Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

PCS de Saint-Nicolas

No description
by

vanessa vandijck

on 15 May 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of PCS de Saint-Nicolas

La notion de démocratie dans le contexte des discours sur la participation a une double valeur normative : une fonction de
légitimation
et une fonction d'
évaluation de la participation
. Le concept de démocratie est souvent associé à celui de participation(…) D’un côté elle a une fonction de légitimation :
la participation est une bonne pratique parce qu’elle est démocratique
(et de surcroît plus démocratique que d’autres pratiques). De l’autre côté elle permet de
distinguer entre vraie et fausse participation
.
La vraie participation est celle qui
révèle la volonté authentique des citoyens
et qui lui donne du poids dans les choix publics.
La fausse participation est
celle où la démocratie est mise en scène
, mais où les voix des gens sont ignorées ou manipulées. (j. Charles) 
...
Entretien
De quoi parle-t-on?
« Ce sont toutes les procédures, de validation, d’approbation, de retour de papiers qui doivent être signés, ca doit repasser par le conseil et là alors il faut trente jours et puis (inspiration) à la province il en faut soixante et puis le temps que le collaborateur en charge de la députée prenne en charge le dossier, il en a fallu soixante aussi (gros soupir) c’est vrai que c’est très très long. »
V.Maes

« Et c’est vrai que les dossiers sont énormes (…) On ne peut les remplir que sur internet, y’a certains types de programmes qu’il faut télécharger il faut que ça soit fait comme ça et pas comme ça euh on ne sait pas répondre à telle case d’une telle manière alors qu’elle aurait voulu dire autre chose alors qu’elle ne sait pas dire parce que ça ne rentre pas dans les cases »
V. Maes
« L’action sociale est un labyrinthe au sein duquel il est difficile de se repérer, et où s’entremêlent les différents niveaux de compétences entre l’Etat et les collectivités territoriales ».
(Les actes)
« Puis la lourdeur administrative hein, c'est… c’est abominable hein mais ça pas propre au plan de cohésion, c’est propre au Service Public en général (…) Oui, c’est horrible (…) A partir du moment où vous avez une idée et au moment où vous devez la mettre en place pfff (soupir) il y a des mois qui s’écoulent quoi c’est juste pas possible…(…) pour vous dire à quel point c’est un petit peu stupide on ne peut pas nous même assurer la publicité de OPEN ADO, il faut que le support vienne de la Province, et soit émis par la Province »
V.Maes
« Le dispositif est d’abord un assemblage intentionnel d’éléments hétérogènes (instruments, méthodes, actions publiques, etc.) répartis spécifiquement en fonction d’une finalité attendue »
(J. Charles)
« 
… travailler via certains axes (…) de manière à les
(les micros-groupes qui se sentent un peu plus isolés)
rassembler (…), porter leurs projets, leurs envies, (…) les aider (…), savoir quelles sont leurs priorités (…)de réagir à leurs demandes »
V. Maes, Echevinne
du PCS de Saint –Nicolas.
« Alors que la participation prétend généralement se rapprocher des personnes pour prendre en considération ce qui leur importe, les contraintes pratiques de leurs activités sont souvent négligées par les dispositifs qui s’avèrent, la plupart du temps, incapables de saisir les qualités propres de ces activités. La participation qui est permise s’avère alors éloignée de ce qui importe aux participants, de ce à quoi ils entendent prendre part.»
(J. Charles)
La norme
Le dispositif
Dispositif et participation
PCS de Saint-Nicolas
Participation
Activation
« Comment faire taire ceux qui parlent
et faire parler
ceux qui ne disent rien »
Julien Charles

Démocratie participative
et
participation citoyenne...

Éléments de définition...
La norme
Le dispositif
Le discours
La réalité
Entre les formes décrites et les actions observées
« Les attentes des gens ne calent pas avec la réalité et financièrement créer une piscine c’est euh… » V. Maes, Echevinne du PCS de Saint –Nicolas.

«C’est « fourre-tout », c’est complètement « fourre-tout ». Moi à mon grand regret, j’ai tellement l’impression que c’est un peu « fourre-tout » qu’on arrive plus à faire grand-chose (…) … il y a beaucoup de choses qui naissent, qui aboutissent et puis qui s’essoufflent et puis n’arrivent pas continuer dans la durée quoi » (// activation) V. Maes
« L’action sociale s’apparente à un mille-feuilles de dispositifs et d’intervenants »

« Alors que la participation des personnes en situation de précarité tend à se développer, les travailleurs sociaux ne sont pas consultés ou associés à l’élaboration des politiques publiques, tant au niveau national que territorial »

« Face à la massification des situations des pauvretés, à l’insuffisance, voire à l’inadaptation des réponses, comment accepter l’obligation qui s’impose de prioriser, de sélectionner les publics? »

« Entre ce principe (travail sur les ressources avec une visée d’autonomie de la personne) et la réalité, où en est-on? Comment lever les freins? Quels arguments? »
Les actes
la réalité
« Maintenant je comprends je ne sais pas comment ça se passait par le passé mais c’est vrai qu’au niveau politique certainement, au sens large du terme, (inspiration) il y a peut-être eu beaucoup de laisser-aller par le passé, des gens qui faisaient peut-être un peu tout et n’importe quoi n’importe comment parce qu’
il n’y avait pas assez de contrôle
. » V.Maes
« La législation change en permanence, le TS a du mal à déchiffrer ce qui provoque une incidence sur le public accueilli » (Les Actes)

"Les normes de la bonne concertation – produire une information justifiée, argumenter de façon rationnelle, se montrer responsable, savoir dépasser les intérêts particuliers, respecter le cadre défini au préalable – ne dessineraient-elles pas une légitimité participative autour de la figure idéale – et introuvable – d’un habitant-citoyen-compétent?"
Hélène HATZFELD
Si nos politiques sociales fondent la nouvelle légitimité démocratique sur des formes d’impartialité qui assurent aux individus « une égalité des possibles et des capabilités », et la réflexivité qui permet d’intégrer des informations et des connaissances des gouvernés à des politiques publiques, et la proximité comme présence et attention, qu’en est-il réellement?
« Cependant, les revendications de légitimité se distinguent des demandes de droits et de reconnaissance par la portée politique de la question « au nom de quoi… ? » qui caractérise la légitimité. Politique par le caractère non modulable, non négociable du différend qu’elles expriment sur le partage des places, des pouvoirs, sur le droit à avoir part à la définition des normes, à compter. Les revendications de légitimité questionnent non simplement une situation particulière donnée mais la place d’où le discours sur la légitimité est produit ; elles en interpellent les valeurs, les normes, les institutions, les attributs de représentation, la posture de surplomb.» Hélène HATZFELD
La norme
« on touche un public très petit, trop petit malgré tout (…) il va se résoudre à 15, 20 personnes. (…) Si j’ai eu 10 personnes (à une réunion sur Tilleur bas), c’est beaucoup » V. Maes, Echevinne du PCS de Saint –Nicolas.
« je ne suis pas là pour défendre un intérêt, une couleur politique, je suis là pour défendre une politique de terrain » V. Maes, Echevinne du PCS de Saint –Nicolas.
«C’est une obligation européenne de passer aux containers, donc celles qui ne le sont pas vont y passer de toute manière. Et on avait fait aussi là des réunions par quartier, de nombreuses réunions, hein, huit ou neuf je pense… Avec des toutes boîtes, plein d’informations… Si on avait 25 personnes qui venaient c’est beaucoup… (ton lasse) »
V. Maes, Echevinne du PCS de Saint –Nicolas.
Entretiens
«  Ce plan doit être validé par la Région et est revu chaque année. Donc je n’ai pas encore fait l’expérience de me dire voilà, je vais mettre toutes les forces sur deux axes…(…)  Je ne m’occupe pas du reste, c’est un exemple hein. Et je ne suis pas sure qu’on ne me dirait pas à la région wallonne, tiens qu’est ce qu’il se passe ? Parce qu’on a aussi, allez le, le fameux schéma dont j’ignore le nom avec tous les vecteurs qui justifient le niveau de la subvention de Saint -Nicolas et nos ben, nos indicateurs sont très mauvais un petit peu partout de part la réalité de terrain »
  V. Maes, Echevinne du PCS de Saint –Nicolas.
« Maintenant on essaye vraiment ici au niveau de nos travailleurs, les collaborateurs, d’avoir je vais dire, des spécialistes dans chaque spécialité pour le dire comme ça. Donc euh… on a des personnes qui travaillent plus avec un plublic plus jeune, d’autres avec un public de quartier »
V. Maes
« Le dispositif n’est pas tout puissant, il ne décrit pas toujours ce qu’il se passe dans la réalité,
il pose des balises »
(J. Charles)

Le dispositif, par ses exigences, permet l’inclusion de certains, tout en excluant d’autres, conséquence inévitable.
A quel degré le dispositif permet une nouvelle ouverture? Le décret, la norme impose quelque chose par le haut mais demande que ça vienne « du bas » (tant au niveau du TS que de la personne)
Chaque dispositif participatif se base sur la notion d’un participant idéal et impose de se conformer à ce concept (critères d’inclusion et d’exclusion, formels et informels)
« L’action sociale est un labyrinthe au sein duquel il est difficile de se repérer, et où s’entremêlent les différents niveaux de compétences entre l’Etat et les collectivités territoriales ».
(Les actes)
Le discours
sur ce qui est censé être et sur ce qui est!
Une définition de la cohésion sociale par l'échevinne : « …la cohésion sociale au sens large du terme , c’est-à-dire tout ce qui est dynamique participative avec les citoyens, les comités de quartier, ce genre de choses là et aussi cibler toutes les populations un peu plus précaires parce qu’on vit quand même sur un territoire où la précarité est assez importante(…) »
« Essayer de recréer un petit peu de dynamisme et de pro-activité au sein de micro-groupes qui se sentent un peu plus isolés(…) » V. Maes
Activation
« il y a différents axes dans le plan de cohésion, dont santé, insertion socio-professionnelle, la citoyenneté, ce genre de choses… » V. Maes
Et la réalité...
Les 4 axes du PCS sont :
La santé
L’insertion socio-professionnelle
Le logement
Le lien interculturel et intergénérationnel
Il faut du temps et de la disponibilité, pour les nouvelles pratiques de co-construction
Il faut s’appuyer sur les compétences et le potentiel des personnes
La formation professionnelle tout au long de la vie du TS est une nécessité à la participation des personnes précarisées
Il faut décloisonner l’accompagnement social, le recentrer sur l’écoute et la création du lien
Il faut repenser l’organisation de l’Action Sociale
Il faut partir du territoire et le questionner sur la coordination
Il faut donner plus de visibilité sur « qui fait quoi » et « quels sont les acteurs »?
Le TS doit développer de nouvelles pratiques sur l’ingénierie sociale (co-construction, travail d’agir et faire avec)
Le TS doit participer au dialogue entre le financement et le service
La pratique collective et participative contribue à promouvoir la citoyenneté de chacun
le discours et la participation
La participation est plus présente dans le discours que dans la réalité. Il est omniprésent au niveau politique, où l’idée est de rendre les gens « acteurs », « responsable », « autonome » et de favoriser leur compétences.

N’est-ce pas là un discours qui déresponsabilise l’Etat, tout en incriminant et en stigmatisant l’individu, qui se voit dès lors en marge du « cadre normatif » de la société, du « citoyen ordinaire », le rendant par là même aussi coupable de sa propre exclusion (// méritocratie)

L’obligation de gestion, du calcul de la mesure, des résultats, sans pour autant fournir les moyens nécessaires, tend à réduire les idéologies, à faire des TS des « automates » et des personnes des « produits », suscitant la question du sens…
« C’est une grande frustration (//le burn-out) moi je trouve au niveau de la cohésion (…), je me demande si on ne devrait pas réfléchir à faire moins de projets, à cibler 2, 3 axes…(…).mais à bien les cibler et à mettre toutes nos forces(…) »
V. Maes
« Et c’est vrai que… Elle (la chef de projet) ne fait plus que ça ! Et donc c’est un peu dommage d’avoir une chef de service qui passe sont temps à ne faire que de l’administratif(…) Et qui ne créée même plus de cohésion, de collaboration au sein du propre service de cohésion sociale (…)
V.Maes
« Et ça c’est vraiment quelque chose, d’un paradoxe qui est horrible (…) Et elle ne fait que de l’administratif jusqu’à en être presque dégoutée » V.Maes

"PAS DE DROITS SANS
RESPONSABILITE"
"Encourager la participation sociale
également pour les "maillons faible"
de la société, doit faire partie intégrante et constituer l'objectif d'une politique sociale"
Vandenbroucke
Au delà d'un droit, "...la participation apparait aussi comme un devoir
"de réciprocité dans l'échange social"
Franssen
l'Etat Social Actif
Nouvelles
Modalités
d'intervention
L'état social doit être:
-actif
-préventif et proactif
-faire du sur mesure
-responsabiliser tous les acteurs

Objectif :
participation active
Etat
providence
Intégration
Etat
social
Actif
Cohésion
Dépendance
Passivité
Autonomie
responsabilité
"Je regrette que le citoyen ne vienne jamais au Conseil Communal, qui est public, ouvert à tout le monde...(...) c'est les 24000 c'est d'eux dont on voudrait avoir l'avis (...)on ne les voit jamais (...) il suffit de vouloir se renseigner" V.Maes
"j'encourage à responsabiliser les citoyens, je ne veux plus d'une politique d'assistés (...) on peut juste devenir quelqu'un avec les outils qu'on va leur mettre à disposition"V. Maes
" moi ce que j'attend ce n'est pas du tout méchant ni péjoratif, ce que j'attend en contrepartie de ces personnes là c'est justement,...une...une...une citoyenneté participative. C'est qu'elles viennent au reste, aux autres ateliers a disposition qui sont gratuit pour créer cette dynamique citoyenne...un donner pour un rendu...dans les deux cas pour son bénéfice à elle" V.Maes
Participation..
pour qui?
Pour quoi?
? Qui active qui? Qui active quoi?
dans quel but?
"il y vraiment une dissolution (...) une espece
d'abandon de la personne(...)on demande aux gens de faire
beaucoup d'efforts sur eux-mêmes, on leur donne quelques moyens à disposition mais pas forcément en les suivant correctement, on les envoie dans d'innombrables structures pour essayer de trouver des solutions mais je ne sais pas si l'accompagnement est vraiment efficace"
? Est-ce qu'on n'est pas dans un système trop morcellé pour être efficace (voir Dubet- déresponsabilisation de l'état, morcellement))? "ça démarre déjà avec l'état..."
?Alors que le système demande à l'individu d'être responsable,on observe une deresponsabilisation de l'état ? "ça commence avec le fédéral qui rejette la responsabilité sur les régions, qui rejettent sur les communes et avec en dernier lieu le citoyen"
Full transcript