Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Émile Benveniste et l'énonciation.

No description
by

Paola Tábora

on 5 November 2013

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Émile Benveniste et l'énonciation.

Émile Benveniste et l'énonciation.
Questions
Qui est Émile BENVENISTE?

Qu'est-ce qu'il a proposé?

Qu'est-ce que c'est l'énonciation?
THÉORIE DE

L'ÉNONCIATION
Plan de l'exposé.
1. Biographie d'Émile Benveniste.
2.

L’héritage linguistique de Benveniste.
3. Théorie de l'énonciation.
4. Les embrayeurs et les déictiques.
5. Vidéo.


Regardez cette image.

Que se passe-t-il?
Pouvez-vous identifier
les acteurs
,
le lieu
et
le temps
?
Naissance:
27 mai 1902 à Alep, Syrie.
Décès:
3 octobre 1976 (74 ans) à Paris, France.
École:
structuralisme.
Principaux intérêts:
Langues indoeuropéennes
Grammaire comparée.
Sémantique générale.
Œuvres principales:
"Problèmes de linguistique générale I et II."



ÉMILE BENVENISTE
Influencé par:

Ferdinand de Saussure, Claude Lévi-Strauss, Antoine Meillet et Roman Jakobson.
Il a influencé:

Julia Kristeva et Roland Barthes.

L’héritage linguistique de Benveniste
Il a distingué deux types d'usage de la langue :
cognitif
(la langue est utilisée pour émettre des jugements indépendants du locuteur) et
énonciatif.
Benveniste a distingué le
«discours»
ou le
«texte»
de la
«phrase»
. Selon lui, un discours est un
«énoncé»
avec un
auteur:
quelqu’un qui parle. C’est ainsi que Benveniste pose les bases d’une nouvelle linguistique, celle de l’
«énonciation»
qui va s’intéresser de près au jeu
des pronoms
,
des démonstratifs,

des marques temporelles.
Les travaux essentiels de Benveniste sur la
pragmatique
(l'étude de l'usage du langage en contexte) et l'analyse du discours ont grandement contribué à faire de lui l'une des figures fondatrices dans ce domaine.
Émile Benveniste définit
l’énonciation
comme étant
« la mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation»
.
L’énonciation et la parole permettent de faire exister le langage. E. Benveniste considère que la langue est un instrument au service de la parole. Mais pour les linguistes, l’important est de comprendre ce que les gens disent, comment ils le disent, et si cela est fait d’une manière implicite ou explicite. Benveniste insiste aussi sur la nécessité de ne pas confondre l’énonciation et l’énoncé.
l'énoncé:

« c’est le résultat de l’acte d’énonciation, le produit de cet acte ».
DEFINITION
OBJECTIF
L’énonciation c'est l'acte physique et mental de mise en fonctionnement de la langue, acte par lequel le locuteur s’approprie la langue. On s’intéresse donc à l’usage que les sujets font de la langue.

Alors que ce courant s’efforce de
tenir compte de la position de l’énonciateur, du locuteur dans la production d’un énoncé

donné.
La langue n’est plus considérée comme un objet inerte.


Types d'énonciation
On distingue deux types d’énonciation
L’énonciation historique
implique l’emploi exclusif de la non personne et du temps passé simple, associé à l’imparfait des évènements qui semblent se raconter d’eux-mêmes. Les marques du sujet d’énonciation sont absentes, le présent actuel est retiré au profit du passé simple, il n’y a plus de déictiques, ni de couple Je/Tu.
L’énonciation du discours
suppose la mise en rapport d’un énonciateur avec son énonciation au moyen de marques d’interlocution ou d’allocution.

Les paramètres de la situation d’énonciation.

 un temps (Le temps par excellence de l’énonciation est le présent. )
 un lieu (c’est-à-dire l’endroit où a lieu l’énonciation)
 des acteurs : celui (ou ceux) qui parle(nt) et celui ou ceux à qui il(s) s’adressent.

On distingue trois places dans ce qu’on peut appeler la
« situation de locution »
les deux premières étant celles des interlocuteurs :
-
la place de locuteur
, de celui qui parle;
-
la place d’allocutaire
, de celui à qui s’adresse la parole;
-
la place de délocuté
, ce dont on parle.


Les embrayeurs et Les déictiques
L’embrayeur
met l’accent sur le lieu et l’objet de référence.

Le déictique
met l’accent sur la façon du référent situé dans l’espace.
Les embrayeurs et les déictiques constituent les aspects indiciels du langage

«
Je
» et «
ici
» demandent que le locuteur soit connu.
«
Maintenant
» demande que le temps de l’énoncé soit connu.

« Je viendrai ici demain »
Dans cet énoncé : chaque mot renvoie à l’énonciation.

Je = énonciateur
Viendrai + demain = futur par référence au moment où est énoncée cette phrase.
Ici = par référence à l’endroit où se trouve l’énonciateur (je).

Les embrayeurs peuvent être classés en 3 types ou repères :

a) le repère subjectif
b) le repère spatial
c) le repère temporel

A. Les embrayeurs subjectifs :
Les pronoms personnels.
Les pronoms possessifs.

Il, elle, ils, elles
sont représentants et anaphoriques.

Je, tu, nous, vous
ne sont pas anaphoriques et ne sont pas commutables avec un nom et entrent dans le cadre de l’énonciation.

D. Les adverbes d’énonciation:
Ces adverbes sont incidents non à l’énoncé mais à l’énonciation. Fonctionnement et rôle :

1-Il est gravement
malade
.
2-Il
marche
lentement.
3-Je suis très
vivement
intéressé.
4-
Il est
probablement
chez sa cousine.
5-Heureusement, il est arrivé à temps =
si je parle franchement.


B. Les embrayeurs temporels :
Il existe deux types d’embrayeurs temporels :
certains temps verbaux.
certains adverbes ou groupes nominaux adverbiaux.

Les temps verbaux :
Le temps par excellence de l’énonciation est le
présent
.
Mais le temps de l’énonciation et le temps linguistique ne coïncident pas toujours :
« Je suis absente cet après-midi »
Temps de l’énonciation : quelques secondes.
Temps linguistique : 4 ou 5 heures.

Seuls les verbes qui expriment l’acte au moment où celui-ci a lieu font coïncider temps de l’énonciation et temps linguistique : ce sont les verbes performatifs
« Je te baptise ».
« Je vous nomme chevalier de la légion d’honneur ».


Les temps qui ont pour référence le moment de l’énonciation sont :

- Le passé composé (marqueur d’antériorité).
- Le présent.
- Le futur simple du présent (marqueur de postériorité).

Les circonstants temporels :

Hier, aujourd’hui, demain, maintenant
qui ont pour repère le moment de l’énonciation Contrairement à :
ce jour-là, le lendemain, la semaine suivante
…, qui ont pour repère le moment de l’énoncé.

« Il se réveilla tard. La veille il avait fait la fête ».
« Avait fait » et « la veille » marquent l’antériorité par rapport au passé simple : se réveilla, moment de l’énoncé.
« Il est malade aujourd’hui. Hier, il a mangé des huîtres. »
Hier et a mangé marquent l’antériorité par rapport à aujourd’hui, moment de l’énonciation.


C. Les embrayeurs spatiaux :
Certains linguistes utilisent le terme de déictique au lieu d’embrayeur. Le mot grec
deiktikos
signifie démonstratif et vient du substantif deixis, l’acte de montrer.
Les démonstratifs et adverbes de lieu

« Viens ici ».
L’adverbe de lieu renvoie au lieu où je me trouve en tant que locuteur. Je peux aussi joindre le geste à la parole.

« Donne-moi ça ».
Le pronom démonstratif ça désigne un objet se trouvant dans le lieu où se situe l’échange. Le geste peut aussi accompagner la parole.
On peut dire : Donne-moi ça et ça et ça aussi.
On ne peut pas dire : viens ici et ici et ici.


Toutes les modalités de phrase sont porteuses de modalisations :

- La phrase interrogative.
- La phrase injonctive.
- La phrase exclamative.
- La phrase déclarative.


Full transcript