Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Partage de l'espace - Stationnement Lille

Conférence du 8 février 2013, Lille
by

Sonia Lavadinho

on 20 July 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Partage de l'espace - Stationnement Lille

ZONE DE CAMOUFLAGE - GRENOBLE ZONE DE RENCONTRE - ST-GALL ZONE DEMULTIPLIEE - LONDRES BERNE: COMPROMIS DE CIRCULATION voté en 1997; 17’000 pl. sur voirie

Politique du stationnement fait partie intégrante de la politique de mobilité globale « Cité, transports et environnement »

Suppression du stationnement au centre-ville compensé par parkings en ouvrage sur les pourtours (2’830 pl.)

Réaménagements EP => redistribution de l’espace => diminution régulière du stationnement pour augmenter valeur d’usage EP

Coût du macaron annuel différencié (240 CHF bernois / 600 CHF autres )

Places visiteurs: 4h et 24h (8 et 15 CHF)

Projet d’agglomération : volet central de coordination transports et développement urbain qui définit notamment des objectifs en matière de planification de l’implantation des IFF (centres commerciaux et de loisirs) et en matière de développement de l’offre P+R PISTES DE REPONSE EN SUISSE III - BE LE MODELE ZURICHOIS DE LA PONDERATION DES TRAJETS
Principe: assigner des contingents de trajets par périmètre
Avantage : exploitation flexible des places de stationnement
Les places ne sont plus attribuées à un type d’usage spécifique
Exploitation multiple autorisée, dans les limites du nombre de trajets plafond
L’exploitation multiple augmente l’accessibilité et la disponibilité de places en minimisant les coûts de construction
Parkings mieux utilisés, rapport optimal coûts-utilisation CAS CONCRET IIC - SIHLCITY ZURICH: COMPROMIS HISTORIQUE de 1996; 267’000 pl., 50’000 dom. public
Libérer le domaine public des automobiles, compenser les places supprimées
Surfaces libérées : zones piétonnes/de rencontre, 2-roues/livraisons et vertes
Maintien de l’offre totale au niveau de 1990
Politique du stationnement s’inscrit dans une stratégie globale de mobilité
orientée vers le futur
Etendre la logique du centre-ville vers les quartiers extérieurs

Conçue comme un instrument au service du développement durable
Conçue par l’unité de planification des transports (Verkehrsplanung)

Protéger la compétitivité des centres de quartiers (60 min. => 120 min.)
70% P+R sur S-Bahn au niveau cantonal (taux d’occupation 80% pour 2/3)
Coût du macaron annuel (240 CHF/an pour les zurichois)
Permis livraisons
à 600 CHF/an valable sur toute la ville
Autorisations journalières sur places bleues à 15 CHF pour toute la ville
Autorisations journalières prof. sur places bleues et payantes à 30 CHF PISTES DE REPONSE EN SUISSE IIA - ZH A l’ECHELLE CH: BENCHMARKING ENTRE AGGLOS
SPIRALE EVOLUTIVE + RAPIDE PISTES DE REPONSE EN SUISSE I FLUX, LIEUX, NON-LIEUX
CIRCULEZ, IL N’Y A RIEN A VOIR
Cesser les politiques autistiques
Flux et arrêts sont deux faces d’une même médaille STATIQUE VS. DYNAMIQUE
MON CŒUR BALANCE… STATIQUE VS. DYNAMIQUE
MON CŒUR BALANCE… P+M : ACCEPTER DE MARCHER PLUS POUR CHERCHER SA PLACE
Le stationnement comme maillon de la chaîne intermodale
La marche comme son complément naturel C1 - STATIONNER
POUR MIEUX MARCHER Public / Privé
Sur voirie / Hors voirie (Silo vs. Souterrain) >>> EN DEHORS DE L’EP
Habitat / Travail / Achats / Loisirs

Architecture ou infrastructure ? B3 - MUTUALISATION
DES USAGES Remplacer les voitures par des potelets :
pas de valeur ajoutée

Trop accélérer le taux de rotation :
moins d’achats car clients trop pressés

Créer la pénurie de façon intermittente :
pas d’abandon définitif de la voiture

Utiliser le stationnement pour décourager la circulation :
c’est le séjour piéton et non le stationnement qui augmente le degré d’urbanité

Limiter l’offre uniquement au centre-ville :
l’arbre qui cache la forêt

Viser des pendulaires sur EP :
et omettre les lieux de travail, sur domaine privé

Faciliter la vie aux habitants :
on ne peut pas avoir le beurre
et l’argent du beurre LES FAUSSES BONNES SOLUTIONS CLASSIQUE (circulation/stationnement/piste bus/piste cyclable/trottoir)
ZONE 30
ZONE DE RENCONTRE TYPOLOGIES DE PARTAGE DE L’ESPACE L’ESPACE, RESSOURCE RARE
TYPOLOGIES DE PARTAGE

PARADOXES ET FREINS
LES FAUSSES BONNES SOLUTIONS

3 CALIBRATIONS DE PARTAGE
STATIQUE VS. DYNAMIQUE

PISTES DE REPONSE EN SUISSE
BALE: PARITÉ TARIFAIRE PUBLIC / PRIVÉ en 2007: 100’000 pl., 36’000 d. pub.
Prix courte durée équivalent, voire plus cher
Coût du macaron annuel x 3 (370 CHF NON ACCEPTE – PROGRESSIF )
Extension temporelle payante jusqu’à 24h au centre-ville (trafic de loisirs)
Places visiteurs: 24h gratuites PISTES DE REPONSE EN SUISSE IV LE MODELE BERNOIS DE LA PONDERATION DES TRAJETS

Principe: assigner des contingents de trajets aux IFF

Favorise les emplacements situés à proximité des pôles d’habitat émetteurs de clients, à partir desquels les trajets moyens sont plus courts, permettant ainsi davantage de déplacements

Permet aux « projets d’envergure que le choix d’un emplacement idéal rapproche de leurs clients (trajets courts) (…) [de] bénéficier de plus de trajets clients pour la même prestation kilométrique », et donc de davantage de places de stationnement

Oblige les investisseurs à dimensionner leurs projets en tenant compte des prescriptions en matière de trajets

Favorise les emplacements les mieux desservis par les transports publics, encourageant leur usage pour ce type d’équipements

En cas de dépassement des contingents, on n’augmente pas le nombre de
places mais on améliore l’accessibilité TC CAS CONCRET IIIA - WESTSIDE LES OBJECTIFS INNOVATEURS

Supprimer ou assouplir l’obligation de construction de places de stationnement et l’obligation de payer des taxes de dédommagement en cas de non-construction de places

Assouplir les instruments de calcul du nombre de places dans le cadre de projets de construction (modèle de pondération des trajets)

Harmoniser le calcul du nombre de places avec communes environnantes

Soutenir les mesures permettant de réaliser le potentiel de ménages qui pourraient renoncer à la possession de leur propre voiture

Encourager la construction d’installations de stationnement communautaires

Elaborer un concept global pour le stationnement dans les centres de quartier et de proximité

Développer et soutenir des mesures d’information et de conseil pour limiter le trafic généré par les installations de stationnement (conseil aux entreprises, actions de promotion des transports publics) PISTES DE REPONSE EN SUISSE IIB - ZH UN BOUQUET SERVICIEL AU-DELA DE LA MOBILITE
Quelles complémentarités ?
Les prolongements du moi
(enfants, paquets, chiens…)
Les services à la personne
(concierge, coiffeur, dentiste, fleuriste) C3 – LE PARKING « HUB DE VIE » DU PARKING ISOLE AU RESEAU DE PARKINGS
Une logique hypertextuelle
Politique d’agglomération ≠ politique locale (cohérence intercommunale)
Plan directeur du Stationnement => Vue d’ensemble intégrée => Stratégie

Quels choix de localisation ? Pour assurer quel transfert modal ? C2 – QUELLE EST
LA BONNE ECHELLE ? EVOLUTION DU CADRE LEGAL
Créer des parkings palimpsestes à plusieurs écritures d'usage
Favoriser la voiture partagée sous toutes ses formes
Faciliter le partage informel
Encourager les cohabitations à géométrie variable

Tenir compte des évolutions de + en + rapides
des modes de vie B1 - MUTUALISATION DES PLACES A - PART MODALE
B - MUTUALISATION
C – MAILLAGE 3 CALIBRATIONS POUR LE PARTAGE PLUS C’EST RARE, ET PLUS CELA PEUT ETRE CHER
Modèle APPLE ou modèle chinois ? PARADOXES ET FREINS ALLOUER DE L’ESPACE AUX USAGES DE L'ESPACE PUBLIC,
PLUTÔT QU’AUX OUTILS DE MOBILITE
EXPLORER LA MARGE DE MANŒUVRE TEMPORELLE B2 - MUTUALISATION
DES ESPACES-TEMPS QUELS SONT LES OBJECTIFS VISES?
MIN / MAX => OPTIMUM
Réflexe « Parquer au bon endroit, au bon moment »


EVOLUTIVITE : QUE FAIRE DES FRICHES DE STATIONNEMENT ? A - PART MODALE
VS. ESPACE OCCUPE REPARTIR / CONFISQUER / PARTAGER
STATIONNER (VEHICULES) => SEJOURNER (PERSONNES)
L’ESPACE, C’EST AUSSI DU TEMPS L’ESPACE, UNE RESSOURCE RARE PARTAGE DE L’ESPACE :
UNE POLITIQUE INTEGREE POUR LA VILLE MULTIMODALE Sonia Lavadinho
sonia.lavadinho@bfluid.com
sonia.lavadinho@epfl.ch RSTT
LES RENCONTRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES TERRITORIALES Stationnement :
vers une véritable intégration dans les politiques urbaines? Lille – 7 et 8 février 2013 + de multimodalité  > Situations de stress spatial  > Guerres de partage

Droit de possession / droit d’usage

Surexploitation des espaces publics
« tragedy of the commons »

Sous-utilisation des espaces privés
méconnaissance de l’offre
freins d’exploitation imposés par la propriété privée Pour partager l’espace, il faudrait déjà en avoir… Appellent différentes réponses en termes de stationnement CH - NORMES « VSS » STANDARDISEES AU NIVEAU NATIONAL ET MODULEES AU NIVEAU LOCAL BANDE MULTIFONCTIONNELLE
CHAUSSEE A VOIE CENTRALE BANALISEE + 2X PISTES CYCLABLES
BANDE CENTRALE POLYVALENTE Le futur La norme vs. l'expérimentation Le présent PLUS C’EST CENTRAL, ET PLUS C’EST PUBLIC
Quel degré de liberté pour la confiscation des
espaces publics centraux ? La gratuité longue/nocturne SUR VOIRIE nous coûte, à la longue, autant que la courte/diurne

Sous-utilisation chronique des parkings en ouvrage / sur domaine privé => A RENDRE + CONCURRENTIELS PLUS C’EST GRATUIT, ET PLUS C’EST DIFFICILE A SUPPRIMER
Rendre d’abord payant, on le regrettera moins… Créer la pénurie avant de
jouer sur les prix La ville multimodale demande une vision globale du partage
de l’espace Cibler non pas les individus
mais les cycles de vie Imposer des quotas de remplissage des véhicules
Encourager des systèmes d’auto-stop spontané
au sein des communautés d’usagers Quid des livraisons ? La bande multi-usages IFF, grands événements Quelle localisation pour quels bassins versants ?
En CH, la plus proche possible de l’origine
Tarif dégressif en fonction de la proximité du domicile Macarons pour riverains (nb illimité ou limité?)
Macarons partagés à plusieurs sur une même voiture (ZH)
Tarification préférentielle parking publics pour les résidents 
Priorité à l’autopartage ?
15 abonnés/véh; remplace 4-10 VP; -50% KM Quel rôle pour le P+R ? QUELLE URBANITE ? LE PARKING PALIMPSESTE Macarons 20% déplacements à pied
font entre 1 et 2 km Marche + TC = 80%
Marche + 2RM = 29%
Marche + voiture passager = 28%
Marche + voiture conducteur = 24%
Marche + vélo = 17% Marche : 46% des déplacements intermodaux Vers un label HQA des parkings ? L’exemple de LPA à Lyon SIHLCITY: 8’800 trajets véh/j
20’000 visiteurs/jour
800 places de parc (contre + de 3’000 dans cc. similaires à ZH) Plan directeur du stationnement : ZH, BE, BS, GE
Suppression totale du stationnement sur voirie au centre
Zero places blanches (illimitées et gratuites)
Places bleues: macarons pour les résidents qui autorisent à stationner
au sein du quartier (ou quartiers environnants)
Parkleitsystem : guidage en temps réel sur toute la constellation
de parkings publics
Contrôle du stationnement : délégation à agents privés dédiés
Recettes du stationnement: reversées dans comptes généraux
Supprimer places en surface à proximité de parkings en ouvrage Quelle valeur ajoutée pour le bouquet ?
L’exemple de la cuisine IKEA… Quelle hiérarchie des flux prioriser ?

En fonction de quels critères ? Piétons
TC
Modes partagés

Modes individuels à faible/forte consommation spatiale
(vélo, 2RM, voiture) Taux d’immobilité

Consommation d’espace

Part modale avérée / escomptée une voiture passe 94% de sa vie
à l’arrêt

71% O = nulle part (17h00)
23% D = ailleurs (5h30)
6% en chemin (1h30) Auto-immobilité Hiérarchisation C2 – MESURES Augmenter le rayon de chalandise à pied

Favoriser les synergies au sein d’une même constellation de parkings

Privilégier des stratégies de stationner par secteur plus que par destination

Créer des portes de résidentialité et portes de vitalité commerciale
(par des parkings de type totem urbain associés à des zones de rencontre)

Envisager parkings comme de grands repères d'agglo :
totems, verticalités, transitions surface/souterrain ACCEPTE-T-ON DE MARCHER PLUS POUR CHERCHER SA PLACE ?
NON...

Pour élargir son champ d'expérience urbaine, oui ! - avec une forte intensité / diversité des flux
(établir seuil de frottement à ne pas dépasser)
- avec des nœuds d’inflexion complexes
- avec des exigences de co-visibilité (cars, livraisons)

=> Etablir un cordon sanitaire autour des interfaces
=> Concevoir des pôles d’échange distendus
=> Tirer parti des clusters de marchabilité,
au-delà des couloirs « TOD » Le stationnement n’est pas compatible… expérimenter - observer activement - échanger - évaluer - anticiper le déploiement
déployer à large échelle QUELLE VALEUR AJOUTEE POUR SUPPRIMER LE STATIONNEMENT ? LE BON PARKING, AU BON ENDROIT QUEL EMPLACEMENT ?
a) Connectivité
b) Proximité
c) Maillage
d) Repérage QUEL ROLE ?
a) Centripète - sas d'entrée agglo / quartier
rentrer dans la scène => accueil
b) Centrifuge - portail vers un ailleurs
sortir de la scène => rétention DETERMINANTS MARCHE AUGMENTEE
MARCHE AUGMENTANTE La marche pivot du choix modal
Full transcript