Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Le Patte Noire

No description
by

Caroline Cliche

on 8 February 2014

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Le Patte Noire


Présenté par :
Maude Bissonnette,Caroline Cliche,
Catherine Larin, Sara Letellier

Louis Corman
Né en 1901 à Roubaix en France
Psychiatre
Médecin en chef du service de psychiatrie pour adultes
Fonde un service de psychiatrie pour enfants à l'Hôpital Saint-Jacques-de-Nantes
Crée en 1937 la morphopsychologie
Crée en 1980 la Société Française de Morphopsychologie
Meurt en 1995
Fondements théoriques
Inspiré par la psychanalyse
S'appuie sur les stades psycho-sexuels et les trois instances
Se distingue du
Blacky
:
technique de libre choix
nombre de planches (Blacky : 12; PN : 19)
Propriétés psychométriques
200 observations d'enfants en 2 ans
Matériel et procédures standardisés, mais interprétation subjective
Fidélité relativement bonne
Bonne sensibilité
Bonne validité
Avez-vous
des questions ???

Historique
Créé par Louis Corman entre 1959 et 1961
Élaboré au Centre médico-psychologique de Nantes
Dessiné par Paul Dauce
Assistants de recherche: Françoise Brelet-Foulard, Annie Cantin, Gertrude Corman, Jacques Dantec, Armelle Guillemot et Nadine Guillon-Vernes
Inspiré du
Blacky Pictures Test
de G.S. Blum (1950)
Inspiré des fables de Louisa Düss
A connu une popularité rapide
Peu de modifications depuis sa création
Pertinence clinique
Symbolisation animale favorise la projection
Permet d'explorer :
Conflits psychiques
Mécanismes de défense
Stades psycho-sexuels
Personnalité
Capacités de différenciation, d'individuation et d'identification
Distinction des représentations parentales
Écart des générations
Différence entre les sexes

Selon Corman
À partir de 5 ans
Utilisable chez l'ado et l'adulte
Consigne : composer une histoire qui va avec des images d'un livre pour enfants
Population clinique
Psychose
Névrose
Troubles du caractère et de l'adaptation
Manifestations psychosomatiques
Selon Monica Boekholt
4 à 10 ans
Après 10 ans, caractère régressif doit être accepté
Max efficacité : 6 ans

Aménagements du test pour raccourcir la passation (30 à 45 min)
Raconter des histoires avec les images aimées et avec les non-aimées en commençant par celles que l’enfant veut
Réserver les questions d’identification pour la fin, parmi les questions de synthèse
Très difficile à trouver
Surtout des études de cas et des vignettes cliniques
À suivre...
Forces et Faiblesses
Forces
Liberté de choix
Manipulation des planches
Ordre des histoires
Identification des personnages
Permet de voir les hésitations (C et NC; A et NA)
Diversité des thèmes
Mêmes personnages

Faiblesses
Subjectif
Long, rarement utilisé (Boekholt)
Passation ardue
Interprétation complexe
Beaucoup d'éléments à tenir compte dans l'interprétation, mais pas de moyens suggérés pour y parvenir
Bibliographie
Passation : 6 étapes
Recherches récentes
Le Frontispice
Les thèmes
« Voici les images qui représentent les Aventures de PN. Tu vas les regarder et, pour chacune, me raconter l’histoire. Tu es libre de choisir les images qui t’intéressent le plus et de ne raconter que celles-là. Regarde-les bien toutes : mets de côté celles qui ne t’intéressent pas et garde les autres devant toi pour me les raconter. »

Poser des questions dynamisantes pour relancer l’enfant ou pour l’encourager à continuer

Les préférences-identifications
Les questions dirigées
« Maintenant que tu connais bien toutes les images, nous allons jouer à un jeu : le jeu de l’image préférée. Regarde-les à nouveau et, mets-les en deux paquets : dans le paquet de droite, tu placeras toutes les images que tu aimes, et, dans le paquet de gauche, toutes celles que tu n’aimes pas. »
(en ordre de préférence)

« Dans le jeu des préférences, on imagine qu’on fait partie de l’histoire. Qui serais-tu? Qui voudrais-tu être dans cette image? » Si l’enfant hésite à répondre ou même dit qu’un enfant ne peut pas être un cochon, il faut lui dire : « Tu sais, on joue; on joue à être PN ou un des autres. »

L'enfant peut ne s’identifier à aucun des personnages de l’image. Il faut alors lui demander s’il est un des autres ou s’il est personne.

Même procédure pour les images non-aimées. Si le sujet répond qu’il ne sait pas, on peut transformer la question : « Suppose que le dessinateur puisse modifier cette image. Que faudrait-il y changer pour que tu l’aimes? »



Le Patte Noire
Boekholt, M. (2000). Traumatisme réel, traumatisme fantasmatique. le patte-noire dans l'approche des représentations de relation. Psychologie Clinique Et Projective, 6, 145-154.

Boekholt, M. (2006) Épreuves thématiques en clinique infantile : approche psychanalytique. Paris : Dunod.

Chagnon, J. -. (2011). L’apport des épreuves projectives—Approche psychanalytique—Au bilan psychologique de l’enfant et de l’adolescent. bilan de 30 ans de travaux. Neuropsychiatrie De l'Enfance Et De l'Adolescence, 59(1), 48-53. doi:10.1016/j.neurenf.2009.10.002

Corman, L. (1961). Les avantages de la projection libre dans les tests de personnalité: L'exemple du test P-N. Revue De Psychologie Appliquée, 11, 207-219.

Corman, L. (1972). Le test PN, Le complexe d’Œdipe. Manuel 2. Paris : Presses universitaires de France.

Corman, L. (1974). Le test PN. Manuel 1. Paris : Presses universitaires de France.

Corman, L. (1975). Le test PN, la règle d’investissement. Manuel 3. Paris : Presses universitaires de France.

Ruhland, J., Beltraml, F., Marçon, F., Vidailhet, C., & Vidailhet, M. (2003). Approche clinique comparée des représentations parentales chez l'enfant souffrant de mucoviscidose, à l'aide du test patte noire de L. Corman. Bulletin De Psychologie, 56(3), 383-391.

Schröfl, S. (1977). The use of the 'patte noire' test with children. Praxis Der Kinderpsychologie Und Kinderpsychiatrie, 26(5), 184-193.

Société Française de Morphopsychologie. (2014). Louis Corman. Repéré à: http://www.morphopsychologie.org/?rub=louis-corman (site consulté le 25 janvier 2014)

Tuber, S., Goudsmit, N., Ferst, A., Shagrin, S., & Wolitzky, R. (2008). A review of projective tests for children: Recent developments. In C. Coulacoglou (Ed.), (pp. 5-28). Springfield, IL US: Charles C Thomas Publisher.



Administration
17 planches désignées par un titre et un numéro d’ordre alphabétique
matériel figuratif, sans zone d’ombre ni imprécision
passation en une seule séance
environ 60 à 90 minutes
matériel : planches, protocole et 2 tables
2 versions : cochons et moutons
« Voici des images où sont présentées les aventures du petit cochon Patte Noire. Tu vois, PN est ici; c’est le petit cochon qu’on voit là sous le titre. Tu vois ce qui est écrit. Pourquoi l’appelle-t-on Patte Noire? »

« Dans ces images des Aventures de PN, il n’y a pas d’histoire écrite. On te demande de raconter l’histoire toi-même. Mais avant, tu vas me dire si PN est un garçon ou une fille, et quel âge il a. »

Si l’enfant, surpris par ces questions, hésite à répondre, on peut lui dire, pour l’encourager à s’exprimer librement : « Tu sais, c’est un jeu. On peut dire tout ce qu’on veut. Ce n’est pas comme à l’école où il y a de bonnes et de mauvaises réponses. Ici toutes les réponses sont bonnes. »

« Et les petits blancs, que va-t-on en faire : des filles ou des garçons, ou les deux? D’abord celui? … Puis celui-là? Quel âge allons-nous leur donner à chacun? »
Il est indispensable de demander s’ils sont frères ou sœurs de PN, ou pas de la famille.

« Et les deux gros cochons, qui sont-ils? Celui à la tache noire?... Le gros tout blanc? »
Généralement, les deux gros sont considérés comme les parents. Surtout dans les cas où PN et les deux blancs ne sont pas de la même famille, il faudra demander de qui ils sont les parents.



Questions de synthèse
Pour faire le point, avec l’enfant, de ses sentiments
concernant les différents personnages

« Qui est le plus heureux dans cette histoire? Le moins heureux? »

« Qui est le plus gentil? Le moins gentil? »

« Dans la famille de PN, le père a-t-il une préférence pour un des autres de la famille? Et la mère? Et PN, a-t-il une préférence? Et les petits blancs? »

« Et toi, qui préfères-tu? »

« Que pense PN de sa patte noire? »

« Que va devenir PN? »



Pour diriger l’attention de l’enfant sur un point déterminé qu’on désire élucider. Par exemple, quand l’enfant a scotomisé une partie de l’image et que la question dynamisante n’a rien donné, on peut, à la fin du test, poser des questions précises sur ce qu’il disait ne pas voir. Il faut toutefois faire attention de ne pas suggérer des éléments.
Analyse et interprétation
Analyse filmique :
chaque planche
1ère lecture :
noter les défenses et tendances
noter l'essentiel des thèmes : francs et masqués
banal c. original
La synthèse :
chaque planche
2e lecture:
on part des thèmes dominants pour trouver des thèmes secondaires (latent)
La synthèse de tout le test
Extension des méthodes de convergence


Convergence d'indices avec l'anamnèse
et la compréhension clinique



Plan de la présentation
Historique
Fondements théoriques
Propriétés psychométriques
Pertinence clinique
Administration
Analyse et interprétation
Recherches récentes

Planche Fée
« Voici PN avec la fée des cochons. Avec sa baguette magique, la fée peut faire arriver n’importe quoi. Elle demande à PN de lui dire 3 souhaits qu’elle exaucera. Quels sont les 3 souhaits de PN? »
Les 19 planches du PN
Le protocole
Confrontation avec la clinique
Convergence d'indices avec tous les autres tests effectués
Éléments à considérer
pour l'interprétation
Choisies et Non choisies

(Ordre)

Planches aimées et non aimées

(Ordre et Sentiments)
Thèmes des planches:

Fidèles, modifiés
Conflit et dominance :
des trois instances

(refoulé c. agi)
frontispice: neutralité, égale distance permet liberté de projection
Identification à PN

et non-identifications
Censures:

Planches rejetées et non aimées
Nom de la planche
Contenu manifeste
Contenu latent
Auge
sadisme urétral
expression de l’agressivité envers les images parentales
Baiser
thème oedipien
problématique de type oedipien
Bataille
thème sadique oral de la rivalité fraternelle
agressivité et sentiments de culpabilité qui y sont liés
Charrette
thème sadique avec souvent retournement contre soi
angoisse de séparation ou agressivité dans les relations familiales
Chèvre
thème de la mère d’adoption ou de remplacement
relation à un substitut maternel
Départ
thème de départ
relation de dépendance et angoisse de séparation
Hésitation
thème d’ambivalence ou de rivalité fraternelle
ou d’exclusion
conflit entre régression et maturation dans le contexte de choix d’objet privilégié
Jars
thème sadique avec retournement punitif contre soi, ou de castration
relation d’agressivité vs castration
Jeux sales
thème sadique anal
agressivité vis-à-vis d’une image parentale dans un contexte chargé d’analité
Nuit
thème oedipien avec voyeurisme de la chambre des parents
curiosité sexuelle et fantasmes de scène primitive
Portée
thème de naissance et de rivalité fraternelle
naissance et relations précoces à l’image maternelle éventuellement dans un contexte de rivalité fraternelle
Rêve mère
thèmes d’idéal du Moi ou d’amour objectal (suivant qu’il s’agit de l’un ou de l’autre sexe)
renvoie à la relation à l’image maternelle
Rêve père
thèmes d’idéal du Moi ou d’amour objectal (suivant qu’il s’agit de l’un ou de l’autre sexe)
renvoie à la relation à l’image paternelle
Tétée 1
thème oral
renvoie à un rapproché avec l’image maternelle dans un contexte de relation privilégiée
Tétée 2
thème oral avec rivalité fraternelle
renvoie à un rapproché avec l’image maternelle dans un contexte de rivalité fraternelle
Trou
thème de solitude, d’exclusion, de punition
crainte de séparation dans un contexte de danger
• Comment l’histoire est construite :
histoire suivie :
plus facile à interpréter
préoccupations
montre une capacité d’intégration des thèmes
juste une image sélectionnée :
fascination, préoccupation dominante
Sans ordre apparent :
le plus fréquent
considérer les PI et les liens plus subtils

Hésitation
Auge
Trou
La fée
Arbre (ajouté plus tard)
Rêve mère
Rêve père
Tétée 1
Jars
Baiser
Portée
Chèvre
Frontispice
Départ
Bataille
Charrette
Tétée 2
Jeux sales
Nuit
Identifications
Le sujet s'identifie à :
PN
Petits blancs
Parents
Puissant
Personne
Mécanismes de défense
Tendances
Stade oral passif
Stade oral actif ou sadique-oral
Stade anal ou sadique anal
Stade oedipien
Agressivité et rivalité fraternelle
Dépendance et indépendance
Éléments à considérer
inter-planches
Mécanismes d'adaptation et de défense du Moi:
Défense contre le monde extérieur
Défense contre le Soi
Projection et formation réactionnelle
Relation à distance
Défense contre le Surmoi
Régression de stade
Négation des sentiments
Retournement
en contraire
Rejet de l'image
Scotomisation partielle
Scotomisation de l'action
Relation à distance
Déplacement
Inhibition
Isolation
Rationalisation
Triple défense
Acceptée-rejetée
Rejetée-aimée
Rejet inter-planche d'une tendance
« Je ne veux pas avoir
affaire avec ça ! »
« On peut supposer qu'ils sommeillent... PN ne dort pas. Il urine, non ? Il est dans la mangeoire, non ? Peut-être qu'il patauge pour s'amuser. »
« Le père et la mère s'embrassent et il y a un des petits qui regarde ça... il n'en éprouve pas de contrariété. »
Temps d'arrêt
Thèmes d'apparence banaux
Formation réactionnelle
« PN est arrivé le premier, mais les deux autres vont venir aussi, et les trois frères vont être réunis avec la maman. »
« ... NA parce que les parents, on dirait qu'ils n'ont plus de pattes à l'avant; et puis le petit qui s'en va, on dirait que c'est un petit faon. »
« Je ne crois pas que PN. Non! Oui! Je ne pensais pas mettre des étrangers là-dedans, mais ça me ferait plus plaisir que ce soient des étrangers, parce que ça ne serait pas de la famille... »
« Le père et la mère de PN... les deux petits blancs... PN qui mord la patte du blanc... une barrière... de l'herbe... un petit blanc qui court... un petit blanc qui mord l'oreille à PN... une fleur. »
« La mère rêve que ses petits enfants sont emmenés à l'abattoir. »
« C'est PN qui pense à sa mère et à ses frères emmenés. »
Mécanismes de défense
Analyse et interprétation
Dynamisme du test et de la personnalité
Porter attention :
aux contradictions
à l'ambivalence
aux affects
aux réactions
au dénouement de l'histoire
à la capacité de changer de thème
à la répétition d'un même thème à travers les planches, pouvant témoigner d'une fixation à un stade


Full transcript