Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Psychopathologie

En cours...
by

bruno weissmann

on 11 June 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Psychopathologie

Psychologie générale et pathologique
Névroses
Psychoses
La "structure" état-limite questionne en tant que "structure". Elle ne semblait pas jusque dans les années 2000 former une véritable 'structure" mais une organisation psychique imprécise entre névrose et psychose. C'est la conception de Jean Bergeret. Depuis quelques années, l'état-limite tend à devenir une structure à part entière car elle est mieux comprise et ses "constantes" mieux définies.
Etats-limites
Aménagement Psychopathique
Aménagement
pervers
Constantes des organisation "limites"
Instabilité multisectorielle
Intolérance aux frustrations - irritabilité

Angoisses de vide / ennui / abandon

Gestion des émotions difficile

Perturbation des relations interpersonnelles, sociales

Insécurité de fond ( faible estime de soi )

Tendance à l'agir > pensée (passage à l'acte)

Carences, négligences, maltraitances infantiles

Troubles de l'identité - image de soi - schéma corporel

TB somatiques TB du sommeil

Immaturité affective

Relation anaclitique (dépendance aux autres)

Tendances à la fabulation / mythomanie
ETIOLOGIE
Causes organiques
Causes génétiques
Causes historiques, psychologiques
causalités organiques de la psychose
Hystérie
Névrose obsessionnelle
Phobie
Les troubles réactionnels sont consécutifs à un trauma généralement récent et qui peut être repéré clairement dans l'histoire du sujet. Ils ne sont pas reliés au premières expériences infantiles, même si celles-ci sont présentes et viennent compliquer le diagnostic.
Troubles réactionnels
Violences conjugales
Paranoïa
Schizophrénie
La structure psychopathologique est liée à la notion d'histoire de la maladie, à celle de processus entre conscient et inconscient, Moi et réalité, personnalité et liens sociaux. Le trouble bipolaire semble d'après les dernières recherches en lien avec une affection organique, génétique, physiologique. Cette pathologie semble moins reliée à une histoire traversée par le sujet et plus à l'expression d'une difficulté "constitutionnelle" du sujet. Pour cette raison il est préférable de réserver un traitement singulier du TPL.
Troubles bipolaires
Rapport à la réalité altéré
Constantes des organisation "limites"
Les troubles géronto-psychiatriques ne consituent pas une structure car ils sont liés à l'évolution biologique mais ils sont surdéterminés par des causes organiques, neurologiques ET psychologiques.
Troubles gerontopsys
Délire
Hallucinations
Névrose post-traumatique

Névrose d'angoisse
Mécanismes de défense
Mécanismes du délire
Thèmes du délire
Psychopathologie
Psychologie du développement
Hans Selye
Sigmund Freud
Margaret Mahler
Jacques Lacan
Conflit intra-psychique Moi-ça-Surmoi
Reconnaissance des troubles
Représentations inconciliables inconscientes
Symptômes comme compromis désir-défense
Causalité psychique par fantasmes
Lié à histoire infantile du sujet
Constantes des organisations "névrotiques"
Autres psychoses
Potentialité délirante et hallucinatoire chronique
Déni des troubles
Trouble du schéma corporel / image de soi
Conflit entre intra & extra psychique ça / réalité
Indifférenciation soi / autrui - intérieur /ext.
Constantes de la structure psychotique
Dissociation
Délire
Repli
Dépersonnalisation - Déréalisation
Hallucinations
Psychiques
Psychosensorielles
Psychanalyse
Psychologie générale
Enfant - Adolescent - Adulte
Psychologie normale et pathologique
Phénomènes psychiques conscients et inconscients
Le Normal et le Pathologique
Georges Canguilhem
Il existe pour Canguilhem une différence entre le normal, qui n'est pas indexé sur une moyenne, et le pathologique. Cette différence s'appuie bien sur une différence de degrés mais cette différence de degré produit un changement qualitatif dans la conduite d'une vie. Ce n'est pas ainsi une seule modification comme une autre sur l'échelle des changements et adaptations inhérents de tout organisme "vivant" mais bien un autre "état" inférieur car incapable de créer de nouvelles formes d'adapation à l'environnement.
En ce sens, le point de vue de Canguilhem vient en contradiction avec la vision de Freud plus "souple" entre pathologie et normalité comme continuum.
A noter aussi le point de vue de Paul Sivadon, psychiatre pour qui la santé mentale ne peut se définir passivement ou comme état "par défaut" mais comme un effort d'équilibre, un ensemble produit par un sujet pour s'adapter aux contraintes de son Milieu de vie.
Enfin pour Michel Foucault, dont Canguilhem fut le directeur de thèse, cette question des normes sera l'objet de toute son "archéologie".
"La maladie est une autre norme de vie mais c'est une norme inférieure en cela qu'elle ne tolère aucun écart des conditions dans lesquelles elle vaut, incapable qu'elle est de se transformer en une nouvelle norme"
« Jamais la psychologie ne pourra dire sur la folie la vérité, puisque c'est la folie qui détient la vérité de la psychologie. »
Michel Foucault
Paul Sivadon
"La santé mentale ne se définit pas seulement par l'absence de troubles mais comme un état positif, d'équilibre et d'harmonie entre les structures nerveuses de l'individu et la structure du milieu auquel il doit s'adapter. Ce n'est pas un état stable mais un effort permanent, une perpétuelle conquête de l'autonomie."
Persécution
- surveillance, menaces, calomnies, espionnage, emprisonnement

Revendication
- préjudice avec demandes de réparations, procédures, judiciarisation

Mégalomanie
- Infatuation de Soi, projets pharaoniques, majestueuses, entreprises grandioses

Mystique
- à partir des écritures Saintes, paroles divines, missions

Passionnels
- Erotomanie, jalousie, conviction d'être aimé avec actions, harcèlements envers la personne après dépit, avec risque de passage à l'acte
Imaginatif
- histoire imaginaire + - grandiose où le sujet est l'acteur principal

Interprétatif
- réécriture de la réalité systématiquement redéfinie par les impressions / certitudes du sujet

Intuitif
- adhésion immédiate type flash, insight, à une idée fausse, iréelle admise sans logique

Illusoire
- déviation du sens d'une perception réelle mais déformée

Hallucinatoire
- Psychosensorielles

- Psychiques
Hallucinations
psychosensorielles
Hallucinations
psychiques
Mécanismes du délire
Thèmes du délire
idéo-verbales qui relèvent d'une activité mentale pure en dehors de la perception : télépathies, transmissions de pensée, pensées imposées
Délire d'influence
: impression d'être commandé, téléguidé par gourou, chef, télévision, radio, ondes
Automatisme Mental
: écho de la pensée, des intentions, des gestes du sujet, conviction délirante qu'une force extérieure agit et contrôle la vie psychique, les actes, les pensées, les perceptions.
met en jeu les 5 sens
Auditives
: sons, voix, bruits parasites, commentaires de la pensée, échos

Cénésthésiques
:
sensibilité proprioceptives : perception consciente de la position et des mouvements des différentes parties du corps : muscles, tendons, os, articulation, tonus en relation avec la situation du corps par rapport à l’intensité de l’attraction terrestre

sensibilité interoceptives : faim, froid, estomac, viscéral, génital

Sensibilité exteroceptives : peau, poils


Gustatives
: goûts dans la bouche

Olfactives
: arômes, parfums ressentis

Tactiles
: Fourmillements, chaud-froid, piqûres

Visuelles
: Animaux, plantes, objets, déplacements
- Absence d'empathie
- Impulsivité ++
- Absence de rapport aux règles, à toute LOI interne / externe
- Absence de Culpabilité
- Tenances antisociales
- Intolérance à la frustration + +C
- Tendances ++ passage à l'acte
- Absence de capacité à temporiser, mentaliser
- Puissance de l'agir > pensée
- Absence de capacité dépressive
- Relation d'objet anaclitique (s'appuie sur l'autre pour tenir)

Pathologies du Narcissisme (Freud)
Le Narcissisme
N'est pas synonyme de dandysme ou d'égoîsme au sens usuel du terme. Le narcissisme pathologique traduit une impossibilité de sortir de soi, littéralement de se décentrer et d'avoir un autre centre d'intérêt qu'un "soi-même"' totalement clos, hermétique dans lequel le sujet est enfermé. C'est pourquoi cet enfermement est une souffrance et non un plaisir égotiste. Le narcissique est en psychopathologie un sujet dans l'incapacité de faire la distinction entre soi et autrui et par-là à se sentir aimé comme à se sentir aimer.
Les
formes
de schizophrénie
peut-être serait-il plus juste de parler en termes d'
aménagements
ou d'
expression
pour rendre compte d'une façon plus dynamique des possibles agencements de toute pathologie
Les
formes
de paranoïa
peut-être serait-il plus juste de parler en termes d'
aménagements
ou d'
expression
pour rendre compte d'une façon plus dynamique des possibles agencements de toute pathologie
Sémiologie

Troubles de la présentation / contact
Incurie
Tenue
Posture
réticence / familiarité
hypermimie / hypomimie
bizarrerie / froideur

Troubles de la vigilance
Hypervigile
Obnubilation / obtusion
Désorientation / confusion
Hébétude sidération
Stupeur

Troubles de l'attention / mémoire
distractibilité
hyper / hypo concentration
amnésies partielles électives
ecmnésie paramnésie
fausses reconnaissances
fabulations
désorientation

Troubles du langage
Fabulation
logorrhée
ralentissement
mutisme
écholalie
coprolalie
paralogismes néologismes
stéréotypies
persévération
barrage

Troubles de la perception

anosognosie
hypoestésie
hyperestésie

Troubles du fonctionnement de la pensée
diffluence - discordance
tachypsychie - Fuite des idées
bradypsychie
cours de la pensée barrage - fading
dissociation
fausseté du jugement
rationalisme morbide
contenus de pensée phobies
obsessions

Troubles de la conscience de soi
dépersonnalisation
déréalisation
états crépusculaires
états seconds
St. Étrangeté

Troubles psychomoteurs
Hyperactivité
agitation
fureurs / rages
Compulsions rites impulsion
inhibitions / déhinibitions
fugues
stéréotypies
tics, rires inconsidérés
pleurs, tremblements
apargmatisme
asthénie
aboulie
catatonie
dystonies


Troubles de l'émotion / humeurs
dysthymies
hyperémotivité
apathie
froideur
indifférence
ambivalence
discordance
alexithymie
autoaccusation

Troubles des conduites instinctuelles
insomnies
hypersomnie
anorexie
boulimie
mérycisme
pica
énurésie
incontinence
encoprésie
Conduites suicidaires

Troubles des conduites sociales / sex
passages à l'acte
perversité
exhibitionnisme
errance
repli social
histrionisme - théâtralisme




- Absence totale d'empathie
- Absence + + de rapport à toute LOI interne / externe
- Absence de Culpabilité
- Intolérance à la frustration
- Absence de capacité à temporiser, mentaliser
- Absence de capacité dépressive
- Relation d'objet anaclitique (s'appuie sur l'autre pour tenir)
- L'autre comme objet de jouissance
- Capacités cognitives / élab. (scénario pervers, manipulation)

borderline type
Instabilité polysectorielle

Insécurité de fond

TB des relations interpersonnelles

Impulsivité - TB de la régulation des émotions ( Honte /Rages)

Tend. passage à l'acte (défaut de mentalisation)

Angoisse abandonniques - Vide - passivité

Fonctionnement en tout ou rien (pas d'objet total)

Raptus suicidaires

Episodes dissociatifs ou percutoires en période de stress
Incestes
Agressions
A.V.P.
Burn Out
Usure professionnelle
S.S.P.T.
Désocialisation
Décrochage
Précarité
Chômage
Maladies neurodégénératives
- Alzheimer
- Troubles frontaux
- Parkinson
- Corps de Lewy
Psychorigidité
Fausseté du jugement
Moi-grandiose Mégalomanie
Sentiments de persécution
Tendances interprétatives
Méfiance pathologique
Susceptibilité
Délire systématisé
Dans le fonctionnement "limite" il ne s'agit pas d'un conflit intra-psychique entre représentations CS et ICS mais d'un combat entre l'idéal du Moi et la réalité qui ne produit pas à proprement parler un trouble à la réalité comme dans la psychose mais au prix pour le sujet limite d'un clivage de la personnalité.
Idéal du Moi
Hystérie d'angoisse (Freud)
Les mécanismes de défense existent tant dans le domaine de la biologie que dans la psychologie. Tout organisme vivant tend à "persister dans son être" (Spinoza-Laborit) et doit pour se faire se défendre contre les éléments de l'extérieur qui pourraient nuire à son organisation. Ce sont des manières répétées, de mêmes façons d'utiliser les mêmes armes, ce que l'on pourrait appeler des "modes opératoires". Chaque structure pathologique s'appuie sur un "jeu" de défenses qui varie peu. C'est pourquoi on parle de défenses psychotiques ou névrotiques typiques de ces structures
Les différents mécanismes de défense de la psychanalyse
Mécanismes « névrotiques »

Sublimation
Refoulement et isolation
Identifications
Annulation rétroactive
Condensation
Retournement sur personne propre
Renversement en son contraire
Contre-investissement
Dénégation
Formations de compromis
Régression

Symptômes ?



Mécanismes « limites »

Retournement sur personne propre
Renversement en son contraire
Dénégation
Régression
Projection
Clivage du Moi
Dédoublement des images
Déni
Identification projective

Passages à l'acte ?
Manipulations ?
Addictions ?


Mécanismes « psychotiques » ou "primaires" ou "archaïques"

Introjection
Régression
Projection
Clivage de l'objet
Déni
Identification projective
Forclusion


Délire ?
Hallucinations ?

Des interactions avec les parents dépend la "réalité" du schéma corporel ou image de soi. C'est une autre locution pour dire "narcissisme" sur le versant du corps. Si le nourrisson n'est pas stimulé, regardé, touché, si ses manifestations ne sont pas reprises, soulignées, entendues par la mère d'abord et les autres "acteurs" de l'environnement premier, le jeune enfant ne "sent' pas son corps comme une empreinte trop peu marquée. De ce fait, ses limites propres, la différence entre un dedans et un dehors peuvent ne pas être acquises. L'anamnèse des patients "limites" montrent de façon significative des moments de négligence, de carences, ou d'abus sexuel à l'inverse qui portent aux mêmes effets d'indifférenciation du schéma corporel.
TB schéma corporel

Sublimation
Refoulement

Identification

Isolation

Annulation
Rétroactive

Condensation

Retournement sur la personne propre
Reversement en son contraire
Déni
Clivage du Moi
Identification Projective
Dénégation
Introjection
Projection
Forclusion
Délire
Hallucinations
passage à l'acte
Rituels
symptômes
Notion de normalité
Sans doute est-il plus facile de ne pas penser le concept de normalité tellement embarassant. Toutefois comment concevoir un enfermement, une contention, une prise en charge en insitution spécialisée en "santé mentale" si on a pas un peu travaillé la question et posé quelques limites ? La notion le normalité est "interminable" mais par ailleurs il nous est difficile de ne pas croire cliniquement qu'il existe bien de la pathologie. Comment s'en sortir ? Comme Descartes nous le conseillait déjà dans sa "méthode" peut-être pouvons-nous dessiner quelques lignes et demeurer dans un doute actif, productif ?

quelques constantes...?

-
Heinz Kohut
otto Kernberg
Jean Bergeret
Kraft-Ebbing
Jean-Pierre Falret
Emil Kraepelin
Jean-Martin Charcot
G. de Clérambault
Eugen Bleuler
Le psychiatre et philosophe Karl Jaspers a été le premier à définir trois principaux critères de délires de son ouvrage de 1913 intitulé General Psychopathology.

Ces critères sont :

le fait d'être sûr de cette croyance tenue avec une conviction absolue ;
le fait que la croyance ne puisse pas être changée par des contre arguments convaincants ou par la preuve du contraire ;
la fausseté ou l'impossibilité de la croyance.
Conversions somatiques :

- paralysies, contractures, douleurs abdominales
- crises épileptoïdes, amnésies, états seconds, somnanbulisme
- abasie-astasie, monoplégie, aphonie, cécité

Accidents paroxystiques :

- La grande crise ("à la Charcot")
accès somnabulique type crise épilepsie sans perte des urines ni morsure de la langue
- extravagance, théâtralisme, humeur triste, labilité affective, belle indifférence

équivalents mineurs de la grande crise
spasmes, tétanies, narcolepsies, convulsions
symptômes psychiques

- comportement de séduction, avidité affective, théatralisme, égocentrisme, provocation à carctère érotique, érotisation de la relation, familiarité, état "d'offre affective" toujours suivi de ruptures / déceptions symboliques

- Fuite, amnésie réelle, fugue / amnésie à carctère métaphorique : syncopes, vertiges
Oralité
Analité
Principe de réalité > principe de plaisir
Conflit ça / surmoi intra-psychique
Relation d'objet différenciée, génitale oedipienne
-Syndrome de répétition
- rêves, cauchemars, "flashs" reproduisants la scène traumatique dans sa pleine reviviscence affective, flashbacks, sursauts quasi-hallucinatoires

- Conduites d'évitements, phobies sociales, repli
- TB psychosomatiques, fatigue, insomnies, céphalées
- TD repli passif avec conduites addictives
2014 = TB panique - crise d'angoisse
2014 = S.S.P.T.
Crise d'angoisse d'apparition brutale avec intensité maximale d'emblée

Signes physiques : palpitations, tachycardie, sensations d'étouffement, oppression, frissons, chaleurs, vertiges, agitation

>= 4 j trouble panique
>= 6 J trouble anxieux généralisé
Psychorigidité
Toute-puissance de la pensée rationnelle avec contrôle ++ de la spontanéïté
- besoin de maitrise,
intellectualisation
, rationalisation, circonvolutions, pensée abstraite > agir
-
Isolation
, mise à distance de l'affect
- Dépression, passivité, tristesse
- Idées fixes, ruminations, obsessions, préoccupations
- Ordre, parcimonie, précisions, contrôle de la vie pulsionnelle et par
renversement dans son contraire
: propreté, ordre, minutie, méticulosité, maitrise,
contre-investissement,
Doute
-

Rituels

obessionnels : "laveurs", " vérificateurs", "impulsifs", "collectionneurs"
Anxité, angoisse
Hypervigilance, stress, TB sommeil
dépression
objet contraphobique
TB de la conscience de soi
Relation d'objet fusionnelle pré-oedipienne
Homéostasie
Mélancolie délirante
Psychose Hallucinatoire Chronique
Psychose fantastique - paraphrénie
Phase maniaque

Agitation psychomotrice, fuite des idées, délire, mégalomanie, angoisse, excitation psychique, logorrhée, incurie, idées noires, troubles du comportement (alimentaire, sexuel, socio-économique, etc.)
Phase dépressive

Idées suicidaires, sentiments de dévalorisation, tristesse, vulnérabilité psychique
Aménagement Mythomaniaque ?
Full transcript