Loading presentation...

Present Remotely

Send the link below via email or IM

Copy

Present to your audience

Start remote presentation

  • Invited audience members will follow you as you navigate and present
  • People invited to a presentation do not need a Prezi account
  • This link expires 10 minutes after you close the presentation
  • A maximum of 30 users can follow your presentation
  • Learn more about this feature in our knowledge base article

Do you really want to delete this prezi?

Neither you, nor the coeditors you shared it with will be able to recover it again.

DeleteCancel

Make your likes visible on Facebook?

Connect your Facebook account to Prezi and let your likes appear on your timeline.
You can change this under Settings & Account at any time.

No, thanks

Les habits des femmes nobles au Moyen Age

Exposé sur les vêtements des femmes nobles au moyen age
by

moli dubois

on 9 March 2011

Comments (0)

Please log in to add your comment.

Report abuse

Transcript of Les habits des femmes nobles au Moyen Age

Selon les époques de la vie, et selon son rang social, des couleurs déterminées s’imposent aux femmes. En cas de deuil, la jeune fille ne porte pas les mêmes vêtements que la jeune femme mariée. Les costumes ordinaires sont noirs, gris et violets, le rouge et le vert étant des couleurs nobles. Les enfants de moins de 7 ans en blanc, les jeunes filles en bleu ciel.

Au cours des chapitres on va remarquer que la mode passe des longues manches aux manches ballons, que les broches existait déjà mais sous le nom de "troussoir" et aussi les divers coiffes que portaient les nobles femmes au moyen age. Introduction Les femmes de la noblesse portaient des serre-têtes en or ou en argent. L'atour de tête est le nom donné aux coiffes volumineuses des femmes de la fin du XIV siècle. La barbette est un voile fixé soit au-dessus des oreilles, soit aux cheveux, soit au chapeau. Il cachait le menton et le cou. Les coiffes Couvre-chef barbette La barbette et le couvre-chef constituaient ensemble la guimpe qui était portée par les femmes d'âge mûr et les veuves du XIIe au XVe. guimpe La barbette est une coiffe souvent confondue avec l'aumusse et utilisée de la fin du XIIIe au début du XIVe siècle. C'était un capuchon plat qui tombait sur les épaules. Elle était portée par les hommes comme les femmes. aumusse Le fronteau est un bandeau d'or ou de soie utilisé comme coiffe par les femmes au XIVe siècle et au début du XVe. On l'appelait aussi chapel d'orfèvrerie. fronteau La huve est une coiffure en forme de cornette évasée* en auvent. Elle était maintenue de chaque côté de la tête par de longues épingles. Les pans* retombaient sur le cou. Elle fut portée plus particulièrement de la fin du XIVe siècle au début du XVe siècle. huve *Évasé: élargie à l'extrèmité. *pan : partie tombante et flottante d'un vêtement; grand morceau d'étoffe. poulaines patin Au XVe siècle, les femmes portaient des poulaines, tout comme les hommes, mais aussi des patins dont le but était de protéger les chaussures légères et fragiles lorsqu'elle sortaient. Les patins ou les galoches étaient des souliers munis d'une épaisse semelle en bois, ou comportant des talons hauts et fabriqués en velours ou cuir gravé et décoré. Parfois articulées, elles pouvaient être maintenues par des lanières de cuir sur le dessus du pied. Le bois était parfois remplacé par le liège. Les souliers pouvaient être décorés de toutes sortes de manière : peinture, gravure, découpes ou estampage*. *Estampage : empreinte d'une inscription, d'un cachet ou d'un bas relief, obtenue par pression sur une feuille de papier mouillée. Les vêtements de tous les jours et ceux des jours de fête Vers 1467, les robes se bordèrent de fourrures. Le costume féminin au Moyen Âge présentait certaines caractéristiques générales : le haut du corps était gainé* tandis que le bas était allongé par la traîne, la silhouette cambrée* au niveau des reins, large sur les hanches, ajusté sur le buste.

Au XIIIe siècle, la mode du ventre arrondi était obtenue grâce à de petits sacs rembourrés. Les coutures cintrées* affinaient la taille. Petit à petit, les détails se multiplièrent : décolleté, coiffure, coudières et découpes... * Gainé: enveloppé étroitement *cambrée: courbée en arc * cintrées: serré à la hauteur de la taille La cotte fut remplacée par le corset. Il était constitué de manches courtes qui laissaient passer la chemise. Il était ouvert par une fente lacée. Habituellement, il était porté sous la robe mais pouvait aussi remplacer le haut de la robe.
Le surcot ouvert est un costume dont l'usage durera pendant près de deux siècles. Le corsage était fendu et largement échancré* des hanches aux emmanchures*, il laissait apercevoir la cotte, tandis que le devant formait une espèce de gilet recouvert d'hermine le plus souvent. *échancré: découpé et enlevé une partie du bord. *émmanchures: ouverture dans un vêtement pour y ajuster les manches ou pour laisser passer les bras. Le décolleté, d'abord largement arrondi, devint triangulaire au cours du XVe siècle. Le décolleté triangulaire pouvait atteindre la taille sur le devant et être bordé d'un tissu souvent noir, nommé tassel dont la présence permit de diminuer la profondeur du col et de le transformer en carré. Les femmes tout comme les hommes portaient la longue houppelande, boutonnée sur le devant avec de grandes manches serrées au niveau du poignet ou, au contraire, évasées*. *évasées: Élargies à l'extrémité. Le terme de robe était moins employé que celui d'habit de femmes. On utilisait également celui de cotardie. Il s'agit d'un costume long avec le col pour seule ouverture, et dont on relevait le bas pour marcher. Il pouvait être maintenu grâce à une agrafe nommée "troussoir". troussoir Le banolier était une ceinture large qui était placée sous les seins. Une autre mode allemande vint en France dés le début du XVe siècle : des manches fermées en forme de sac ballonné remplaçaient les manches largement ouvertes. Pour tout dire, les dépenses vestimentaires des femmes, même celles qui concernaient les reines et les princesses étaient toujours moins importantes et moins fréquentes que celles des hommes du même rang social. manche ballon banolier Malgrès cela, les dépenses vestimentaires des femmes, même celles qui concernaient les reines et les princesses étaient toujours moins importantes et moins fréquentes que celles des hommes au même rang social. Les vêtements des femmes nobles au moyen age mode et accessoires corset surcot cotte houppelande Les chaussures
Full transcript