Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Douter est-ce renoncer à la vérité ?

Cette présentation a pour but de montrer comment on peut utiliser l'application Prezi. À cela s'ajoute un exemple de ce que peut être une dissertation.
by

Philippe Rouquette

on 14 September 2018

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Douter est-ce renoncer à la vérité ?

La dissertation

C'est fini !
Douter est-ce renoncer à la vérité ?
Élaboration
Les cas
Les notions
Les ressources
La problématique
L'argumentation
Les exemples
La rédaction
Qu’est-ce qu’une dissertation ?
- C’est une réponse argumentée à un problème philosophique.
- Cette réflexion personnelle n’est pas une opinion personnelle : elle demande une argumentation la plus universelle possible.
-Réfléchir c’est aussi penser contre ses propres opinions.

Forme de la dissertation :
- Une introduction.
- Un développement en 3 parties.
- Une conclusion.

Les critères importants pour l’évaluation (cf. instructions pour la correction du baccalauréat) :
Pouvoir :
- Dégager une problématique.
- Analyser les notions / concepts. Pour analyser les concepts, il est nécessaire de posséder une culture philosophique.
- Trouver des arguments.
- Structurer votre raisonnement.
- Appuyer votre argumentation sur des exemples pertinents.

Aristote,
Topiques
, 11 : « Sont des problèmes les questions sur lesquelles il existe des argumentations déductives de sens opposé (on hésite alors à y répondre par l'affirmative ou la négative du fait qu'il existe dans les deux sens des arguments persuasifs). [...] Les questions de ce genre peuvent faire l'objet d'une enquête. »
Qu'est-ce qu'une problématique ?
La recherche des arguments :
- Les arguments permettent de justifier votre réponse et doivent convaincre le correcteur.

Un raisonnement cohérent :
- Raisonner de manière cohérente est une condition fondamentale pour présenter une réponse satisfaisante.

Faire preuve de culture philosophique :
- Les philosophes nous permettent d'ouvrir notre pensée à d'autres points de vue.
- Il faut montrer qu'on est capable de comprendre la pensée d'autrui.
Quelques éléments pour commencer la dissertation :
Qu'est-ce qu'une dissertation ?
Forme.
Critères de notation.
Problématique.
Analyse des notions.
Arguments, construction, culture philosophique.
L’énoncé :
- Repérer les notions du programme (le terme précis de la notion n’apparaît pas systématiquement dans l'énoncé). L’analyse ne se réduit pas aux notions du programme mais à tous les termes ayant un rôle important dans votre argumentation.
-
Analyser
l’énoncé, c’est relever les éléments qui composent l’énoncé.
-
Comprendre
l’énoncé, c’est le reconstruire en étudiant les rapports logiques entre les termes.
Douter est-ce renoncer à la vérité ?
Fréquemment il faut analyser tous les termes de la question car chaque terme indique des éléments pour la problématique.
Douter
Il faut se poser 3 questions :
-Pourquoi ?
- Comment ?
- Conséquences ?
Est-ce
Pour les questions qui sont formulées avec un «
est-ce
», il faut penser à la recherche d'une définition ou d'une relation fondamentale.
Pour ce sujet, c'est une relation fondamentale : douter aurait pour
conséquence nécessaire
de renoncer à la vérité.
Renoncer
Cela signifie habituellement
abandonner
. On peut abandonner parce que :
- Trop difficile.
- Impossible.
- Déception : ce n'était pas intéressant.
Vérité
Cette notion fait partie du programme.

Il faut être attentif à ne pas réciter tout ce que vous savez sur la notion.

Il faut adapter vos connaissances à la problématique.
Les définitions entre guillemets sont extraites du dictionnaire en ligne du CNRS / Université de Lorraine. ATILF :
http://atilf.atilf.fr/tlf.htm
Renoncer : « Cesser de revendiquer, abandonner son droit sur ; Ne plus espérer, ne plus compter sur... »
Une liste de textes est proposée.
La problématique :
- L’affirmation suivante : « la problématique n’est pas la question énoncée » pose souvent des difficultés.
- Une question appelle une réponse factuelle. Pour caricaturer : quel roi a gagné la bataille de Marignan ?
- Un problème philosophique, c’est lorsque qu’il y a au moins 2 argumentations opposées et qu’il est difficile de trouver une réponse pertinente.
- Il faut donc chercher une opposition décisive, une tension voire une contradiction et exposer cette opposition.
- Pour trouver cette opposition il est plus facile de s’appuyer sur 2 exemples qui ont valeur de modèles. Ces 2 exemples ayant un statut particulier on peut les appeler
cas
.

Les termes dans un énoncé ont des statuts différents.

- Dans le cas le plus facile, la notion (ici la
vérité
) a été étudiée pendant l'année. En principe, vous devriez assez rapidement mobiliser ces éléments du cours.
- Les énoncés sont aussi composés d'autres termes/expressions. Très souvent il y a peu d'éléments du cours pour vous aider. C'est d'autant plus difficile qu'il est impossible d'en apprendre tous les détails.
- Il faut donc employer une autre méthode s’appuie sur les différents emplois du mot qu'il faut définir, et aussi sur l’analyse d’expressions proches du terme mais qui ne sont pas synonymes.
Distinction entre notion et concept philosophique :
Les notions se déduisent de l'usage habituel des termes. Il faut donc penser à tous les usages.
Un concept philosophique consiste à mettre en relation les notions définies plus haut avec une démarche philosophique. Ils sont donc souvent associés à des auteurs. Par exemple on peut réfléchir au concept cartésien du doute.
Pour traiter un sujet, le correcteur n'attend pas que vous exposiez le système philosophique d'un auteur.
En revanche si vous n'êtes pas capables de conceptualiser à partir de doctrines philosophiques, il ne faut pas prendre le sujet.
Les cas pour cette dissertation :

Très souvent mes élèves me font remarquer qu'à douter constamment on ne peut que devenir fou.
Or il existe une maladie mentale appelée au XIXe siècle
folie du doute
.
La question du doute pour la médecine du XIXe siècle n'est pas nécessairement négative. Un autre médecin, Claude Bernard, affirme que seule la méthode du doute (il se réfère explicitement à Descartes) permet le progrès des sciences.
Ce seront les 2 cas pour introduire la problématique.
Remarques :
- D'autres cas sont possibles : situation romanesque, théâtrale, sociale, une figure de la science…
- Pourquoi pas une situation courante.
- Dans tous les cas, il faut que ce soit pertinent.
À partir de ces cas, on peut opposer la croyance que le doute est le signe de la faiblesse à une autre approche du doute. Celui-ci serait nécessaire pour progresser.

Cela peut se formuler ainsi :

Les arguments doivent avoir une portée générale. Il s'agit de convaincre le correcteur.

Il y a plusieurs types d'arguments. Même si cette évaluation n'apparaît explicitement dans le devoir, il est nécessaire d'en mesurer la solidité :
Les arguments issus de l'opinion sont les plus fragiles. Mais ils peuvent donner des pistes de réflexion.
Les arguments liés à des connaissances précises. Ici il s'agit de la connaissance de la médecine du XIXe siècle. Tous les domaines de la culture sont intéressants. Il faut cependant éviter de transformer une dissertation philosophique en étude érudite d'un savoir. Ici ce serait de transformer la dissertation en un cours de psychiatrie ou un manuel de médecine expérimentales.
Les arguments liés à des doctrines philosophiques. Les ressources sont indispensables pour construire une réflexion conceptuelle : pour comparer le doute indéfini, par exemple des sceptiques, à une démarche instituant le doute comme préalable au savoir, par exemple, Descartes, il faut connaître ces doctrines.


Pour l'argumentation liée aux doctrines philosophiques, il faut attentif aux éléments suivants :
Faire un lien précis entre votre idée et l'auteur étudié.
Montrer que, grâce à cet auteur, vous avez pu développer et approfondir votre réflexion.
Être précis dans l'exposé de sa doctrine.
Être capable d'en évaluer la pertinence.
La réflexion critique est un exercice d'humilité : ne pas croire qu'on peut rectifier les erreurs de l'auteur. En effet, ce n'est pas une analyse de quelques lignes qui peut rendre réellement de la complexité d'un auteur.
Les exemples :

Ils peuvent avoir plusieurs statuts :
- Illustration d'un argument.
- Point de départ d'un raisonnement…
Dans cette dissertation
Les illustrations d'un argument :
Le goût des aliments : § 16.
La tour carrée : § 16.
Les sens : § 22.
Les mathématiques : § 22.
Les rêves : § 22.
Le diabète : § 26.
Les points de départ d'un raisonnement :
La feuille blanche : § 8, 11, 13, 14.
La raison : § 20-21.
La relation cause/effet : § 19-20.
La folie : § 2, 22.
Le corps humain : § 27 -28.
Rappel
La dissertation est composée de 3 étapes fondamentales :
L'introduction.
Le développement.
La conclusion.
L'introduction
Les phrases d'accroche : exposer les 2 cas.
La problématique : à partir des cas constituer une problématique.
Définitions
provisoires
des notions. C'est une base pour commencer.
Enjeux philosophiques.
Annonce du plan : puisqu'il y a 3 parties, il faut 3 moments dans cette annonce.
Le développement
Il faut toujours avoir à l'esprit de ne pas oublier :
Définir régulièrement : notions / concepts.
Exposer des arguments.
S'appuyer sur des exemples.
Faire preuve de culture philosophique.
Conclusion
Rappel et réponse :
Rappel de la problématique, 2 ou 3 arguments décisifs.
Enjeux philosophiques (sauf s'ils sont traités dans l'introduction).
Réponse précise à la problématique.
Éventuellement, question d'ouverture.
Indications complémentaires :
Elles concernent :
Les paragraphes.
Les citations.
Les transitions.
L'étape suivante est de mettre en œuvre ces indications .
Attention :
Ces indications n'impliquent pas que seule cette méthode est recommandée.

Il y a plusieurs approches pour un sujet. Non seulement il y a une diversité des méthodes, mais on peut proposer aussi des problématiques différentes en fonction de ce qui semble le plus important dans l'énoncé.

Enfin le plan, les arguments, les références philosophiques, les exemples sont propres à chacun.

Tous ces éléments sont nécessaires mais, s'ils sont différents, le but est identique : construire une réflexion philosophique qui va convaincre le correcteur.

Ce devoir est rédigé dans le cadre contraint de 2300/2400 mots : les copies de bac vont rarement au-delà.

Il n'existe pas de plan qu'on pourrait répéter machinalement sans faire attention aux sujets.
Le plan vous permet de montrer que votre argumentation est structurée, que vous savez distinguer ce qui est important.
Il faut commencer par ce qui est le plus faible pour parvenir à ce qui est décisif.
Le plus faible est souvent le plus simpliste.
Recommandations pour le plan :
Les principales erreurs :
Les plans contradictoires. Si vous les faites, cela rend incohérente votre réflexion. Par exemple
Partie 1 : je réponds
oui
.
Partie 2 : je réponds
non
.
Partie 3 : je réponds « ça dépend ».
Les plans où dans une première partie, vous analysez les notions. Si vous le faites, vous ne commencez réellement à traiter la problématique qu'au début de la partie 2. C'est trop tardif.
Il faut éviter les plans où vous répétez les mêmes arguments à différents moments.
2 pistes pour constituer un plan :
Un plan qui insiste plus sur les présupposés du sujet :
Partie 1 : Argumenter la thèse
A
.
Partie 2 : Montrer les limites de la thèse
A
.
Partie 3 : Remise en cause des présupposés de l'énoncé. Ces présupposés rendent impossibles une réponse déterminée.

Un plan qui insiste plus sur les oppositions des thèses (c'est ce plan que j'utilise dans ce devoir).
Partie 1 : Argumenter la thèse
A
.
Partie 2 : Montrer les limites de la thèse
A
.
Partie 3 : Montrer que la dernière thèse
B
défendue est la plus pertinente (il faut de nouveaux arguments).
Les paragraphes :
Chaque paragraphe est matérialisé par un retour à la ligne et un retrait de quelques caractères un début de ligne suivante.
Il faut une unité à l'intérieur d'un paragraphe : par exemple, on peut trouver l'exposé d'un argument, d'un exemple, d'une doctrine philosophique.
Les citations et références culturelles :
- Être capable de conceptualiser une notion grâce à un auteur ne signifie pas qu'il faut multiplier les citations.

- Dans tous les cas, si on cite un texte, il faut :
Préciser l'auteur.
Mettre la citation entre guillemets.
Commenter la citation.

- Ne pas oublier que la culture ne se réduit pas à la philosophie : littérature, histoire, sciences humaines, sciences expérimentales, mathématiques…
Les transitions :
Les transitions ont pour fonction de faire le lien entre chaque partie du développement.

Elles permettent de comprendre pourquoi vous changez de point de vue lorsque vous progressez dans votre argumentation. Elles rendent possibles l'unité du devoir.

Quelques pistes : contradiction cachée, présupposé qui n'a pas été examiné, définition trop partielle de notions…

Ne pas oublier de sauter des lignes entre chaque partie.
Voici le plan de la dissertation :
Voici la dissertation :
Full transcript