Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Copy of Fiche de révision - LA 1 - Villon

No description
by

AURELIA MONTAGNE

on 8 September 2016

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Copy of Fiche de révision - LA 1 - Villon

François Villon,
« La Ballade des pendus »
Frères humains, qui après nous vivez,
N'ayez les coeurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s'en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Se frères vous clamons, pas n'en devez
Avoir dédain, quoique fûmes occis
Par justice. Toutefois, vous savez
Que tous hommes n'ont pas bon sens rassis.
Excusez-nous, puisque sommes transis,
Envers le fils de la Vierge Marie,
Que sa grâce ne soit pour nous tarie,
Nous préservant de l'infernale foudre.
Nous sommes morts, âme ne nous harie,
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

La pluie nous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis.
Pies, corbeaux nous ont les yeux cavés,
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps nous ne sommes assis
Puis çà, puis là, comme le vent varie,
A son plaisir sans cesser nous charrie,
Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.
Ne soyez donc de notre confrérie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Prince Jésus, qui sur tous a maistrie,
Garde qu'Enfer n'ait de nous seigneurie :
A lui n'ayons que faire ne que soudre.
Hommes, ici n'a point de moquerie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !

Problématiques possibles ?
Comment le spectacle pathétique des pendus permet à Villon d’en appeler à la clémence des hommes ?
Quelle vision de la mort donne Villon dans ce poème ?
Etudiez l'argumentation dans ce poème.
En quoi ce texte est-il la chanson d'un condamné à mort?

Eléments d'introduction
Il a d'abord étudié les Arts dans le Quartier Latin à Paris. À 24 ans, il tue un prêtre dans une altercation et s’enfuit de Paris. Après une vie d'errance, il est de nouveau arrêté dans une rixe, il est
condamné à être pendu
. Après appel, le Parlement casse le jugement et le bannit pour dix ans de la ville. Il a 31 ans. On perd alors totalement sa trace.
Il écrit ce poème à Paris. Chanson d’un condamné à mort : le poète évoque ici sa situation de façon pathétique : il s’envisage déjà mort.
Ouvertures possibles
Le spectacle de la mort
-une énonciation frappante
lexique de la mort
+
verbes au présent d’énonciation
: le spectacle se passe sous les yeux du lecteur
prosopopée v.8
:
étrangeté, aspect effrayant
= évocation fictive de la mort du poète et de celle de ceux qui sont comme lui, pendus : de manière surprenante, le poète semble émettre cette prière alors qu’il est déjà mort

-une nature hostile
v. 21-22 : parallélisme de la construction + répétitions de termes de même sens + les éléments naturels en attaque de vers
:
enchaînement perpétuel des intempéries qui marquent la succession des jours passés sans sépulture (=damnation)
v.23 et 28 sonorités en [k] rappellent le becquetav.26ge des oiseaux funestes
: la nature prend le relai de la justice des hommes, et contribuent à l’accomplissement du châtiment
comparaison avec les "dés à coudre"
:

étonnante, souligne leur sort horrible
sonorités en [v] v.26 + double négation v. 25 + rythmique v.26
:
mimétique de l'action du vent qui fait danser les pendus, qui n'ont pas de répit

-une vision crue de la mort
lexique du corps humain + celui de la décomposition :
vision concrète de la mort
assonance en [i] v.16
:
aspect désagréable, grimaçant
sonorités en [r] des v.7-8
:
insiste sur l'horreur
rythme binaire v.7-8-21-22-24
:

mimétique de l'étendue des ravages





-la ballade
forme apparue au XIV° : 3 strophes de même longueur avec un refrain + dernière strophe plus courte = envoi (vers placés à la fin de la ballade pour en faire hommage à quelqu'un) – décasyllabes
->ici,
respecte la forme fixe
:
effet lancinant de la prière, et étrange car oscille entre la plainte et une chanson légère
rythme binaire v.7-8-21-22-24
:

crée un rythme chantant

-le refrain
le refrain représente le message principal , sa
répétition
crée
un effet lancinant

-l'aspect sautillant
points d'exclamation au refrain
:

ton enjoué
rythmique
v5 + v.21-22 + v.25 :

danse avec le vent
sonorités en i
:
aspect grinçant=danses macabres
La chanson
Memento mori
=thème littéraire (latin : souviens-toi que tu vas mourir) : message universel de la mortalité humaine

-l'universalité
figures de la
généralisation
: apostrophes larges, présent de vérité générale v.14, place « tous » avec « nous » au refrain
figures de
pluralité
: frères + nous + " cinq, six" + prosopopée plurielle
= porte à l’universel
scène de la danse macabre :
évoque l'égalité des hommes devant la mort

-l'homme face à Dieu
lexique religieux :
place le poète et sa chanson dans une réflexion sur l'au-delà
jeu sur "frère" v.29 avec « confrérie »
: appel à la miséricorde des hommes, et rappel de leur devoir de chrétien
envoi final
:
demande directement adressée à l'intercesseur qui seul peut le sauver vraiment

-l'Enfer
répétition du terme "absoudre" au refrain

: obsession de la damnation pour tous
évocation des enfers :
v.18 allitération [f] « infernale foudre »

mimétique du son de l'orage : effrayant
v. 32 majuscule « Enfer » + sujet et "nous" objet + rime entre "maistrie" et "seigneurie"
: impuissance de l'homme face à la damnation éternelle
Danses macabres

La prière
-l'appel
l’exhortation :
impératifs, subjonctifs d’ordre
(remarque v.9 et 19 le subj. d’exhortation sans le « que »)
-> appel à la clémence, au respect
apostrophe aux hommes v.1
: premier mot du poème « frère »
-> appel à la clémence, rappel que tous les hommes sont liés
apostrophe à Dieu : même structure
proposition relative v.1 et31
->
évolution car d’abord appel aux vivants qui peuvent intercéder pour les pendus puis invocation de Jésus Christ garant de l’au-delà

-le pathétique = PERSUADER
cf "vision crue de la mort" dans "le spectacle de la mort":
dégoûter et donner pitié
énonciation à la 1° personne
:

expression personnelle qui touche le lecteur
lexique V.3-9
:
Villon attire la compassion des hommes en évoquant la souffrance des pendus
allitération en [m] et [n] v.19
:
douceur, murmure = attire l’attention sur leur malheur = provoque la pitié
jeu sur "frère" v.29 avec « confrérie » :
appel à la miséricorde des hommes, et rappel de leur devoir de chrétien

-un raisonnement argumentatif = CONVAINCRE
les connecteurs logiques v.3-13
:
structure du raisonnement
emploi du concessif "quoique" + le rejet v.13
:
minimise la responsabilité des pendus
les arguments v.4
(il fait espérer un avenir meilleur à ses contemporains s’ils leur accordent leur compassion : au jugement dernier, ceux qui lui auront pardonné seront récompensés) mais au
v.14
le poète rappelle ainsi que tous les hommes sont faillibles = il faut donc pardonner à ceux qui n’ont pas su lutter :
outre la pitité qu'il cherche à provoquer, l'auteur s'adresse à l'intellect du lecteur pour appuyer sa prière
"Le Bal des pendus", de Rimbaud
Les danses macabres
Les vanités
Full transcript