondre aux besoins de la République Démocratique du Congo d’aujourd’hui et de demain.

Recommandations
Augmentation de la capacité d'accueil de nos universités
Construction d'une université moderne dans chaque ville ou grand centre urbain du pays
Amélioration des conditions de travail des enseignants et des étudiants
Révision des programmes académiques
Construction et rénovation des bâtiments
Renouvellement des bibliothèques académiques
Adoption d'un budget conséquent pour l'éducation nationale
Changement de mentalité (Non à la condescendance)
Révision du système d'évaluation des étudiants
Décentralisation du système de correction de l'examen d'état à travers les provinces du pays est nécessaire (mettre fin à cette centralisation à outrance qui consiste à envoyer toutes les copies des examens à Kinshasa. Pourquoi tout doit se faire à Kinshasa?)
Création d'un cadre d'échanges entre les enseignants et les experts de l'éducation du pays et ceux de la diaspora
Full transcript