Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Impossibilités du souvenir 2

Une proposition de Yaël Boublil à sa classe de 3eD, Collège Jean-Baptiste Clément, Paris
by

Yael Boublil

on 10 December 2012

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Impossibilités du souvenir 2

Impossibilités du souvenir De Georges Perec à la littérature numérique,
Formes du récit aux XXe et XXIe siècle Pourquoi
Georges Perec ? Pourquoi Alexandra Saemmer et Serge Bouchardon ? Une proposition de Yaël Boublil à sa classe de 3eD
Collège Jean-Baptiste Clément, Académie de Paris
Février-Mars 2012 PREFACE TESTAMENTAIRE
Sicut nubes,., quasi naves.. . velut umbra. (JOB).
Paris, 1er décembre 1833.      
Comme il m'est impossible de prévoir le moment de ma fin ; comme à mon âge les jours accordés à l'homme ne sont que des jours de grâce, ou plutôt de rigueur, je vais, dans la crainte d'être surpris, m'expliquer sur un travail destiné à tromper pour moi l'ennui de ces heures dernières et délaissées, que personne ne veut, et dont on ne sait que faire.
Les Mémoires à la tête desquels on lira cette préface embrassent et embrasseront le cours entier de ma vie ; ils ont été commencés dès l'année 1811 et continués jusqu'à ce jour. Je raconte dans ce qui est achevé et raconterai dans ce qui n'est encore qu'ébauché mon enfance, mon éducation, ma jeunesse, mon entrée au service, mon arrivée à Paris, ma présentation à Louis XVI, les premières scènes de la Révolution, mes voyages en Amérique, mon retour en Europe, mon émigration en Allemagne et en Angleterre, ma rentrée en France sous le consulat, mes occupations et mes ouvrages sous L'empire, ma course à Jérusalem, mes occupations et mes ouvrages sous la restauration, enfin l'histoire complète de cette restauration et de sa chute.
J'ai rencontré presque tous les hommes qui ont joué de mon temps un rôle grand ou petit à l'étranger et dans ma patrie. […] Titre du texte :
___________________________________________ Consignes Titre du texte :
___________________________________________ Titre du texte :
___________________________________________ Titre du texte :
___________________________________________ Titre du texte :
___________________________________________
65
Je me souviens qu’à l’occasion de son lancement, l’hebdomadaire le Hérisson (« le Hérisson rit et fait rire ») donna un grand spectacle au cours duquell en particulier, se déroulèrent plusieurs combats de boxe. Titre du texte :
___________________________________________ [...] j'aurais pu naître, comme des cousins proches ou lointains,
à Haïfa, à Baltimore, à Vancouver
j'aurais pu être argentin, australien, anglais ou suédois
mais dans l''éventail à peu près illimité de ces possibles,
une seule chose m'était précisément interdite :
celle de naître dans le pays de mes ancêtres,
à Lubartow ou à Varsovie,
et d'y grandir dans la continuité d'une tradition, d'une langue, d'une communauté.

Quelque part, je suis étranger par rapport à quelque chose de moi-même;
quelque part, je suis "différent" mais non pas différent des autres, différents des "miens" : je ne parle pas la langue que mes parents parlèrent, je ne partage aucun des souvenirs qu'ils purent avoir, quelque chose qui était à eux, qui faisait qu'ils étaient eux, leur histoire, leur culture, leur espoir, ne m'a pas été transmis.

Je n'ai pas le sentiment d'avoir oublié, mais celui de n'avoir jamais pu apprendre; c'est en cela que ma démarche est différente de celle de Robert Bober.

Georges Perec, Ellis Island, POL, 1995, pp.59-60 Lire un roman graphique
pour l'épreuve orale d'histoire des arts
Shaun Tan, Là où vont nos pères ? Travail interdisciplinaire avec les Arts Plastiques et l'Allemand
Voir aussi la page consacrée à The Arrival / Là où vont nos pères sur le site de Shaun Tan : http://www.shauntan.net/books/the-arrival.html romanesque ? sociologique ? ludique ? Une oeuvre puzzle
propice à l'écriture autobiographique ? Les choses
(1965) Espèces d'espaces (1974) W ou le Souvenir
d'enfance (1975) Je me souviens
(1978) Je suis né
(1990) La Boutique
obscure (1973) Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? La Disparition
(1969) Les Revenentes (1972) Alphabets
(1976) La Clôture et autres poèmes
(1978) La vie mode d'emploi
(1978) Les mots croisés
POL (1986) Penser/Classer (1985) L'infra-ordinaire
(1989) Cantatrix Sopranica L. et autres écrits scientifiques (1991) Le Condotierre
(2012) 53 jours
(1989) Ellis Island
(1980/1995) Un cabinet d'amateur
(1979) Voir également les pistes du dossier de la BNF : écrire la ville http://classes.bnf.fr/ecrirelaville/ressources/fiche_perec.pdf Une heure avec Serge Bouchardon Lire, écrire, évaluer avec Déprise Fin juin, découvrir Opacité Qu'ont-ils appris ? http://ife.ens-lyon.fr/formation-formateurs/catalogue-des-formations/formation-2011-2012/histoire-des-arts-creations-litteraires-et-arts-numeriques-m.-marzloff/se-former-a-la-demarche-dinvestigation-en-mathematiques-de-la-maternelle-au-college-inclus
http://ife.ens-lyon.fr/formation-formateurs/catalogue-des-formations/formation-2011-2012/histoire-des-arts-creations-litteraires-et-arts-numeriques-m.-marzloff/ Rencontres littéraires ... en stage de formation ! Un chapitre du Guide TICE pour le professeur de Français http://www.weblettres.net/guidetice/
http://www.cndp.fr/crdp-paris/Guide-TICE-pour-le-professeur-de "Un Bellevillois
comme nous !" http://www.ina.fr/art-et-culture/litterature/video/I04272352/le-belleville-de-georges-perec.fr.html François Bon,Tous les mots sont adultes, Fayard, 2005 & Apprendre l'invention, Publie.net, 2012 http://www.mandelbrot.fr/ http://prezi.com/nrexwjyhg0fe/wegekreuz/ http://i-trace.fr/ http://www.sergebouchardon.com/ Pour découvrir leurs oeuvres
La Revue bleuOrange (en particulier le numéro équinoxe hivernal 2009)
http://revuebleuorange.org/numero/02
The ELO 2012 MediaArtShow
http://dtc-wsuv.org/elit/elo2012/elo2012/Welcome.html Pour commencer...
Penser/Classer ... les genres de l'intime — Alors, tu vas vraiment faire ça ? « Évoquer tes souvenirs d’enfance »… Comme ces mots te gênent, tu ne les aimes pas. Mais reconnais que ce sont les seuls mots qui conviennent. Tu veux « évoquer tes souvenirs »… il n’y a pas à tortiller, c’est bien ça.
— Oui, je n’y peux rien, ça me tente, je ne sais pas pourquoi…
— C’est peut-être… est-ce que ce ne serait pas… on ne s’en rend parfois pas compte… c’est peut-être que tes forces déclinent…
— Non, je ne crois pas… du moins je ne le sens pas…
— Et pourtant ce que tu veux faire… « évoquer tes souvenirs »… est-ce que ce ne serait pas…
— Oh, je t’en prie…
— Si, il faut se le demander : est-ce que ce ne serait pas prendre ta retraite ? te ranger ? quitter ton élément, où jusqu’ici, tant bien que mal…
— Oui, comme tu dis, tant bien que mal.
— Peut-être, mais c’est le seul où tu aies jamais pu vivre… celui…
— Oh, à quoi bon ? je le connais.
— Est-ce vrai ? Tu n’as vraiment pas oublié comment c’était là-bas ? comme là-bas tout fluctue, se transforme, s’échappe… tu avances à tâtons, toujours cherchant, te tendant… vers quoi ? qu’est-ce que c’est ? ça ne ressemble à rien… personne n’en parle… ça se dérobe, tu l’agrippes comme tu peux, tu le pousses… où ? n’importe où, pourvu que ça trouve un milieu propice où ça se développe, où ça parvienne peut-être à vivre… Tiens, rien que d’y penser…
— Oui, ça te rend grandiloquent. Je dirai même outrecuidant. Je me demande si ce n’est pas toujours cette même crainte… Souviens-toi comme elle revient chaque fois que quelque chose d’encore informe se propose… Ce qui nous est resté des anciennes tentatives nous paraît toujours avoir l’avantage sur ce qui tremblote quelque part dans les limbes…
— Mais justement, ce que je crains, cette fois, c’est que ça ne tremble pas… pas assez… que ce soit fixé une fois pour toutes, du « tout cuit », donné d’avance… Titre du texte :
___________________________________________ LIVRE I
Je forme une entreprise qui n’eut jamais d’exemple, et dont l’exécution n’aura point d’imitateur. Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme, ce sera moi.
Moi seul. Je sens mon cœur, et je connais les hommes. Je ne suis fait comme aucun de ceux que j’ai vus ; j’ose croire n’être fait comme aucun de ceux qui existent. Si je ne vaux pas mieux, au moins je suis autre. Si la nature a bien ou mal fait de briser le moule dans lequel elle m’a jeté, c’est ce dont on ne peut juger qu’après m’avoir lu.
Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra, je viendrai, ce livre à la main, me présenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : Voilà ce que j’ai fait, ce que j’ai pensé, ce que je fus. J’ai dit le bien et le mal avec la même franchise. Je n’ai rien tu de mauvais, rien ajouté de bon ; et s’il m’est arrivé d’employer quelque ornement indifférent, ce n’a jamais été que pour remplir un vide occasionné par mon défaut de mémoire. J’ai pu supposer vrai ce que je savais avoir pu l’être, jamais ce que je savais être faux. Je me suis montré tel que je fus : méprisable et vil quand je l’ai été ; bon, généreux, sublime, quand je l’ai été : j’ai dévoilé mon intérieur tel que tu l’as vu toi-même. Être éternel, rassemble autour de moi l’innombrable foule de mes semblables ; qu’ils écoutent mes confessions, qu’ils gémissent de mes indignités, qu’ils rougissent de mes misères. Que chacun d’eux découvre à son tour son cœur au pied de ton trône avec la même sincérité, et puis qu’un seul te dise, s’il l’ose : je fus meilleur que cet homme-là. Titre du texte :
___________________________________________ Je suis d’une taille médiocre, libre et bien proportionnée. J’ai le teint brun mais assez uni, le front élevé et d’une raisonnable grandeur, les yeux noirs, petits et enfoncés, et les sourcils noirs et épais, mais bien tournés. Je serais fort empêché à dire de quelle sorte j’ai le nez fait, car il n’est ni camus ni aquilin, ni gros ni pointu, au moins à ce que je crois. Tout ce que je sais, c’est qu’il est plutôt grand que petit, et qu’il descend un peu trop en bas. J’ai la bouche grande, et les lèvres assez rouges d’ordinaire, et ni bien ni mal taillées. J’ai les dents blanches, et passablement bien rangées. On m’a dit autrefois que j’avais un peu trop de menton : je viens de me tâter et de me regarder dans le miroir pour savoir ce qui en est, et je ne sais pas trop bien qu’en juger. Pour le tour du visage, je l’ai ou carré ou en ovale ; lequel des deux, il me serait fort difficile de le dire. J’ai les cheveux noirs, naturellement frisés, et avec cela assez épais et assez longs pour pouvoir prétendre en belle tête. J’ai quelque chose de chagrin et de fier dans la mine ; cela fait croire à la plupart des gens que je suis méprisant, quoique je ne le sois point du tout. J’ai l’action fort aisée, et même un peu trop, et jusques à faire beaucoup de gestes en parlant. Voilà naïvement comme je pense que je suis fait au dehors, et l’on trouvera, je crois, que ce que je pense de moi là-dessus n’est pas fort éloigné de ce qui en est. J’en userai avec la même fidélité dans ce qui me reste à faire de mon portrait ; car je me suis assez étudié pour me bien connaître, et je ne manque ni d’assurance pour dire librement ce que je puis avoir de bonnes qualités, ni de sincérité pour avouer franchement ce que j’ai de défauts.  Titre du texte :
___________________________________________
62
Je me souviens des scoubidous.

63
Je me souviens de « Dop Dop Dop, adoptez le shampooing Dop. »

64
Je me souviens comme c’était agréable, à l’internat, d’être malade et d’aller à l’infirmerie.

65
Je me souviens qu’à l’occasion de son lancement, l’hebdomadaire le Hérisson (« le Hérisson rit et fait rire ») donna un grand spectacle au cours duquell en particulier, se déroulèrent plusieurs combats de boxe. Titre du texte :
___________________________________________ Séance de découverte au CDI
Yaël Boublil - Corinne Leborgne Textes autobiographiques à classer PREFACE TESTAMENTAIRE
Sicut nubes,., quasi naves.. . velut umbra. (JOB).
Paris, 1er décembre 1833.      
Comme il m'est impossible de prévoir le moment de ma fin ; comme à mon âge les jours accordés à l'homme ne sont que des jours de grâce, ou plutôt de rigueur, je vais, dans la crainte d'être surpris, m'expliquer sur un travail destiné à tromper pour moi l'ennui de ces heures dernières et délaissées, que personne ne veut, et dont on ne sait que faire.
Les Mémoires à la tête desquels on lira cette préface embrassent et embrasseront le cours entier de ma vie ; ils ont été commencés dès l'année 1811 et continués jusqu'à ce jour. Je raconte dans ce qui est achevé et raconterai dans ce qui n'est encore qu'ébauché mon enfance, mon éducation, ma jeunesse, mon entrée au service, mon arrivée à Paris, ma présentation à Louis XVI, les premières scènes de la Révolution, mes voyages en Amérique, mon retour en Europe, mon émigration en Allemagne et en Angleterre, ma rentrée en France sous le consulat, mes occupations et mes ouvrages sous L'empire, ma course à Jérusalem, mes occupations et mes ouvrages sous la restauration, enfin l'histoire complète de cette restauration et de sa chute.
J'ai rencontré presque tous les hommes qui ont joué de mon temps un rôle grand ou petit à l'étranger et dans ma patrie. […] Titre du texte :
___________________________________________ Dimanche, 30 avril 1837 Paris (hôtel Favart).

Il pleut à verse.
Je me souviens que Jules Janin me disait :
— Ah ! quel bel article nous ferions sur vous si vous étiez mort !
Afin d’échapper aux phrases, j’ai la fantaisie de faire moi-même cet article.
Ne lisez ceci qu’après la mort de Beyle (Henri), né à Grenoble le 23 janvier 1783, mort à … le ….
Ses parents avaient de l’aisance et appartenaient à la haute bourgeoisie. Son père, avocat au Parlement du Dauphiné, prenait le titre de noble dans les actes. Son grand-père était un médecin, homme d’esprit, ami ou du moins adorateur de Voltaire. M. Gagnon, c’était son nom, était le plus galant homme du monde, fort considéré à Grenoble, et à la tête de tous les projets d’amélioration. Le jeune Beyle vit couler le premier sang versé dans la Révolution française, lors de la fameuse journée des Tuiles. Le peuple se révoltait contre le gouvernement, et du haut des toits lançait des tuiles sur les soldats. Les parents du jeune B… étaient dévots et devinrent des aristocrates ardents, et lui patriote exagéré. Titre du texte :
___________________________________________ C’est une sensation très étrange, pour quelqu’un dans mon genre, d’écrire un journal. Non seulement je n’ai jamais écrit, mais il me semble que plus tard, ni moi ni personne ne s’intéressera aux confidences d’une écolière de treize ans. Mais à vrai dire, cela n’a pas d’importance, j’ai envie d’écrire et bien plus encore de dire vraiment ce que j’ai sur le cœur une bonne fois pour toutes à propos d’un tas de choses. Le papier a plus de patience que les gens : ce dicton m’est venu à l’esprit par un de ces jours de légère mélancolie où je m’ennuyais, la tête dans les mains, en me demandant dans mon apathie s’il fallait sor­tir ou rester à la maison et où, au bout du compte, Je restais plantée là à me morfondre. Oui, c’est vrai, le papier a de la patience, et comme je n’ai pas l’intention de jamais faire lire à qui que ce soit ce cahier cartonné paré du titre pompeux de « Journal », à moins de rencontrer une fois dans ma vie un  ami ou une amie qui devienne l’ami ou l’amie avec un grand A, personne n’y verra probablement d’inconvénient.
Me voici arrivée à la constatation d’où est partie cette idée de journal ; je n’ai pas d’amie (…) Nom de l’auteur :
________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Prénom de l’auteur :
________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Date de première publication :
________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Genre littéraire
________________________________________________________________________________________________________________________________________________ Titre du texte :
___________________________________________ Au lecteur
C’EST icy un livre de bonne foy, lecteur. Il t’advertit dés l’entrée, que je ne m’y suis proposé aucune fin, que domestique et privée. Je n’y ay eu nulle consideration de ton service, ny de ma gloire. Mes forces ne sont pas capables d’un tel dessein. Je l’ay voué à la commodité particuliere de mes parens et amis : à ce que m’ayant perdu (ce qu’ils ont à faire bien tost) ils y puissent retrouver aucuns traits de mes conditions et humeurs, et que par ce moyen ils nourrissent plus entiere et plus vifve, la connoissance qu’ils ont eu de moy. Si c’eust esté pour rechercher la faveur du monde, je me fusse mieux paré et me presanterois en une marche estudiée. Je veux qu’on m’y voie en ma façon simple, naturelle et ordinaire, sans contention et artifice : car c’est moy que je peins. Mes defauts s’y liront au vif, et ma forme naïfve, autant que la reverence publique me l’a permis. Que si j’eusse esté entre ces nations qu’on dict vivre encore sous la douce liberté des premieres loix de la nature, je t’asseure que je m’y fusse tres-volontiers peint tout entier, et tout nud. Ainsi, lecteur, je suis moy-mesmes la matiere de mon livre : ce n’est pas raison que tu employes ton loisir en un subject si frivole et si vain. À Dieu donq […]. Titre du texte :
___________________________________________ En Alsace, aux environs de 1850, un instituteur accablé d'enfants consentit à se faire épicier. Ce défroqué voulut une compensation: puisqu'il renonçait à former les esprits, un de ses fils formerait les âmes; il y aurait un pasteur dans la famille, ce serait Charles.
Charles se déroba, préféra courir les routes sur la trace d'une écuyère. On retourna son portrait contre le mur et fit défense de prononcer son nom. A qui le tour?
Auguste se hâta d'imiter le sacrifice paternel: il entra dans le négoce et s'en trouva bien. Restait Louis, qui n'avait pas de prédisposition marquée: le père s'empara de ce garçon tranquille et le fit pasteur en un tournemain. Plus tard Louis poussa l'obéissance jusqu'à engendrer à son tour un pasteur, Albert Schweitzer, dont on sait la carrière.
Cependant, Charles n'avait pas retrouvé son écuyère; le beau geste du père l'avait marqué: il garda toute sa vie le goût du sublime et mit son zèle à fabriquer de grandes circonstances avec de petits événements. Il ne songeait pas, comme on voit, à éluder la vocation familiale: il souhaitait se vouer à une forme atténuée de spiritualité, à un sacerdoce qui lui permît les écuyères. Le professorat fit l'affaire: Charles choisit d'enseigner l'allemand. Nom de l’auteur :
________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Prénom de l’auteur :
________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Date de première publication :
________________________________________________________________________________________________________________________________________________
Genre littéraire
________________________________________________________________________________________________________________________________________________ Titre du texte :
___________________________________________ Livre deuxième
Chapitre premier, Désordres de sa jeunesse.
1. Je veux rappeler mes impuretés passées, et les charnelles corruptions de mon âme, non que je les aime, mais afin de vous aimer, mon Dieu. C’est par amour de votre amour que je reviens sur mes voies infâmes dans l’amertume de mon souvenir, pour savourer votre douceur, ô Délices véritables, Béatitude et Sécurité de délices, qui recueillez en vous toutes les puissances de mon être dispersées en mille vanités loin de vous, mon centre unique
Car je brûlais, dès mon adolescence, de me rassasier de basses voluptés ; et je n’eus pas honte de prodiguer la sève de ma vie à d’innombrables et ténébreuses amours, et ma beauté s’est flétrie, et je n’étais plus que pourriture à vos yeux, alors que je me plaisais à moi-même et désirais plaire aux yeux des hommes. Titre du texte :
___________________________________________ Vous trouverez ci-dessous dix extraits de textes autobiographiques appartenant à des auteurs et des époques très différentes.
Vous avez trente minutes pour les lire, compléter les diapositives avec les informations demandées et les reclasser dans l’ordre chronologique en utilisant les ressources disponibles dans le CDI.
Chaque élément correctement identifié vous rapporte deux points.
Bon courage à tous !
Mme Boublil & Mme Leborgne
P.S. : Pour la prochaine séance, répartissez-vous les écrivains et établissez pour chacun d’eux une biographie à déposer sur le blog de la classe, en utilisant les outils disponibles sur la page « Périodes Historiques » du Netvibes d’Histoire des Arts. Trouvez également un des ouvrages de cet auteur sur le portail e-sidoc de l’établissement. Consignes Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Nom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Prénom de l’auteur :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Date de première publication :
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________
Genre littéraire
______________________________________
______________________________________
______________________________________
______________________________________ Ecrire pour partager en ligne et à haute voix Lire et comparer des récits d'enfance
et d'adolescence Se perdre seul dans le "Tramway"
d'Alexandra Saemmer Lecture autonome à la maison ou au CDI dans le but d'établir une chronologie de son choix de lecture
Reprise en classe au TNI pour une explication de texte, en bonne et due forme. Voir sur la chaîne You Tube INA Culture : http://www.youtube.com/user/Inaculture/videos?query=perec http://www.netvibes.com/madameboublil#Accueil Ecrire, dire, lire, voir... Comparer le double "incipit"
de W ou le souvenir d'enfance Découvrir un chef d'oeuvre du 9ème art :
Maus d'Art Spiegelman http://www.jogtheweb.com/run/3GwqAxUXwYUq/Souvenirs-de-la-seconde-guerre-mondiale http://www.weblettres.net/blogs/archive.php?w=En6eaJBC&y=2011&m=12 http://revuebleuorange.org/bleuorange/02/saemmer/
http://www.mandelbrot.fr/ "Lire encore Alexandra !"
demande Basile. http://prezi.com/nrexwjyhg0fe/wegekreuz/ Comment finir ? Evaluation des items du socle commun (BO n°27 du 8 juillet 2010)
- Compétences 1 & 4 : ensemble des items
- Compétence 5 :
- Etablir des liens entre les œuvres (littéraires, artistiques) pour mieux les comprendre
- Etre sensible aux enjeux esthétiques et humains d’un texte littéraire
- Etre capable de porter un regard critique sur un fait, un document, une œuvre
- Manifester sa curiosité pour l’actualité et pour les activités culturelles ou artistiques Comprendre ce qu'est un dispositif
narratif, que l'écriture est une forme de programmation intentionnelle des effets. Qu'est-ce qu'a apporté le recours à la littérature numérique ? Pour plus d'informations Yaël BOUBLIL
yael-deborah.boublil@ac-paris.fr
@yaelboublil Préparer la venue de l'auteur avec Prezi http://prezi.com/uisylrg9axby/questions-a-serge-bouchardon/ Merci de votre attention
et de vos questions ! Chapitre 5 Chapitre 3 Observations de deux expériences de Déprise issues du Dossier sur le récit numérique, Déprise, une approche de l’expérience utilisateur de Constance TABARY du 2 février 2012
http://www.utc.fr/~bouchard/works/Tabary_Deprise.pdf Etape 4
Lisez le document n°3 et rapportez votre expérience de lecteur
Qu’avez-vous pensé de cette expérience de lecture ?
Est-elle conforme à ce que vous attendiez ? Questionnaire de Lecture Chapitre 6 Chapitre 4 Chapitre 1 Etape 2
Lisez la page d’accueil de l’œuvre Déprise
Cette lecture modifie-t-elle vos réponses aux questions 1 à 4 ?
L’auteur invente six scènes de la vie d’un personnage en pleine « déprise ». A quoi vous attendez-vous ? Questionnaire de Lecture Déprise Amélie
Durée de l’expérience : 19 minutes
Observations chronologique :
1- Le sujet exprime de la frustration.
2- Elle contredit le texte qui apparaît.
3- Elle se moque du dispositif.
4- Amélie essaie d’anticiper sur ce qu’il veut (« Il veut que je choisisse une question)
5- Elle s’adresse à la femme qui apparaît en photo à l’écran pour lui faire un commentaire esthétique.
6- Amélie blâme la souris et la dimension de l’écran pour les difficultés rencontrées.
7- Elle exprime une aversion pour les dispositifs qui la font se sentir bête.
8- Erreur de navigation : elle essaie de poursuivre l’histoire en cliquant sur les chiffres qui sont en fait des redirections aux différents chapitres.
Retour sur l’expérience :
« Je me suis sentie comme dans un musée. Je ne suis pas le bon sujet pour ça. Je ne suis pas très réceptives aux choses abstraites et artistiques. » Loïc
Durée de l’expérience :12 minutes
Observations chronologiques :
Le sujet reste silencieux et immobile pendant presque toute l’expérience.
Il essaie d’anticiper sur le récit (déclare par jeu qu’une femme nue va apparaître).
Il passe très vite sur les textes.
Il réfute les liens faits dans la construction entre texte et expérience (le rouage « tourne en rond » marche très bien mais il s’exclame : « j’ai fait des carrés! »)
Loïc, une fois qu’il s’est rendu compte que ce ne sont pas les lettres qu’il choisit qui apparaissent à l’écran, choisit d’enclencher le texte préétabli avec le bouton « backspace ».
Retour sur l’expérience :
Loïc : Il me fait croire que je fais ce que je veux, mais en fait je fais ce qu’il veut.
C’est qui il ?
Loïc : Le logiciel Observation de deux expériences de Déprise Chapitre 2 Etape 3 : Que se passe-t-il dans chaque chapitre de l’œuvre ?
Prenez quelques minutes pour décrire ce que vous avez vu, entendu, ressenti, compris après la deuxième lecture à voix haute de chaque chapitre Questionnaire de lecture Déprise Etape 1
Le mot « Déprise » peut-il se trouver dans un dictionnaire ?
Comment est-il composé ?
Donnez au moins quatre mots de la même famille ?
Quel sens peut-on lui donner ?
En utilisant la page d’accueil du site de S.B., compléter le tableau ci-contre : Questionnaire de Lecture Déprise Rencontre au stage PRECIP
et organisation de la rencontre Bonjour Serge,

Petits renseignements pratiques pour la rencontre de vendredi...
Mon collège est situé au 26 rue Henri Chevreau (M° Pyrénées, Jourdain ou Ménilmontant). Nous t'attendons pour 14h pour une heure d'entretien (mais nous pourrons prolonger si nécessaire car certains élèves n'ont pas cours après). […]
Les élèves ont étudié "Déprise" et ont parcouru le reste de ton oeuvre en classe en utilisant un TNI. Certains d'entre eux auront certainement relu des choses en ligne depuis chez eux (enfin j'espère...). Je leur ai demandé de préparer cinq questions chacun et de les centrer autour de l'écriture (mais on ne pourra exclure le traditionnel "Combien tu gagnes ?"...)
Ils sont vraiment ravis de te rencontrer...
Je te laisse mon portable au cas où : ** ** ** ** ** 
Je voulais également de remercier de m'avoir laissé participer à ce colloque très riche [PRECIP]. J'ai beaucoup appris et je pense pouvoir réutiliser très rapidement les apports dans mes cours.

Bien à toi
Yaël YB, 10 avril Bonjour Yaël,

C'est moi qui te remercie pour cette invitation. Je suis très heureux de venir échanger avec tes élèves.
[…]
J'aurai un peu de temps après 15h pour celles et ceux qui le souhaitent. Je prendrai un train à 16h07 à la gare du nord.
Si je dispose d'un vidéoprojecteur, je pourrai par exemple leur montrer comment créer une animation en ligne. Cela pourrait répondre aux demandes plus "techniques" de certains, après avoir abordé celles concernant l'écriture.
Nous verrons ensemble. Mon numéro de portable : ** ** ** ** **.
A vendredi.
[…]
Serge SB, 10 avril http://skhole.fr/dossier-seminaire-precip-enseigner-l-%C3%A9criture-num%C3%A9rique SB, 13 Avril Bonsoir Yaël,

Je te remercie encore pour ton invitation, qui a été pour moi une  expérience très intense (plus que ce que j'avais anticipé... Je suis  habitué à un travail de réflexivité en tant que chercheur, mais pas en tant qu'auteur).
J'espère que ces échanges auront également apporté quelque chose aux collégiens. Dis leur qu'ils peuvent me contacter s'ils le souhaitent pour continuer les échanges. Tu peux leur donner mon adresse mail : *******
Je suis preneur de l'URL de ton prezi quand tu l'auras rendu public,  ainsi que des séquences vidéo si tu peux les mettre quelque part à  télécharger. 
[…] 
Serge YB le 23 mars
Alexandra, j'ai eu de merveilleux retours, hier et aujourd'hui, de mes élèves de 3e sur "Tramway" et "Wegekreuz". Un vrai moment de grâce...
Serge, je leur fais découvrir "Déprise" ce vendredi, suspens ! Comment s'est organisé la rencontre ? YB, 13 avril Bonsoir Serge,
C'est moi qui te remercie (et qui te dois encore un café !). Je n'ai aucun doute sur le fait que cette séance leur a beaucoup apporté. 
J'étais très émue, moi aussi, de les voir aussi concentrés et enthousiastes... Il y avait une belle qualité d'écoute quand tu parlais... et tu leur as indéniablement donné envie de créer !
Je leur donnerai ton adresse mail à la rentrée, je suis sûre que cela leur fera très plaisir. 
En attendant le dérushage et la conversion dans un format plus pratique des vidéos, voici le lien vers le prezi, que je viens de rendre public :  http://prezi.com/uisylrg9axby/questions-a-serge-bouchardon/ 
Je réfléchis à une V2 qui intégrerait l'ensemble de la séquence... je te tiens au courant dès que j'arrive à quelque chose d'un peu abouti...
Merci encore pour ce beau moment d'échange avec les élèves comme avec moi.
A bientôt
Yaël SB, le 9 juin Bonjour Yaël,
[…]
Comme je te le signalais, voici ma dernière petite création en ligne, intitulée Opacité :http://www.utc.fr/~bouchard/opacite/
Cette pièce a été sélectionnée pour le Media Arts Show ELO 2012 fin juin : http://dtc-wsuv.org/elit/elo2012/elo2012/Bouchardon.html
C'est beaucoup plus court et plus simple que Déprise (4 tableaux courts). Il y a du son. A la fin du deuxième tableau, il faut laisser le bouton de la souris appuyé, comme pour creuser.
Dis moi ce que tu en penses. Si tu penses que c'est montrable à tes élèves, n'hésite pas.Si tu veux les faire réagir et que nous publions leurs commentaires en ligne, en avant-première ;-) , c'est tout à fait possible.
Par ailleurs, tu m'as dit que tu avais des vidéos de mes échanges avec les élèves de ta classe, si tu peux les mettre en ligne afin que je puisse les télécharger, je serais tout à fait intéressé.
[...]
A bientôt.
Serge http://i-trace.fr/opacite/index.php Questions - réponses du 12 juin Bonjour Serge,

Nous venons de voir ton œuvre avec les élèves . Voici leurs réactions :
L'œuvre leur a semblé courte mais intéressante. 
"Pourquoi as-tu pensé à tout voir  ?" te demande Elfried.
Gaspard trouve ton titre très bien choisi, ton œuvre exprime bien tous les aspects de l'opacité.
Sofiane se demande comment tu as eu cette idée. Pourquoi ce thème te demande Olivier.
Coline trouve que ton idée de tout voir n'est pas très agréable. Les gens doivent garder une part de mystère les uns pour les autres.
Ali se demande pourquoi c'est trop court. 
Marius trouve l'œuvre positive.
Nina se demande si tu es frustré de ne pas tout voir ou si plutôt tu ne nous frustres pas de ne pas tout voir.
Avec Déprise on a été mal habitué : on reste sur notre faim avec ces quatre tableaux, remarque Gaspard.
Coline a apprécié le tableau avec le corps creusé, Gaspard a préféré celui avec les textes où les mots se répondent d'une phrase à l'autre.
A part ça, comment vas-tu ?  (Question de Coline).

Les vidéos arrivent au plus vite.
Bien à toi
Yaël YB, le 12 juin SB, le 12 juin (2) Avec Déprise on a été mal habitué : on reste sur notre faim avec ces quatre tableaux, remarque Gaspard.

Oui, je peux comprendre ta réaction, Gaspard. On reste un peu sur notre faim.C'est une façon pour l‘œuvre d'être elle-même un peu opaque, de ne pas tout donner.

Coline a apprécié le tableau avec le corps creusé, Gaspard a préféré celui avec les textes où les mots se répondent d'une phrase à l'autre.

Ça c'est intéressant, car je pensais que le tableau 2 (le corps de femme que l'on "creuse") était plus masculin et le dialogue plus féminin...Je suis du coup content que Coline ait apprécié le tableau 2 et Gaspard le tableau 3. SB, le 12 juin (4) Bonjour Yaël,

Je te remercie beaucoup d'avoir présenté Opacité à tes élèves. J'essaie de répondre à toute les questions ci-dessous...

Le 12/06/2012 16:54, Yaël BOUBLIL a écrit :

L‘ œuvre leur a semblé courte mais intéressante.

;-)

Gaspard trouve ton titre très bien choisi, ton œuvre exprime bien tous les aspects de l'opacité.

Merci Gaspard.

Sofiane se demande comment tu as eu cette idée. Pourquoi ce thème te demande Olivier.

J'ai eu cette idée (et donc le choix de ce thème) parce qu'on n'entend tout le temps parler de transparence dans les médias. "Il faut de la transparence", "il faut tout montrer", "il faut tout dire" : à la télévision, en politique, entre amis, dans le couple...Je pense que non seulement c'est impossible, mais en plus que cela peut être dangereux. SB, le 12 juin (1) Marius trouve l'oeuvre positive. Nina se demande si tu es frustré de ne pas tout voir ou si plutôt tu ne nous frustres pas de ne pas tout voir.

Oui Marius, je pense - et j'espère - que le message est positif.
Nina, je ne suis pas frustré de ne pas tout voir, au contraire. Et j'espère amener le lecteur à comprendre que ce n'est pas frustrant de ne pas tout voir. En effet, ne pas tout voir donne plus à imaginer

Ali se demande pourquoi c'est trop court. 

Tu as raison Ali, c'est très court. Pour deux raisons : 
- j'ai moins de temps actuellement pour créer et donc j'ai fait quelque chose de plus court...
- je voulais faire une création qu'on puisse également jouer sur une tablette (comme un iPad).
Or sur une tablette, beaucoup de lecteurs aiment les formes courtes. Cela correspond à quelque chose que l'on peut faire le temps de 3 ou 4 stations de métro. La version pour tablette (version tactile) sera disponible la semaine prochaine. SB, le 12 juin (3) A part ça, comment vas-tu ?  (Question de Coline).

Je vais bien, merci Coline. Les vacances approchent, même si pour moi elles seront studieuses.Je vous souhaite à toutes et à tous de très bons résultats au brevet, et surtout de très bonnes vacances ! ;-)

Par ailleurs, je vous remercie beaucoup pour toutes ces questions.

Est-ce que vous avez regardé et écouté Opacité avec le son ? Parce qu'on a beaucoup travaillé sur la dimension sonore, qui est une création originale.

Si vous avez des suggestions d'améliorations, n'hésitez pas.

A toutes et à tous : je garde un excellent souvenir de notre rencontre et pense à vous souvent.

Amitiés.

Serge SB, le 12 juin (5) YB, le 12 juin (6) Dans la période actuelle marquée par la volonté de totale transparence, de l'éclairage maximal, voire de la mise à nu, on considère que l'on a le droit de tout voir à tout moment. Je pense qu'il faut lutter contre ce mythe de la transparence...et donc montrer l'attrait d'une forme d'opacité.

"Pourquoi as-tu pensé à tout voir  ?" te demande Elfried.Coline trouve que ton idée de tout voir n'est pas très agréable. Les gens doivent garder une part de mystère les uns pour les autres.

Elfried : en fait, je ne pense pas qu'il faut tout voir. Le personnage principal, par exemple, veut tout voir de sa femme, et en fait il ne voit pas l'essentiel. Il ne voit pas le charme et le mystère.
Je suis entièrement d'accord avec toi Coline. C'est d'ailleurs pour ça que je pense qu'il faut une forme d'opacité. Il ne faut pas vouloir tout voir. Tu es un vrai Mensch mon Serge, quel bonheur dans les yeux des élèves de lire ta réponse !
Merci beaucoup de ces précieux moments que tu leur as offert...
Yaël SB, le 12 juin (7) C'est moi qui te remercie, Yaël !
Si tu le désires, je suis partant pour renouveler l'expérience l'année prochaine.
Bises.
Serge
Full transcript