Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

La conceptionà l’impression

No description
by

rathia wechtati

on 7 May 2015

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of La conceptionà l’impression

3. La composition et la mise en pages

La composition est l’étape de saisie des textes à l’aide d’un traitement de texte , la saisie peut être réalisée directement par l’auteur. Grâce à Internet, il peut directement déposer les photos et les textes dans l’unité de stockage du photocompositeur. Chaque unité
de production organise ses ateliers en fonction des
travaux traités.

1-La préparation

1-La préparation
2-La maquette
3. La composition et la mise en pages
4. La photogravure
5-L’épreuvage
8. Le Bon à tirer
5-L’épreuvage
8. Le Bon à tirer
7-L’mposition
8-Le flashage et le CTP
9-L’impression
10-Le façonnage

Le flashage et le CTP

Le flashage consiste à créer des films servant à la fabrication de plaques d’impression . Le flashage page à page devient de plus en plus rare.

7-L’imposition

L’imposition L’imprimeur est désormais en possession de l’ensemble des pages validées et des fichiers haute résolution (à300 dpi). Il procède alors à l’imposition, c’est-à-dire au positionnement des différentes pages sur une feuille de papier, la feuille d’impression.Chaque feuille sera ensuite pliée en cahier, et les cahiers seront assemblés les uns aux autres pour former la revue
II-Établir un cahier des charges
1-Choisir le format

10-Le façonnage

Le façonnage est également un terme générique qui regroupe de multiples opérations. Les feuilles imprimées sont tout d’abord mises au format définitif
Par exemple, on coupe le papier en deux lors de l’impression de deux cahiers (feuilles de pliure) sur une feuille d’impression. Cette opération s’appelle
la « refente ».

Avant de commencer notre projet de création d’un magazine, il est utile de rappeler dans une première partie les grands principes de la fabrication d’un document imprimé.

9-L’impression

La conceptionà l’impression
I- Les différentes étapes de la fabrication d’un imprimé
La préparation d’un travail destiné à l’impression (étude
financière, …) débute par la création de la maquette et du planning de réalisation.

La maquette papier est transformée en gabarit
dans le logiciel de PAO . Cette étape, effectuée en studio ou en
atelier de PAO, valide les essais de mise en pages de la phase de préparation
.

2-La maquette
4. La photogravure

Le rôle du photograveur a beaucoup évolué
depuis la démocratisation de l’outil informatique, l’augmentation de sa puissance et de sa capacité de stockage
. Il y a encore peu de temps, le photograveur numérisait les images pour une incorporation définitive au document à imprimer
Il substituait alors les images de placement (images basse résolution,
en général à 72 dpi) par les images haute définition (à 300 dpi) à l’aide d’un système OPI .

5-L’épreuvage

les épreuves de lecture et de placement validées par le client et le fichier numérique
achevé ,l’opérateur PAO va produire une épreuve contractuelle appelée abusivement
Cromalin » (Cromalin est le nom d’une Marque) Cette simulation,
appelée « Bon à tirer » .

8. Le Bon à tirer

Le « Bon à tirer » ou « BAT »

présente l’aspect définitif du document, à savoir sa couleur
sa typographie ainsi que le placement correct des illustrations.

Le CTP:(Computer To Plate) permet de supprimer l’étape
de fabrication des films et de réaliser
directement les plaques.

Le flashage et le CTP constituent l’étape intermédiaire
entre la PAO et l’impression finale.

’imprimeur insole des plaques d’aluminium enduites d’une couche photosensible
selon le principe photographique négatif/papier

Présentation du format du document choisi comme exercice

2-Choisir le nombre de pages

Le nombre de pages d’un magazine est, bien évidemment,
toujours un nombre pair. Il suit aussi des règles de construction par cahiers de 8 ou de 16 pages qui seront assemblés les uns à la suite des autres ou les uns dans les autres.

3-Choisir le papier

Il en existe plusieurs sortes, allant du papier journal au papier couché
en passant par les papiers offset.

a-Papier couché

Il est particulièrement adapté à l’élaboration de supports de
communication d’entreprises (plaquettes, argumentaires,
catalogues...),à l’édition de magazine
s

b-Papier non couché

Ce type de papier n’est généralement pas adapté à l’impression en quadrichromie,
les couleurs absorbées par ce support trop poreux perdent tout leur éclat.

c-Papier journal ordinaire

Papier caractérisé par de bonnes qualités d’opacité et d’imprimabilité, mais à la blancheur médiocre , il est utilisé comme papier de presse
d-Papier affiche

Le papier frictionné présente une face brillante et une face laissée brut de machine, ou légèrement lissée.


4-Choisir le mode colorimétrique

a–Quadrichromie et tons directs

La quadrichromie, ou CMJN pour Cyan, Magenta,
Jaune, Noir (CMYK en anglais pour Cyan, Magenta,
Yellow, Black) est un procédé d’imprimerie permettant
de reproduire un large spectre colorimétrique a partir
de trois couleurs primaires on ajoute le noir

Les tons directs sont réservés à des fascicules dont les textes en noir sont agrémentés d’une couleur d’accompagnement pour les illustrations

b-Application à notre magazine

Les figures suivantes présentent les impressions réalisées
en quadrichromie et en tons directs.

Choix techniques

Avant de commencer concrètement la réalisation du magazine, voici donc le résumé de nos premiers choix techniques :
format : 115 mm × 180 mm ;
nombre de pages : 16 ;
type de papier : couché brillant 100 g avec une
main de 1,5 ;
modes de couleur : quadrichromie et bichromie.

III-Le travail préparatoire

ce travail préparatoire nous aidera considérablement
par la suite Vos meilleures armes pour cette étape préparatoire restent du papier, un crayon et une boîte de feutres de couleurs pour éprouver des idées d’harmonies colorées.


on peut obtenir quelques roughs qui correspondent bien aux impératifs de notre cahier des charges.
Comme vous le voyez sur les figures suivantes

merci pour votre attention
La conception
à l’impression
mayada mhatli
radhia wichtati
safa selmani
Réalisé par:
Full transcript